Saint Nazaire Infos

Opposition : Valse des étiquettes au bal des « en pire »

Quelques mois avant les élections municipales la droite et le centre pouvaient espérer, une « union historique » était en train de se mettre en place. C'était « avant ».

Saint-Nazaire infos écrivait fin 2013 « alors que dans de nombreuses villes en France et plus près d’ici à Nantes la droite continue de se diviser et d’être une machine à perdre, Saint-Nazaire montre l’exemple en réussissant l’union du Modem, de l’UDI, et de l’UMP. Chacun a su mettre son ego dans sa poche avec son mouchoir par-dessus, et finalement cette équipe autour de Ludovic Le Merrer pourrait ressembler à une machine à gagner... Ludovic Le Merrer souhaite rassembler au-delà des clivages politiques droite-gauche ».

Il était agréable pour le centre droit ou presque et la droite, de se dire « qu' une vague bleu turquoise déferle dans les rues de Saint-Nazaire », Ce « rassemblement républicain » - il était soutenu par l’UMP, le MoDem, l’UDI et le Parti Breton – devait « briser la léthargie dans laquelle se trouve Saint-Nazaire, son sectarisme et ses clivages ». Comme le disait Ludovic Le Merrer en meeting : « Nous avons travaillé le programme depuis huit mois désormais. Soit 90 réunions ».


Mais ça, « c'était avant » comme se moque la publicité d'un célebre lunetier.
Une tête de liste MoDem, une seconde étiquetée UDI, des UMP et des Parti Breton, un directeur de campagne UDI... Un véritable « tour de passe-passe » écrivait toujours saintnazaire-infos au sujet de cette union. Prémonitoire ce terme ? Illusion cette union ?
Moins d'un mois après les élections le groupe d'opposition de Ludovic Lemerrer explosait :  des UMP des deux côtés, des UDI aussi, enfin suivant les étiquettes puisque Florence Beuvelet UMP avait été étiquetée UDI sur la liste et installée en seconde position. Pas une séparation, non en vrac, éclaté comme une grenade (http://www.saintnazaire-infos.fr/le-centre-droit-n-a-plus-de-desirs-pour-ludovic-le-merrer-23-43-2709.html), sans même de discipline de parti. La liste qui voulait supprimer les clivages, s'autoclivait.

C'est l'été, les services de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes vont faire de la vérification, et peut-être bien les électeurs aussi.
L'étiquetage de composition est-il conforme ?  pour un mix grill pour peu qu'on ne définisse pas l'origine de chaque composant de l'assiette, ce n'est pas si grave. Que la deuxième de liste ne soit pas UDI mais UMP ou l'inverse, que le premier soit MoDem pour l'instant ou UDI plus tard ou UMP (si elle existe encore dans quelues mois), n'est pas si grave. Qui sera le délégué ceci ou le représentant de cela n'est pas l'enjeu pour les citoyens. Que certains essaient de faire glisser l'échelle qu'ils sont supposés tenir pour que leur « ami » s'élève, n'intéresse pas l'électeur : il a voté pour un programme, ou contre un autre.

Ce qui est plus gênant c'est que le menu annoncé – le programme - n'est pas servi et qu'il y a des limaces dans la salade.
Comment comprendre que des personnes qui « ont travaillé un programme pendant huit mois, ont fait 90 réunions » n'ont pas eu besoin d'un seul petit mois pour se déchirer ?  Quant aux "combats de rue", passons sur l'anecdote, elle ne serait pas rapportée si les protagonistes n'avaient pas été candidats sur une même liste.

La question que peuvent se poser  de nombreux électeurs c'est : «ceux qui ont été élus, ont-ils réllement travaillé ensemble ? »
Si oui, c'est qu'ils l'ont mal fait, parce qu'ils se seraient rendu compte alors de leurs divisions. Et là c'est drame ! ou l'arnaque  plutôt : ils ont servi du tofu pour du rôti. Le client n'a pas eu sa commande.
Si non, leur leader a menti en meeting, pas mieux.

Quand les candidats politiques diront-ils la vérité ? Pas celle pour se faire élire, pour faire croire que tout le monde est gentil s'embrasse et se tient par la main, celle pour travailler pendant six ans, élus ou pas.

Un compte de fait

Qui croira désormais celui qui a entraîné des militants de bonne foi dans une bien  belle histoire où tout était réuni : un philtre d'amour qu'ont bu tous les partis, une sorcière et sa pomme brillante que certains auraient bien croquée pour avoir plus de forces, et un Château maléfique de Gauche à prendre enfin pour tous les petits soldats. Mais la princesse Union du Château de droite s'est piqué le doigt en brodant la nappe de la grande table du conseil municipal où elle n'était qu'invitée. Quel enchanteur avait préparé la boisson magique ? Et le poison de la division ?  Qui se regarde dans le miroir de méchant conseil ? Pour l'instant,il n'y a personne pour réveiller l'Union endormie dans la forêt de ronces immenses ; pas le prince charmant en tout cas, il est tombé de cheval, et celui-ci s'en est retourné tout seul à l'écurie : une association qui, une fois l'orage passé réussira peut-être à faire pousser des idées pour mieux faire fonctionner la ville maintenant ou plus tard.

De ce conte, on se ne souviendra que d'un compte : huit est supérieur à cinq plus trois.
En effet un groupe de huit en opposition est toujours plus efficace qu'un de trois et un de cinq, la majorité aura beau jeu de s'en amuser. À moins que l'idée de porter la parole des électeurs ne soit plus forte que l'envie de se poignarder entre...amis.


 




















 

Auteur : LY | 25/06/2014 | 11 commentaires
Article précédent : « La Mairie condamne le remplacement du drapeau français par le drapeau breton au monument aux morts »
Article suivant : « DMLA : Dépistage gratuit à la cité sanitaire ce mercredi »

Vos commentaires

#1 - Le 26 juin 2014 à 00h04 par Gérard PAGEAUD, Saint-nazaire
Il est à croire, que le rôle de monsieur Le Merrer est d'aider la gauche à se maintenir en 2020.
Mais mon petit doigts me dit qu'une vraie liste droitière pourrait voir le jour, avec des vrais gens de droite. Mais laissons Monsieur Le Merrer se Suicider Politiquement.
#2 - Le 26 juin 2014 à 00h36 par Le Marrant
Bravo article intéressant et bien écrit.

Je me permets de rajouter un constat.

Quand la victoire est possible, chacun se satisfait des apparences.
Quand la défaite est consommée, les masques tombes, le naturel reprend le dessus et les yeux s'ouvrent.

Cette division d'un jour sera peut-être perçue dans le futur comme une erreur de casting du passé et une planche de salue pour passer le balai dans les partis Nazairiens du centre et de la droite.

Après la fête on fait le ménage, on soigne la gueule de bois et on jette les vieux déchets. Le tout en songeant à une prochaine grande soirée, plus belle et sans les invités gênants.
#3 - Le 26 juin 2014 à 10h22 par Toto
l'union était belle et nécessaire...
le seul et UNIQUE problème : le merrer

non respect des co listiers
non respect de ses engagements (négo FN)
non respect des medias
non respect de l'adversaire
non respect des electeurs
non respect des partis
non respect des autres élus


enlever LLM de l'échiquier aujourd'hui et tout rentrera dans l'ordre
#4 - Le 26 juin 2014 à 11h22 par Hargneux
Votre article, est-il destiné encore une fois à mettre de l'huile sur le feu ?
Doit-on douter de votre non parti pris pour le PS nazairien ? il suffit de la lire la majorité de vos articles sur la campagne et l'après campagne
Vous parlez de mensonge, mais de qui ?
Qui sont les limaces ?
De ceux qui ont tout fait pour encarter UMP le groupe désirs de ville pendant la campagne ?
De ceux qui à peine élu ont quitté le groupe ayant obtenu ce qu'ils voulaient ?

Vous n'avez de cesse de casser le groupe désirs de ville, je me pose légitimement des questions sur votre parti pris. Comme Télé Nantes qui prétend le contraire mais qui est pourtant subventionné par la mairie de Saint-Nazaire avec l'argent du contribuable. Qui a été le plus menteur ?
Les bars de Saint-Nazaire pourraient dire beaucoup de choses
Que dire du revirement de Batteux qui soutenait Provost et qui hop, soutient samzun ?
Que dire du score du ps au second tour ?
Alors saintnazaire-infos, modérateur ou pas ?

*******

Merci :)
Saintnazaire-infos.fr roule à droite,
Saintnazaire-infos.fr il roule à gauche,
selon qui le lit surtout :)

Nous observons, nous nous interrogeons.
Heureux ceux qui comme vous, ont des certitudes.

Relisez nos articles en posant vos lunettes aux verres enfumés de rancoeur, et si vous avez du temps relisez aussi les commentaires de chacun, vous remarquerez comme nous sommes taxés de droite de gauche de fn ou d'écolos, anar aussi de temsp en temps :)

Quant à vos questions et remarques concernant les subventions nous y répondons bien volontiers : aucune subvention.

Et le défi de modérer, ou pas, bien sûr que non !
C'est votre avis et c'est notre choix de vous le laisser exprimer.

L'indépendance est à ce prix et nous ne la soldons pas.
#5 - Le 27 juin 2014 à 17h49 par Hargneux
Saintnazaireinfos : navré de vous décevoir mais je n'ai absolument pas de rancœur, il y a une victoire ou une défaite, c'est comme ça
Ma certitude, c'est que l'on tire à boulets rouges sur un groupe sans regarder qui serait le véritable fauteur de troubles dans la liste de celui-ci. Autre certitude, c'est que cela arrangerait bons nombres de personnes, persuadées que Saint-Nazaire leur appartient, de voir ce même groupe disparaître
Votre propos est somme toute le reflet de bien d'autres commentaires sur ce forum
#6 - Le 28 juin 2014 à 08h24 par Hé oh la droite !
La droite nazairienne est à l'image de la droite française, elle ne s'est plus où elle va. En quête de l'homme providentiel, elle a abandonné le monde des idées pour celui de l'éphémère, celui de la stratégie politique qui mélange opportunisme, communication et marketing.
Ainsi, les convictions ayant été remplacées par des ambitions individuelles, on assiste, impuissant, à une lamentable valse des étiquettes.
Toutes ces stratégies individuelles séparées les unes des autres sont intelligentes ou, au pire, présentent une logique propre.
A Saint-Nazaire, Ludovic Le Merrer privilégie l'UDI au Modem, la première étant plus ambitieuse que la seconde, plus enracinée au centre-droit, plus sûre ; on lui reprochera moins son penchant pour un hypothétique centre-gauche, au moins, le pense-t-il.
Florence Beuvelet, elle, s'inscrit dans une stratégie de groupe, celle de "Désirs de ville", son objectif est de noyauter l'UMP afin de neutraliser sa composante la plus droitière, Jean-Louis Garnier et consorts.
Quant à Christophe Dumoulin, si le ridicule tuait... Il est l'illustration du militant de base qui par effet de mimétisme va là où le porte l'immédiat de sa pensée. Et si coup de tête il y a eu, cela ne justifie pas l'abandon de l'UMP au profit du Modem. Bravo William !
En bref, à une droite nazairienne historiquement déjà bien malade, divisée, cette instabilité rajoute à la confusion et finit par donner une image déplorable de la chose publique : du turf pour certains, à chacun son sport..., jusqu'à une impression de tripatouillages, de combines, de magouilles et autres avatars qui, au final, font espérer que la droite nazairienne n'arrive jamais aux commandes. Un seul heureux, Nelson !
Or, si le militant de la droite nazairienne repense ses fondamentaux, la Liberté, le courage, la solidarité, il comprendra aisément qu'il n'y a pas meilleur lieu que Saint-Nazaire pour mettre du pragmatisme à sa pensée. La droite est dans son essence même sociale, elle rassemble, en théorie...
#7 - Le 28 juin 2014 à 16h08 par Hé oh la droite !
Rectificatif :
La droite qui ne sait plus où elle va.

A lire absolument :
"La droite piégée" et "La droite où l'on n'arrive jamais" d'Yves-Marie Adeline.

CONSTAT :
Élections municipales et élections européennes, à Saint-Nazaire, trois échecs :
1. Une liste UMP-UDI-Modem dont le score n'atteint pas l'agrégation des liste Izorce et Garnier de 2008 ;
2. Un espace politique pris par le FN et qui concerne, avant tout, les catégories les plus populaires ;
3. Un groupe de huit conseillers municipaux qui se fracture, aucune vision de la ville, un cumul d'ambitions individuelles et de rancunes.

DIAGNOSTIC :
1. L'union des droites (j'y inclus volontairement le centre) est, en l'état, impossible. Il ne sert à rien d'y concourir, perte de temps ;
2. Les militants, adhérents et sympathisants sont découragés ; la droite nazairienne n'a aucune crédibilité auprès de la population ;
3. La gauche profite de cette situation pour parfaire son hégémonie, elle a déjà gagné les élections municipales de 2020 ; le FN, quant à lui, est en embuscade, il va s'affirmer en première force de l'opposition municipale.

SOLUTIONS :
1. Admettre que la droite nazairienne est divisée et le restera. Faisons de cette faiblesse une force, un atout. Il ne sert à rien de concourir à une unité de façade. Soyons nous-mêmes et assumons avec honnêteté et sens du devoir ce que nous sommes, ce que nous croyons.
2. Aucune compromission ni avec la gauche, ni avec le FN ne peut et ne doit être admise.
3. Construisons une vision de la ville autour des quartiers, de laquelle naîtra un projet municipal. La droite doit travailler, avant tous les autres quartiers, ceux du canton "Est", ce sont les plus populaires, les plus ancrés à gauche, les plus enclins au vote FN. Tant que la droite se concentrera sur Saint-Marc-sur-Mer, ce sera l'échec.
4. Bâtissons une thématique sociale tournée vers les populations les plus en difficultés, celles que la gauche fait désespérer et pour lesquelles le FN constitue une sirène de plus en plus attrayante.
#8 - Le 28 juin 2014 à 17h00 par Jean-louis Garnier
Hargneux,

Vos solutions sont les miennes ; les poursuivre vous vaudra, comme moi, la haine la plus rance!
#9 - Le 28 juin 2014 à 18h40 par Hargneux
Garnier, votre propos est nébuleux
je ne veux certainement pas être comparé à vous ou vous ressemblez
#10 - Le 28 juin 2014 à 19h42 par Jean-louis Garnier
Rectificatif :
Nazairien de cœur et non Hargneux
Désolé
#11 - Le 29 juin 2014 à 13h10 par J.R., Dallas
Hargneux, le revirement de J.B. s'appelle : Le Conseil Economique et Social.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter