Saint Nazaire Infos

Nicolas Dupont-Aignan « pour la navale il faut une vraie stratégie »

Nicolas Dupont-Aignan, député était ce matin à Saint-Nazaire pour rencontrer les dirigeants de STX et les syndicats. Il a pu rencontrer FO mais les dirigeants de STX n’ont pas voulu communiquer avec un député de la République.

À la sortie de sa rencontre avec FO, Nicolas Dupont-Aignan s’est exprimé devant la presse. « Ce chantier résume le mal français, la commande du paquebot est une bonne nouvelle mais ce n’est qu’un répit ». Le député de l’Essonne président du mouvement Debout la République explique qu’il n’y a pas de politique navale organisée, ni de stratégie depuis 20 ans en France.
 

Un second porte-avions

« Le câblier France télécom parti à l’étranger, c’est un scandale » Il préconise une fusion de tous les chantiers navals français et un rapprochement avec la DCNS.
Il rappelle la commande en jeu pour la CNCM. Il demande un deuxième porte-avions « c’est un impératif stratégique », « servons-nous de ce levier porte avion, Saint-Nazaire est le dernier chantier français. Est-ce que l’on veut que dans 10 ans, il n’y ait plus rien ici ou veut-on une vraie politique de la navale ? »
Pour Nicolas Dupont-Aignan « il y a un vrai problème de management à STX, quand il y a autant de salariés en chômage partiel, il est pour le moins ahurissant que la direction ne se manifeste pas d’avantage. »

Notre-Dame-des-Landes

Le député de l’Essonne poursuit sa route à Notre-Dame-des-Landes « pour écouter tout le monde ». Il réclame « un vrai moratoire pas du cinéma » « on ne peut pas faire un investissement si colossal, au moment ou l’argent public est rare sans actualiser les données. Je ne suis pas sur un plan écologique. Penser que dans le monde de demain aérien avec le développement du TGV, il va y avoir des liaisons internationales à Notre-Dame-des-Landes c’est complètement maboul. » Nicolas Dupont-Aignan (NPD) réclame une réévaluation du projet, souhaite mettre tout le monde autour de la table « pas dans une démarche idéologique ». « Dans ce dossier vous avez un premier Ministre qui est juge et partie, son orgueil est en jeu et il n’y a rien de pire dans la vie, quand vous abordez un dossier avec un problème personnel. ». NDP pense que si l’on n’était pas dans un problème d’amour-propre le moratoire aurait pu avoir lieu depuis longtemps.

Debout La République et les élections

Le président du mouvement travaille sur le dossier des municipales mais ne peut pas en parler pour l’instant. « On réfléchit, on travaille au cas par cas. » Il affirme qu’il n’y aura aucune stratégie commune avec le Front National. « En tout cas, on sera présent aux élections européennes c’est indispensable ».« Si ce chantier ici a été abandonné par Alstom c’est à cause de l’Union européenne. » « On peut être européen sans accepter la dictature européenne.» «Nous serons aux européennes, la seule liste patriotique républicaine.»
Et en guise de clin d’œil le député posa pour la photo devant le bateau Europa.

Auteur : JBR | 10/01/2013 | 3 commentaires
Article précédent : « Les salariés de SMH en grève »
Article suivant : « Cité sanitaire : la médaille du directeur et la colère des personnels »

Vos commentaires

#1 - Le 10 janvier 2013 à 23h47 par Gg
Quel génie ce type!
Venir pour dire ça?
Allez dodo
#2 - Le 12 janvier 2013 à 11h39 par Raminagrobis
C'est difficile à comprendre pour un énarque, député de surcroit, qui n'a jamais travaillé de sa vie, mais la navale comme toutes les entreprises n'a qu'un ennemi : les frais généraux c'est à dire tous les coûts autres que les matériaux directs et la main d’oeuvre de fabrication.
#3 - Le 12 janvier 2013 à 16h22 par bib
pour rebondir sur raminagrobis, toute entreprise doit tenir compte de son environnement.

Sur ce plan-là, la navale doit maintenir et éventuellement créer un outil de production : le portique, un hangar du même type que celui des Allemands, où sont-ils ?

Il faut aussi ne pas rechigner à retourner travailler ou lieu de bénéficier du chômage partiel. La Directte a notamment revu son cahier des charges suite aux dérives de salariés de grandes entreprises (dont les Chantiers) où les salariés préféraient rester au chômage partiel, profitant pourquoi pas du black ni vu ni connu plutôt que de retourner travailler (et avoir des revenus imposables et soumis à cotisations sociales).
Une autre conséquence de ce personnel manquant a été un des facteurs de l'arrivée de travailleurs étrangers, souvent payés moins chers.

Et rappelons, le désastre des grèves à répétition et des blocages du port. On conserve des acquis sociaux mais on n'a plus de boulot... Car ces images et cette réputation ont fait le tour du monde de la profession.

Ca fait pas plaisir à lire et ça ne me fait pas plaisir de l'écrire une nouvelle fois.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter