Saint Nazaire Infos

Occupations illégales d'habitations à Notre-Dame des landes : Le tribunal rendra son verdict le 20 septembre

Ce mardi après-midi, cinq personnes comparaissaient devant le tribunal de St-Nazaire pour occupation illégale d'habitations. Les prévenus seront fixés sur leur sort dans quinze jours.

L'audience reportée du 17 août dernier a cette fois bien eu lieu. Outre les assignés et leurs avocats respectifs, une quinzaine de personnes était présente dans la salle. A l'extérieur, 40 militants anti-aéroport sont venus soutenir leurs camarades, organisant par la même occasion un pique-nique en plein air. Mais ce qui a frappé à l'entrée du tribunal, c'est bien l'important dispositif de forces de l'ordre contrastant étrangement avec la faible mobilisation. Au cours de cette audience, la cour devait statuer à la demande de la société concessionnaire AGO sur des plaintes pour occupations illégales d'habitations et demandes d'expulsion et de condamnation. Ces logements situés sur le périmètre du futur aéroport ont été acquis par l'Etat et squattées pour certaines depuis seize mois. Au préalable, Maître Le Moigne s'est ému de l'accès à la salle. Dans sa plaidoirie ce dernier qui défendait deux assignés a soulevé l’irrecevabilité de la demande du concessionnaire, faute de qualité à agir. Se tournant vers le président, il a déclaré : "On veut essayer de tromper votre tribunal. Le droit au logement a valeur constitutionnelle. AGO ne peut pas se dispenser de règles et mettre dehors des occupants qui occupent paisiblement". Les cinq prévenus ont quant à eux fait part de leur souhait de régulariser un loyer en fonction de leurs revenus respectifs.

AGO abuse de ses droits

Après avoir écouté, la défense et l'accusation, le président s'est adressé aux occupants : "Etes-vous prêts à être relogés ailleurs si on vous le propose ?". Visiblement surpris par la question, les prévenus ont tous répondu :"ça dépend de la proposition". Deux jeunes femmes ont précisé qu'il ne faudrait pas que ce logement soit trop éloigné de leur lieu de travail. Après que le tribunal ait signifié sa décision au 20 septembre, Maître Le Moigne se voulait confiant à la sortie :"AGO abuse de ses droits. Je pense que le tribunal va nous suivre".
 

Auteur : YE | 07/09/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Pont de St-Nazaire : des progrès mais peut mieux faire. »
Article suivant : « Algues Vertes: des plages fermées à Saint-Nazaire »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter