Saint Nazaire Infos

Municipales 2020 : Le Rassemblement National Nazairien écrit à Debout La France

Le RN, puisque c’est depuis ce week-end son nouveau nom, écrit une lettre à Gaël Bourdeau DLF pour créer une liste d’union aux prochaines élections municipales à Saint-Nazaire. Alors que Dupont-Aignan a refusé pour l’instant, une liste commune aux élections européennes avec Marine Lepen, vu de Paris les alliances locales seront elles autorisées ? Le texte de la lettre signée Gauthier Bouchet.

Monsieur,

"Je vous écris aujourd’hui concernant un sujet important, et qui concerne nos deux formations politiques : les élections municipales de 2020. En tant qu’élu d’opposition au conseil municipal de Saint-Nazaire, avec les militants du Front national, j’ai à cœur de préparer cette échéance cruciale pour ma commune, dont j’espère qu’elle pourra enfin changer de majorité. Vous n’ignorez pas, je pense, que Saint-Nazaire est dirigée sans discontinuer par la gauche socialiste, depuis pratiquement un siècle.

Sachant pouvoir compter sur tous les patriotes et tous les républicains sincères, le Front national a fait acte, le 29 avril dernier, dans le cadre d’une tribune, de sa volonté de constituer une liste commune à Saint-Nazaire avec les militants de votre mouvement, Debout la France, en vue de l’élection municipale. Cette date d’avril n’était naturellement pas anodine, dans la mesure où elle correspondait à l’alliance contractée entre votre président, Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen, l’an dernier, durant l’entre-deux tours de l’élection présidentielle.

Militants et élus nazairiens du FN, nous pensons qu’il faut localement poursuivre la dynamique de rassemblement engagée en 2017, entre Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan. C’est la condition d’une victoire, à Saint-Nazaire comme sans doute ailleurs en Loire-Atlantique, face à ce qu’il reste des bastions de gauche, et contre ce que pourrait donner le macronisme, implanté dans nos municipalités.

C’est la raison pour laquelle nous vous proposons aujourd’hui de renouveler localement cette alliance à Saint-Nazaire, dans la perspective de la municipale. Le fait que cette échéance soit dans deux ans pourrait faire penser qu’il n’est pas temps de discuter d’un tel rapprochement. Nous croyons cependant que ces discussions doivent être engagées très en amont.

Parce que je crois à la transparence en politique — je me l’appliquais à moi-même durant la législative, publiant une déclaration de revenus et de patrimoine — j’ai aussi souhaité que le présent courrier, tout comme la tribune d’avril, soit une lettre ouverte. De cette manière, les Nazairiens auront la capacité en conscience de juger, avant de trancher, en 2020.

Comme nous avons pu le faire savoir dans notre tribune, nous estimons qu’à Saint-Nazaire « gaullistes, indépendants, souverainistes de toutes attaches et de tous parcours qui ont fait confiance à Nicolas Dupont-Aignan » auront leur place sur notre liste municipale, en 2020. L’union ne peut toutefois se faire qu’avec un projet partagé.

Cette liste d’union suppose bien sûr un projet de gouvernance local, qui puisse constituer une alternative claire au socialisme et au macronisme à Saint-Nazaire, tout en respectant les sensibilités respectives du FN et de DLF. Il nous semble que ce projet pourrait avoir comme dénominateurs communs les cinq points suivants :

La sécurité, parce qu’elle est la première des libertés, doit être garantie ; elle sera au cœur des politiques publiques d’une grande commune comme Saint-Nazaire, qui n’est pas exempte de problèmes : cambriolages, braquages, trafics de drogue… L’effort doit donc être mis dans la constitution d’une police municipale digne de ce nom, et d’une vraie vidéoprotection, prioritairement dans les rues du centre-ville. L’entretien et la propreté de la voirie doit de plus bénéficier d’un plan spécifique.

La fiscalité doit être localement stabilisée, tout comme notre dette, avant, à mi-mandat, la baisse des taux des impôts locaux et de la dette, avec 2 % de désendettement par an comme objectif. Cela doit passer par des économies au cas par cas, concernant les subventions associatives, les frais de communication de la Ville, un certain nombre de postes municipaux de direction et de cabinet en doublons. Les économies engagées devront s’appliquer à tout ce qui n’est pas prioritaire pour le développement social, touristique et culturel de notre ville.

La politique culturelle doit donner la priorité aux Nazairiens d’abord, ceux-ci doivent donc être logiquement les premiers servis, relativement à une offre culturelle qui doit demeurer en de larges parts populaire, politiquement neutre, accessible à tous, pédagogique. À tout le moins, la part subventionnée de cette offre devrait au mieux correspondre à ces critères, au lieu que soit mise en avant une culture élitiste, voire partisane, en ce qu’elle appuie parfois les intérêts politiques de la Mairie. De même, celle-ci doit s’abstenir de financer tout communautarisme.

L’insertion de la Ville dans les dernières réformes territoriales (MAPTAM, NOTRE), de même que dans l’intercommunalité, et les transferts de compétences excessifs qu’elle implique, doit être contestée avec davantage d’élus aux conseils municipal et communautaire, à défaut de pouvoir être remise en question dans l’instant, faute d’en avoir les capacités, au niveau de l’État. Cette contestation semble d’autant plus nécessaire qu’elle s’articule avec une remise en cause du sureffectif de la Fonction publique territoriale. Il faudra par ailleurs diminuer le nombre de chargés de mission.

La position de la France au sein de la construction européenne actuelle, bien que ne pouvant être remise en question dans l’instant, doit être contestée, même à l’échelon local du conseil municipal. En effet, ses conséquences sont importantes sur la situation de l’emploi industriel nazairien : travailleurs est-européens concurrençant l’embauche de notre main-d’œuvre et les salaires, crise récurrente des chantiers navals et de la sous-traitance, délocalisations, transferts de compétences… Nous considérons de même qu’un adjoint à l’industrie doit accompagner le maire sur ces questions.

Ne doutant pas que vous aurez à cœur de répondre au présent courrier, et espérant un dialogue ouvert et cordial entre nos deux mouvements, je vous prie, Monsieur, d’agréer mes salutations distinguées."

 Gauthier BOUCHET

04/06/2018 | 2 commentaires
Article suivant : « Saint-Nazaire municipales 2020 : Elles occupent déjà les esprits et les partis locaux. »

Vos commentaires

#1 - Le 04 juin 2018 à 23h27 par Moyon, St.nazaire
Le "Pokemon" boy entre en scène: la conduite des dossiers locaux est une chose trop pointue pour être confiée à ces idéologues lowcost.
#2 - Le 05 juin 2018 à 07h36 par Chloé, Saint-nazaire
Ils peuvent toujours aller au restau ensemble.

Note de frais du FN

"Parmi les frais figurent des repas à plus de 400 euros par personne dans des restaurants huppés de Paris, ainsi que quelque 230 bouteilles de champagne dont six d'une valeur de plus de 81 euros."

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter