Saint Nazaire Infos

Nouvelle convention pour la métallurgie

La CFDT a participé aux négociations et à la signature d’une nouvelle version de la convention de métallurgie de 1985.
De g. à d. : Stépgane Dufoux, représentant syndical à Airbus, Marc Ménager, Eric Paul et Yves Vince, délégués syndicaux à la Famat.
De g. à d. : Stépgane Dufoux, représentant syndical à Airbus, Marc Ménager, Eric Paul et Yves Vince, délégués syndicaux à la Famat.

En avril dernier, la CFDT a signé  la convention Collective de la métallurgie. Elle existe depuis 1985 mais ni la CFDT, ni la CGT n’en étaient signataires. Les choses ont changé, du moins pour l’un des syndicats en 2010 (la CGT n’est toujours pas signataire). « ça a surpris les autres signataires de la charte », se souvient Marc Ménager, secrétaire du syndicat, « notre but était d’améliorer la charte ». Le travail a été fait avec le syndicat CFDT de Nantes et l’Union des Industries (UI).

La convention est applicable dès 2013 après la réception de l’arrêté d’extension (qui devrait arriver courant décembre). Les avancées :
les congés pour absences (mariage ou encore décès). « Nous nous sommes rapprochés des cadres », ajoute Marc Ménager.
pour l’intérim, la reconnaissance de l’ancienneté passe de 3 à 18 mois. Cette décision est rétroactive depuis le 1er janvier 2000.
L’impérativité casse la loi Fillon de 2008 : les entreprises ne peuvent pas prendre des dispositions en-dessous de ce qui est écrit dans la convention.
Deux heures d’absence pour informations syndicales sont prévues.
Le budget des Activités sociales et culturelles (ASC) des comités d’entreprise (CE) a été augmenté de 0,2 %.

Et comme tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes, il y a eu un point d’achoppement lors de la négociation à propos des trois jours de carences. « Dans la métallurgie, ils sont pris en charge ; les patrons voulaient les réduire à trois jours pas an. Nous sommes arrivés à un statu-quo : les trois jours sont pris en charge mais pas en cas d’enfant malade », précise Marc Ménager. De même, la prévoyance de gros et petits risques est en cours de négociation. Suivant les boîtes, elle va de 0 à 100 %. C’est le gros chapitre de travail de 2013.

 

Auteur : AP | 12/12/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Le travail du dimanche "c'est la responsabilité des consommateurs" »
Article suivant : « STX c’est « le Mital de la navale » pour la CGT »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter