Saint Nazaire Infos

Oh ! Darling à la conquête du grand ouest

Depuis dix mois, une première boutique coquine s’est installée dans la région nazairienne. Le concept fait fureur et Oh ! Darling cherche dorénavant à conquérir le grand ouest. Les cinq associés ont récemment ouvert une boutique à Rennes.

Boutique coquine, love shop… Appelez Oh ! Darling comme vous voulez, mais ne dites surtout pas sex-shop. « Nous proposons globalement les mêmes articles mais ce n’est pas du tout le même concept », insiste Christine Liopé, cofondatrice du magasin installé depuis avril dans la ZAC Grandchamps de Trignac.
Les DVD et sex-toys classiques des boutiques érotiques traditionnelles sont bien là, incontournables, mais au fond du magasin. Par contre, pas de cabines de visionnage dans ce lieu dédié au plaisir. « Elles amènent un côté glauque dans des sex-shops où tout est noir. Ici, tout est ouvert. » Il est fini, le temps où les clients écartaient discrètement un rideau rouge pour entrer dans une boutique cachée du regard des passants.

70 à 80 % de femmes

Et les magasins s’adressent désormais aux femmes. Une nouvelle tendance dont profitent les cinq associés de Oh ! Darling. Le premier love shop nazairien vise surtout les femmes, « 70 à 80 % de la clientèle », assure Christine Liopé. Après quinze ans passés dans le tourisme, la cofondatrice a décidé de changer d’air et trouvé « une niche » avec « ce concept en vogue ». Dans l’agglomération de la deuxième ville de Loire-Atlantique, où l’activité ne souffre de la concurrence que d’un sex-shop, « il y avait un manque. Les femmes ne rentrent pas alors qu’elles sont souvent le moteur du sexe dans un couple. »
C’est entre copines, en couple et parfois même seules qu’elles poussent dorénavant la porte de la boutique trignacaise. Elles y trouvent des bijoux, des vêtements et déguisements coquins… Et se tournent souvent vers l’espace soins du corps où elles retrouvent « tout le côté sensuel et doux de la sexualité, le bien-être », détaille la cogérante. Un rayon qui compte pour best-sellers les huiles de massages comestibles et chauffantes. En terme de ventes, rien à voir toutefois avec le canard vibrant, l’indétrônable jouet. « Beaucoup de clients cherchent le jeu, à deux ou seul. » Et les sex-toys prennent des couleurs dans les paniers des clientes, qui consacrent en moyenne 35 à 40 € à leurs emplettes.

A Rennes depuis deux semaines

Dix mois après l’ouverture, Oh ! Darling s’installe lentement dans le paysage. « On a souffert des grèves d’octobre mais très, très bien travaillé pour Noël », estime Christine Liopé qui attend beaucoup de la Saint-Valentin. En plus de deux cogérantes, la boutique compte deux salariés à Saint-Nazaire et, depuis mi-janvier, deux autres à Rennes. La capitale bretonne ne comptait pas jusqu’alors de love shop. Au gré des opportunités, la boutique nazairienne cherche désormais à conquérir le grand ouest.

Auteur : CC | 31/01/2011 | 1 commentaire
Article précédent : « STX : Réouverture des négociations annuelles obligatoires »
Article suivant : « STX : CFDT et CFE-CGC signent l'accord de compétitivité »

Vos commentaires

#1 - Le 12 juillet 2011 à 16h25 par DUPERRIN, Janze
Bonjour,
Concept très agréable, les hotesses Christine et nina, 2 femmes d'age mure, leur conseil est très agéable, elle nous mettent tout de suite à l'aise sans nous harceler pour vendre quelque chose. UN ENDROIT ou l'on a envie de revenir.
Il faut continuer dans ce sens. La maturité est quleque chose de très important dansce type de magasin.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 2, avenue de la Chapelle 44380 PORNICHET
www.media-web.fr  |  Tél. : Rédaction 06 67 10 27 00 Publicité 06 08 65 26 92  |   Nous contacter