Saint Nazaire Infos

Nouveau débrayage à l’hôpital

Une soixantaine de personnels a débrayé en amont du conseil technique d’établissement de la cité sanitaire de Saint-Nazaire.
Céline Renard
Céline Renard

À l’invitation de la CGT et de la CFDT, une soixantaine de personnes a débrayé avant le conseil technique d’établissement (CTE) du jeudi 25 octobre. Ils sont entrés dans la pièce où se déroulait le CTE et Céline Renard de la CGT a lu la déclaration suivante.

« Notre syndicat avait demandé, conjointement avec la CFDT, la tenue d’un CTE exceptionnel afin de revoir les effectifs, les plannings et les organisations de travail dans les différents secteurs de la Cité sanitaire (services de soins, secrétariats médico-administratifs, secteurs médico-techniques,…). L’ordre du jour du CTE d’aujourd’hui n’est pas le reflet de ces demandes.
Pour la CGT, il y a urgence à traiter ces sujets !
Les nouvelles organisations de travail dans la Cité sanitaire et le manque d’effectifs dans de nombreux secteurs ont déstabilisé le travail des personnels et provoquent des insatisfactions professionnelles, ainsi qu’un épuisement professionnel chez beaucoup de nos collègues.
Les personnels soignants, médico-techniques, médico-administratifs, ouvriers et cadres sont en réelle souffrance au travail !
Les dysfonctionnements liés au nouveau bâtiment ne sont pas les seules causes de cette dégradation des conditions de travail. La mise en place des TAL et des pneumatiques ne suffit pas pour tout résoudre.
Pour la CGT, c’est bien la question des manques d’effectifs qui est en cause !
Les équipes soignantes et médico-techniques ne se sentent pas en sécurité pour travailler et ont le sentiment de mettre leur diplôme en danger par faute de temps. Elles éprouvent un sentiment d’impuissance et de découragement face à l’ampleur des tâches qu’elles ont à accomplir !
Les équipes de bionettoyage font des kilomètres pour mener à bien la propreté des locaux. Cela ne compense pas la charge de travail qui incombe aux aides- soignantes et aux auxiliaires de puériculture pour faire face au turn-over toujours plus important dans leurs services avec plus de patient(e)s et plus de lits !
Pour la CGT, il est indispensable de rajouter des effectifs :
- dans les services de soins la nuit un seul binôme AS/IDE pour 28 à 3O lits, ce n’est plus possible, ni sécurisant ! Il faut renforcer les équipes d’un agent dans les services de médecine gériatrique, de spécialités médicales, de chirurgie…
- dans les services de soins le jour il y a nécessité de rajouter un binôme AS/IDE dans les services de médecine gériatrique, de spécialités médicales, de chirurgie… et de ne pas réduire les effectifs le week-end !
- en maternité les auxiliaires de puériculture ne peuvent pas assumer toutes les tâches qui leur sont demandées alors qu’elles sont moins nombreuses qu’avant du fait des départs des aides-soignantes ; cette situation est pire le week-end du fait de l’effectif réduit. Il est indispensable de renforcer leur équipe par la présence d’une ASH 7 jours/7 et d’avoir un effectif AP identique 7jous/7.
- à la pharmacie les renforts de manutentionnaire et d’agent administratif doivent être pérennisés. Le nombre de préparateurs en pharmacie doit être augmenté d’au moins 2 ou 3 ETP
- les ouvriers, les magasiniers et les informaticiens ont également une charge de travail très importante.
Pour la CGT, il y a également urgence à rectifier certaines organisations de travail !
Les secrétaires médicales et les agents administratifs sont également en souffrance du fait de la réorganisation de leur travail qui les oblige à tourner sur trop de postes différents.
Les brancardiers ont également souffert d’organisations de travail inadaptées.
Les cadres sont en grande difficulté pour gérer les soucis d’effectifs et la poursuite de la politique de non-remplacement du 1er arrêt de travail.
Les personnels présents, mais aussi ceux en grève et assignés, et les représentants des personnels CGT vous demandent de prendre en compte leurs revendications justes et légitimes pour des conditions de travail décentes et pour des effectifs suffisants pour assurer une prise en charge de qualité et en toute sécurité des patients, à la hauteur des besoins des habitants de Saint-Nazaire et de sa région.
Nous voulons être enfin ENTENDUS et que nos demandes soient transmises à la Directrice de l’ARS.
Il y a URGENCE de renforcer les équipes, pour pouvoir enfin accomplir notre travail comme il se doit ! »


Le CTE s’est déroulé sans la présence de P. Colombel, directeur de l’hôpital, averti la veille par les syndicats de leur action. « Il n’est pas venu car il a trouvé que la venue des personnels au CTE rompt le dialogue social », précise Céline Renard. De même, aucun délégué de Force Ouvrière n’était présent.
Un rendez-vous téléphonique est prévu avec l’Agence régionale de la santé (ARS). Une réunion est prévue courant novembre avec le directeur pour parler des stagiérisations et d’un bonus pour les personnels dans le cadre du déménagement. Une autre réunion est prévue le 29 novembre pour parler des plannings et de l’organisation du travail. « Ça avance quand même un peu », conclut Céline Renard.
 

Auteur : AP | 26/10/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « La station des Ecossiernes ouvre ses portes »
Article suivant : « La CARENE protegera la nappe de Campbon »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter