Saint Nazaire Infos

Le PCF a proposé un arrangement électoral à l'UMP

Le PCF tire à boulets rouges sur l'UMP et son arrangement avec le FN à
Trignac. Pourtant, il ferait mieux de balayer devant sa porte.

Nous confirmons l'information de notre confrère Breizh-info relayée ci-après.
Yalta raté.


05/04/2014 | 5 commentaires
Article suivant : « Hommage à Damien Perrotin »

Hommage à Damien Perrotin

Responsable local de l’Union démocratique bretonne (UDB) à Saint-Nazaire, Damien Perrotin, également colistier de Changeons la ville emmenée par Gilles Denigot, s’est éteint brutalement jeudi 27 mars. Une cérémonie s’est tenue ce 1er avril sur le parvis de l’Hôtel de Ville, en présence d’une centaine de personnes.
Damien Perrotin
Damien Perrotin

Damien Perrotin aurait été fier et touché du symbole. Le Gwenn ha Du (le blanc et noir en langue bretonne), le drapeau breton bien connu de tous, avait été hissé sur le mât officiel de l’Hôtel de Ville de Saint-Nazaire, lieu de la cérémonie qui lui a rendu hommage après son décès brutal. Chose qui n’était plus arrivée depuis 33 ans. Damien Perrotin a été victime d’un malaise cardiaque rue de la Paix, jeudi 27 mars dernier, à seulement 41 ans. Il était une figure militante locale de la cause bretonne.

Émus et dignes, ses parents, sa compagne, frères et proches ont tenu à lui dire un dernier au revoir, au lendemain de son enterrement à Sévérac. Comme l’a indiqué son père, le dernier à prendre la parole de cette cérémonie très solennelle qui dura une toute petite demi-heure, le fameux Gwenn ha Du a été glissé sur son cercueil.
Auparavant, l’hommage débuta par une minute de silence. Puis, l’hymne breton Bro gozh ma zadoù (plus connu sous le « O Breizh ma bro » fut joué au violoncelle. Le célèbre poème de Morvan Lebesque, popularisé encore grâce au groupe Tri Yann, « Le Breton est-il ma langue maternelle, Non, je suis né à Saint-Nazaire »(Nantes (Naoned) en réalité mais Damien Perrotin est né à Sant-Nazer) où on ne le parle pas.. fut récité.
Pendant qu’un garçonnet agitait le drapeau breton sur le parvis de la mairie, Patrick Lecat, responsable local de Bretagne Réunie prononçait un discours empli de sincérité : « David Perrotin était de tous les combats lorsqu’il s’agissait de l’émancipation de la Bretagne. Il faisait également partie des Bonnets Rouges de Guérande». Le jeune garçon tint à prendre le micro, en breton, puis en français : « Damien, tu es mon ami et tu seras toujours mon ami ». Poignant.

Pierre Even, conseiller municipal de 2008 à 2014 prononça lui aussi son hommage. Gilles Denigot, exprima « sa grande émotion. Je suis orphelin sur beaucoup de sujets qu’il pouvait porter ». La tête de liste de Changeons la ville, associée au père du défunt, remercièrent alors Joël Batteux, encore maire jusqu’à vendredi, d’avoir accordé la minute de silence dimanche dernier au moment des résultats des élections, et d’avoir permis de « hisser sur le mât officiel de la ville le Gwenn ha Du. C’est le plus beau des cadeaux que l’on pouvait offrir à Damien ». S’adressant alors à David Samzun, d’une même voix les deux hommes demandèrent alors au nouvel élu de laisser le drapeau, s’il l’acceptait. « Ce serait un geste fort pour ton entrée à la gestion des affaires de la commune ».

Jean-Marc Ayrault, encore Premier ministre mais qui vivait son dernier jour à Matignon, adressa même une lettre aux parents de Damien. À l’heure de la nécessaire réduction du millefeuille territorial, quel plus beau cadeau pourrait être offert à Damien Perrotin que la réunification de la Loire-Atlantique (le président du conseil général Philippe Grosvalet était présent) à sa région d’origine, la Bretagne ?

Auteur : JR | 01/04/2014 | 2 commentaires
Article précédent : « Le PCF a proposé un arrangement électoral à l'UMP »
Article suivant : « Saint-Nazaire Municipales : l’heure des règlements de comptes à droite »

Saint-Nazaire Municipales : l’heure des règlements de comptes à droite

Ludovic Le Merrer et la droite nazairienne font moins bien qu’en 2008 de près de 9% dans un contexte national favorable à la droite. Ce mauvais résultat est sans nul doute dû au mauvais choix pour la tête de liste.

La droite nazairienne s’est trompée de stratégie, en pensant qu’il fallait placer un MoDem tête de liste à Saint-Nazaire fort du bon score de Kewin Izorce en 2008. Mais le MoDem de l’époque était beaucoup plus haut dans l’opinion publique.

Dans un contexte national favorable à la droite UMP, (Angers, Trignac près d’ici) très défavorable au MoDem (Guillon à Saint- Michel-Chef-Chef, Gallerneau à Pornichet, Bruckert à Nantes) la liste Le Merrer n’a pas fait le plein des voix de droite, l’attitude de François Bayrou à l’élection présidentielle est encore présente dans l’esprit des électeurs de droite.

Jean-Louis Garnier UMP reconnaît bien volontiers s’être trompé sur le choix de la tête de liste. « Nous n’avons pas réussi à trouver une tête de liste UMP pour l’emporter. » Au-delà de ce mauvais choix, le délégué local de l’UMP regrette la campagne « calamiteuse » de Le Merrer. « Nous avons été trompés par deux individus MM Bastida et Le Merrer qui ont aussi  beaucoup menti aux Nazairiens. Je ne parlerai pas des gaffes d'entre les deux tours : rencontre clandestine avec le FN puis participation à une manifestation anti FN. Nous n'en serions pas là si nous avions affirmé une ligne plus à droite. La manière inouïe dont la droite a été traitée par certains, tant dans ses valeurs que dans ses militants, n'est pas prête d'être oubliée à SN! Supprimer une voix de droite au conseil municipal de SN était probablement le but visé consciemment par le candidat centriste. »

À Saint-Nazaire l’UMP avec ses nombreux militants (161)  est depuis toujours présente dans les élections locales. Il n’en n’est pas de même pour l’UDI forte de cinq militants sur la Presqu’île guérandaise et encore moins du MoDem. Si la droite nazairienne veut espérer faire de meilleurs résultats lors des prochaines élections elle devra faire prévaloir le leadership UMP et trouver un nouveau Etienne Garnier *.

*député de la 8e circonscription de la Loire-Atlantique de 1993 à 1997



 

Auteur : JBR | 01/04/2014 | 17 commentaires
Article précédent : « Hommage à Damien Perrotin »
Article suivant : « David Samzun élu avec 53,44 % »

David Samzun élu avec 53,44 %

Joël Batteux, après 31 ans à la tête de la cité portuaire, a proclamé les résultats du second tour, et la victoire de son dauphin David Samzun, qui l’emporte avec 53,44%.

Inscrits : 47 526

Votants : 26 776

 

Saint-Nazaire Bleu Marine FN Jean Claude Blanchard  3479 voix - 13,53 % - 3 sièges

Désirs de Ville Dynamique et Solidaire  Ludovic Le Merrer 8496 voix - 33,03 % - 8 sièges

Fraternelle et inventive  PS David Samzun voix - 13746 voix - 53,44 % - 38 sièges

Après des problèmes de micros qui rendirent l’ambiance encore plus surchauffée, Joël Batteux a pu glisser, pour faire patienter gentiment toute la foule massée, « n’avoir jamais vu autant de monde dans le hall de la mairie ». Puis, l’édile a voulu faire respecter un moment de silence à la mémoire de David Perrotin, décédé le 26 mars.
Joël Batteux, maire sortant : « Ce sera mon dernier tour de piste. Je suis très touché de la présence d’autant de personnalités. Aujourd’hui, Saint-Nazaire a un niveau de représentation (politique) conforme à sa taille. La campagne de David Samzun a été hors du commun. (Moi-même je ne l’ai jamais fait). Je lui souhaite de travailler aussi longtemps que moi. Les Nazairiens ont appliqué la devise sportive : on ne change pas une équipe qui gagne. Mais chacun aura le temps de s’interroger sur le score du FN et sa montée à Saint-Nazaire (huée dans le public, hormis le FN qui s’applaudit). En espérant que cet incident ne se reproduira jamais ».

David Samzun

Je vais apporter mon style

David Samzun candidat de Fraternelle et Inventive, nouveau maire de Saint-Nazaire. «C’est une grande satisfaction dans un contexte très difficile pour la gauche. Nous nous sommes rassemblés sérieusement, sur un projet. Je suis fier de ce résultat, nous atteignons presque 54% des voix, dans une triangulaire. J’adresse mes remerciements aux 49 colistiers. Je vais rassembler et démontrer que le FN ne résout rien, et n’apporte rien comme réponse à la crise. Je serai un maire de proximité, sérieux. À partir de demain, c’est le rassemblement Joël Batteux C’était une méthode. Je me suis formé à ses côtés. Je vais amener mon style.».

Philippe Grosvalet président du conseil général

« Le score est excellent ici bien sûr. Je n’en doutais pas. Mais dans une période difficile il est bon que les villes ancrées à gauche le restent. J’espère que ce sera aussi le cas pour Nantes dans quelques instants ».

Jean-Claude Blanchard

Nous n'entrons pas par effraction

Jean-Claude Blanchard candidat de Saint-Nazaire Bleu Marine : « Nous sommes satisfaits, nous avons gagné un point, soit environ 300 voix. Et nous aurons un ou deux conseillers municipaux. De plus, nous avons gardé nos bastions populaires. En tant que républicain, je reconnais la victoire de David Samzun. Le discours de Joel Batteux ? Ça ne m’inspire rien. Ou plutôt du mépris. Mais les électeurs ont voté, nous n’entrons pas par effraction au conseil municipal ».

29/03/2014 | 20 commentaires
Article précédent : « Saint-Nazaire Municipales : l’heure des règlements de comptes à droite »
Article suivant : « Fermeture des commentaires »

Fermeture des commentaires

Les commentaires posés entre le vendredi 28 mars 20 h 00 et le samedi 30 mars 20 h 00 ne seront pas publiés.
28/03/2014 | 1 commentaire
Article précédent : « David Samzun élu avec 53,44 % »
Article suivant : « Contacts avec le FN : Ludovic Le Merrer ne désavoue pas ses collaborateurs »

Contacts avec le FN : Ludovic Le Merrer ne désavoue pas ses collaborateurs

Dans un long courrier envoyé à la rédaction, Ludovic Le Merrer explique que jamais il n'a voulu négocier avec le FN et évite la question : « des personnes de votre équipe ont-elles rencontré Jean-Claude Blanchard ? ».

Ludovic Le Merrer indique qu'il n'a pas négocié avec le FN. SaintNazaire-infos publie bien volontiers ici et dans son intégralité un courrier reçu à la rédaction. S'il y expose ses convictions,  Ludovic Le Merrer ne répond pas à la question concernant ses collaborateurs.

"Je viens de lire votre dernier article et suis consterné par un tel acharnement à mon encontre !!!

Comment peut on croire une seule seconde que je puisse avoir voulu négocier de près ou de loin avec le FN ?

Relisez mes discours que j’ai systématiquement publiés sur mon site internet www.desirsdeville.com <http://www.desirsdeville.com>  , relisez mon allocution tenue lors de mon dernier meeting mercredi soir ! J’ai toujours mis en exergue mon refus des extrêmes !!!

Je me bats depuis le début de cette campagne contre les mensonges du candidat socialiste qui m’a systématiquement présenté comme le candidat de l’UMP, l’homme de droite,  alors même que je suis adhérent au modem, soutenu par 4 partis politiques et qui a monté en épingle tout un tas d’affaires calomnieuses aussi incroyables les unes que les autres.

Je l’ai répété mille fois : Ma liste est composée de socio professionnels, de personnes allant du centre gauche à la droite républicaine. De personnes de tous horizons.

Trouvez vous normal que l’on puisse présenter une liste avec des personnes de plus de 80 ans ?
sans visage ? Etes vous allé interroger ces personnes présentes sur la liste du FN ?

Trouvez vous normal que dans une liste présentée par un socialiste , on trouve aucun ouvrier ? une immense majorité de personnes vivant des subventions publiques et que dans son comité de soutien on y trouve autant de fonctionnaires ?

Le candidat socialiste a basé sa stratégie de campagne sur une seule chose :
la peur du changement et la diabolisation de la droite.
relisez ses tracts
Lisez les miens
Comparez !!! Le professionnel de la politique ce n’est pas moi !!!

Avez vous une seule fois lu nos programmes respectifs ? Les avez vous analysés ?

Plus de 25% des electeurs m’ont fait confiance.  Rappelez moi quand une liste d’opposition a t’elle fait un aussi important score à St Nazaire pour un premier tour ? Votre analyse des résultats du premier tour m’a consterné.

 Vous avez fait le choix éditorial de mettre en avant les résultats du FN au détriment de mon résultat.
Vous êtes vous posé la question de savoir à qui profitait un tel déballage médiatique ?

je ne trahirai pas les très nombreux nazairiens qui m’ont fait confiance pour ce premier tour.  

et une nouvelle fois, les analyses sont intéressantes lorsque les données sont exactes (cf votre dernier article).
La seule personne qui gère la communication dans mon équipe c’est Gwenaelle Guiheneuf, colistière de DésirS de Ville.

Vous détenez, sans vous êtes soumis au suffrage universel, le pouvoir le plus important qui soit : détruire la réputation d’un homme, sans arme, uniquement par l’intermédiaire de votre clavier.

Faites en bon usage, car de mon côté, sachez que jamais, je dis bien jamais, je n’accepterai un tel pouvoir, je vous le laisse.

J’ai mené cette campagne avec le cœur, avec sincérité, conviction, avec passion, avec dynamisme et enthousiasme. Je suis fier de mes équipes et de leur travail. Je suis heureux de toutes ces rencontres.

Et je continuerai de mener campagne jusqu’au bout malgré les mensonges et les attaques.

A défaut d’être un homme de droite, je suis et reste pour ma part, droit dans mes bottes.

Qui a participé, sans écharpe, à la manifestation contre la montée du Fn à St Nazaire ce jeudi ? J’étais le seul candidat à l’avoir fait avec mes équipes.

Le courage par les actes !
Je ne me contente pas comme le candidat socialiste de faire référence aux valeurs, moi je les mets en pratique au quotidien.

Les nazairiens décideront dimanche !"










 

28/03/2014 | 5 commentaires
Article précédent : « Fermeture des commentaires »
Article suivant : « La Ligue des droits de l'Homme déplore « le vote de l’abandon » du 1er tour »

La Ligue des droits de l'Homme déplore « le vote de l’abandon » du 1er tour

La Ligue des droits de l'Homme dans un communiqué demande d'agir pour une ville juste et solidaire, appelle au vote, et met en garde contre les extrêmes.

Le constat est là, les quartiers populaires ont voté FRONT NATIONAL.
Ils n’ont pas personnalisé le vote puisque les candidats de la liste Blanchard sont de parfaits inconnus.
Ils n’ont pas adhéré aux idées simplistes des populistes, ils ont exprimé un mécontentement.
Ils sont un front de la misère, misère qu’ils voient grandir, sans savoir comment la freiner.
Ils vous répondront qu’il est difficile de réfléchir quand on a faim ! Il vous sera difficile de leur expliquer que les extrêmes, loin de régler le problème, vont l’aggraver.
Quand vous avez 1000 bénéficiaires aux distributions alimentaires avec le poids économique que cela représente pour les associations, vous devez agir pour une ville OUVERTE -JUSTE – FRATERNELLE – LIBRE – DEMOCRATIQUE –ACCUEILLANTE et SOLIDAIRE.
Le vote et le rejet des extrêmes est la première étape de l’entreprise.

Ligue des Droits de l’Homme -



 

28/03/2014 | 4 commentaires
Article précédent : « Contacts avec le FN : Ludovic Le Merrer ne désavoue pas ses collaborateurs »
Article suivant : « Le MoDem 44 : confirme son opposition « à tout accord électoral » avec le Front national »

Le MoDem 44 : confirme son opposition « à tout accord électoral » avec le Front national

Le Modem 44 réagit dans un communiqué « aux rumeurs de tractations entre le représentant du Nouveau Centre/UDI à Saint-Nazaire et le Front National et prend acte du démenti de M Ludovic Le Merrer, tête de la liste Saint-Nazaire Dynamique et solidaire».

« Si ces conversations entre le Front National et le représentant du Nouveau Centre/UDI  à Saint-Nazaire devaient être confirmées, le Modem ne pourrait que les condamner sans réserve  et demanderait à l’UDI 44 et à son président de s’associer à son appel pour marquer son opposition ferme  et sans appel à tout accord électoral  avec le Front National ».

27/03/2014 | 7 commentaires
Article précédent : « La Ligue des droits de l'Homme déplore « le vote de l’abandon » du 1er tour »
Article suivant : « Ludovic Le Merrer empétré dans sa communication »

Ludovic Le Merrer empétré dans sa communication

Hier Saintnazaire-infos révélait que des collaborateurs proches de Ludovic Le Merrer avaient approché le Rassemblement bleu marine. Suite...

Ludovic Le Merrer s'est défendu d'avoir fait approcher  Jean-Claude Blanchard et menaçait hier notre rédaction de poursuites judiciaires si elle ne retirait  pas son article. Il précisait que Pierre Bastida n'était pas son directeur de campagne mais un de ses collaborateurs, c'est pourtant bien la fonction qu'il remplit depuis le départ de Mickaël Bouillet. Et c'est son directeur de communication qui accompagnait Pierre Bastida le soir de la rencontre, le même qui appelait notre rédaction pour faire retirer l'article. Difficile donc de croire que Ludovic Le Merrer n'était pas informé. Quelques co-listiers, parmi les premiers indiquent qu'ils n'étaient pas au courant de cet essai.
Alors de deux choses l'une : ou Ludovic Le Merrer était au courant et il n'assume pas les «écarts » de ses collaborateurs, ou il ne tient pas ses troupes qui décident pour lui. Il s'agit ici de son directeur de communication et de son « collaborateur » certes, mais par ailleurs directeur de campagne à Pornichet, pas de supporters zélés et maladroits.

Transparence

Ce qui est surprenant dans cette histoire n'est pas que la droite turquoise ait contacté la droite marine. Après tout, en théorie, pour battre la gauche aux mathématiques, c'est humain, diront les « calculateurs ».
Elle crie « avec eux non jamais !», « pas d'alliance avec le FN ». OK.
Mais alors qu'elle ne le rencontre pas, surtout en ce moment. Et surtout si elle le fait, qu'elle l'assume, qu'elle n'essaye pas de discréditer ceux qui soulignent cette incohérence.
La liste de Ludovic Le Merrer cherche des voix, parmi ceux qui ont voté pour Jean-Claude Blanchard, mais en niant cette rencontre elle les méprise.
Il suffisait de dire oui « nous avons rencontré le FN et nous avons parlé de... » C'est si difficile ?
La transparence ne commence-t-elle pas par là ? se demandent les naïfs, les autres penseront que c'est une belle erreur de communication.
En attendant, la liste turquoise s'est pris un râteau, mais plus grave, elle a semé les graines de la discorde dans son groupe.
 

Auteur : JBR | 27/03/2014 | 14 commentaires
Article précédent : « Le MoDem 44 : confirme son opposition « à tout accord électoral » avec le Front national »
Article suivant : « Tous à Coubertin pour soutenir le SNVBA samedi »

Tous à Coubertin pour soutenir le SNVBA samedi

Les dirigeants du club lancent un appel aux supporteurs du SNVBA à l'occasion du match de la survie en Ligue AM, ce samedi, contre Lyon.

Pour préserver toutes ses chances d'évoluer en Ligue AM la saison prochaine, le SNVBA doit impérativement battre l'ASU Lyon, samedi soir 29 mars (20 h 00) à Coubertin.
A deux matches de la fin du championnat, quatre équipes restent réellement concernées par une possible relégation en Ligue BM au terme du championnat : Lyon 30 points, Narbonne et Saint-Nazaire 27 points et Rennes 24 points. A un degré moindre, Montpellier avec 31 points peut aussi être inquiété avant ses deux matches à l'extérieur à Chaumont et Sète.
Toutes ces formations restent dans l'incertitude sur leur forme, toutes défaites lors du dernier match, et pour chacune d'elle une victoire à trois points lors de la prochaine journée est indispensable pour se garantir une présence en Ligue AM saison 2014/2015.
Parmi ce quatuor, le SNVBA, en grand danger au classement, garde malgré tout la possibilité de s'en sortir avec une victoire devant Lyon et l'espoir de grappiller quelques points supplémentaires lors de son dernier match à Cannes.
De plus, le SNVBA n'a pas le calendrier le plus critique puisque lors des deux dernières journées Narbonne, concurrent direct du SNVBA, se rend à Ajaccio (leader) et reçoit Lyon ; Rennes reçoit Toulouse et Ajaccio ; Lyon vient à Saint-Nazaire et se rend à Narbonne... Un chassé-croisé aux conséquences totalement incertaines dans l'établissement du classement ultime.
Pour toutes ces équipes, chaque match et chaque point va donc se révéler vital pour déterminer les deux équipes reléguées. Qu'elles concèdent la moindre défaite sèche et les dés seront vraisemblablement jetés.

Pour la réception de Lyon dans sa salle de Coubertin, le SNVBA va plus que jamais avoir besoin de son fidèle public, véritable 7e homme dont l'ardeur est très souvent réclamée par les protégés de Gilles Gosselin en cours de match.
Les dirigeants du club espèrent qu'à cette occasion, pas une voix des supporteurs du SNVBA ne manque dans les tribunes du gymnase pour soutenir son équipe fétiche. À n’en pas douter, tout va se jouer dans les détails, en particulier une bonne agressivité des joueurs dans ce match et un soutien inconditionnel du public tout au long de la rencontre.

Une victoire à trois points à domicile serait la plus belle des récompense pour un public nazairien dont les quelque 1200 spectateurs recensés pour chaque match le situe sur le podium de la fréquentation dans sa poule de Ligue AM en 2014 !

A l'occasion de ce dernier match à domicile contre Lyon, le public pourra s'offrir en souvenir de cette saison 2013/2014 une écharpe aux couleurs du club (10 € pièce). Histoire de forcer le destin et se projeter dans le futur du club, toujours, espérons-le, au plus haut niveau.

Source : communiqué du SNBVA




 

26/03/2014 | 0 commentaire
Article précédent : « Ludovic Le Merrer empétré dans sa communication »
Article suivant : « Rencontre avec le FN : Ludovic Le Merrer dément »

Rencontre avec le FN : Ludovic Le Merrer dément

Suite à notre article concernant une rencontre hier soir entre des émissaires de la liste DésirS de Ville à Saint-Nazaire et Jean-Clause Blanchard du Rassemblement bleu marine, Ludovic Le Merrer dément et demande le retrait de l'article. Ce que la rédaction a refusé.

Par un mail à la rédaction  cet après-midi Ludovic Le Merrer demande le retrait de l'article concernant une rencontre avec le FN sous peine de poursuites
 

« Je viens de prendre connaissance de votre article et suis choqué et  scandalisé.

1er rappel : Monsieur Bastida fait partie de mes collaborateurs mais n’est pas mon directeur de campagne.

Je n’ai jamais envisagé le moindre rapprochement de près ou de loin avec le Front national, parti d’extrême droite avec le quel j’ai toujours précisé depuis le début de cette campagne être en total opposition.

Je n’ai missionné personne pour agir de la sorte.

Je n’ai jamais organisé d’entretien avec Mr Blanchard ou ses équipes.

À votre demande, je vous ai communiqué il y a quelques jours mon numéro de téléphone personnel. Avant de publier une information de la sorte, vous deviez me contacter au préalable

Aussi, en ma qualité de tête de liste, je vous demande de retirer de votre site ce texte mensonger qui ne correspond en aucune façon à la stratégie que j’ai décidée et telle que je vous l’avais présentée lors de notre dernière conversation téléphonique.

Aucune alliance avec aucune autre liste



Ci dessous le communiqué que j’ai fait paraître sur mon site internet suite au premier tour


Bonne nouvelle : deuxième tour à Saint-Nazaire

DésirS de Ville arrive 2ème avec 25,11%

Déçu du taux d’abstention phénoménal qui a nettement favorisé le score du PS et du FN.
Comme quoi, le PS de St Nazaire même avec un programme inexistant et un discours mensonger arrive tout de même à mobiliser ses militants.
Je salue la fidélité de ces militants mais les encourage néanmoins à lire les programmes électoraux de chacun pour se faire une idée avant de voter au deuxième tour.

Le vote sanction à l’encontre de la politique du gouvernement PS s’est exprimé avec le vote pour le FN, c’est ainsi dans toutes les villes de France. Le gouvernement devra en tirer des conséquences.

Mais je dois avouer que je suis très fier de mes équipes , qui dès les premiers résultats tombés m’ont tous dit. "Demain , on y retourne, de bonne heure et de bonne humeur".

On ne lâche rien !!!

Car je sais que les nazairiens sont capables de provoquer la surprise.

Prenez exemple sur nos voisins de Trignac. A St Nazaire aussi, l’alternance est possible !!!

Cordialement

Ludovic Le Merrer "

26/03/2014 | 23 commentaires
Article précédent : « Tous à Coubertin pour soutenir le SNVBA samedi »
Article suivant : « La liste Le Merrer a tenté de récupérer les électeurs du Front national »

La liste Le Merrer a tenté de récupérer les électeurs du Front national

Pierre Bastida UDI Directeur de campagne de Ludovic Le Merrer a rencontré hier soir à Saint-Nazaire le responsable du Front National pour faire une proposition d'entre deux tours.

Pierre Bastida a souhaité que le Front National retire sa liste pour le deuxième tour en proposant des arrangements au Front National comme l’engagement de ne pas présenter de candidats contre eux aux prochaines élections cantonales et éventuellement un poste en cas d’élection de la liste Le Merrer.

Le FN n’a pas donné suite à ce type de cuisine électorale. Pierre Bastida est aussi le directeur de campagne de Robert Belliot à Pornichet. Côté UMP on se dit stupéfait et complètement ignorant de cette initiative. C’est souvent à cause des reniements, de comportements incohérents, que les Français se détournent de la politique, on en a ici de nouveau un exemple.

Auteur : JBR | 26/03/2014 | 14 commentaires
Article précédent : « Rencontre avec le FN : Ludovic Le Merrer dément »
Article suivant : « Saint-Nazaire, poussée historique du Front national »

Saint-Nazaire, poussée historique du Front national

David Samzun réalise un score légèrement supérieur à Joël Batteux en 2008, par contre Ludovic Le Merrer (25,11 %) est loin de réaliser le score de Izorce plus Garnier en 2008 (18,06% +18,69 %) on peut ainsi constater un recul de la droite nazairienne dont les acteurs devront analyser les raisons. Le FN quant à lui réalise un score historique à Saint-Nazaire.

Si tout se passe comme prévu, David Samzun devrait être élu maire de Saint-Nazaire dimanche prochain. Les mésententes de l’ex Label gauche se sont retrouvées dans les urnes où la gauche de la gauche ne réalise pas un bon score (6,24 %) et ne pourra pas peser sur le PS dans la nouvelle majorité. De son côté Ludovic Le Merrer est en retrait de 11 % par rapport au score de la droite nazairienne de 2008 ce qui n’est pas franchement un succès. Comme dans de nombreuses villes l’étiquetage MoDem a été négatif pour les listes de centre droit. Les appréciations des électeurs vis-à-vis du MoDem ont changé depuis 2008 et une tête de liste UMP aurait sans doute porté la liste plus haut, comme David Pelon à Trignac.
On notera le score historique du FN 12,56% qui se maintiendra et espère avoir des élus au conseil municipal. Gilles Denigot n'a pas réussi à atteindre les 10% sans doute parce qu’il est parti trop tard dans la campagne.

Quid du deuxième tour ?

Ludovic Le Merrer va tenter de rallier à sa cause la liste Dardillac accusée de division à droite. L’UMP dans un communiqué de Jean-Louis Garnier donne son point de vue. « L'union de la gauche dont se vantait Batteux hier soir est, comme en 2008, minoritaire à Saint-Nazaire ! 58% des Nazairiens ayant voté n'en veulent pas, quant aux abstentionnistes... Le remplacement des générations au PS ne se traduit pas en terme de suffrages à SN.
La situation politique est néanmoins transformée par l'arrivée du FN et le tassement impressionnant de l'extrême gauche. Les deux listes à prétention centriste réunissent 30 % des suffrages ; La dissidence égotique de Dardillac l'absence de la droite dans les manifestations de la liste de LLM lui a, probablement, couté quelques points au profit du FN et de l'abstention, mais cela peut facilement se corriger.
La victoire de mon ami David Pelon à Trignac montre que battre la gauche la mieux installée est possible.
Notons qu'au niveau national des candidats qui ne cachaient pas leur étiquette UMP de Juppé à Copé sont élus et que d'autres vont l'être tandis que la marque MoDem, sauf pour Bayrou à Pau, recule !»


David Samzun serein lance un appel pour faire barrage au Front national.

Voir aussi les premières réactions après le premier tour

Auteur : JBR | 24/03/2014 | 15 commentaires
Article précédent : « La liste Le Merrer a tenté de récupérer les électeurs du Front national »
Article suivant : « Les premières réactions après les résultats du premier tour »

Les premières réactions après les résultats du premier tour

Après la proclamation des résultats du premier tour, nous avons recueilli les réactions des candidats, et de Joël Batteux, maire sortant qui ne se représentait pas.

Patrick Rougé : « C’est une déception, obligatoirement, dans la mesure où nous faisons 6,24% alors que 2008, nous avions obtenu 12% avec une liste élargie. La grosse surprise c’est de voir le Front National à 12% à Saint-Nazaire, c’est terrible. C’est un gros choc. Pour le moment, nous ne donnons pas de consigne de vote. M. Samzun doit pouvoir s’offrir une large victoire. Nous nous attendions à faire 10%. La seule satisfaction, c’est de se faire rembourser les frais de campagne (plus de 5%).
Nous avons un certain nombre de points de convergences avec la liste de M. Denigot – qui a obtenu 6,51%. Mais je ne rentrerai pas dans les détails des personnes qui sont sur sa liste, et qui étaient auparavant au Label Gauche. »

 

Jean-Claude Blanchard : « C’est un très gros succès, nous sommes le troisième parti de Saint-Nazaire. Nous frôlons les 13%. Dans certains quartiers populaires, nous atteignons les 21%, en deuxième position devant la droite. Bien sûr, nous nous maintenons au second tour. C’est une très grande victoire. »

 

Joël Batteux : « Saint-Nazaire résiste beaucoup mieux à ce premier tour à l’ébranlement politique. Je pense que cela tient au bilan sortant. L’union de la gauche n’est pas facile, mais j’appelle toutes les forces de gauche, toutes les forces de progrès, qui ne sont pas forcément à gauche à enrayer au second tour la mécanique funeste qu’a mis en place le FN. »


David Samzun : « Nous enregistrons un très bon résultat à Saint-Nazaire. Nous sommes loin en tête au premier tour. Les Nazairiens ne se sont pas trompés. La priorité c’est l’emploi. Mais nous voulons une ville douce, agréable à vivre, respectueuse de l’environnement. Il faut que cette gauche se rassemble encore plus fortement. La seule inquiétude, c’est ce score du Front National, comme dans toute la France d’ailleurs. »


 

Auteur : JR | 23/03/2014 | 48 commentaires
Article précédent : « Saint-Nazaire, poussée historique du Front national »
Article suivant : « Saint-Nazaire Municipales 2014, les résultats du 1er tour »

Saint-Nazaire Municipales 2014, les résultats du 1er tour

À Saint-Nazaire sept listes se présentaient pour le premier tour des municipales. Joël Batteux, maire sortant ne se représentait pas.

Les résultats du premier tour :

Inscrits : 47535

Votants : 26 229

Blancs et nuls 815

 

Saint-Nazaire Bleu Marine FN Jean Claude Blanchard  3 191 voix- 12,56 %

Saint-Nazaire vraiment à Gauche Patrick Rougé 1586 voix - 6,24 %

Lutte ouvrière  Eddy Le Beller 736 voix - 2,90 %

Désirs de Ville Dynamique et Solidaire  Ludovic Le Merrer 6381 voix - 6381 25,11%

Notre Parti, c’est vous Martine Dardillac 1353 voix - 5,32 %

Changeons la ville  Gilles Denigot 1655 voix - 6,51%

Fraternelle et inventive  PS David Samzun 10 514 voix - 41,37 %

22/03/2014 | 12 commentaires
Article précédent : « Les premières réactions après les résultats du premier tour »
Article suivant : « Fermeture des commentaires »

Fermeture des commentaires

Les commentaires envoyée entre le vendredi 21 mars 20 h 00 et le dimanche 23 mars 20 h 00 ne seront pas publiés.
21/03/2014 | 0 commentaire
Article précédent : « Saint-Nazaire Municipales 2014, les résultats du 1er tour »
Article suivant : « Denigot est aussi soutenu par les écologistes Mamère, Labbé, Coronado, Gattelin »

Denigot est aussi soutenu par les écologistes Mamère, Labbé, Coronado, Gattelin

Après Daniel Cohn Bendit, d'autres parlementaires verts annoncent leur soutien Gilles Denigot pour sa liste « Changeons la ville ».

Parmi les messages reçus par Gilles Denigot :
 

Mamère : Refuser de diluer les urgences écologiques et sociales

"Je connais Gilles depuis des années, c'est un ami avec qui je discute beaucoup. Ensemble nous avons mené, combats et réflexions contre les voyous des mers et leurs pavillons de complaisance, notamment suite à la catastrophe de l'ERIKA.
Je partage son volontarisme pour que la France se dote de navires de sauvetage en haute mer en particulier sur le Golfe de Gascogne, avec l'association Mor Glaz. Toutes nos côtes et les écosystèmes peuvent être victimes de ces négligences politiques.
Je connais aussi son combat syndical et son engagement contre les petits et grands projets inutiles comme cet aéroport de Notre-Dame-des-Landes.
C'est un écologiste militant qui argumente et ne lâche rien sur ses convictions. Je suis fier de lui apporter mon soutien et mes encouragements dans sa démarche. Il a raison de refuser de diluer les urgences écologiques et sociales avec un parti socialiste qui renie tous ses engagements".

Noël Mamère
Député de Bègles, ex Candidat à la Présidence de la République."

Labbé : Un programme qui va bien

"Changeons la ville", tout un programme, qui va bien aux écologistes et aux citoyens.
C'est avec grand plaisir et avec toute la force de mes convictions que j'apporte mon soutien à Gilles et à toute son équipe".

Joël Labbé, Sénateur du Morbihan"

Coronado : Le mode de scrutin proportionnel le permet

"Cher Gilles
Je sais que EELV a fait le choix d'une alliance de premier tour, les électeurs auront donc à trancher les options choisies par les écologistes.
Alors même que tu as choisi de te mettre en retrait de notre mouvement, je voulais néanmoins te manifester mon amitié au nom de tant de combats communs mais aussi au nom d'une conviction.
Je crois en effet que lorsque le mode de scrutin le permet, et en l'occurrence le scrutin proportionnel des municipales, il est souhaitable que les écologistes se montrent capables de porter leur projet sous leur bannière sans sectarisme et clairement engagés pour une majorité de gauche et écologiste au second tour. reçois mes salutations militantes et écologistes".

Sergio Coronado Député EELV

Gattolin : Une dimension humaine et sociale

"En matière d'écologie politique, il y a celles et ceux qui la clament et s'en réclament. Et puis il y a ceux, moins nombreux, qui par leurs actes et leurs luttes dans la durée, l'incarnent et lui donnent une dimension humaine et sociale sans pareil. Gilles Denigot que je connais depuis longtemps est de ceux-ci. C'est la raison pour laquelle, hier comme aujourd'hui je lui apporte mon chaleureux soutien et tiens à l'assurer de toute mon amicale sympathie".
André Gattolin
Sénateur écologiste des Hauts-de-Seine

21/03/2014 | 3 commentaires
Article précédent : « Fermeture des commentaires »
Article suivant : « STX : Laurent Castaing évoque « une longue bataille » »

STX : Laurent Castaing évoque « une longue bataille »

Les chantiers de Saint-Nazaire ont enregistré une très belle commande avec deux paquebots géants pour le compte de MSC croisières. Un soulagement pour le bassin nazairien, la navale, et la direction de STX.
Laurent Castaing, Directeur Général de STX France (à gauche), et Henri Doyer, responsable affaires annoncent la commande de MSC
Laurent Castaing, Directeur Général de STX France (à gauche), et Henri Doyer, responsable affaires annoncent la commande de MSC

« Nous avons signé ce matin une lettre de commande avec MSC ». C’est fait, la lettre d’intention de commande, pour être plus précis, a été paraphée ce 20 mars à Paris, en présence de Pierre Moscovici, ministre de l’Economie et des Finances. En fin d’après-midi de ce premier jour de printemps, qui augure le meilleur à venir espérons-le pour la Navale nazairienne, Laurent Castaing était présent à l’accueil de l’entreprise STX, sur les quais des chantiers. Et a ainsi expliqué que « la mise en vigueur du contrat arriverait dans les mois qui viennent ». Les négociations ont été particulièrement âpres, car MSC croisières, l’armateur italo-suisse, a longtemps entretenu des pourparlers avec d’autres chantiers européens (Laurent Castaing ne les a pas cités, mais il s’agit de l’Italien Fincantieri et l’Allemand Meyer Werft). « Les discussions remontaient à trois ans déjà. Mais depuis six mois, nous sommes rentrés dans une nouvelle phase de négociation ».
Henri Doyer, responsable affaires pour STX France, a dévoilé en partie à quoi ressemblerait ces deux paquebots géants, négociés à 1,5 milliard d’euros, les plus grands au monde après la série Oasis.

Voici en quelques chiffres les données d’un paquebot :
- 167 000 t UMS (Universal Measurement System)
- 315 m de long
- 43 m de large
- 2 250 cabines passagers
- 820 cabines équipage
- 13 lieux pour dîner
- 3 salles de spectacle

Sans oublier une piscine couverte, un solarium, un parc aquatique, un « lounge avec terrasse », i, atrium panoramique, une haute technologie (hyper connectée), un MSC yacht club large et soigné…

Un « bébé trappu »

Le responsable affaires ajoute que tous les efforts seront concentrés pour « limiter l’impact environnemental, et la consommation d’énergie ». Quant à ses dimensions, « malgré sa grande taille, il ne fait que 315 m de long, pour 43 m de large. C’est un bébé trappu, assez costaud », poursuit Henri Doyer, filant la métaphore. Ce qui permettra à ces navires d’accéder à un plus grand nombre de ports, « notamment en Méditerranée ». Par exemple, c’est la longueur maximale autorisée pour le port de Tunis. Ce qui laisse à penser, selon Laurent Castaing, que MSC se montre « agressif » sur le marché des croisières.
Si cette excellente nouvelle assure du travail aux chantiers pour les « quatre-cinq années à venir », toujours selon le directeur général, elle provient du pacte de compétitivité, entériné par plusieurs syndicats à la fin du mois de janvier. La CFE-CGC s’est déclarée « fière d’avoir contribué à cette commande, pour ce printemps de la Navale », tandis que la CFDT a parlé d’un « espoir pour retour sur meilleure fortune », rappelant les « sacrifices » des salariés. Ces consentements se traduisent par une économie de 5 à 10% des charges de personnel, ce qui fait baisser le prix d’1 à 2%.
Si du travail est donc assuré pour les 2 100 salariés du site, en revanche, très peu de nouveaux emplois vont être créés : 70 personnes- ingénieurs et techniciens- ont déjà été embauchées en CDI à la fin 2013, 80 ingénieurs et techniciens sont actuellement recrutés, et une quarantaine de postes seraient toujours à pourvoir. Mais ce seront tout de même 16 millions d’heure de travail sur le site, chiffre qui correspond à du travail pour 1000 personnes pendant dix ans, et donc à environ 2 000 personnes pour cinq années.
Quant au sujet d’actualité brûlante, à savoir les deux BPC Russes, Laurent Castaing a indiqué qu’il ne ferait aucun commentaire. « Ce n’est pas d’actualité, et nous ne décidons pas ».
 

Auteur : JR | 20/03/2014 | 2 commentaires
Article précédent : « Denigot est aussi soutenu par les écologistes Mamère, Labbé, Coronado, Gattelin »
Article suivant : « STX : L'importance du pacte de compétitivité dans l'offre selon les syndicats »

STX : L'importance du pacte de compétitivité dans l'offre selon les syndicats

MSC a indiqué son intention de commande, les syndicats donnent leurs interprétations de cette réussite, et précisent leurs attentes.

Pour la CFDT « la commande en découle directement »

« Aujourd'hui n'est pas un jour comme les autres ! Indique la CFDT,
Pour la première fois dans l'histoire de notre chantier, des organisations syndicales sont associées à un temps fort de leur entreprise, à savoir la signature d'un contrat pour près de 2,4 milliards d'Euros avec MSC Cruises, notre plus fidèle client.
Pour la CFDT, c'est tout d'abord une nouvelle vision des relations sociales qui, nous l'espérons sincèrement, perdurera dans une entreprise où le poids de l'histoire est parfois lourd à porter.
Ensuite, bien évidemment, nous nous félicitons de cette commande qui assure plusieurs millions d'heures de travail aux chantiers de Saint-Nazaire comme à tous ses co-réalisateurs et sous-traitants. Ce sont six ans devant nous, après des années fort moroses où le chômage partiel fut le quotidien de beaucoup, des mois durant pour certains salariés du chantier. Et le chômage tout court pour bien d'autres salariés avec la fermeture de nombreuses entreprises.
Aujourd'hui donc, cette commande est l'aboutissement du long processus de mise en place du nouveau Pacte Social pour la Compétitivité signé par les seules organisations syndicales CFDT et CFE-CGC.
Ce pacte était une condition à cette commande et chacune des parties à rempli sa part du contrat. D'un coté, les salariés ont mis 5M€ d'économies par ans pour au moins trois ans sur la table et, de l'autre, les actionnaires, dont l'Etat, ont autorisé cette commande sans qu'elle soit prise à risque.
Cet accord a été long à mettre en place parce qu'il fallait accepter d'affronter certaines réalités en face et surtout qu'elles soient bien comprises de tous.
Paris le 20 mars 2014
Et affronter la réalité, la CFDT l'a toujours fait avec courage !
Le courage d'entendre les difficultés économiques rencontrées par notre entreprise, dans une compétition internationale féroce, sans à priori ni partis pris idéologiques.
Le courage de dire aux salariés, même si ce n'est pas agréable à entendre, la vérité sur notre situation économique et qu'il faudrait certainement en passer par des efforts même temporaires.
Le courage d'aller à la table des négociations, sans tout rejeter en bloc, même si l'on sait que ce n'est pas pour obtenir du "plus" mais pour limiter le "moins".
Le courage de faire des propositions alors que l'on sait qu'elles nous seront reprochées comme "cadeau au patron"
Et enfin le courage de s'engager sur ce Pacte Social de Compétitivité, malgré la forte opposition et les mensonges de certains, aujourd'hui encore !
Cette commande Vista, tant attendue, en découle directement rappelons-le !
Mais, si elle est un aboutissement, elle n'est pas pour autant une fin. De nouveaux défis s'ouvrent à nous car il va falloir maintenant réaliser ces navires et d'autres, nous l'espérons, avec l'Oasis 4 très bientôt.
De nouveaux défis car il va falloir regarder comment seront construits ces bateaux. Avec les conséquences sur la création d'emplois, sur l'appel à la sous-traitance et sa main d'œuvre, sur la juste répartition des richesses créées et bien d'autres choses encore...
Pour la CFDT, cette commande relance donc l'espoir d'un "retour à meilleure fortune" pour notre chantier naval et nous espérons bien que tous les salariés de la navale, comme l'économie nazairienne pourront en profiter durablement.
C'est cela "s'engager pour chacun et agir pour tous".

Pour FO « le pacte a été insignifiant »

Interprétation nverse de FO qui indique dans son communiqué :
"Depuis plusieurs mois, la section syndicale FO, avec l’appui de toutes ses instances syndicales locales, départementales et nationales, est intervenue à plusieurs reprises auprès du gouvernement pour qu’il prenne toutes ses responsabilités pour garantir la pérennité du dernier grand chantier naval français, notamment pour que les projets de car-ferries pour la SNCM et les paquebots pour MSC soient commandés et construits à Saint-Nazaire.
Mardi 18 Mars, le Conseil de Surveillance de la SNCM a donné mandat à son Directeur général pour signer une lettre d’intention de commande pour 2 car-ferries (plus deux en option) avec les Chantiers STX.
Aujourd’hui, l’amateur MSC a signé une lettre d’intention de commande pour deux gros paquebots et deux en option avec les Chantiers de Saint-Nazaire.
Pour FO, ce sont des nouvelles positives et très rassurantes.En effet, elles vont apporter une charge de travail importante pour plusieurs années aux salariés du chantier naval et des entreprises sous-traitantes.
S’appuyant sur la forte mobilisation des salariés organisée par FO avec la CGT pendant plusieurs mois, la détermination de notre syndicat a permis de mettre largement en échec l’accord de « pacte social pour la compétitivité ».
En effet, moins d’une semaine après la signature de cet accord par la CFDT et la CFE-CGC, FO a arraché des reculs importants à la Direction : restitution sans condition des 50% des jours RTT gelés au bout de 3 ans maximum, modulation du temps de travail limitée à 8 semaines par an, amélioration des conditions d’application de la prime ITDR et une politique salariale pour 2014. Il est loin l’objectif des 10% et même des 5% de réduction du coût du travail voulu par la Direction et acceptés par les signataires !
Tout ceci démontre que ce « pacte de compétitivité » a été totalement insignifiant pour l’obtention de ces lettres d’intention de commandes !
Compte tenu de ces commandes, FO revendique auprès de la Direction un large plan d’embauches en CDI, notamment d’ouvriers et de techniciens.
Alors que la KBD (banque publique coréenne qui contrôle le groupe STX) annonce sa volonté de vendre les sites européens du groupe, dont ceux de Saint-Nazaire et Lorient, FO s’adresse à nouveau au gouvernement : après le soutien de l’Etat pour l’attribution de ces commandes, l’heure est maintenant à la Nationalisation des Chantiers STX France !"

20/03/2014 | 0 commentaire
Article précédent : « STX : Laurent Castaing évoque « une longue bataille » »
Article suivant : « Les candidats aux municipales ont répondu aux questions des lecteurs »

Les candidats aux municipales ont répondu aux questions des lecteurs

Il y a quelques jours Media-Web vous proposait de poser vos questions aux candidats. Voici les réponses reçues.

Sentiment d'insécurité

Certains quartiers ont mauvaise réputation ( Chesnais et la Bouletterie) à cause des faits divers, des problèmes communautaire et d'un sentiment d'insécurité. Que comptez vous faire pour que ça change ?

Jean-Claude Blanchard
Eh oui, à Saint-Nazaire l"insécurité est coutumière (Plus de 12 braquages depuis septembre). Les socialistes le découvrent peut-être, mais nous, nous le savons depuis des années pour le vivre, parce que nous sommes agressés, cambriolés, que l'on deale en douce en bas de chez nous, que l'on ose plus trop sortir la nuit dans certaines rues.
Ce que vous évoquez est intéressant : les "problèmes communautaires". Il ne devrait pouvoir exister de problèmes communautaires dans une commune où les communautarismes n'auraient pas leur place. Frappons d'interdiction le communautarisme dans la cité nazairienne. Les communautarismes, et singulièrement les communautarismes religieux, n'ont pas plus leur place à Saint-Nazaire que dans n'importe où sur le sol d'une République laïque, constituée uniquement autour de la communauté nationale.
Nos deux principales mesures relativement à la sécurité - première des libertés, rappelons-le - sont de mettre en place à la fois une vidéo-surveillance au niveau des points sensibles de la ville et une police municipale digne de ce nom. Cela ne veut d'ailleurs pas dire l'armer .

Ludovic Le Merrer
La politique du logement, ces dernières années a consisté pour le PS à entretenir des clivages entre quartiers, à entretenir une politique communautaire du logement et à favoriser certains quartiers par rapport à d’autres. Mon objectif est d’améliorer le mieux vivre ensemble en ayant une approche globale des problèmes économiques, sociaux et sécuritaires.
Faire la chasse aux délinquants en installant des caméras de surveillance et en développant les associations de vigilance citoyenne en lien avec la police nationale. Renforcer la présence des services de la ville da, renforcer la sécurité dans les halls d’immeuble (digicodes, portes sécurisées) et faire en sorte que les services de la Silene interviennent rapidement en cas de dégradation.
Mon programme comporte l’action « qui casse – répare ». Tout délinquant reconnu coupable de dégradations réalisera des travaux d’intérêt général en lien avec les éducateurs sociaux et les services techniques de la ville pour réparer les conséquences de ces actes.
La majorité des habitants des quartiers aspirent à vivre tranquillement, nous devons leur garantir cette tranquillité.

David Samzun
La « réputation » de certains quartiers et la réalité vécue par ses habitants est bien souvent différente. Les statistiques le démontrent d'ailleurs en particulier concernant l'insécurité que vous mentionnez.
Pour autant, je me suis engagé à traiter avec pragmatisme et sans démagogie les problèmes qui peuvent surgir ici ou là. C'est le sens de l'engagement que j'ai pris dans mon projet : « Mettre en place un 'contrat local pour la tranquillité publique' issu d'une très large concertation permettant d'examiner tous les outils à la disposition des municipalités pour garantir les droits et les libertés ».

Par ailleurs, l'action de la ville en direction de tel ou tel quartier ne peut être vue qu'au prisme d'une seule réponse à un phénomène particulier dont les sources sont nombreuses et complexes par nature. Elle doit être au contraire la combinaison d'actions concrètes sur plusieurs volets que sont l'action sociale, l'urbanisme, le développement économique, la formation, l'accès à l'emploi, la lutte contre les discriminations, l'accès aux services et équipements publics de qualité, l'aide à la mobilité, … Ces actions nécessitent ainsi une politique forte et durable dans le temps pour répondre sérieusement aux problèmes que vous soulevez. C'est le sens de l'action entreprise depuis 2007 dans les quartiers que vous citez : diversification de logements et des statuts d'occupation (objectif de 50 % de logements privés à terme), soutien au développement économique et aux commerces de proximité en utilisant notamment le dispositif Zone Franche Urbaine (transfert d'un centre commercial, création de nouvelles activités), application des clauses d'insertion sur les marchés publics, traitement des espaces publics, rénovations et créations d'équipements publics (écoles, crèches, ehpad, point municipal, centre médico-social, maintien du Poste de police...), ouverture physique des quartiers pour lutter contre leur enclavement (nouvelles voiries, hélYce), … Le maintien de la piscine de la Bouletterie que je propose dans mon projet et que je soumettrai à la Carene va dans ce sens. Au-delà de l'objectif de libérer davantage de plages horaires pour les clubs, les scolaires, le public, il s'agit en effet de maintenir un équipement public majeur dans le quartier pour préserver le niveau de services publics offert à ses résidents actuels, en attirer de nouveaux et aussi faire que ce quartier soit une destination régulière pour des populations qui n'y résident pas.

Cette démarche globale, sérieuse, pragmatique et qui s'inscrit dans le temps est une démarche que j'appliquerai quels que soient les quartiers. C'est le cas du centre-ville dont fait l'objet la deuxième partie de votre question. Notre cœur de ville et nos commerces souffrent comme dans bien d'autres villes de la concurrence des zones de périphéries, d'internet ou encore du fait d'un pouvoir d'achat mis à mal depuis le début de la crise. Je propose notamment dans mon projet (www.avecdavidsamzun.fr pour plus de compléments) un partenariat  fort avec les commerçants du centre-ville, un accès plus aisé au centre-ville (entrée nord, rue d'Anjou) et d'y attirer de nouvelles populations résidentes en rénovant et en créant des logements adaptés. C'est en effet, là encore, une action concertée sur l'animation commerciale, l'aménagement d'espaces de convivialité, qui rendra notre centre-ville plus vivant et attractif. Je confierai à un élu spécifique la charge d'animer avec une équipe dédiée, un plan stratégique permettant de coordonner toutes les actions et d'accompagner toutes les initiatives. Je m'engage ainsi à traiter sérieusement cette question de l'avenir de notre centre-ville pour lequel des réponses simplistes et anecdotiques telles qu'implanter « un manège », installer une « couverture du paquebot » contre la pluie ou encore rendre gratuit les parking les samedis après-midi, sont pour moi des réponses démagogiques ou au minimum très éloignées des enjeux et des attentes des habitants et des professionnels.


 

Rénovation urbaine - Habitat - Urbanisme et Cadre de Vie

La question est longue et technique, elle n'est pas reproduite.Elle concerne les contrats urbains de cohésion sociale. Pour information voir : http://sig.ville.gouv.fr/page/45/Contrats+urbains+de+coh%C3%A9sion+sociale+%28Cucs%29

David Samzun
Concernant les CUCS, vous trouverez toutes les informations utiles et précises en réponse aux questions que vous posez sur le projet global, les partenariats et les articulations sous le lien suivant (document à télécharger) : http://www.loire-atlantique.gouv.fr/content/download/11229/62597/file/aap2014%20%20CUCS%20agglo%20nazairienne.pdf

S'agissant de la Zone France Urbaine (ZFU), l'application du dispositif est toujours en cours depuis la prorogation du dispositif par l’État. Ce dispositif qui permet aux entreprises de bénéficier d'avantages sociaux et fiscaux est un des outils (voire réponse faite à WANGY) qui a permis de développer l'activité et l'emploi dans les quartiers Ouest de Saint-Nazaire.
 

le commerce en centre-ville

Comment allez vous faire revenir des commerces dans le centre-ville
(paquebot - ruban bleu- république) ?


Jean-Claude Blanchard
Baisse immédiate de 50 % de la taxe sur les enseignes publicitaires

Ludovic Le Merrer
 L’objectif premier est de faire revenir les clients et les jeunes notamment étudiants en centre-ville en améliorant son accès (révision du plan de circulation, embellissement des entrées de ville) son attractivité (couleurs, fleurissement, kiosques à musique, carnaval, animations régulières, parking gratuit le samedi, fête foraine en centre-ville, multiplication des événementiels sportifs en plein centre-ville et dans les coeurs de quartier) en repensant l’organisation spatiale du centre-ville pour déterminer, en concertation avec les commerçants existants des rues gourmandes, des rues de la soif, des rues festives et en aidant les commerçants à améliorer leur visibilité commerciale. J’envisage également de couvrir partiellement le ruban bleu, le paquebot pour en faire de véritables centres commerciaux de ville.
 

Fonctionnaires

Que comptez-vous proposer pour garantir le respect du statut de la fonction publique territoriale?
 Notamment sur les points suivants :
 - pour limiter le recours aux contractuels
 - pour garantir l’égalité des rémunérations à grade équivalent
 - pour garantir aux agents leur retour à leur poste d’origine à l’issue d’un congé maladie ou maternité
- pour assurer le rattachement hiérarchique en fonction des grades, et non pas selon le clientélisme
 - pour s’assurer que les agents ont des missions correspondantes à leur  grade
 - pour en finir avec les mises au placard
Promotions :
Que pensez-vous faire pour garantir une transparence et une équité dans l’attribution des promotions des agents publics ?

Lanceur d’alerte :
 Le fonctionnaire est un citoyen normal restreint par des devoirs de discrétion et de réserve mais il est aussi le garant de la légalité des actes d’une collectivité.
 Face à des problématiques de légalité, de sécurité publique ou de santé, il peut être en butte avec sa hiérarchie ou ses élus.
 Les conséquences d’un tel acte courageux et souvent solitaire peuvent aller
au mieux de sa mise au placard à sa suspension voire des menaces sur sa carrière ou son emploi.
Quelles garanties ou procédures pouvez-vous offrir à ce fonctionnaire lui assurant la diffusion de l’information et la protection juridique même face à sa propre collectivité ?

Jean-Claude Blanchard
La question en elle-même révèle l'étrangeté de l'époque : la vie politique et sociale à Saint-Nazaire est pourrie par les liens de clientèles, ceux que les socialistes ont tissés avec tous leurs obligés. Voilà bien un paternalisme social qui ne dit pas son nom... à l'initiative de gens pour qui l'expression "gérer en bon père de famille" doit pourtant être rayée de notre langue administrative !
Le clientélisme n'aura pas sa place à Saint-Nazaire si Jean-Claude Blanchard est élu maire. Ce sont essentiellement le mérite, la compétence et le dévouement qui seront pris en considération.

Ludovic Le Merrer

Juriste de formation et en tant qu’ancien fonctionnaire de l’Etat (inspecteur aux affaires sanitaires et sociales), le respect de la loi, des règles en matière de gestion de carrière, de lutte contre toute forme de harcèlement sont très importantes pour moi.
J’ai prévu de créer une commission d’éthique qui pourra être saisie par tout fonctionnaire se sentant lésé, menacé. La recherche du bien-être au travail des agents publics comme objectif managérial fait partie d’une de mes 200 actions.

David Samzun
J'appliquerai et ferai appliquer les règles de fonction publique territoriale, comme mes prédécesseurs. Par ailleurs, les syndicats, particulièrement mobilisés et impliqués comme c’est la tradition dans notre ville, ont la liberté et la compétence nécessaire pour dénoncer les dysfonctionnements s’ils devaient exister.

 

Ancien CHU du Moulin du Pé

Quel doit être le devenir du site de l'ancien CHU au Moulin du Pé ?
 
Ludovic Le Merrer
J’ai proposé d’en faire un campus universitaire d’excellence où nous trouverions également du logement pour étudiants.
La proximité avec le centre-ville permet d’envisager une vie étudiante dense propice à la revitalisation du centre-ville.

Martine Dardillac
Comme je l’ai annoncé sur Presse Océan, nous entamerons immédiatement des négociations avec la direction de l’actuel hôpital pour racheter le terrain de l’ancien centre hospitalier et le désamianter. Ceci permettra de libérer 80 000 mètres carrés pour y créer un pôle d’attractivité et de développement économique, axé sur le secteur de l’écologie et du numérique.
Nous voulons apporter de l’emploi aux Nazairiens, donner la chance à nos étudiants (es) de rester sur la ville de Saint-Nazaire.
 Cette mesure présentera aussi l’avantage d’enlever les charges fiscales de ce site qui incombent actuellement à la ville.

David Samzun

Le projet Monlin du Pé, sur le site de l'ancien Centre hospitalier, est en cours d'études dans le cadre d'une concertation large avec les habitants et riverains du quartier. Il fait l'objet par ailleurs de négociations foncières actuellement en cours.
Le projet vise à développer une offre de logements et de nouveaux services aux nazairiens en intégrant une « coulée verte » qui permettra de rejoindre, par des parcours protégés, le front de mer et le Bois Joalland.

 

Architecture et urbanisme

Sachant le nombre de maisons/appartements à louer ou à vendre. Est-ce que les constructions seront des cubes?ou revenez- vous à du traditionnel ? Comment concevez-vous l'urbanisme sur la commune ?

Jean-Claude Blanchard
Saint-Nazaire vient de loin, sur ce plan : une quasi-reconstruction après la Deuxième guerre mondiale, un plan urbain figé par ses rues perpendiculaires et des immeubles de logement construits à l'identique, pour parer au plus pressé.

Nous prônons un urbanisme humain, fonctionnel, - vraiment - écologique, qui concilie en un même espace les fonctions essentielles de la ville : se déplacer, se loger, travailler... et s'épanouir ; que Saint-Nazaire ne jouisse pas d'une vie culturelle a minima et que l'on ait envie de s'y installer et d'y vivre.

Revenons, à chaque fois qu'il est possible, à un urbanisme traditionnel. Saint-Nazaire s'inscrit dans une histoire, y compris architecturale (celle d'une architecture bretonne), qui ne peut être retranscrit à angle droit !

Ludovic Le Merrer
La politique du logement de ces dernières années est un échec. 2800 logements vacants au dernier recensement, des projets d’immeubles ne trouvant pas preneurs qui se multiplient, 1800 habitants en moins depuis 5 ans, une overdose de programmes cubiques. Mon objectif consiste à donner plus de liberté aux architectes, plus de couleur, de laisser plus de place à l’imagination.


David Samzun
La politique du logement est essentielle pour que Saint-Nazaire puisse préserver et développer sa population et soutenir ses équipements publics et privés. Toutes les études montrent qu'à moins de 500 logements construits par année, du fait du phénomène de décohabitation, la population nazairienne baisse. Dans mon programme, je m'engage à développer une offre de logements pour tous les publics, variée et attractive, dont 30% sera réservée au logement social et 20% à l'accession à la propriété. Je m'engage aussi à prendre en compte la variété des attentes en termes de types de logements (appartements, maisons de ville) mais aussi à soutenir les hébergements pour les personnes âgées dépendantes.
La politique du logement doit à la fois permettre la construction de nouveaux logements mais aussi soutenir les propriétaires privés à rénover leurs logements, ce que fait la Carene à travers les Opérations Programmées d'Amélioration de l'Habitat (OPAH) que je poursuivrai.

S'agissant de l'architecture des projets, les permis de construire à Saint-Nazaire comme ailleurs se conforment au plan local d'urbanisme voté par la Municipalité. Il n'est donc pas du ressort des élus ni des techniciens d'imposer ou censurer quoi que ce soir en la matière. Moi-même, comme tout un chacun et comme vous je présume, j'ai mes propres goûts, qui restent personnels et ne seraient pas forcément partagés par tous.

Transports en commun

Le réseau Stran sera-t-il revu ?

Jean-Claude Blanchard
Se préoccuper de STRAN est une vaste entreprise... et, d'une certaine façon, une forme d'ingérence de Saint-Nazaire dans les affaires d'autres communes. Cela est contraire à nos principes. Nous sommes plutôt partisans d'une révision du seul réseau Hélyce, avec des idées très arrêtées à ce sujet.

D'aucuns proposent la gratuité du réseau Hélyce. Ils sont démagogues. En revanche, il faut la baisse des prix du ticket unitaire pour les usagers – de 1,40 euro à 1 euro – et leur vente dans tous les véhicules (qui n’est pas garantie à ce jour, sauf pour le ticket dépannage… 40 centimes plus cher !) ainsi qu’un tarif préférentiel pour un ticket couple à 1,70 euro.

Le réseau Hélyce, chasse gardée de l’actuelle municipalité, pensé comme strictement nazairien sans se préoccuper des autres communes qui forment notre bassin d’emploi, devra être étendu. Maire de Saint-Nazaire, Jean-Blanchard s’assurera qu’Hélyce desservir à mi-mandat – dès 2017 – la moitié Nord de Pornichet et la moitié Sud de Trignac, soit quatre kilomètres d’extension de ligne.

Ludovic Le Merrer

Je procéderai à une révision des plans de circulation pour fluidifier et simplifier la circulation. Le partage de certaines voies de bus est envisagé.
Martine Dardillac
Il sera proposé et étudié un nouveau plan de circulation pour rendre le bus attractif, avec des services, à la hauteur des espérances du contribuable.
Nous soumettrons, après études, un service qui prendra en compte, les amplitudes horaires, les fréquences de passages, le confort apporté, ainsi que la cohérence par rapport au nombre réel de passagers que les bus transportent, afin d’avoir une statistique au plus juste, ce qui permettra de faire rouler les bus à moindre coût si nécessaire (mais sans oublier Montoir qui se plaignait d’être mal desservi).
Il est en effet peut souhaitable de faire rouler les bus Hélyce à vide, il serait préférable de se projeter vers des bus de moindre importance pendant les heures creuses et faire rouler les bus Hélyce aux heures pleines (scolaires).
 

Industrie, écologie et tourisme

Comment comptez-vous allier la production industrielle (souvent polluante) avec l'écologie et le tourisme? Nous avons pu constater ces dernières semaines a quel point la mer dégage de l'énergie. Pourquoi ne pas utiliser cette énergie qui est continuelle grâce à l'hydrolien?

Ludovic Le Merrer
J’ai pour objectif de mettre en avant la triple identité industrielle, portuaire et balnéaire de St Nazaire. Le caractère balnéaire doit être renforcé sans pour autant chercher à faire de notre ville une commune touristique.
Mon programme comporte un important volet sur le développement durable (http://desirsdeville.com ).
Je soutiendrai tout projet de développement économique reposant notamment sur des énergies renouvelables.

David Samzun
Les activités industrielles, la préservation de l'environnement et le tourisme ne sont pas incompatibles, bien au contraire.
Dans mon projet, je développe largement le souci que j'aurai de préserver l'environnement à travers une série d'actions que je vous invite à découvrir sur notre site internet www.avecdavidsamzun.fr.
Par ailleurs, s'agissant de la diversification économique, je m'emploierai à soutenir les initiatives des  entreprises dans le développement en cours des Énergies Marines Renouvelables comme je l'indique dans le projet.
Quant au tourisme, il participe de la diversification économique et donc au développement de l'emploi. Il peut s'appuyer sur l'activité industrielle (c'est le cas par exemple d'Escal'Atlantique), sur d'autres filières (la Brière, le front de mer, un port de plaisance, …) et demande en effet une attention particulière pour la préservation de l'environnement.
Nous pouvons donc être à la fois un bassin d'emplois de premier ordre et une ville douce à vivre. Ce n'est pas une contradiction, c'est un défi à relever.

Nous pouvons donc être à la fois un bassin d'emplois de premier ordre et une ville douce à vivre. Ce n'est pas une contradiction, c'est un défi à relever.

 

Manon Roland et Sautron

Comme plusieurs centaines de riverains, j'ai signé la pétition concernant les sites de Manon Roland et la station d'épuration de Sautron, car nous voulons conserver notre qualité de vie, et notre qualité d'environnement.
Que comptez vous faire sur ces 2 sites ? (HLM, maison de retraites,
maisons avec jardin, immeubles de plusieurs étages, etc...). Merci de vos réponses les plus précises possibles.

David Samzun
Ces deux projets ont fait l'objet d'une large concertation et de présentations publiques. Dans les deux cas, les projets visent à créer de nouveaux logements avec une part de logements intergénérationnels ainsi qu'une forte proportion de maisons individuelles pour répondre aux besoins des familles et notamment de jeunes adultes en recherche d'une première acquisition à des prix abordables.
 

Scred à Monsieur Samzun

Issu des quartiers ouest depuis ma plus tendre enfance, quels arguments donner à toutes ces familles et à tous ces jeunes dont les voix sont à mon sens définitivement perdues, pour revenir vers vous, et ne pas voter blanc ou extrême ?

Une première réponse que je peux vous apporter à votre question est celle du bilan de la majorité actuelle. Qu'il s'agisse de Saint-Nazaire ou particulièrement concernant les quartiers Ouest dont vous êtes issu(e), j'estime en effet que les actions entreprises depuis des années au service des nazairiennes et nazairiens ont été menées dans le souci constant de développer les atouts notre ville tout en prenant soin des populations les plus fragiles. En ce sens, je considère qu'il y a une réelle différence dans les intentions comme dans les résultats entre une politique de gauche et une politique de droite.
Deuxièmement, le projet que j'ai l'honneur de présenter aujourd'hui est un projet soutenu par l'ensemble des forces de gauche (socialistes, écologistes, communistes, radicaux) que j'ai su rassembler et qui revendiquent leur souhait réel de développer et gérer quotidiennement la ville de Saint-Nazaire et ainsi de répondre pratiquement aux attentes légitimes des nazairiens que nous avons écoutés longuement depuis septembre. Il ne s'agit donc pas d'une candidature de « contestation » ou de « revendication » dont le seul objectif serait de « faire un score » à l'élection tout en sachant qu'elle ne serait pas majoritaire in fine. Il s'agit de vous présenter un projet basé sur une large concertation,  sérieux, non démagogique, concret et pour lequel je m'engage personnellement avec mes colistières et mes colistiers de la liste « fraternelle et inventive ».
Enfin, en lien avec mon propos précédent, si votre crainte est que des élus « extrémistes » entrent au conseil municipal, je ne peux que vous engager à exprimer votre choix dès le premier tour de l'élection municipale le 23 mars puisque, vous savez comme moi, qu'à partir du seuil de 10% des suffrages réellement exprimés (c'est à dire exceptés les votes blancs et nuls), toute liste accède au second tour de l'élection et voit donc une partie de ses candidats élus.

Votre question étant dirigée vers ma seule personne, sachez que je me tiens à votre disposition pour échanger selon les modalités de votre choix (pour me contacter ou prendre rdv : contact@avecdavidsamzun.fr)

 

Financement publics

Tout au long de la période 2007-2013 - la Ville de St-Nazaire et la Carene - ont bénéficié de dispositifs de financement et/ou cofinancements au titre de FEDER et/ou FSE, FEADER… de l’Union européenne ….
Ces participations communautaires ont fait l’objet de conventions
contractualisés soumises à des règles très strictes en matière de RESPECT :
1 - des engagements CONTRACTUELS
2 - de l'OBLIGATION DE PUBLICITE
S’agissant du devoir de garantir, à l'égard des contribuables, le meilleur usage de leur argent – Bruxelles a récemment créé, en vertu de ce principe,
- [l’Office européen de lutte antifraude (OLAF)] - qui permet aux citoyens et aux fonctionnaires de l'UE de rapporter de manière anonyme ou pas - les cas potentiels de fraude, d'utilisations suspicieuses de financement européen ou d'autres irrégularités - .!!
Pour exemple : RIEN que le non-respect de cette obligation de publicité peut entraîner l’annulation ou le reversement de la subvention européenne.
Question : Quelle sera votre position à l’égard d’ANNULATIONS(s) ou pire de REVERSEMENT(s) de(s) subvention(s) européenne décidés par ces instances européennes via l’OLAF – JURIDIQUEMENT REPERCUTABLES aux "nouveaux élus" et non pas aux "anciens élus" passés dans l'Opposition – ou vice-versa ??


David Samzun
Les obligations liées aux dispositifs de financement que vous évoquez sont respectées par la ville et la Carene.

Chesnaie et Bouletterie

Pourquoi aucune réunion n'a été faite dans les quartiers de la Chesnaie et de la Bouletterie ?

David Samzun
La Chesnaie et la Bouletterie ne disposent pas de salles dont la jauge est suffisante pour assurer un accueil confortable du public venu nombreux lors des réunions de proximité que nous avons organisées. Aussi, nous avons préféré organiser ces réunions en toute proximité, dans la salle Marcel Pagnol et la Maison de quartier d'Avalix dans les quartiers voisins de la Trébale et d'Avalix qui permettent d'accueillir un public nombreux dans de bonnes conditions.
Ces réunions se sont déroulées les 26 novembre (Avalix) et 4 décembre (Trébale) dans la période de concertation et les 3 mars (Avalix) et 4 mars (Trébale) lors de la phase de présentation du programme.
Par ailleurs, depuis le mois d'octobre, à plusieurs reprises, l'équipe de campagne et les colistiers sont allés à la rencontre des habitants de la Bouletterie et de la Chesnaie dans le cadre des opérations porte-à-porte pour connaître les attentes des résidents de ces quartiers. Nous avons frappé à chaque porte des 2000 logements de ces deux quartiers et je profite de votre question pour remercier les nazairiens de l'accueil qui nous a été réservé.
 

Pornichet et la CARENE

Les candidats sont ils favorables au départ de La Carene et à l¹entrée de Pornichet dans Cap Atlantique ?

Jean-Claude Blanchard
Ce sont les habitants de Pornichet qui peuvent seuls décider, demain, par un référendum d'initiative populaire, s'ils veulent rester intégrés à la CARENE, ou intégrer Cap Atlantique, autour de La Baule-Escoublac. Ce qui prévaut concernant Pornichet... marche également à propos de l'Union européenne

Ludovic Le Merrer
Je ne suis pas favorable au départ de Pornichet de la carene. J’encouragerai les communes de la carene, de cap atlantique, Loire et Sillon, Sud Estuaire à réfléchir à une coopération plus renforcée.

David Samzun
Le départ d'une commune relève de la décision unanime de toutes les communes de l'agglomération. Personnellement je m'y opposerai.
En effet, je considère qu'il est vain d’opposer des communes aux autres, surtout avec le nouveau mode de scrutin qui verra majorité et opposition être représentées au sein de La Cerene. Au contraire, la Carene doit inscrire son action dans le renforcement de la relation Nantes-Saint-Nazaire, en s’ouvrant à toutes les coopérations possibles avec les intercommunalités du bassin de vie.

Martine Dardillac

Nous ne sommes pas favorables pour les raisons suivantes :
Le départ de Pornichet de la CARENE c’est un coût financier pour son rattachement à Cap Atlantique.
La CARENE devrait être indemnisée à différents titres et percevrait donc de la part de CAP Atlantique :

- une indemnité de 1 410 K€ par an sur une période restant à déterminer (coût de la réorganisation des services et préjudice économique) ;
- une « prestation » de 875 K€, sans limitation de durée, pour le traitement des eaux usées de Pornichet à la station d’épuration des Ecossiernes. ;
- une soulte de 8 481 K€ (perçue une seule fois) au titre du patrimoine et des engagements financiers.
Nous pensons que les Pornichétins devraient être informés en réunion et avant les élections municipales sur les conséquences financières de la sortie de Pornichet de la CARENE.
 

15/03/2014 | 17 commentaires
Article précédent : « STX : L'importance du pacte de compétitivité dans l'offre selon les syndicats »
Article suivant : « Daniel Cohn Bendit soutient l'équipe de Gilles Denigot »

Daniel Cohn Bendit soutient l'équipe de Gilles Denigot

Daniel Cohn Bendit apporte un soutien de poids à la liste de Gilles Denigot dans une déclaration chaleureuse. Il définit ce dernier comme un « frère de lutte », « capable de sortir des sentiers battus »dont la voix est « sans ambiguité ».
Daniel Cohn Bendit et Gilles Denigot
Daniel Cohn Bendit et Gilles Denigot

« Je connais Gilles Denigot depuis trente ans au moins et nos engagements ont toujours été côte à côte.
A Saint-Nazaire comme à Notre-Dame-des-Landes et sur bien d'autres terrains, nous avons toujours été frères de luttes.
En politique, comme dans la vie de tous les jours, il faut parfois savoir sortir des sentiers battus pour faire entendre sa voix.
Celle de Gilles est sans ambiguité et, comme toujours, elle n'est jamais portée par l'intérêt personnel ou les petits calculs tactiques.
C'est, entre autres, la raison pour laquelle j'apporte mon soutien chaleureux à la liste citoyenne qu'il conduit aux municipales ».
Dany Cohn Bendit

14/03/2014 | 4 commentaires
Article précédent : « Les candidats aux municipales ont répondu aux questions des lecteurs »
Article suivant : « Le FN drague les mères « au foyer » pour établir sa liste »

Le FN drague les mères « au foyer » pour établir sa liste

Avec cinq « mères au foyer » de plus de 50 ans le FN a bouclé sa liste. Politique familiale ou compléments de dernière minute ?

Avec cinq candidates définies comme « mères au foyer », la liste Bleu Marine détient le record à Saint-Nazaire, mais elle ne leur donne pas « de places ».
La politique familiale est un des sujets favoris du parti de droite mais en choisissant des femmes de plus de 50 ans et en plaçant la première (on notera avec malice « 80 ans - mère au foyer ») au 18e rang et les suivantes après le 30e ne montre-t-il pas le peu de cas qu'il fait d'elles ? De là à penser que le FN a eu du mal à « trouver des filles », il n'y a qu'un pas.
8 mars  oblige on notera aussi l'usage devenu désuet du « Mademoiselle » en titre de civilité dans la liste Bleu marine.

La liste Bleu Marine

1 - M. BLANCHARD Jean-Claude, Agent hospitalier, 62 ans
2 - Mme SUTTER Stéphanie, Chargée de communication, 37 ans
3 - M. BOUCHET Gauthier, Doctorant, 26 ans
4 - Mme HAMOND Éliane, Assistante maternelle à la retraite, 74 ans
5 - M. PAGEAUD Gérard, Gérant d’un centre de formation, 41 ans
6 - Mme FOUACHE Catherine, Vendeuse, 61 ans
7 - M. BESCOND-GARREC Philippe, Auxiliaire de vie, 57 ans
8 - Mme JOLY Gwénaëlle, Factrice, 40 ans
9 - M. MORIN Bernard, Retraité des douanes, 63 ans
10 - Mlle BRÉTÉCHÉ Fanny, serveuse, 21 ans
11 - M. BARON Guy, Artisan, 66 ans
12 - Mme GRAVELEAU Agnès, Agent de service hospitalier, 44 ans
13 - M. FLAYAC Dominique, Gérant de sociétés, 49 ans
14 - Mme DURAND Suzanne, Retraitée salariée du privé, 62 ans
15 - M. MARCHAND Pierre, Agent SNCF, 43 ans
16 - Mme CAROZZANI Marie, Gérante de sociétés, 46 ans
17 - M. RICHARD Lionel, Responsable expéditions, 58 ans
18 - Mme POUGIN Blanchette, Mère au foyer, 80 ans
19 - M. JALLET Frédérick, Magasinier, 39 ans
20 - Mme CLOUZEAU Ginette, Informaticienne à la retraite, 64 ans
21 - M. SAMORI Patrick, Décorateur, 57 ans
22 - Mlle MORILLON Marie-Reine, Salariée retraitée du privé, 66 ans
23 - M. PASQUETTE Samuel, Technicien de maintenance, 23 ans
24 - Mlle BRÉERETTE Marie, Auxiliaire de vie, 39 ans
25 - M. BONNELLE Jean-Pierre, Électrotechnicien retraité, 63 ans
26 - Mme CORNET Martine, Employée de maison, 60 ans
27 - M. BELLION Olivier, Conducteur routier, 48 ans
28 - Mme BERNARD Yvonne, Commerçante à la retraite, 87 ans
29 - M. LAGADEC Pascal, Poseur en canalisations d’eau, 52 ans
30 - Mme MASSON Renée, Mère au foyer, 60 ans
31 - M. HENNION Jean, Ingénieur mécanicien à la retraite, 88 ans
32 - Mme PENHOUET Nadine, Mère au foyer, 50 ans
33 - M. GARNIER Patrick, Chauffeur de car, 53 ans
34 - Mme LOISEAU Christiane, Sans profession, 72 ans
35 - M. CORNET Pascal, Chaudronnier tuyauteur soudeur, 58 ans
36 - Mme HACHET Thérèse, Surveillante de nuit, 43 ans
37 - M. DIAZ Bruno, Sans profession, 50 ans
38 - Mme DAUBIN Michèle, Mère au foyer, 56 ans
39 - M. BUSSON Fabrice, Soudeur, 31 ans
40 - Mme BUGEON Suzanne, Mère au foyer, 58 ans
41 - M. RIVALLAND Christophe, Lamaneur, 53 ans
42 - Mme FOSSÉ Monique, Aide-soignante, 56 ans
43 - M. BABONNEAU Samuel, Étudiant, 21 ans
44 - Mme DUBIÉ Chantal, Auxiliaire de vie, 61 ans
45 - M. ROBIN Pascal, Peintre en bâtiment, 30 ans
46 - Mme GUÉMENÉ Jacqueline, Mère au foyer, 54 ans
47 - M. AUNIORD Marie, Monteur ajusteur structures aéronefs, 41 ans
48 - Mme BOUTINET Rollande, Puéricultrice à la retraite, 82 ans
49 - M. DAUBIN Francis, Pêcheur, 62 ans


http://saint-nazairebleumarine.fr/

Auteur : LY | 08/03/2014 | 46 commentaires
Article précédent : « Daniel Cohn Bendit soutient l'équipe de Gilles Denigot »
Article suivant : « La liste changeons la ville conduite par Gilles Denigot est écologiquement durable »

La liste changeons la ville conduite par Gilles Denigot est écologiquement durable

Conduite par Gilles Denigot la liste « changeons la ville » est de nature écologiste et rassemble des femmes et des hommes d’expérience aux sensibilités diverses.

Si vous ne savez pas comment faire une liste aux élections municipales vous appelez Gilles Denigot. Il doit avoir le record de liste de 49 noms constituée en 15 jours et avec des colistiers de qualité. Comme cette liste est inclassable selon les critères de la Préfecture elle sera sans étiquette mais verte comme l’écologie, et citoyenne.

On y retrouve des membres de Label Gauche Zack Moullec, Philippe Créneguy et Roseline Amelot Pigat, L’UDB avec Damien Perrotin, le collectif des écologistes libres et autonomes.

Pour Gilles Denigot « Saint-Nazaire doit se tourner prioritairement vers la mer, un gisement que le Saint-Nazaire actuel n’est pas capable de comprendre. » Pour le candidat l’entrée de Saint-Nazaire « c’est la mer, puis nous procéderons à la végétalisation de la ville qui est froide et brutale. Nous avons le soutien d’André Daniel historien qui connaît très bien les origines de Saint-Nazaire. Batteux a habitué les Nazairiens à ne pas savoir qu’ils étaient en Bretagne, nous remettrons cette question dans la campagne. »

Gilles Denigot souhaite ouvrir l’écologie dans sa diversité, « je ne suis pas un écologiste partisan » et se dit un authentique écologiste pour avoir été aux côtés de René Dumont.

La marque de fabrique de la liste sera « la démocratie » « ici les élus décident sans concertation c’est le fruit de l’abstention et de la contestation. » 

La liste « changeons la ville »

NOM                      AGE           PROFESSION

 

1 Gilles Denigot         65    docker retraité

2 Véronique Lorrion   39     technicienne qualité, chantiers navals

3 Zack Moullec          42    technico réalisateur

4 Véronique Renaud  55 en reconversion, artisanat

5 Cédric Derouin      35  maraicher urbain

6 Jocelyne Couprie  52 psychologue éducation nationale

7 Damien Perrotin   41 fonctionnaire territoriale

8 Brigitte Baumal   41 en recherche d'emploi, comptable

9 Jean-Jacques Pierre 59 ouvrier secteur social

10 Valerie Pelletier Houguet 42 professeure des écoles

11 Gérard Moullec    64  retraité éducation nationale

12 Laurette Pasquier 34 assistante de vie

13 Vianney Marchand 29 chaudronnier

14 Riwanon Breton   41 conseillère insertion professionnelle

15 Patrick Bazin      56 docker pré retraité amiante

16 Sylvie Jeannic     43 secrétaire administrative

17 Patrick Le Cardinal 56 pharmacien

18 Maud Gossart      20 étudiante

19 Daniel Rambaud  43 technicien aéronautique

20 Monique Arleo     66 infirmière retraitée

21 Philippe Créneguy 49 agent administratif

22 Séverine Masson  42 vendeuse

23 Arnaud Barillé 35 animateur sportif

24 Muriel Coste 56 vendeuse

25 Guy Gossart 65 crépier ambulant

26 Jocelyne Leclerc 53 assistante sociale

27 Nathanaël Fauconnier 18 étudiant 

28 Marianne Rougé 54 comptable

29 Alain Souchet 66 retraité, chantier naval

30 Martina Mondo 38 en recherche d'emploi, nationalité italienne 

31 Jean-Marie Jannin 68 artisan retraité

32 Martine Le Pol 44 puéricultrice

33 Gildas Viot 41 formateur énergies renouvelables

34 Isabelle Descroix 48 animatrice

35 Amedh Grissa 66 conducteur de bus, retraité

36 Roseline Amelot-Pigat 59 ingénieure ergonome

37 Gérard Penru 63 agent France télécom, retraité

38 Michèle Viau 63 enseignante, retraitée

39 Matthieu Houguet 36 en reconversion, secteur éducatif

40 Chloé Carpentier 34 employé vie scolaire

41 Philippe Toscer 61 consultant

42 Cathy Cousin 57 aide maternelle

43 Jean-Yves David 57 éducateur

44 Odile Brocher 59 infirmière

45 André Daniel 81 historien

46 Marie-France Carpentier 67 secrétaire

47 Yves Marzelière 62 insertion professionnelle, retraité

48 Frédérique Beutier 62 éducatrice jeunes enfants, retraitée

49 Christian Vansteelandt 59 docker pré retraité amiante, écrivain

51 moyenne âge

Auteur : JBR | 06/03/2014 | 2 commentaires
Article précédent : « Le FN drague les mères « au foyer » pour établir sa liste »
Article suivant : « Johanna Rolland et David Samzun dévoilent 25 propositions pour l’Eco-métropole Nantes-Saint-Nazaire »

Johanna Rolland et David Samzun dévoilent 25 propositions pour l’Eco-métropole Nantes-Saint-Nazaire

Les deux candidats PS des deux plus grandes villes du département étaient réunis mercredi 5 mars dans la cité portuaire, afin de poursuivre le développement de l’Eco-métropole.

« Quand j’entends qu’il y a des candidats qui veulent s’affranchir de Nantes, c’est la proposition la plus irresponsable que j’ai pu entendre ». Le ton est donné par David Samzun, le candidat soutenu par les socialistes et Europe-Ecologie-Les Verts, qui devrait succéder à Joël Batteux, si les élections confirment la règle de la ville ouvrière, à savoir depuis 89 ans, un maire socialiste à Saint-Nazaire. Mais surtout, le rapprochement des deux plus grandes villes de Loire-Atlantique lui apparait « extrêmement important. Il y a un boulevard naturel exceptionnel qui est la Loire », poursuit-il.

Pour Johanna Rolland, qui là aussi devrait succéder à son mentor Jean-Marc Ayrault (Nantes est socialiste depuis 1989), les deux villes sont liées « historiquement ». Si l’actuel Premier ministre et Joël Batteux sont les précurseurs de cette alliance, « il faut préparer ensemble la nouvelle étape », poursuit la candidate nantaise, qui constate que sa rivale UMP –Laurence Garnier- « ne parle pas de Saint-Nazaire »

Déclinées, les 25 propositions de l’Eco-métropole pour la période 2014-2020 concernent principalement l’emploi, l’économie (avec l’industrie –Airbus, STX-), mais aussi la question des déplacements, liée de fait au développement durable. A ce propos, en prévision du futur Schéma de Cohérence du Territoire (SCOT) de 2017, plus de 80 000 hectares de zones agricoles seraient pérennisées à l’horizon 2040 sur ce territoire, contre 69 000 hectares actuellement. Ce qui représente une augmentation de 30%. 

Les deux candidats socialistes, communicants aguerris maniant fort habilement le jargon des collectivités, patienteront encore trois semaines pour voir leur projet commun–Eco-métropole Nantes-Saint-Nazaire 2014-2020- aboutir, et ainsi se mettre en place, en cas d’élections à Nantes, comme à Saint-Nazaire.

Auteur : J.R. | 06/03/2014 | 12 commentaires
Article précédent : « La liste changeons la ville conduite par Gilles Denigot est écologiquement durable »
Article suivant : « Saint-Nazaire Municipales 2014 la liste vraiment à gauche est complète »

Saint-Nazaire Municipales 2014 la liste vraiment à gauche est complète

On pouvait craindre une difficulté à constituer une liste pour ceux qui se nomment "la vraie gauche" après les derniers soubresauts, mais c’est finalement chose faite. Cette liste est composée d’anciens de Label Gauche, des membres du parti de Gauche, du NPA et ses sans étiquettes.

Patrick Rougé conduira la liste « Saint-Nazaire vraiment à gauche » Le programme complet de la liste sera présenté fin de semaine. 

Eric Edom et Thierry Brulavoine « Alternance citoyenne pour Saint-Nazaire » devrait faire savoir d’ici jeudi s’ils pourront présenter leur liste.

La Liste « vraiment à gauche »

 

1 Patrick Rougé 63 ans Label Gauche

2 Charlotte Buono 20 ans NPA

3 Lionel Debraye 59 ans Front de Gauche

4 Christine Gautier 62 ans Sans étiquette

5 Guy Danto 68 ans         Label Gauche

6 Marjolaine Régny 21 ans NPA

7 Augustin Grosdoy 67 ans Front de Gauche

8 Jeanne Ader 64 ans Label Gauche

9 Hervé Arteaud 48 ans Sans étiquette

10 Geneviève Marguero 62 ans NPA

11 Jean-Pierre Favris 67 ans Label Gauche

12 Maire-Claire Rousselet 65 ans Front de Gauche

13 Gérard Gueniffey 62 ans NPA

14 Anna-Claire Deray 59 ans Label Gauche

15 Patrick Lamoot 60 ans Front de Gauche

16 Anne-Lise Gilbert 27 ans Label Gauche

17 Yann Barreau 49 ans Front de Gauche

18 Fanny Favris 31 ans Divers gauche

19 André Herbert 67 ans NPA

20 Soazig Simon 31 ans Sans étiquette

21 Pierre Jégo 58 ans Label Gauche

22 Roselyne Boeffard 67 ans Divers gauche

23 Jacques Blin 67 ans Label Gauche

24 GILET Danielle 67 ans En recherche d'emploi Label Gauche

24 Fanny Favris 31 ans Divers gauche

25 Gilles Berthelot 60 ans Front de Gauche

26 Carmela Gaziano 60 ans Divers gauche

27 Pascal Richou 55 ans Label Gauche

28 Mélanie Danto 24 ans Label Gauche

29 Didier Chatelais 50 ans Label Gauche

30 Michèle Maillard 67 ans Sans étiquette 

31 Christophe Richard 61 ans Label Gauche

32 Carmen Compagnoni 58 ans Sans étiquette

33 Olivier Robin 60 ans NPA

34 Arlette Guillé 64 ans Sans étiquette

35 Patrick Mahias 54 ans Front de Gauche

36 Annie Voineau 64 ans Front de Gauche

37 Jean Gautier 70 ans Front de Gauche

38 Bénédicte Duroselle 62 ans Sans étiquette

39 Vincent Le Roux 39 ans Front de Gauche

40 Jocelyne Batard 63 ans Front de Gauche

41 Michel Taupier 75 ans Front de Gauche

42 Viviane Archin 60 ans Divers gauche

43 Pierre Gilbert 76 ans Label Gauche

44 Claudine Luscher 64 ans Front de Gauche

45 Philippe Fraix 55 ans Front de Gauche

46 Angèle Dutt 63 ans Front de Gauche

47 David Bonpoil 43 ans Label gauche

48 Christine Gérard  50 ans Sans étiquette

49 Alain Yviquel 41 ans Divers gauche

03/03/2014 | 20 commentaires
Article précédent : « Johanna Rolland et David Samzun dévoilent 25 propositions pour l’Eco-métropole Nantes-Saint-Nazaire »
Article suivant : « Municipales 2014 Saint-Nazaire : David Samzun dévoile son programme »

Municipales 2014 Saint-Nazaire : David Samzun dévoile son programme

La liste « Saint-Nazaire fraternelle et inventive » est déposée depuis lundi, le programme sort de l'imprimerie et la machine à chercher les voix est en route. David Samzun l' a présentée à la presse, entouré de représentants des partis amis : PC, PRG, EELV.

Vendredi matin, jour de marché, la permanence de la liste Saint-Nazaire fraternelle et inventive  s'active, les troupes sont en place.
Le candidat à la mairie précise que sa liste vient d'être modifiée : Paul-Gaël Simon a dû renoncer pour raisons personnelles et sera remplacé par Alain Geffroy agriculteur « non encarté » sera-t-il précisé.
David Samzun présente son programme rappelant la méthode de préparation et indique que « 8000 portes ont été ouvertes » et que les « idées présentées sont issues des structures politiques mais aussi des débats ».
 40 000 exemplaires seront distribués « par voie militante ».
Le petit livret bénéficie d'un format 21*15 agréable à manipuler, la présentation est soignée : belle qualité de papier, présentation claire et très pédagogique. Six chapitres occupent chacun une double page. Les sujets sont présentés en paragraphes clairs, caractères très lisibles, quelques visuels agrémentent les pages. En dernière de couverture la liste des différentes réunions. Le petit guide est facile d'utilisation pour les militants, astucieux manuel pratique pour faire voter. Voici pour la forme.
Pour le contenu : Voir le document intégral ci-après

Pas de surprises pour le contenu, puisque l'équipe parle depuis des semaines de ses projets. Au passage David Samzun rappelle que les informations issues des travaux préalables ont été posés sur les différents sites au fur et à mesure et que donc « ceux qui nous traitent de copieurs me font bien... », la campagne est ouverte, et les griffes acérées pour les coups de pattes.
David Samzun souligne quelques points dans chaque chapitre.



Le candidat souhaite un service public plus « solidaire », insistant sur la jeunesse, avec « la gratuité du temps péri éducatif ». Concernant le équipements il propose de « conserver la piscine de la Bouletterie ».
Pour lui l'égalité passe par l'accès au numérique, avec un plan spécifique et il est impératif de lutter contre la discrimination. Il cherche le débat et souligne que « comme au niveau national nous pensons confier la commission des finances à l'opposition ».
La ville doit être « festive et culturelle » avec par exemple une « grande manifestation gratuite et populaire adossée à la programmation de Grande Marée ».
Concernant la sécurité qu'il appelle « la tranquillité publique » le candidat se définit comme « non dogmatique », il ne veut pas « diviser sur le sujet ». Tout comme la gratuité des transports « cela ne s'improvise pas ». Le candidat rappelle les deux points de différence avec les verts « les transports et l'aéroport ». Mais il ne veut pas de sujet « tabou ».
Côté solidarité il bondit quand il entend dire que la Ville n'aide pas les anciens, « c'est malhonnête ! » De même « on n'a pas attendu les élections pour les conventions PMR », il ne veut pas d'opposition de quartier : « tous des Nazairiens ».
Pour Méan Penhouet, même s'il  faut un développement industriel de la ville il est indispensable pour la liste « d'augmenter le confort d'habitation » et de traiter la relation de ce quartier vers le cœur de ville (Bd Paul Leferme).

Mutualiser les moyens

Concernant l'environnement de la ville, Saint-Nazaire « doit s'ouvrir vers la Brière, les côtes, pas d'opposition avec Cap Atlantique ni avec Nantes mais des rapprochements, des mutualisations. On ne sort pas du SCOT ». Pour lui ce qui se passe à Pornichet n'a « aucun sens ». « Partageons les outils ! »
Pour David Samzun le coeur de ville doit se densifier, l'idée d'un port qui rendrait la ville plus attractive est à envisager mais il faut « sans gêner l'industrie, amener la mer dans la ville». Il le verrait bien à la place des frigos, il imagine « une promenade urbaine » pour relancer le commerce, cela n'a rien à voir « avec une galerie commerciale ». Pour le port de plaisance qui « n'est pas une priorité ; notre priorité c'est l'emploi », il le voit comme « à Piriac ou au Pouliguen ». Il ne veut pas de « silo à bateaux » et tacle un projet concurrent : « qui n'apportera rien ! ». « Il reste à parler avec le Grand Port et surtout préserver l'industriel ».
Pas d'immobilier pour la liste à l'endroit des frigos comme Joel Batteux l'avait évoqué. Mais « notre réflexion doit être publique ».
Comme adjoint à l'urbanisme, il s'insurge quand il entend « qu'on aurait signé trop de permis », et rappelle que c'est « du droit !».
 

Pas de démagogie

Quand il est interrogé sur l'utilisation de référendum David Samzun est très clair, c'est « non ! ».
C'est une affaire de « gestion de responsabilité », « nous voulons la représentation »« on débat, on écoute » , « mais pas démagogie ! ». « On ne gouverne pas à coups de référendum ! ».

PGM municipal - David Samzun -

Auteur : LY | 21/02/2014 | 113 commentaires
Article précédent : « Saint-Nazaire Municipales 2014 la liste vraiment à gauche est complète »
Article suivant : « Saint-Nazaire Municipales 2014 : Posez vos questions aux candidats »

Saint-Nazaire Municipales 2014 : Posez vos questions aux candidats

Media-Web propose à ses lecteurs d'interroger directement les candidats aux municipales.

À quelques semaines des municipales, Medi-Web propose à ses lecteurs de lister leurs questions et de les transmettre aux différents candidats.

Règle du jeu :
Posez votre question dans l'espace commentaires, (une question par commentaire).
Seuls les commentaires courtois et posant des questions précises seront conservés.
Les questions ne seront pas visibles avant le 3 mars, date à laquelle la collecte sera terminée.
Les questions seront transmises aux candidats le 4 mars.
Les réponses seront mises en ligne le 10 mars.

18/02/2014 | 5 commentaires
Article précédent : « Municipales 2014 Saint-Nazaire : David Samzun dévoile son programme »
Article suivant : « Municipales Gilles Denigot conduira la liste « Changeons la ville » »

Municipales Gilles Denigot conduira la liste « Changeons la ville »

L’ancien conseiller municipal et conseiller général a longuement hésité mais ses convictions sur la manière de faire de la politique autrement l’ont emporté.

Il avait choisi Le Café de la Marine pour annoncer sa candidature. Un symbole, il s’est assis devant l’affiche des stars de la boxe nazairienne, un autre symbole, car Gilles Denigot a le punch d’un boxeur quand il s’agit de faire valoir ses idées. Accompagné de Zack Moulec (Saint-Nazaire revitalisée), ils ont réussi la fusion des idées et des équipes.

Pour la liste « Changeons la ville » « l’écologie politique doit être au cœur du débat » pour Gilles Denigot les Verts ont laissé un vide à Saint-Nazaire en s’alliant à la liste de David Samzun. Celui qui est toujours encarté à EELV aurait aimé que Saint-Nazaire suive l’exemple de Nantes. « Je prends le risque de constituer cette liste, je ne démissionnerai pas, mais si les Verts considèrent qu’ils peuvent se passer de moi c’est réciproque ».

La finalisation de la liste ne posera pas de difficultés puisque 130 personnes sont déjà dans la campagne. Néanmoins pour faire original et contrairement aux autres partis la liste manque d’hommes. « Nous pratiquons la parité inversée » souligne avec amusement Gilles Denigot.

Le détail du programme sera proposé prochainement. « Changeons la ville » souhaite :
- Réinventer la démocratie dans la ville, avec des comités de quartier autonomes, un conseil municipal des jeunes, des comités d’usagers et un site web interactif.
- Imaginer une gestion écologique de l’urbanisme « nous avons un plan local de l’habitat de + de 600 logements par an et depuis des années nous avons toujours 3 500 demandeurs de logements pas résolus, alors que l’on construit de plus en plus et on artificialise les sols. Le département de Loire-Atlantique est un des premiers en France à artificialiser les sols, on dit stop à la boulimie du toujours plus. »
- stimuler une économie plurielle et responsable, gérer aux mieux les dépenses pour ne pas augmenter les impôts et relier Saint-Nazaire à son histoire « Saint-Nazaire est une ville bretonne ouverte, innovante et solidaire. »

En fin roublard politique Gilles Denigot répond avec humour sur la question du deuxième tour « David Samzun n’aura pas besoin de nous, il va gagner au 1er tour, sportif depuis longtemps l’objectif est d’être au deuxième tour, nous avons le potentiel électoral, l’offre politique, et au deuxième tour, on se maintiendra. »

Cette candidature va réveiller la campagne des municipales à Saint-Nazaire, le Briéron né à Saint-Lyphard va faire entendre sa voix, « on va mener une campagne à toute vitesse jour et nuit, les politiques qui promettent tout ne disent pas la vérité aux citoyens. » Il salue au passage la démarche de Nicolas Terrassier qui a permis d’ouvrir le débat. « Notre liste c’est l’antidote du cartel des partis » conclut Gilles Denigot.

 

Auteur : JBR | 14/02/2014 | 30 commentaires
Article précédent : « Saint-Nazaire Municipales 2014 : Posez vos questions aux candidats »
Article suivant : « PG NPA et Libre gauche réunis sur une liste « de la vraie gauche » »

PG NPA et Libre gauche réunis sur une liste « de la vraie gauche »

Ils ont finalement réussi à s'entendre pour proposer une liste à la gauche de la gauche. La liste est au deux tiers constituée. Ils espèrent la compléter rapidement.

La liste de PG NPA et Libre gauche portera le nom « Saint-Nazaire vraiment à gauche » et sera conduite par Patrick Rougé. Le travail sur le programme avait commencé depuis longtemps dans les trois composantes, il sera discuté et complété dans la semaine.
Les grandes orientations du programme seront l’emploi « une priorité » pour Lionel Debraye, la démocratie, l’urbanisme, les transports et services publics. La liste s’opposera aux projets où la question écologique ne sera pas prise en compte, comme Notre-Dame-des-Landes.

Auteur : JBR | 11/02/2014 | 4 commentaires
Article précédent : « Municipales Gilles Denigot conduira la liste « Changeons la ville » »
Article suivant : « Municipales : baptêmes de listes »

Municipales : baptêmes de listes

Les équipes doivent s'identifier et se démarquer pour les municipales. Entre volonté de communiquer et perception.

Un magasin bien connu de farces et attrapes à Saint-Nazaire loue aussi des déguisements. Se déguiser c'est se révéler. Supposons que cette boutique ait un rayon «listes pour élections » : « Saint-Naz-liste », que demanderaient les candidats ? Avec quels habits sortiraient-ils ? Quel titre porterait leur liste ? En attendant chacun peut faire l'exercice à l'envers et laisser voyager son imagination sur les noms de quelques listes annoncées, que nous disent-ils ? Saintnazaire-infos.fr a écouté les réactions, en voici quelques unes.

« Fraternelle et inventive »
« Inventive » pour  sortir de 30 ans de « continuité » ? Pour des idées qu'on n’aurait pas eu avant, quand on était aux manettes ? Quant à fraternelle, « méfiance ! » , il installe le doute « serions-nous tous frères ? » à commencer par le PC et le PS ? Cousins peut-être mais frères... n'exagérons rien. La liste « rangée » des candidats de la « fraternité » montre comme chacun a bien réservé sa place à la table du pouvoir. Invention ou intentions ?

« Rassemblement Bleu Marine »
La couleur, au moins une liste qui se définit dans sont parti, qui n'en « rougit» pas. Rassemblement, plus hétérogène qu’union, moins dur que front : guerrier ou tête dure. Rassembler : réunir des personnes ou des animaux dispersés. Presque pas « FN », comme Marine.

« DésirS de Ville »
C'est la plus travaillée, les sens, les signes, la couleur, ça sent la com... mais la communication comme la pub peut se percevoir comme prévu ou a contrario. Ainsi DésirS... de droites plurielles ? Désirs pour tous ? Mais désirer n'est pas aimer... Désirer c'est vouloir, mais moins fort, juste avoir envie de... une liaison, une aventure, un truc pas sérieux, est-il assouvi que c'est fini. Mais là il s'agit d'un contrat de six ans. Pourquoi ce ''S'' contre les règles de typographie ? « S », original certes mais insistant ; L'ennui c'est qu'il dessine un crochet, comme celui d'un portemanteau, là au milieu de la formule... alors bien sûr aux mauvais esprits, la veste est suggérée. Ville, sauf à être germaniste que fait cette autre capitale ici ? Ce n'est pas la ville avec ses bancs, ses arbres ses rues etc.. C'est la « Ville » définie dans sa direction, son autorité, alors désirs oui mais...de pouvoir ?
La couleur,  celle d'une pierre précieuse mais ni chèvre ni chou, bleu turquoise : ni bleu (marine?) ni vert … Parce qu'ils sont ailleurs, sur les bords...Invitation ?


«Saint-Nazaire revitalisée»
Sauf erreur, elle seule pose la ville dans son nom. Revitalisée : Saint-Nazaire vieille dent, cariée dévitalisée ?  Médecine et pharmacie, réparation, maladie.
Ressuscitée ? Non, c'est religieux. Celle-ci s'entend plus laïque. Réincarnée ? Non, plus végétale. Colorée, comme les boites de cocktails multivitaminés ou une salade composée, pour la santé, mais sans les Verts.

« Notre parti, c'est vous »
« Nous » avant « vous », impoli ! « Parti » pour ces élections, est un mot presque tabou. Cette liste a fait sécession, a quitté son groupe, elle aurait pu choisir plus clair : « les partis, c'est nous ! ».

Et vous, qu'entendez-vous ? Dans quelques semaines, les candidats auront présenté leurs projets, il sera trop tard pour ne jouer qu'avec les mots brodés sur leurs drapeaux.

 

Auteur : LY | 10/02/2014 | 6 commentaires
Article précédent : « PG NPA et Libre gauche réunis sur une liste « de la vraie gauche » »
Article suivant : « DésirS de Ville : Ludovic Le Merrer a tenu son premier grand meeting »

DésirS de Ville : Ludovic Le Merrer a tenu son premier grand meeting

Ludovic Le Merrer, le candidat de l’opposition à Saint-Nazaire qui a réussi le tour de passe-passe pour rassembler quatre partis sur sa liste, a dévoilé le 7 février le nom de ses 49 colistiers mais surtout son programme, balayé de long en large.
Ludovic Le Merrer, candidat du Centre-Droit -sur les marches-, a présenté ses colistiers de DésirS de Ville ainsi que son programme au salon républicain du Paquebot à Saint-Nazaire, redécoré pour l'occasion en bleu turquoise.
Ludovic Le Merrer, candidat du Centre-Droit -sur les marches-, a présenté ses colistiers de DésirS de Ville ainsi que son programme au salon républicain du Paquebot à Saint-Nazaire, redécoré pour l'occasion en bleu turquoise.

Il fallait avoir la foi pour braver la tempête et rejoindre le salon républicain du Paquebot à Saint-Nazaire. Mais surtout de grandes convictions pour croire fortement aux chances de Ludovic Le Merrer aux élections des 23 et 30 mars prochain. Devant une salle comble à la teinte bleue turquoise,  (260 personnes selon ses soutiens, probablement 180 selon les organisateurs), le candidat de 49 ans a décliné pendant une bonne heure son programme pour les Nazairiens. Après une entrée triomphale, tout en saluant chaleureusement ses 49 colistiers, ce directeur de deux maisons de retraite a d’emblée réchauffé un peu plus l’atmosphère, se défendant d’être à l’origine des tempêtes qui s’abattent dans la région. « Mais il y a une vague bleu turquoise qui déferle dans les rues de Saint-Nazaire », a-t-il lancé à la cantonade dans un sourire malicieux. Indéniablement, Ludovic Le Merrer croit en ses chances de victoire. Ce « rassemblement républicain (il est soutenu par l’UMP, le MoDem, l’UDI et le Parti Breton) doit briser la léthargie dans laquelle se trouve Saint-Nazaire, son sectarisme et ses clivages ». Son leitmotiv : « redynamiser » la ville.
Pendant son discours, le candidat, étranger au sérail politique comme il le martèle à l’envi s’est félicité d’avoir respecté son premier engagement de campagne : annoncer sa liste ce 7 février. « Le PS, lui, annonce sa liste avant son programme ! » s’exclame-t-il. Rassembler aussi largement a visiblement couté de la sueur et du temps. « Nous avons travaillé le programme depuis huit mois désormais. Soit 90 réunions ».

Une politique originale

Ludovic Le Merrer souhaite « faire de la politique autrement. Ce n’est pas un métier, mais une mission ». Pour cela, le candidat s’engage à ne pas dépasser deux « CDD », deux mandats. Ce « boulimique de travail » comme il l’affirme veut donc « réveiller le potentiel industriel, portuaire et balnéaire » de la ville. Moderniser son image, réaffirmer l’identité bretonne de Saint-Nazaire, stopper le matraquage fiscal, implanter plus d’espaces verts. Bref, un vaste programme. La sécurité a aussi été au cœur de son meeting. Et l’actualité ne pouvait que le servir : « il y a deux heures, la bijouterie située à deux pas a été victime d’un braquage ». A l’écouter, l’insécurité découlerait d’une « pauvreté qui a explosé ».
Tout au long du discours, ce rassembleur a cité plusieurs exemples démontrant que Saint-Nazaire souffrait de la comparaison avec ses voisines plus ou moins proches : « Nantes, la boulimique, absorbe toutes les grandes écoles », ou encore La Baule et Pornichet qui sont, de fait, beaucoup plus attractives pour le logement.
Ludovic Le Merrer, au-delà des dix propositions fortes du programme, regorge d’idées pour cette ville qu’il aime. Vélos en libre circulation, gratuité des parkings à certaines conditions, végétalisation de la base sous-marine, des clubs de plage pour donner l’envie de se baigner sur le front de mer ou bien encore développer des parcours explicatifs pour renouer avec l’histoire de cette cité si durement bombardée lors de la seconde guerre mondiale.
Ses colistiers de DésirS de Ville, dont l’ordre définitif sera dévoilé le 7 mars prochain, qui occupaient les premiers rangs de la salle lui ont réservé deux salves d’applaudissements particulièrement nourries : la première, concernant l’identité bretonne de la ville : « on vous enfume en vous disant que Saint-Nazaire –qui serait doté d’une double signalisation franco-bretonne par exemple- fait partie intégrante des Pays de la Loire. Allez demander à un Australien s’il connait cette région, alors que la Bretagne… ». Mais le candidat fut encore plus acclamé lorsqu’il déclara qu’il fallait couper le cordon avec Nantes.

Il faudra encore convaincre

Par ailleurs, Ludovic Le Merrer, qui souhaite donner des responsabilités à l’opposition en cas de victoire, s’est montré relativement fair-play dans les tacles qu’il a glissés à la majorité sortante. Reconnaissant que certaines choses avaient été effectuées, mais jamais assez profondément.
Sentant qu’il fallait au plus vite conclure devant une assemblée qui commençait à se mettre en veille, le candidat de centre-droit a lancé le constat suivant : « Saint-Nazaire est une ville affaiblie, mais Saint-Nazaire n’est pas une ville vaincue. Elle a besoin d’un nouveau capitaine, d’un nouvel équipage, d’une nouvelle énergie. Et cela pour mener Saint-Nazaire à bon port », a conclu Ludovic Le Merrer. Cet « amoureux de la mer » devra se muer en « capitaine courage » s’il veut convaincre les Nazairiens. Et transcender plus fortement les assemblées qui iront à sa rencontre. Car si le cap est bien défini, il manque encore au candidat un courant favorable afin que le vent tourne véritablement en sa faveur. Et ce, afin que la vague bleue turquoise déferle véritablement dans la deuxième ville du département –qui a encore perdu 1800 habitants sur le dernier mandat pour stabiliser la population à 67 000 âmes-. Car il faut bien le reconnaitre, Saint-Nazaire souffre de plusieurs maux. A commencer par ce fameux manque d’attractivité. Cela tombe bien, Ludovic Le Merrer est là pour la redynamiser.

Liste “DésirS de Ville dynamique et solidaire” (dans l'ordre alphabétique)

Ludovic Le Merrer      39 ans          Directeur de maisons de retraite
Michèle Aubry            55 ans        Conductrice de bus
Frédéric Batard          53 ans         Agent commercial
Djamilla Belferrag      42 ans             Secrétaire comptable
Anne-Marie Benassi    59 ans        Cadre des chantiers  navals
Florence Beuvelet       50 ans        Responsable de centre de formation
Patrice    Blanchard     31 ans        Technico-commercial
Benoit Bonnaffé          59 ans       Médecin cardiologue
Michaël Bouillet          44 ans        Professeur de lettres
Virginie Boutet           42 ans        Assistante de direction
Franck    Broquière     39 ans        Commerçant
Jean-Pierre Busson     54 ans        Directeur financier
Philippe Cadic             40 ans        Agent immobilier
Philippe Cadiet            58 ans        Ingénieur, directeur portuaire
Christophe Dumoulin   42 ans        Contrôleur de gestion
William Duval              44 ans        Agent commercial
Josette Emonides         61 ans        Retraitée de la fonction publique hospitalière
Corine Fauvez              57 ans        Négociante en produits agro-alimentaires
Marie-France Forest      65 ans        Agent administratif de la sécurité sociale à la retraite
Philippe Freche             54 ans        Agent immobilier
Jean Claude Gangnard  61 ans        Technicien aérospatiale à la retraite
Jean-Louis Garnier        63 ans        Retraité consultant en transports
Pauline Gervaise           18 ans        Étudiante en mesures physiques
Jean-François Goubil     51 ans        Retraité de la gendarmerie
Annick Goupy               56 ans        Professeur en sciences économiques et marketing
Audrey Groseil               29 ans        Préparatrice en pharmacie
Gwenaëlle Guihéneuf      38 ans        Agent de tourisme
Corentin Guillaume        19 ans        Étudiant en multimédias
Emmanuel James           40 ans        Gestionnaire de biens
Anne Lamblin                62 ans        Infirmière à la retraite
Maryvonne Le Liboux     62 ans        Directrice pôle emploi
Bertrand Le Masle          54 ans        Directeur de lycée professionnel
Yolaine Le Thiec             27 ans        Coiffeuse
Cecilia Leprince              41 ans        Agent d'assurances
Marie-Annick Macé         68 ans        Assistante sociale  à la retraite
Martine Marivain Robart    62 ans        Secrétaire comptable
Thomas Mary                 25 ans        Étudiant en comptabilité
Ali Mebkhouti                 34 ans        Ingénieur
Philippe Moreau              59 ans         Mécanicien poids lourd
Serge Paquet                 65 ans        Formateur en mécanique industrielle à la retraite
Maryse Ricklin                45 ans        Auxiliaire de vie
Ludwig Rostucher           28 ans        Agent commercial
Jean-Michel Texier          38 ans        Directeur des ressources humaines
Isabelle Thoby               38 ans        Ouvrière aérospatiale
Dominique Trigodet        48 ans        Cadre infirmière
Sandra    Vandeuren      41 ans        Juriste
Caroline Verdier            54 ans        Médecin
Pierre-Yves Vincent        47 ans        Chef d’entreprise dans le tourisme
Sylvie Volant                 52 ans        Agent Territorial Spécialisé des Écoles Maternelles


Programme disponible à l’adresse suivante : http://desirsdeville.com/2014/02/08/le-programme-de-desirs-de-ville-dynamique-et-solidaire-2/
 

Auteur : Jean Rioufol | 08/02/2014 | 71 commentaires
Article précédent : « Municipales : baptêmes de listes »
Article suivant : « Municipales : Le programme du Front National pour Saint-Nazaire »

Municipales : Le programme du Front National pour Saint-Nazaire

Dans le cadre des élections municipales de mars 2014, le Front National « réaffirme sa volonté de constituer une véritable alternative politique, nationale et locale, et d’oeuvrer au redressement de notre pays, victime d’une politique mondialiste ultra-libérale menée depuis plusieurs décennies. »

Économie et travail

Gauthier Bouchet, Jean Claude Blanchard, Stéphanie Sutter, Philippe Bescond-Garrec
Gauthier Bouchet, Jean Claude Blanchard, Stéphanie Sutter, Philippe Bescond-Garrec

La liste Rassemblement Bleu Marine pour Saint-Nazaire a dévoilé son programme au cours d’un rendez-vous avec la presse ce mardi 4 février à Agora.

"Favoriser l’attractivité économique de la commune, défendre les commerces de proximité et les services publics
 Commerces et entreprises
À la date de début janvier, nous avons recensé 86 commerces fermés. Des entreprises telles que Gad et Baudet ont fermé leurs portes. Marper est en redressement judiciaire. L’hémorragie doit cesser. Nous proposons :
- la mise en place d’une réelle synergie entre la municipalité et les acteurs locaux (Chambre de commerce et d’industrie, associations de commerçants, chambres des métiers, entreprises, etc.) pour redynamiser le tissu économique local,
- une incitation fiscale pour les commerces et les entreprises,
- un droit de préemption commerciale sur l’installation de commerces,
- la mise en place d’une réelle stratégie d’implantation des commerces de proximité pour l’intérêt des habitants,
- d’encourager les animations commerciales pour faire revivre le centre-ville le week-end (communication, affichages sur panneaux, diffusion radio, Saint-Nazaire TV, etc.),
- l’ouverture des commerces le dimanche, sous réserve d’accords salariés satisfaisants (en partenariat avec l’inspection du travail),
- de valoriser les entreprises ayant créé le plus d’emplois sur l’année,
- pour tout appel d’offres de la mairie, de favoriser les entreprises locales.

Redynamiser les marchés de quartier
Aujourd’hui, les habitants désertent leurs marchés de quartiers et les commerçants n’y trouvent plus leur compte. Pourtant, la proximité est primordiale pour un mieux-vivre au quotidien et en particulier pour les personnes âgées ou les personnes en situation de handicap. Nous proposons :
- la gratuité des emplacements pour les nouveaux commerçants pendant une durée fixée au préalable,
- une communication de la ville à ce sujet.

 Projets
Une ville dynamique, c’est une ville qui sait oser, entreprendre, créer. Nous proposons :
- de favoriser la création de pôles universitaires de recherche/développement -entreprises (nouvelles technologies, énergies renouvelables, architecture, etc.). Il faut également une étude sur l’aménagement du site de l’ancien hôpital.

Argent public

Il faut refuser toute augmentation de la fiscalité pendant toute la durée du mandat, et préparer la baisse, lutter contre les gaspillages, les dépenses fastueuses et inutiles.
Il appartient à toute municipalité de faire attention à chaque euro dépensé, comme le ferait n’importe quel bon père ou bonne mère de famille. En effet, pour assurer la tranquillité et la sécurité de son foyer, le père ou la mère de famille ne fera pas de dépenses inconsidérées. Nous proposons :
- de pourvoir aux besoins des concitoyens avant d’envisager des projets ne répondant pas à une priorité incontournable,
- la création d’une Cour des comptes ayant pour mission l’évaluation de l’efficacité des dépenses municipales :
- pertinence des chargés de mission,
- délégation de contrats aux entreprises privées alors que l’on a les compétences en interne,
- flotte de véhicules
- la mise en place de ventes aux enchères locales du matériel municipal réformé, ouvertes aux entreprises du bassin nazairien,
- de favoriser, dans la mesure du possible, les démarches administratives par Internet. Cela permettra un gain de temps, d’argent et facilitera la vie de bon nombre de concitoyens (horaires d’ouverture de la mairie par rapport aux travailleurs, files d’attentes supprimées pour les personnes âgées ou les personnes en situation de handicap…)

Sécurité

Agir pour assurer la tranquillité et la sécurité, première des libertés.
Faire ses courses, se promener ou profiter paisiblement d’un square sont des droits légitimes pour tout habitant d’une ville, d’un quartier. D’ailleurs, les journaux relatent régulièrement des agressions corporelles ou des actions de vandalisme. Saint-Nazaire est victime d’une dizaine de braquages depuis début septembre 2013. Vivre en sécurité n’est pas complètement utopique, à partir du moment où l’on s’en donne les moyens. Nous proposons :
- l’installation de caméras de surveillance sur les points sensibles de la ville,
- la création d’une police municipale. Elle aura plusieurs missions, telles que :
la sécurisation des personnes, des biens et des bâtiments en partenariat avec les habitants
- l’enlèvement rapide des voitures « ventouse » dès repérage ou signalisation par les habitants, par civisme
- l’expulsion des squatteurs et la fermeture des lieux.
- la création d’un service encadrant les personnes ayant commis des incivilités (travaux d’intérêt municipal). Ils participeront à l’entretien des installations et espaces publics,
- la mutation des missions des agents de sécurité de la voie publique (ASVP) en îlotiers,
- la présence de la police municipale dans les lieux sensibles de la ville,
- des sanctions pour les taggueurs de rues et les personnes dégradant les biens publics ou privés (verbalisation ou TIM),
-une sécurisation aux entrées et sorties des écoles, à la demande des établissements.

Social

Assurer la transparence totale des critères et procédures d’attribution des logements sociaux
À l’heure où beaucoup de nos concitoyens connaissent des périodes de chômage, où les familles sont étranglées financièrement, on ne peut accepter l’opacité régnant autour des instances de décision et des critères d’éligibilité aux aides. Nous proposons :
- la transparence sur les personnes constituant la commission d’attribution des logements sociaux de la Silène (Office public de l’habitat de Saint-Nazaire),
- la transparence sur les critères d’éligibilité aux logements sociaux et aides du Centre communal d’action sociale (CCAS),
- la priorité locale pour l’accès aux logements sociaux, tout en prenant en compte les cas d’extrême urgence,
- la priorité nationale pour l’octroi des aides sociales,
- la suppression de l’accès aux aides municipales pour les délinquants multirécidivistes.
Projet
- Nous proposons la création d’une ferme municipale éducative et interactive :
- participation/création d’un groupement de producteurs locaux,
- production destinée aux collectivités,
- accès et participation pour les associations,
- embauche de personnes en réinsertion par le travail,
- en partenariat avec les associations de Saint-Nazaire, missions de travailleurs en situation de handicap en détachement,
- missions pour les travaux d’intérêt municipaux.

Urbanisme

Promouvoir un urbanisme respectueux de l’architecture locale et du patrimoine
Malgré la crise de l’immobilier, la diminution de la population (- 1800 habitants entre 2006 et 2011), la municipalité est dans une frénésie de construction. Chaque Nazairien a pu voir émerger des immeubles dans tous les quartiers. Des immeubles qui ne font pas le plein et qui sont controversés d’un point de vue esthétique. Nous proposons :
- un audit du parc immobilier, ce qui permettra d’avoir une politique de développement plus proche des besoins réels (arrêt ou poursuite des futures constructions d’immeubles suivant les quartiers),
- de stopper les projets dégradant esthétiquement notre ville, au profit d’une architecture de caractère (rendre une âme aux quartiers et conserver celle du centre-ville),
- pour les projets architecturaux, de favoriser les professionnels locaux (conception, réalisation).
Le patrimoine
Notre passé fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui et nous serons demain. La ville de Saint-Nazaire a une histoire et un patrimoine riches. Après plus de trente ans de mandats, monsieur Batteux, son adjoint à l’urbanisme et son équipe, ont le triste bilan de n’avoir pu les valoriser et de les avoir plutôt défigurés. Nous, nous sommes fiers d’être Nazairiens, et ne voulons pas nous cacher de notre histoire. Nous proposons :
- la réhabilitation des immeubles, maisons de caractère et bâtiments historiques,
- la réhabilitation du patrimoine nazairien (statues et sculptures dorment actuellement sous des bâches, dans les hangars de la ville).
Base sous-marine
- Réalisation d’un audit sur le coût réel de maintien de la base sous-marine
- Vérification de sa salubrité et sa dangerosité par un organisme compétent et indépendant
- Au terme de cet audit, organisation d’un référendum sur son devenir
- Appel d’offre envisagé pour embellir le port
- Réalisation d’un audit concernant l’intérêt de garder la glacière du pont levant. À la place, nous envisageons une place publique :
- Parking pour le VIP et le LIFE
- Espace d’accueil pour des cirques, fêtes foraines ou autres manifestations
 Projet
À ce jour, nous constatons un manque de cohérence des flux de circulation pédestre. Nous étudierons un parcours permettant de relier la place du commerce au Ruban Bleu.

Vie assocaitive

Refuser toute subvention et toute aide à des organisations ou projets communautaristes
Rappelons-le, la France est un état laïc, donc nous n’avons pas à faire de favoritisme concernant des lieux de culte ou le soutien à des associations d’orientation religieuse ou communautariste. Nous proposons :
- une remise à plat des subventions aux associations,
- une attribution du montant des subventions pour les associations en fonction des services rendus à la population,
- un soutien particulier aux associations qui créeront une dynamique d’animation pour les habitants de Saint-Nazaire,
- que la municipalité implique les associations dans des projets d’animations (marché de Noël, manifestations culturelles, historiques, sportives, artistiques, etc.)

Enfance et jeunesse

Les enfants sont la force vivre de demain. Plus ils se sentiront en prise et en sécurité avec leur environnement scolaire, associatif, social, économique, plus ils pourront envisager sereinement de grandir, s’épanouir et plus tard, de s’installer à leur tour dans notre ville. Nous proposons :
- une sécurisation aux entrées et sorties des établissements scolaires par la police municipale, sur demande des établissements scolaires,
- dans le cadre des cantines scolaires, de développer le plus possible les partenariats avec les éleveurs, agriculteurs ou producteurs locaux et, dans le respect de la laïcité, l’interdiction des repas communautaristes,
- la gratuité des places de parking aux heures d’entrée et sortie des établissements scolaires,
- une étude sur le site de la Torpille pour créer un pôle d’animations et de loisirs en direction des jeunes,
- le renforcement du nombre de jeux pour enfants sur les plages, squares, jardins, parcs paysagers, etc.
Choix de métier pour nos jeunes
L’avenir de nos jeunes est un élément essentiel à prendre en considération. Le Centre info jeunesse (CIJ) a un rôle important à jouer auprès d’eux. Mais, les moyens mis à la disposition de nos jeunes sont obsolètes. Nous proposons :
- de nous appuyer sur les compétences du CIJ en le dotant de méthodes complémentaires pour rendre accessible l’information sur les métiers plus attractive et interactive.
Réforme des rythmes scolaires
La Liste Saint-Nazaire Bleu Marine ne peut que déplorer la précipitation dont a fait preuve monsieur Batteux et son équipe, quant à la mise en place brouillonne de la réforme des rythmes scolaires.

Tourisme et loisir

Insuffler la vie au coeur de Saint-Nazaire et de ses quartiers
Stationnement
Nous proposons la création de cartes de résidents gratuites pour les riverains dont les rues sont payantes,
- d’instaurer les 30 minutes de stationnement gratuit, même pour ceux qui payent.
 

Vie des quartiers
- Nous proposons une valorisation de tous les squares et jardins,
- un soutien à l’implantation de commerces de proximité (boucherie, boulangerie, épicerie, café avec terrasse, etc.),
- la création d’évènements festifs accessibles aux jeunes, aux familles, aux personnes âgées et aux personnes en situation de handicap.

Ville-Port
- Nous proposons la création d’un pôle attractif – Port de plaisance (Saint-Nazaire Port d’attaches),

- quai d’embarquement pour le départ de mini-croisières,
- bars, restaurants,
- boîte de nuit,
Mise en place d’un marché de Noël digne de ce nom
Depuis plusieurs années, nous avons assisté au déclin du marché de Noël. Étonnant qu'à quelques mois de l'échéance des élections, la municipalité met un coup d’accélérateur sur cette période ! Pourquoi ne pas l’avoir fait avant, alors qu'elle en avait largement le temps ? Pourquoi ne pas avoir utilisé le terme Noël ? Saint-Nazaire veut t-elle faire un concours avec Disneyland et ses fééries ? Mais ces derniers, au moins, utilisent encore le mot Noël ! Nous proposons :
- des stands sélectionnés par la ville (qualité, diversité et artisans, créateurs locaux privilégiés)
- des animations diverses et variées (visite du père Noël, promenade dans le traîneau du Père Noël, spectacles de rues, chorales…),
- des concours de vitrines,
- place François Blancho, le renforcement des illuminations sur la mairie, la transformation du bassin à jets d'eau devant la mairie en patinoire, des animations et stands sur la place, de la musique
- des stands de nourriture (marrons chauds, chichis, gaufres, crêpes, galettes, saucisses…)

Le Grand café
Cette institution nazairienne est aujourd’hui un lieu ultra-élitiste boboïsant d’exposition oeuvres contemporaines pour des artistes étrangers. Grands frais et peu d’impact.

- Nous proposons la conservation de cet outil culturel, mais l’ouverture sur des oeuvres plus compréhensibles par un large public. Invitation d’artistes locaux, régionaux et nationaux.
Sport
La ville de Saint-Nazaire peut se féliciter de compter un nombre important d’associations sportives riches en diversité. Elle porte aussi en son sein des équipes nationales ou régionales en volley-ball, rugby, basket et boxe. Pour autant, elles sont toutes obligées d’assurer leur propre communication. Résultat : une information trop diffuse et illisible pour le grand public. Nous proposons :
- le soutien de la ville à tous les niveaux, à toutes les associations sportives,
- la négociation avec les clubs nationaux pour que des matchs d’envergure nationale puissent avoir lieu à Saint-Nazaire,
- l’élargissement des créneaux d’ouverture au grand public pour la piscine Léo Lagrange.

Création de manifestations thématiques
Nous souhaitons développer des temps forts pour créer une cohésion citoyenne, qui soit :
- sportive,
- culturelle, historique,
- celle des expressions artistiques.
 Réhabilitation de la Soucoupe
- Il faut rentabiliser la Soucoupe par une recrudescence des manifestations.
- matchs ou galas sportifs (volley-ball, basket-ball, handball, boxe, gymnastique…),
- meetings, foires-expositions,
- spectacles.
- Renforcement des animations à Saint-Nazaire
- Nous proposons l’organisation d’une Foire à l’oignon, de braderies,
- de déplacer la fête foraine, actuellement isolée devant la Soucoupe, sur la place de l'Amérique latine. Cela dopera l'attractivité du Ruban Bleu,
- une course de garçons de café,
- des fêtes celtiques avec la participation du Bagad et du cercle celtique de Saint-Nazaire, ainsi qu’un carnaval,
- la création d’un kiosque de musique au Parc paysager.
Projets
Saint-Nazaire a un riche passé de station balnéaire. D’ailleurs, M. Batteux n’a-t-il pas fait campagne pour renommer la ville en « Saint-Nazaire-sur-Mer » ? C’est la preuve que la municipalité actuelle a bien pris en compte cette histoire. Mais comme d’habitude, ce n’est pas suivi de faits réels et palpables. Nous voulons redonner des lettres de noblesse à notre ville. Au-delà des mots, il faut du concret. Nous proposons :
- la création d’un paquebot-hôtel avec casino au rez-de-chaussée sur le front de mer de Saint-Nazaire, et l’installation d’une thalasso dans le même complexe. La ville fera l’appel d’offre et soutiendra les entreprises qui souhaiteront réaliser ce projet.
- De faire de Saint-Nazaire le point de départ de croisières ou mini-croisières :
- croisières Côte-d’Amour ou Côte de Jade, en partenariat avec les villes côtières,
- fluviales, en remontant la Loire sur des péniches aménagées,
- maritimes, en longeant les côtes vers le Morbihan, le Finistère ou en redescendant vers la Vendée, la Charente-Maritime.

Circulation et aménagement du territoire

 Circulation
- Aux heures de pointe, la circulation est sclérosée entre le rond-point Océanis et le rond-point de Cran Neuf. Il faut d'urgence repenser ce goulet d'étranglement et restaurer une fluidité du trafic,
- Il faut une amélioration du plan de circulation du centre-ville (exemple : circulation à double-sens rue d’Anjou)
- Il faut une amélioration de la qualité de la voirie dans le centre-ville et les quartiers (trottoirs trop hauts ou défoncés)
- Il faut une restructuration de l’entrée Nord de la ville (boulevards Paul Leferme, Émile Zola, Ville-Halluard…)
Aménagement du territoire
Le quartier de la gare est l’entrée principale de la ville de Saint-Nazaire. Pour autant, elle n’a plus aucun cachet à cause des travaux qui se sont succédé. Nous devons réhabiliter ce quartier. Nous proposons :
- de mettre en place une commission en lien avec la SNCF,
- de mettre en concurrence des architectes et des écoles d’architecture avant réalisation des travaux. Nous inviterons également les Nazairiens à voter pour le projet qu’ils estiment le plus beau ou représentatif de notre ville.
Propreté des voies publiques
Lors de nos tractages sur les marchés de la ville ainsi que par le biais des réponses au questionnaire « Les habitants de Saint-Nazaire ont la parole », nous avons eu un retour important concernant la propreté des rues, et particulièrement au sujet des déjections canines. Nous proposons :
- le soutien d’un projet permettant de développer et fabriquer des engins à énergie renouvelable (synergie université/entreprises),
- la verbalisation des propriétaires de chien peu respectueux des autres.
 Projet
- Nous proposons l’étude du plan de stationnement urbain dans le centre-ville de Saint-Nazaire et ses quartiers, afin d’aménager des places de parkings pertinentes pour les personnes en situation de handicap,
- Le renforcement du nombre de toilettes publiques sur les pôles les plus fréquentés.
 

Écologie

L’écologie est un idéal de vie au quotidien, où chaque habitant peut, par ses actions, contribuer à un ensemble.
C’est pour cela que pour nous, l’écologie doit faire partie des programmes de tout parti politique, et non pas se constituer en un parti politique. Nous proposons :
- de favoriser le développement d’énergies renouvelables et l’isolation des bâtiments sur les différents sites possibles de la ville (projets publics et privés),
- un soutien et une participation au développement du projet à Saint-Marc-sur-Mer sur le bio-pétrole,
- d’encourager le développement de bio-gaz (récolte des déchets alimentaires), qui grâce à la mobilisation des habitants et l’appui des grandes surfaces, peut faire rouler des bus ou des voitures,
 qu’une attention particulière soit portée sur les stations d’épuration de la ville. En effet, Saint-Nazaire a connu des baisses importantes de la qualité de ses eaux, puisqu’elles ont été non conformes aux normes chimiques en 2012 à cause du chlorfenvinphos (pesticide). Il était également relevé la présence de fer total, de spores et bactéries anaérobies sulfito-réductrices. Nous serons aussi vigilants sur la présence de résidus médicamenteux, nocifs pour la santé,
 -de préserver, dans la mesure du possible, la diversité des espèces végétales sur tout le territoire nazairien et des spécificités locales.
 

Vie démocratique

Il faut consulter la population, éventuellement par l’organisation de référendums locaux, sur tous les projets importants
Aujourd’hui, à Saint-Nazaire, la démocratie n’existe plus. La ville est gérée par la gauche depuis quatre ving-dix ans et monsieur Batteux en est le maire depuis trente. Aux conseils municipaux, l’opposition adopte une attitude molle, et la salle du conseil ne permet pas d’accueillir un large public. Nous voulons rendre la parole aux Nazairiennes et Nazairiens. Nous proposons :
-que le conseil municipal soit un réel lieu d’échanges et de débats. Nous réaménagerons la salle du conseil pour qu’elle puisse accueillir un plus grand nombre de concitoyens,
- l’aménagement d’un temps de parole libre pour le public, à la fin des conseils municipaux,
- l’association des habitants aux projets de la ville. Les élus interviendront dans le cadre de réunions publiques mensuelles, permettant ainsi d’informer quartier par quartier des projets généraux et de quartier. Ce seront également des temps où les habitants pourront parler de leurs attentes, besoins et nous faire part de leurs idées,
- la mise en place d’une boîte à idées réelle (urnes dans mairies annexes, points info de la ville) et virtuelle (sur le site Internet de la ville de Saint-Nazaire),
- la création d’une commission « jeunes » avec voix consultative sur les projets de la ville.
Projet
- La ville de Sant-Nazer est bretonne. L'histoire, la toponymie, les vestiges l'attestent. Dans les années 1950-1960, le maire de Sant-Nazer François Blancho encourageait la direction des chantiers à inviter le Bagad ou le cercle celtique lors de cérémonies de départ des navires. Depuis les années 2000, STX a perdu beaucoup de son identité. La mer est l’avenir de la Bretagne et particulièrement de la Loire-Atlantique. Le « Made in Breizh » renforcera son potentiel économique et favorisera la synergie des cinq départements bretons. Nantes et la Loire doivent revenir à la Bretagne.
- Prise de position sur le Gwen ha du, l’emblème de la Bretagne, sur le fronton de la mairie
- Promotion de l'identité bretonne de la ville et de sa région."

05/02/2014 | 7 commentaires
Article précédent : « DésirS de Ville : Ludovic Le Merrer a tenu son premier grand meeting »
Article suivant : « Municipales Une liste NPA et Parti de gauche possible »

Municipales Une liste NPA et Parti de gauche possible

Label Gauche avait créé la surprise en 2008 aux élections cette fois, c’est bien mal parti car les différents courants de la gauche de la gauche ont du mal à s’entendre sur une stratégie. Le parti socialiste ne peut que s’en réjouir.

Éric Edom et Thierry Brulavoine se retrouvent bien isolés après le départ du Parti de gauche. Ces derniers viennent de faire alliance avec le NPA et espèrent un rapprochement avec les anciens de Label Gauche baptisés Libre gauche.

Pour les deux partis David Samzun représente la gauche sociale libérale de François Hollande.
Question programme les grandes lignes sont : la nationalisation des chantiers, la fin du partenariat public-privé à la cité sanitaire, la défense de la vasière de Méan, des transports en commun gratuits, une meilleure démocratie locale

« Le rapprochement avec le NPA c’est une façon de créer une dynamique, la constitution de la liste ne devrait pas poser beaucoup de problèmes » a souligné Lionnel Debraye du Parti de Gauche.Municipales Une liste NPA et Parti de gauche peut-être possible

Label Gauche avait créé la surprise en 2008 aux élections cette fois, c’est bien mal parti car les différents courants de la gauche de la gauche ont du mal à s’entendre sur une stratégie. Le parti socialiste ne peut que s’en réjouir.

Éric Edom et Thierry Brulavoine se retrouvent bien isolés après le départ du Parti de gauche. Ces derniers viennent de faire alliance avec le NPA et espèrent un rapprochement avec les anciens de Label Gauche baptisés Libre gauche.

Pour les deux partis David Samzun représente la gauche sociale libérale de François Hollande.
Question programme les grandes lignes sont : la nationalisation des chantiers, la fin du partenariat public-privé à la cité sanitaire, la défense de la vasière de Méan, des transports en commun gratuits, une meilleure démocratie locale

« Le rapprochement avec le NPA c’est une façon de créer une dynamique, la constitution de la liste ne devrait pas poser beaucoup de problèmes » a souligné Lionnel Debraye du Parti de Gauche.

29/01/2014 | 2 commentaires
Article précédent : « Municipales : Le programme du Front National pour Saint-Nazaire »
Article suivant : « Ludovic Le Merrer développe ses premiers engagements pour «redynamiser Saint-Nazaire » »

Ludovic Le Merrer développe ses premiers engagements pour «redynamiser Saint-Nazaire »

Après la polémique sur la cueillette du champignon qui a fait dire aux supporters de Le Merrer les « socialistes n’ont pas beaucoup d’humour » le candidat de la droite nazairienne dévoile un petit boût de son programme.
Ludovic Le Merrer et une partie de son équipe de campagne
Ludovic Le Merrer et une partie de son équipe de campagne

Convaincu de la nécessité de réveiller le potentiel extraordinaire de Saint-Nazaire et de transformer profondément les pratiques politiques, j’ai initié au travers de DésirS de Ville une démarche de rassemblement historique au-delà des clivages, réunissant des socioprofessionnels de tous horizons : Saint-Nazaire ne doit plus être la propriété d’un Parti, ni celle des professionnels de la politique formés dès le plus jeune âge à servir ce même Parti. Cette démarche a pour but de formaliser un projet ambitieux et réaliste pour redynamiser notre ville. Voici mes premiers engagements de candidat aux élections municipales à Saint-Nazaire pour :

1 : L’emploi et le développement économique
- Développer le caractère balnéaire
- Soutenir le développement industriel et portuaire
- Créer un port de plaisance

2 : Le pouvoir d’achat
- Baisser les impôts locaux
- Faciliter la création de jardin partagés

3 : La gestion des finances
- Assurer la transparence de la rémunération des élus
- 1€ dépensé = 1€ utile

4 : La sécurité
- Mettre en place une vidéo-protection

5 : Le commerce
- Réviser le plan de circulation
- Revitaliser les commerces

6 : Les jeunes
- Développer le pôle universitaire

7 : La culture
- Mener une politique culturelle festive et populaire
- Valoriser l'identité bretonne.
 

27/01/2014 | 27 commentaires
Article précédent : « Municipales Une liste NPA et Parti de gauche possible »
Article suivant : « Éric Edom et Parti de Gauche : la rupture »

Éric Edom et Parti de Gauche : la rupture

Le parti de gauche a rompu son projet d’alliance avec Eric Edom et Thierry Brulavoine au motif que ces derniers auraient voulu faire venir Christian Dia conseiller sortant sur la liste.

Le communiqué du PG

«Le Parti de Gauche se retire de liste « Alternative citoyenne pour Saint-Nazaire » conduite par Éric Edom.

Outre une dynamique qui n'a pas réussi à atteindre ses objectifs, la volonté de certains d'imposer une ouverture au centre, et ce en contradiction avec nos engagements réciproques nous a conduit à acter cette rupture.
Nous regrettons cet état de fait qui n'est pas de notre volonté».

La réponse d’Eric Edom

«Quand on veut tuer son chien on dit qu'il a la rage..... Ainsi ce dicton se confirme encore une fois.
Nous sommes surpris d'apprendre par voie de presse que le PG quitte la liste alternative citoyenne.
Que de reproches sont faits.....
Depuis plus d'une semaine nous demandions de manière régulière et répétée une clarification au PG sur son manque de travail et d'implication dans la liste.
Toutes les fois où une rencontre a été possible le PG,  par mail, s'est défilé dans les derniers instants.
De surcroît, ce parti a entamé des négociations, pour la liste, avec le NPA, conformément à une stratégie élaborée à Paris, en nous tenant à l'écart.
Dès lors notre sort était scellé.
Enfin pour ce qui est de l'ouverture au centre, ce qui n'est pas dit c'est que le PG n'a jamais accepté la présence de personnes du centre lors des mercredis citoyens.
Nous rappelons que ces rencontres sont ouvertes à tous et préfigurent ce que  doit être le débat contradictoire, tel que nous le voulons pour les comités de quartier.
Pour notre part tous les Nazairiens sont les bienvenus dans ces débats et leurs présences n'incluent nullement une place sur la liste, comme quiconque le veut peut soutenir la liste.
Il n'a jamais été question, pour nous et ça le PG le sait, de place pour le centre sur la liste.
Nos interventions concrètes en CM, notre programme de 2008, notre programme de 2014, nos implications dans la vie locale démontrent notre attachement et notre respect aux valeurs de la gauche citoyenne.
Que cette ouverture d'esprit gêne ceux qui sont engoncés dans des dogmes, des slogans partidaires ne nous étonne malheureusement pas.
Nous faisons le constat que ceux qui nous vilipendaient il y a quelques mois dans feu Label Gauche et ceux qui nous étrillent par communiqué de presse aujourd'hui.
En refusant le débat franc et ouvert restent bloqués sur la forme et en oublient le fond à savoir une intervention sincère honnête en toute franchise des citoyens dans la vie de la cité, ces mêmes là et c'est un sinistre constat sont issus du même moule : celui du PS et du PSU.
Alternative citoyenne pour Saint-Nazaire sera bien présente aux prochaines élections municipales avec comme raison unique "apporter une réponse collective, solidaire aux Nazairiens pour satisfaire leurs besoins et faire émerger leurs désirs avec eux, tous ensemble».

Décidément l'union des forces à l'extrème gauche a du mal à se réaliser, on est très loin de la configuration de 2008.
 

24/01/2014 | 3 commentaires
Article précédent : « Ludovic Le Merrer développe ses premiers engagements pour «redynamiser Saint-Nazaire » »
Article suivant : « Saint-Nazaire David Samzun restitue la concertation avec les Nazairiens »

Saint-Nazaire David Samzun restitue la concertation avec les Nazairiens

David Samzun restitue la concertation avec les Nazairiens De novembre à décembre David Samzun et ses équipes ont rencontré tous les soirs pendant quatre semaines, 800 personnes et frappé à 1600 portes. Ils ont tenu neuf réunions de proximité dans les différents quartiers de Saint-Nazaire. Lors d'une réunion à l’Immaculée ils ont restitué le fruit de cette concertation. La grosse machine à gagner est en route.
David Samzun
David Samzun

Cette concertation avait pour thèmes : solidarités, éducation, culture, sports, logement, déplacements, environnement, vivre ensemble, usagers et services publics, économie et emploi. Les propositions récurrentes des Nazairiens ont été les suivantes :

- soutenir le centre-ville, son animation, sa vie commerciale;
- développer des partenariats forts entre la collectivité et les commerçants ;
- améliorer de manière partenariale le fonctionnement du temps périduécatif (TPE) et enrichir ses contenus ;
- continuer d’accompagner l’ensemble des activités industrielles et soutenir leur diversification ;
- faire de la marque de territoire Audacity un véritable outil de développement économique ;
- valoriser la pratique des sports nautiques et promouvoir la plaisance populaire ;
- imaginer des temps forts de rassemblement festif et populaire ;
- conforter l’animation du front de mer et poursuivre son aménagement ;
- faire connaître la variété des formes d’art contemporain en envisageant la mise en place d’une artothèque et en trouvant des espaces d’expositions pour les plasticiens ;
- doter le Parc paysager de nouveaux aménagements de loisir ;
- revoir le plan de circulation en centre-ville en préservant le fonctionnement rapide de la ligne hélYce et en développant l’usage sécurisé du vélo ;
- promouvoir une offre de logements pour tous : étudiants, séniors, familles, tous revenus ;
- mieux prendre en considération tous les quartiers : aménagements, propreté, activités ;
- renforcer les espaces de jeux pour enfants et de convivialité;
- comme pour le sport, avec l’Office municipal des sports, créer une instance d’échanges sur les enjeux culturels ;
- garantir une meilleure réactivité aux demandes, concernant la gestion quotidienne des équipements et des espaces publics ;
- promouvoir le centre-ville et les pôles commerciaux dans les réseaux économiques et au-delà des frontières de l’agglomération ;
- porter plus d’attention aux micro-initiatives, être ouvert aux activités émergentes et peu structurées ;
- faire évoluer les conseils de quartiers vers une prise de responsabilité plus grande sur des sujets plus larges ;
- rendre les services à l’usager plus accessibles : ville numérique, horaires d’ouverture des services, inscriptions aux activités ;
- optimiser certains équipements sportifs ou culturels (couverture du boulodrome, réaménagement de la Soucoupe, avenir de la Salle Tati, Galerie des Franciscains, Life, Grand Café...) ;
- promouvoir la place de toutes les générations et ne pas considérer les aînés comme une charge ;
- permettre à chacun de bien vivre dans la ville ;
- développer les circuits courts, valoriser la place de l’économie sociale et solidaire ;
- simplifier l’accueil des nouvelles entreprises et rester attentif aux projets de celles déjà existantes ;
- faciliter l’organisation des événements familiaux en mettant à disposition une salle dédiée.
La concertation se poursuit par des réunions de proximité, elle devrait permettre au candidat socialiste d’affiner son programme.

Le programme définitif sera présenté le samedi 22 février, un grand meeting d’avant premier tour aura lieu le jeudi 20 mars.

Pratique :
Réunions de proximité :
- Salle polyvalente du Petit Caporal 26 février à 20h30
- Salle de la maison de quartier d’Avalix 3 mars à 20h30
- Salle Marcel Pagnol 4 mars à 20 h 30
- Salle de Kerfaouët 5 mars à 18 h 30
- Foyer de l’Immaculée 11 mars à 20 h 30
- Salle du Jardin des Plantes 12 mars à 20 h 30
- Salle de la maison de quartier de Méan Penhoët 18 mars à 18h30
- Salle du Courtil Brécard 19 mars à 20 h 30

« Au pied de chez vous » :
- Méan 25 février – 16 h 00 à 18 h 00 ;
- Saint-Marc 26 février – 16 h 00 à 18 h 00 ;
- Immaculée 27 février – 16 h 00 à 18 h 00 ;
- Bouletterie 4 mars – 16 h 00 à 18 h 00 ;
- Prézégat 5 mars – 16 h 00 à 18 h 00 ;
- Square Brizeux 6 mars – 16 h 00 à 18 h 00 ;
- Chesnaie 11 mars – 16 h 00 à 18 h 00 ;
- Place de la mairie 12 mars – 16 h 00 à 18 h 00 ;
- Sautron 13 mars – 16 h 00 à 18 h 00 ;
- Kerlédé 18 mars – 16 h 00 à 18 h 00 ;
- La Trébale 19 mars – 16 h 00 à 18 h 00 ;
- Petit Caporal 20 mars – 16 h 00 à 18 h 00.

Les suites de la concertation Mer et centre-ville - week-end
- Esplanade des droits de l’homme 1er mars – 15 h 00 à 17 h 00 ;
- Sous Préfecture 2 mars – 15 h 00 à 17 h 00 ;
- Rue de la Paix / Ruban Bleu 8 mars – 15 h 00 à 17 h 00 ;
- Skate parc 9 mars – 15 h 00 à 17 h 00 ;
- Esplanade des droits de l’homme 15 mars – 15 h 00 à 17 h 00 ;
- Villès-Martin 16 mars – 15 h 00 à 17 h 00 .

22/01/2014 | 38 commentaires
Article précédent : « Éric Edom et Parti de Gauche : la rupture »
Article suivant : « Ludovic Le Merrer ou une autre façon de faire de la politique »

Ludovic Le Merrer ou une autre façon de faire de la politique

Si Ludovic Le Merrer ne nous avait pas dit qu’il n’était pas politique on l’aurait aisément deviné. La méthode et le style sont pour le moins originaux. Lors de sa conférence de presse il a détaillé sa méthode de management pour constituer sa liste et précise qu’il a refusé les soutiens financiers des partis politiques et les dons de toute sorte.

Il n’est pas pressé Ludovic Le Merrer, il ne présentera sa liste que le  7 février prochain et encore, pas dans l’ordre, il faudra attendre le 7 mars pour savoir l’ordre et quelle femme sera numéro 2. Il se dit confiant sur la méthode malgré les exigences des partis politiques ou les ego de quelques-uns. « Nous avons 60 candidats potentiels, il y aura toutes les composantes nazairienne et aussi quelques personnes de sensibilité de gauche. Ma liste ne comprendra aucun professionnel de la politique, aucun collaborateur d’élu. » La liste est soutenue par l’UMP, l’UDI, le Modem, et Ludovic Le Merrer nous annonce un nouveau soutien d’ici quelques jours mais reste discret devant les journalistes qui évoquent Philippe de Villiers ou Christine Boutin.

À l’évocation de Martine Dardillac qui a annoncé sa candidature de division à droite
Il rappelle « elle était candidate aux législatives comme suppléante du candidat MoDem et s’est désistée en pleine campagne. Elle a participé à deux réunions de DésirS de ville et s’est désistée, si avant que je reçoive les investitures elle avait voulu organiser des primaires nous l’aurions fait » précise le candidat.


 

David Samzun ou « l’abus de visibilité médiatique »

Ludovic Le Merrer dénonce les multiples inaugurations où le candidat socialiste est pris en photo avec le maire sortant. « Il n’est pas admissible que le candidat socialiste sortant bénéficie d’une telle couverture médiatique du fait de ses fonctions. L’égalité de traitement entre candidats est par ce simple fait impossible à respecter. J’en profite donc pour demander officiellement à ce que le candidat socialiste, maire-adjoint à l’urbanisme depuis 18 ans, cumulant 18 fonctions, publie son agenda journalier d’élu. Il en va de la transparence due aux Nazairiens par les élus » martèle Ludovic Le Merrer.

Il dénonce le débat démocratique qui a un coût à Saint-Nazaire Les maisons de quartier et salles de la mairie sont en effet devenues payantes pour les candidats aux municipales, le 19 décembre 2013 par voie de simple note interne.
« Aucun candidat n’a été informé au préalable du projet de cette note. Le candidat socialiste qui a organisé des réunions publiques dont la dernière a eu lieu une semaine avant la parution de cette note dans ces mêmes salles a-t-il respecté ces mêmes règles ? Dès cette année, une fois élu, je rendrai gratuite, l’utilisation des salles municipales pour tous les candidats, à toutes les élections. L’information citoyenne ne peut être commercialisée » a précisé le candidat.

« La situation de Saint-Nazaire est préoccupante »

« La bonne nouvelle de la commande du ferry cache une réalité plus morose ;
- le centre-ville se désertifie et les commerces font faillite par dizaines ;
- les jeunes ménages fuient notre ville ;
- des centaines de logements restent vacants ;
- des projets immobiliers sont stoppés ;
- la fiscalité explose ;
l’insécurité et le chômage augmentent sans discontinuer (30% d’augmentation du chômage en un an) »
, souligne le candidat qui se veut rassurant sur sa capacité à renverser la tendance s’il est élu. Mais là aussi pour le programme détaillé il faudra attendre le  7 février prochain.

Le candidat qui a signé la charte antiCOR, contre la corruption, pour l'éthique en politique veut faire évoluer l’image de Saint-Nazaire. « Nous devons être à la fois un pool industriel et balnéaire, avec 20 plages il nous manque le port de plaisance que nous réaliserons. »

Ludovic Le Merrer va demander aux Nazairiens de voter utile en votant sur son nom dès le premier tour car dit il « voter Front National c’est voter PS. »
 

Auteur : JBR | 16/01/2014 | 21 commentaires
Article précédent : « Saint-Nazaire David Samzun restitue la concertation avec les Nazairiens »
Article suivant : « La liste de David Samzun « Saint-Nazaire fraternelle et inventive » »

La liste de David Samzun « Saint-Nazaire fraternelle et inventive »

David Samzun a présenté aujourd’hui la liste des candidates et des candidats qui se sont rassemblé(e)s autour de lui pour l’élection municipale de Saint-Nazaire.
La liste de David Samzun
La liste de David Samzun

Renouvelée à plus de 65%, elle est composée de 25 hommes et 24 femmes, âgés de 28 à 66 ans. Elle associe des personnes ayant des parcours, des expériences professionnelles ou associatives très variés qui, conformément aux engagements pris par David Samzun, se sont toutes engagées à un strict non cumul des mandats.

Cette liste est soutenue par le Parti Socialiste, Europe Ecologie Les Verts, le Parti Communiste et le Parti Radical de Gauche.

Les candidates et les candidats vont poursuivre le débat avec la population, dans le prolongement de la période d’intenses rencontres et de concertation qui s’est déroulée en novembre et décembre derniers et dont le compte rendu sera fait publiquement le 18 janvier prochain, à 10 h30, dans la salle polyvalente de l’Immaculée.

Présentation des colistiers

1 David Samzun – 44 ans – employé de banque

2 Laurianne Deniaud – 31 ans – chef de projet cohésion sociale

3 Eric Provost – 52 ans – consultant développement local

4 Pascale Hameau – 47 ans – professeure documentaliste

5 Yvon Renevot – 43 ans – enseignant

6 Lydie Mahé – 54 ans – contrôleuse de gestion dans l’industrie

7 Jean-Jacques Lumeau – 51 ans – salarié GDF SUEZ

8 Gaëlle Bénizé – 43 ans – agent de la fonction publique territoriale

9 Patrice Bulting – 58 ans – chargé de mission culturel

10 Régine Le Bail – 54 ans – secrétaire de direction

11 Martin Arnout – 38 ans – économiste

12 Béatrice Rouillé – 55 ans – chargée de mission emploi

13 Alain Manara – 56 ans – technicien aéronautique

14 Céline Girard – 34 ans – préparatrice en pharmacie

15 Christophe Cotta – 46 ans – assistant parlementaire

16 Françoise Lestien – 66 ans – retraitée (infirmière)

17 Kada Mahour – 44 ans – technicien

18 Catherine Rougé – 60 ans – professeure de lettres

19 Fabrice Bazin – 34 ans – manipulateur en électroradiologie médicale

20 Corinne Praud – 44 ans – directrice d’association secteur social/insertion

21 Jean-Luc Guyodo – 66 ans – retraité (cadre dirigeant d’entreprise)

22 Violaine Lucas – 44 ans – professeure de lettres

23 Xavier Perrin – 38 ans – assistant parlementaire

24 Pascale Clément – 56 ans – agent de la fonction publique territoriale

25 Vincent Séguéla – 41 ans – délégué général chargé des relations sociales dans un groupe de l’économie sociale

26 Jacqueline Rica – 62 ans – retraitée

27 Philippe Deguiral – 50 ans – cancérologue

28 Emmanuelle Bizeul – 50 ans – directrice d’école

29 Jean-Marc Allain – 50 ans – kinésithérapeute hospitalier

30 Maribel Létang-Martin – 59 ans – directrice d’association

31 Hervé Braire – 51 ans – directeur d’association d’animation

32 Gaëlle Da Silva – 37 ans – assistante d’éducation en collège

33 Jean-Luc Séchet – 46 ans – professeur en lycée professionnel agricole

34 Sarah Trichet Allaire – 33 ans – libraire

35 Nicolas Carrey – 27 ans – opérateur commandes numériques

36 Lydia Mantzoutsos – 42 ans – commerçante

37 Said Merniz – 29 ans – responsable de programme « services civiques »

38 Pascale Hassane – 55 ans – en formation « gestionnaire de carrière et paie »

39 Frédéric Lecomte – 42 ans – professeur de maths et sciences en lycée professionnel

40 Béatrice Priou – 50 ans – chargée de direction d’un organisme de formation

41 Paul Gael Simon – 55 ans – éducateur spécialisé

42 Natalie Baer – 30 ans – saisonnière

43 Zinedine Bibah – 52 ans – Responsable santé hygiène environnement en entreprise
industrielle

44 Julie Drogueux – 28 ans – libraire

45 Jean Pierre Bozzolo – 66 ans - retraité

46 Marie Claire Coupat – 59 ans - formatrice

47 Jean-Baptiste Longépé – 29 ans – conducteur de trains

48 Marie Anne Brieux – 53 ans – travailleuse indépendante (aide et services à la personne)

49 André Geffray – 60 ans – retraité (restaurateur – chef de cuisine)

11/01/2014 | 31 commentaires
Article précédent : « Ludovic Le Merrer ou une autre façon de faire de la politique »
Article suivant : « Libre Gauche Nazairienne souhaite un débat sur la baisse de la population nazairienne »

Libre Gauche Nazairienne souhaite un débat sur la baisse de la population nazairienne

Dans un communiqué intitulé « Drôle de silence sur un point crucial à moins de trois mois des municipales », l’association citoyenne Libre Gauche Nazairienne, qui a pris le relais de Label Gauche réagit à l'annonce de la baisse de la population de Saint-Nazaire et propose ses solutions.

« Cette baisse tendancielle en dessous de 70 000 habitants, (à moins de 68000), devrait interroger  profondément sur la politique menée. Elle confirme une impasse et l’impossibilité, de faire grossir dorénavant la ville, selon les choix de la municipalité sortante.

Monsieur Batteux croyait développer l’attractivité de Saint-Nazaire par une politique de construction diversifiée et les équipements pour une ville plus grande que ce qu’elle est en réalité. Rêvant d’une ville de 80 000 habitants il a engagé des investissements aujourd’hui relativement inadaptés et demain lourds à amortir en période de vaches maigres. Pour mémoire : des ambitions culturelles dont certaines décalées comme le LIFE, un « Ruban Bleu » mal positionné sur un marché surestimé, un quartier d’affaires à la gare qui n’a pas trouvé les destinataires et utilisateurs attendus, un tracé de réseau urbain et un type de transport en commun globalement mal adapté et déséquilibré.
Cela n’interroge-t-il pas les candidats aujourd’hui déclarés ? Quel type de développement veulent-ils pour Saint-Nazaire ?

Seul, M. Samzun, interrogé, a rappelé son postulat pour le développement de la ville. Rien de nouveau, comme s’il n’avait pas tiré les leçons du passé : miser sur l'habitat individuel. En clair essayer de retenir par une meilleure offre de logements, les jeunes couples tentés de s’installer dans les communes voisines, et tenter d’attirer d’ailleurs une population avec pouvoir d’achat et dynamisme. Le développement par une construction attractive.

À Libre Gauche Nazairienne, notre postulat est tout autre. Si bien entendu, la ville doit demeurer accueillante, il s’agit d’agir, sans attendre de l’extérieur une population qui renforcerait la ville, consolider l’enracinement des Nazairiens, privilégier les investissements de formation, d’éducation populaire, d’échanges, imaginer des structures d’incubation des initiatives pour donner à la population les moyens de sa promotion, de la diversification économique, de l’innovation et de la lutte pour de nouveaux emplois. Pour nous, le développement de Saint-Nazaire et l’avenir des Nazairiens passe par une lutte renouvelée et prioritaire pour l’emploi, la diversification économique et la mobilisation de toutes les bonnes volontés.

Une politique d’accroissement de la population n’est pas en soi un objectif s’il laisse intact les inégalités sociales. Ce qui l’est, c’est d’en changer la structure sociale par la bataille pour l’emploi et pour des revenus meilleurs ».


 

09/01/2014 | 5 commentaires
Article précédent : « La liste de David Samzun « Saint-Nazaire fraternelle et inventive » »
Article suivant : « Le Front national en campagne à Saint-Marc-sur-mer »

Le Front national en campagne à Saint-Marc-sur-mer

Environ 150 personnes sont venues écouter Nicolas Bay secrétaire général adjoint du Front national membre du bureau politique et en charge des élections municipales. Le rassemblement Bleu Marine a tenu préalablement une conférence de presse.
Jean Claude Blanchard tête de liste à Saint-Nazaire, Nicolas Bay, Christian Bouchet tête de liste à Nantes
Jean Claude Blanchard tête de liste à Saint-Nazaire, Nicolas Bay, Christian Bouchet tête de liste à Nantes

Le rassemblement Bleu marine pour les élections municipales avait convié les candidats et les militants à cette réunion Saint-Marcoise. Le Front national confirme pouvoir présenter des listes à Nantes, Saint-Nazaire, Paimboeuf, Sautron, La Baule. « Notre priorité est de se doter d’un maillage territorial et d’avoir des élus. Les derniers résultats des élections partielles et les sondages nous font espérer la possibilité de nous qualifier pour le 2e tour. » Souligne Nicolas Bay. Le FN espère faire entrer de nombreux élus dans les conseils municipaux et réaliser ainsi un travail dans la durée.

Le Front national ne cache son espoir de rejet à la fois de l’UMP et du PS qui déçoit les électeurs de gauche « qui pensaient que les plus modestes ne seraient pas défendus face aux directives qui viennent de Bruxelles. »

Pour le Front national les difficultés rejaillissent localement. Sur le plan de la sécurité « on constate à Saint-Nazaire le laxisme en s’intéressant au sort des délinquants plutôt qu’aux victimes » souligne Nicolas Bay.  Le Front National reprend également ses grands thèmes comme l’immigration : «  à Saint-Nazaire on préfère la main-d’œuvre à bas coût à la place des travailleurs français, on assiste aussi à une préférence étrangère dans l’acquisition de logements sociaux ou des aides sociales .»

Le FN  précise qu’il n’y aura pas d’accord au deuxième tour, que son  intérêt est de se maintenir pour avoir des élus. « Sur le papier on peut l’emporter dans plus de 40 communes de plus de 10 000 habitants » précise Nicolas Bay.

Le FN prépare également les élections européennes qui viendront très vite après les élections municipales. « Nous ne voulons plus de l’Europe de la paralysie comme l’UMP et le PS et leur Europe fédérale. Nous voulons un projet alternatif sur le respect des peuples et des nations libres qui coopèrent à la carte » conclut le secrétaire national adjoint.

 

Auteur : JBR | 19/12/2013 | 1 commentaire
Article précédent : « Libre Gauche Nazairienne souhaite un débat sur la baisse de la population nazairienne »
Article suivant : « Libre gauche nazairienne interroge : Gare ou aéroport ? »

Libre gauche nazairienne interroge : Gare ou aéroport ?

Libre gauche nazairienne dans un communiqué veut dénoncer ce qu'elle appelle une « imposture », le sujet concerne l'aéroport et la gare de Saint-Nazaire.

On rapellera que "libre gauche nazairienne" est le nouveau nom de l'association "Label Gauche"

Selon libre gauche « deux sujets font, de façon récurrente, l'actualité locale nazairienne et départementale : la gare de Saint-Nazaire et l'aéroport.
« Tandis qu'un comité de ligne sorti d'on ne sait où, a entériné, le 12 décembre,  le report une fois de plus des travaux d'aménagement de la gare SNCF en 2017, l'annonce est dite « imminente » d'un accord du préfet pour le début des travaux d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes.
L'association Libre gauche nazaire qui a succédé à Label Gauche, relève d'abord le sans-gêne du vice-président du conseil régional, M. Bontemps, élu communiste, qui n'a pas craint d'affirmer en même temps, qu'il montrait une « attention particulière et une exigence de rapidité quant au pôle multimodal de Saint-Nazaire ».

Plus gravement, à Libre gauche nazairienne, nous tenons à souligner l'imposture des responsables des différentes collectivités territoriales : Municipalité de Saint-Nazaire, Carène, Conseils Général et Régional, toujours empressées à mettre en avant l'urgence de la construction d'un nouvel 'aéroport à Notre Dame des Landes, au nom de l'intérêt soi-disant « économique » de Saint-Nazaire. À leurs yeux, c'est pour un meilleur développement qu'il convient de multiplier toujours les transports, avec  des relations vers les grandes métropoles, à Paris et au-delà.
Mais ne voient-ils que d'un œil? Ne voient-ils pas qu'à Saint-Nazaire, depuis 10 ans, cette « fausse gare TGV » est de plus en plus abandonnée, oubliée, son image et sa qualité ruinées par le manque d'entretien, l'absence d'équipements d'accessibilité, la réduction des amplitudes des horaires, les suppressions d’emplois? Ne voient-ils pas les problèmes, les difficultés reportées sur la clientèle familiale amputée de ses droits à un vrai service public de transport et sur la clientèle des milieux d'affaires ? Quels entrepreneurs, quels cadres, quels ingénieurs n'ont pas le souci des bonnes conditions de transport, de liaisons, d'accueil pour eux et leurs collaborateurs? Sert-on le développement économique de Saint-Nazaire avec une telle gare? Donne-t-elle envie de venir d’y rester ? Les tours Météor, dont les bureaux sont pratiquement vides d’entreprises privées sont la preuve du contraire.
N'est-ce pas une imposture pour les Nazairiens que de solliciter leurs impôts pour un aéroport qui ne se justifie absolument pas, alors que leur propre gare est dans cet état ?

L'association Libre gauche nazairienne a écrit sur son site www.saintnazaire2014.fr, ses propositions pour la gare de Saint-Nazaire et s’oppose fermement aux débuts des travaux de Notre-Dame-des-Landes.

17/12/2013 | 3 commentaires
Article précédent : « Le Front national en campagne à Saint-Marc-sur-mer »
Article suivant : « Cap ou CARENE pour Pornichet ? »

Cap ou CARENE pour Pornichet ?

Nouvel épisode dans le feuilleton Pornichet et les intercommunalités. Le cabinet chargé de l'étude de la sortie de Pornichet de la CARENE a indiqué que l'arrivée de la commune dans Cap Atlantique était possible.

Voir sur Pornicet-infos.fr  Feu vert pour Pornichet

Auteur : JBR | 15/12/2013 | 1 commentaire
Article précédent : « Libre gauche nazairienne interroge : Gare ou aéroport ? »
Article suivant : « Label Gauche construit un programme qu'il défendra devant les électeurs si… »

Label Gauche construit un programme qu'il défendra devant les électeurs si…

Après la séparation avec Éric Edom et la présence de plusieurs listes déclarées « Label Gauche ne s'y retrouve pas dans les propositions qui sont faites. L’association se veut une force de programme avec 80 propositions pour Saint-Nazaire. Si la mayonnaise prend, il sera temps le 14 janvier prochain de préparer une liste.
Anna Danto,Jeanne Ader, Guy Danto, Pierre Gilbert, Didier Chatelais, Danièle Gilet.
Anna Danto,Jeanne Ader, Guy Danto, Pierre Gilbert, Didier Chatelais, Danièle Gilet.

On se souvient de la séparation de Éric Edom et Thierry Brulavoine avec l’association Label Gauche

Pour aider à la préparation du programme « Label Gauche » a ouvert un site internet . Des questions sont posées chaque jour telles que peuvent les formuler les citoyens. Une réponse argumentée est proposée en rappelant le contexte local.

L’association présente une question en exemple : « faut-il conserver la base sous-marine qui coûte des millions ?
Propositions : « Moratoire sur les dépenses. Stopper les investissements, les projets des alvéoles 12, 13, et 11. Faire le bilan honnête du LIFE et d’Escal’Atlantique » et remettre en débat.
Pour l’association l’histoire de la base est « une énorme arnaque qui dure depuis 20 ans et qui a déjà coûté plus de 7 millions d’euros pour la seule alvéole 12. »

En vue des prochaines élections pas question de recoller les morceaux avec Éric Edom « qui s’est autoproclamé candidat » sans que l’association donne son avis. « Nous ne sommes pas dans une approche de partis qui ont des directives nationales comme fait le PCF au niveau de la politique locale. »

Pas question non plus d’envisager une alliance avec Zack  Moullec « devenu trop centriste à notre goût ».

Les forces de la gauche dure sont divisées à Saint-Nazaire. Il sera difficile dans ces conditions de renouveler le score de 2008, ce qui fait les affaires du Parti socialiste. À se demander par moments qui agite les trouble-fête ?

http://www.saintnazaire2014.fr/decembre.html


 

Auteur : JBR | 11/12/2013 | 2 commentaires
Article précédent : « Cap ou CARENE pour Pornichet ? »
Article suivant : « Écharpes turquoise pour la droite nazairienne »

Écharpes turquoise pour la droite nazairienne

Il y a les bonnets rouges, les bonnets bleu marine, il y aura les écharpes turquoise pour la droite nazairienne qui inaugurait ce matin sa permanence électorale.
Photos MH photosreportages.fr
Photos MH photosreportages.fr

Ils étaient nombreux du MoDem (habituellement en orange) de l’UMP et de l’UDI à se rencontrer ce matin à l’inauguration de la permanence « Désir de Ville » de Ludovic Lemerrer. Ils avaient mis l’écharpe turquoise en signe de reconnaissance comme s’ils étaient tous frères et unis sous la même bannière.

Cette permanence électorale Ludovic Le Merrer l’a voulue « sobre, conviviale et fraternelle, je n’ai pas fait dans la démesure  comparativement  à certains de mes adversaires ».

Après avoir rendu un hommage à Nelson Mandela, le candidat a rappelé d’où il venait et les grandes lignes de son programme.

Puis histoire de dynamiser les troupes de militants le candidat a estimé que quelque chose était possible à Saint-Nazaire. «J ’entends partout  ''Le pouvoir socialiste à Saint-Nazaire est indéboulonnable'' : le  croyez-vous réellement ?  Le Titanic était lui aussi dit insubmersible. Vous connaissez la suite, même si je pense être un peu moins froid qu’un iceberg. Alors oui, je vous l'affirme notre démarche  de rassemblement au travers de Désirs de ville est historique à Saint-Nazaire ».

Le candidat annonce qu’il a signé la chart nationale pour l’éthique en politique et la lutte contre la corruption mais ne nous a pas encore annoncé s’il signera la charte de la Manif pour tous. « Je suis le seul à avoir signé la charte anticorruption pour quelles raisons ? Interrogez mon adversaire » souligne Ludovic Le Merrer.

Le projet définitif et la liste au complet seront dévoilés au mois de février.
 

Pratique :
Désirs de ville
Permanence de Ludovic Le Merrer
13, avenue de la République
44600 Saint-Nazaire

 

Ludovic Le Merrer Photo MH photosreportages.fr
Ludovic Le Merrer Photo MH photosreportages.fr
Auteur : JBR | 07/12/2013 | 21 commentaires
Article précédent : « Label Gauche construit un programme qu'il défendra devant les électeurs si… »
Article suivant : « En calcul, les écologistes préfèrent la division »

En calcul, les écologistes préfèrent la division

Suite au communiqué de Gilles Denigot, EELV a réagi dans un long article sur son site. En local, comme en national les écologistes sont toujours difficiles à rassembler, mais pourquoi ont-ils si peur de se compter ?

Peser, obtenir des résultats, être plus ou moins d'accord avec, mais composer, ou ne pas céder sur les principes, c'est toujours la difficulté des écologistes. EELV à Saint-Nazaire a-t-elle bradé Notre-Dames-des-Landes en choisissant la rose au premier tour ?

Gilles Denigot a-t-il porté tort aux écologistes en « étalant » les difficultés ?

EELV donne sa position sur son site réagissant à ses propos rappelant que «Le groupe local de Saint-Nazaire n’est pas le seul à avoir choisi de faire alliance au 1er tour avec le PS» précisant d'ailleurs «qu'il ne s’agit pas d’un ''ralliement automatique'' : nous sommes encore en phase de négociation avec le Parti Socialiste de Saint-Nazaire, et nous nous réservons la possibilité de partir en liste autonome si les conditions n’étaient pas jugées satisfaisantes par le groupe local ».

En refusant de se compter au premier tour, les écologistes baissent pavillon. S'ils acceptaient de se « montrer », ils pourraient peser sur l'opinion et feraient accepter que l'écologie pourrait n'être ni de gauche ni de droite, ni du centre. Être écologiste, c'est une façon de se comporter, de faire savoir ce qui est plutôt respectueux de l'environnement, pour l'Homme, comme une sorte de philosophie. Pourquoi ne pourrait-on pas voter vert au premier tour et suivant ce qui est proposé par tel ou tel, rejoindre, ou non la liste qui s'engagerait au mieux pour ce qui est souhaité « en pratique ». L'écologie n'est pas plus la propriété de la gauche que le drapeau national celle du FN.
À force de vouloir faire de la tactique locale, les verts oublient  la stratégie globale, mais pire ils y risquent leurs convictions fondamentales.
Comme souvent, la lessive des verts se fait à la cendre, celle du bûcher allumé par leurs divisions.
L'écologie doit être une sorte de boussole, de sagesse pour les années à venir, de réflexion, de préparation d'outils mis à disposition. On ne demande pas au GPS de conduire notre automobile, mais de ne pas l'envoyer dans le mur en se laissant perturber par des émissions parasites.
Et pour le brouillage, les semaines à venir vont montrer quels sont les spécialistes à Saint-Nazaire.

http://saint-nazaire.eelv.fr

Auteur : LY | 05/12/2013 | 6 commentaires
Article précédent : « Écharpes turquoise pour la droite nazairienne »
Article suivant : « EELV : Gilles Denigot opte pour « le droit de retrait et d'alerte » »

EELV : Gilles Denigot opte pour « le droit de retrait et d'alerte »

Gilles Denigot est adhérent d'EELV, il explique pourquoi s'il respecte les décisions prises, il ne partage pas les choix effectués par le groupe de Saint-Nazaire.

EELV a choisi de faire alliance avec le PS dès le premier tour à Saint-Nazaire (voir Les Verts  bradent Notre-Dame-des-Landes)
Gilles Denigot donne sa position dans le communiqué que nous reproduisons ci- après.

« Je suis adhérent d'EELV depuis 2004, et chacun sait que je me suis beaucoup investi dans la tentative de construction d'Europe écologie en 2008 derrière l'appel de Dany Cohn Bendit et le « Manifeste des écologistes » Or, force est de constater que ni au niveau national, ni au niveau local, les moyens de la réussite de cette extraordinaire dynamique ont été au rendez-vous.

Nous avions vocation à construire notre autonomie politique, à ouvrir les débats et les idées au maximum de citoyens dans l'esprit d'une « Coopérative politique »
Malgré mes efforts d'alerte, malgré tous les appels lancés, je dois constater avec regret que je n'ai pas été compris ou suivi par la majorité des adhérents du Groupe Local de Saint- Nazaire. Les Législatives ont été le 1er coup de canif à la dynamique locale, alors que nos scores électoraux étaient élevés aux européennes, aux régionales puis aux cantonales. Ils sont tombés à moins de 2000 voix.

Les élections locales qui ont une dose de proportionnelle, donnent une obligation politique aux partis dont une des fonctions est d'aller devant les citoyens et le suffrage universel au 1er tour et de rechercher les conditions d'une majorité de second tour avec les partis partageant un socle commun minimal. C'est ce que font avec courage et dynamisme, Pascale Chiron et EELV à Nantes.

Je n'ai pas adhéré à un parti politique pour être constamment condamné à un rôle de supplétif et d'accompagnement du PS. Ces ralliements automatiques sont souvent considérés par l'opinion comme des conquêtes de places, ils nuisent au développement d'une force écologique.

Les conditions dont les Verts ont localement voté pour une alliance avec le PS ne me conviennent pas. Je respecte le choix qui est fait, mais ne le partage et ne le cautionne pas au nom d'une « discipline de parti » totalement inefficace.

- Considérant que pour la 3e fois en quatre mois, les adhérents d'EELV ont majoritairement fait état de leur volonté de ne pas faire d'alliance au 1er tour avec le PS de David Samzun. Deux votes unanimes pour l'autonomie d'EE-LV en juin en présence de la Secrétaire Régionale d'EELV, puis en septembre, puis un vote début octobre pour désigner les têtes de listes paritaires en autonomie (Pascale Hameau et moi même ) ont été clairs.

- Considérant que le vote début octobre était, à la demande de François Billet, assujetti de l'ouverture d'une négociation simultanée pendant un mois, avec David Samzun et Nicolas Terrassier et qu'aucune négociation n'a été organisée par le bureau du Groupe Local.
J'ai de ce fait refusé les principes du vote du 5 novembre ou trois scénarios étaient mis aux voix : - Pour une alliance de 1er tour avec le PS = 11 voix - Pour une liste autonome de 1er tour = 5 voix
- Pour une alliance de 1er tour avec Nicolas Terrassier = 3 voix - Blancs ( aucune négociation entre nos deux réunions!) = 4 voix Le second tour avait deux options en lice : - Pour une alliance de 1er tour avec le PS = 11 voix - Pour une liste autonome au 1er tour = 9 voix - 3 votes blancs ( non comptés)
Pour toutes ces raisons et bien d'autres encore, je reste adhérent d'EELV car le parti appartient à ses adhérents, mais j'opte pour « mon droit de retrait et d'alerte » vis à vis du G L de Saint-Nazaire.

- Considérant que si la majorité comptable est réelle, la majorité politique n'est pas au rendez- vous localement ( 11 pour une alliance avec le PS sur 26 adhérents et 23 votants )

- Considérant que sans aucune négociation préalable ce troisième vote en 4 mois était sans fondement.

- Considérant que la conférence de presse tenue par une partie du bureau du Groupe Local, à l'issue de ce vote, n'est pas conforme aux engagements de l'élaboration collective de questions à poser au PS avant de choisir définitivement ou pas l'alliance.

- Considérant que ces pratiques et méthodes de la direction locale d'EELV, confisquent la liberté des débats internes et externes.

- Considérant que l'écologie politique à Saint-Nazaire ne saurait autoriser une telle « mise sous tutelle »

- Considérant que le potentiel électoral des écologistes sur Saint-Nazaire est sous évalué puisque limité aux plus bas scores des Verts ( 1500 à 2000 voix )

- Considérant que ce potentiel est de 3000 à 4000 voix : Voir les Municipales de 1989 - Législatives de 93 (5500 voix ) - Régionales de 92 - Européennes de 1989 et 2009 - Régionales de 2010 et Cantonales de 2008 – 2011.

- Considérant que les enjeux pour aller vers une économie sociale, écologique et solidaire sont une urgence sociétale pour toutes celles et ceux qui souffrent des méfaits d'une crise structurelle de surproduction des richesses produites et de son absence manifeste de partage.

- Considérant que d'autres voies Municipales sont possibles à Saint-Nazaire comme ailleurs, que d'autres recherches d'alliances citoyennes autonomes, diversifiées, démocratiques sont indispensables et nécessaires.

- Considérant que la diversité des opinions doit être représentée pour être à l'image de notre ville et ne plus être aux mains d'un parti agissant pour lui-même et ses assujettis.

- Considérant qu'il est urgent de réinventer la démocratie dans les institutions et dans la société et que les citoyens doivent être les artisans des changements à construire pendant tout le Municipe.

Pour toutes ces raisons, j'opte pour ce « droit de retrait et d'alerte » d'EELV au niveau local.
Je ne quitte pas EELV, car je considère que l'écologie est plus large et mérite un autre traitement que des décisions prises par une poignée de personnes.
Je me réserve le droit d'intervenir sur les questions municipales sous une forme qui reste à définir.
Je considère, que le peuple nazairien, qui ne dissocie pas le social, l'écologie et des principes qui fondent la démocratie doit retrouver la fierté qui le caractérise dans une ville ou les défis ne sont pas une contrainte mais un atout collectif et démocratique.  Gilles Denigot

gilles.denigot@wanadoo.fr Tél.: 06 73 79 13 02

 

27/11/2013 | 7 commentaires
Article précédent : « En calcul, les écologistes préfèrent la division »
Article suivant : « Le PCF nazairien a voté l’alliance avec David Samzun, ou beaucoup de bruit pour rien »

Le PCF nazairien a voté l’alliance avec David Samzun, ou beaucoup de bruit pour rien

Comme on pouvait s’en douter le Parti communiste Nnazairien a choisi majoritairement (60% des votants) de rejoindre la liste PS, PRG, EELV pour les prochaines élections municipales.
Yvon Renevot
Yvon Renevot

Pour Yvan Renevot « Le contexte national a pesé dans ce vote, il y a eu un message». Il y a des regrets pour les  40% qui auraient préféré voir une liste Front de gauche.

Maintenant le PCF nazairien demande que soit pris en compte le message au niveau de la représentativité sur la liste et « le marquage plus à gauche de la politique menée ».

L’union de la gauche aura eu du mal à accoucher mais finalement tout le monde a l’air de rentrer dans le rang face à la droite unie et au Front national.

Le PCF nazairien avait prévenu cinq dossiers sont incontournables, pour faire l'alliance :

- les ressources financières de la Ville demain ;
- la situation de la cité sanitaire où il faut renégocier le partenariat public-privé avec Eiffiage car la cité sanitaire est en état de cessation de paiements ;
- l a défense de l’emploi nazairien pour la construction d’Oasis 13 % des ouvriers sont français, contre 87 % de personnel exotique ;
- la gratuité des transports publics ;
- l'instauration d' une meilleure démocratie à Saint-Nazaire avec une ouverture plus large des conseils de quartier et l’utilisation du référendum d’initiative locale.

Obtiendront-ils satisfaction de leurs partenaires ?

Auteur : JR | 23/11/2013 | 12 commentaires
Article précédent : « EELV : Gilles Denigot opte pour « le droit de retrait et d'alerte » »
Article suivant : « La liste de David Samzun annonce ses 31 premiers colistiers, restent 18 places »

La liste de David Samzun annonce ses 31 premiers colistiers, restent 18 places

La liste définitive comportera 49 candidats. 18 places devront donc se partager avec les autres alliés potentiels devront se positionner dans les jours à venir Parti Communiste et PRG par exemple. EELV a déjà annoncé son intérêt.

Les 31premiers noms de la liste PS sont officiellement connus depuis hier soir :
David Samzun, LaurianneDeniaud, Eric Provost, Lydie Mahé, Jean-Jacques-Lumeau,  Gaëlle Bénizé-Thual, Régine Le  Bail, Martin Arnout, Céline Girard, Christophe Cotta,  FrançoiseLestien,  KadaMahour, Corinne Praud, Violaine Lucas, Xavier Perrin, Pascale Clément,  Vincent  Séguéla,  Jacqueline Rica, Jean-Marc Allain,  Maribel Létang Martin, Hervé Braire, Gaëlle Da Silva, Jean-LucSéchet, Saïd Merniz,  Pascale Hassane,  Frédéric Lecomte,  Zine-Eddine Bibah,  Julie Drogueux, Jean-Pierre Bozzolo,  Jean-Baptiste Longépé,  André Geffray.

22/11/2013 | 16 commentaires
Article précédent : « Le PCF nazairien a voté l’alliance avec David Samzun, ou beaucoup de bruit pour rien »
Article suivant : « La liste Saint-Nazaire revitalisée a déjà 85 propositions chiffrées »

La liste Saint-Nazaire revitalisée a déjà 85 propositions chiffrées

Ils ne font pas beaucoup de bruit dans les médias mais ils travaillent à un programme déjà très élaboré. Il faudra compter sur eux à la prochaine élection municipale de Saint-Nazaire. Cette liste pourrait bien créer la surprise comme Kewin Izorce en 2008.
Saint-Nazaire revitalisée
Saint-Nazaire revitalisée

Ils avaient annoncé leur candidature à la mi-juin
À l’époque personne n’y avait cru, depuis l'équipe a travaillé sur le programme fort de 85 propositions. À l’issue de ce travail il désigneront démocratiquement celui qui pourrait conduire la liste et ça pourrait bien être Zack Moullec. Cette liste sera de sensibilité de gauche, centre gauche et écolos, « une alternative aux habituelles PS -PC -VERTS et UMP- UDI –MODEM » souligne Zack Moullec qui ne manque pas d’égratigner la liste PS « un clone de ce qui existe depuis 31 ans, une tête de liste aux commandes depuis 18 ans dont les choix politiques en matière d’urbanisme, sont bien visibles à travers la ville. »





 

85 propositions chiffrées

- Réhabiliter la soucoupe en salle de concerts, palais des congrès de 2 500 places, alternative entre le Zénith et Atlantia afin que les spectacles s’arrêtent à Saint-Nazaire
- Stationnement: sortir du contrat avec Vinci. Mise en régie municipale des parkings, et la voirie en zones bleues
- HélYce: prolongation jusqu’à Pornichet et création de parkings relais
- Réfection des voiries et trottoirs au lieu de dépenser dans du «tape à l’oeil»
- Productions locales ou bio pour les cantines scolaires
- Biogaz: grâce aux déchets alimentaires il est possible de faire rouler les bus et véhicules municipaux
- Associer les habitants aux projets, et ne pas se contenter d’une réunion publique où tout est déjà bouclé
- Réhabiliter et sauver les bâtiments anciens de notre ville
- Créer des événements festifs et populaires: carnaval, grande fête autour de la mer... de l’animation!
- Place des martyrs: parking sous-terrain. Commerces, bars, esplanade, plantations, garderie d’enfants pendant que les parents font les courses, marchés (bio, noël, nocturne, miel, artisanal...)
- Diffuser auprès des nazairiens des documents sur l’histoire, le patrimoine, la culture de la ville
- Egalité d’accès aux piscines et équipements sportifs municipaux pour tous les scolaires
- Animations et décorations de Noël dignes d’une ville de 70000 habitants!
- Destruction des 2/3 de la base sous-marine et aménagement d’un port de plaisance
- Ne pas oublier les quartiers: les équipements de proximité ne sont pas toujours au rendez-vous ni performants
- Réhabilitation de l’entrée Nord (Boulevards Leferme, Liberté, Emile Zola)
- Nouvelle gare digne de la ville, déplacée vers la Sernam, avec création d’un important pôle tertiaire et commercial de la gare actuelle à la passerelle
- Plantation d’arbres sur les boulevards. Plus de 1200 arbres ont disparu du centre-ville depuis 8 ans
- Création d’espaces verts conviviaux, lieux de rencontre inter-générationnels dans la ville
- Aménager la place Bourdan (Pertuishaud): plantations, hallette...
- Diminution du train de vie de La Carène: flotte de véhicules, salle à 2 millions d’€ dans les tours Météor, etc...
- Mise en place d’un rond-point au carrefour de la gare
- Création d’une charte de l’arbre
- Réaménagement des rues Jean Jaurès (côté marché) et Paix (partie non piétonne)
- Protection renforcée des espaces naturels
- Favoriser la ré-ouverture du cinéma «France» avec possibilité de séances à tarif réduit, art et essai
- Animer le port par la venue de bateaux de croisière, d’animations, de métiers liés à la mer, etc...
- Modification du plan de circulation absurde en centre-ville
- Une ville propre. Sanctionner les incivilités et les propriétaires de chiens. Achat de «motocrottes», les campagnes d’affichage fort coûteuses étant inefficaces
- Triplement du budget des conseils de quartiers
- Favoriser les animations proposées par des structures non municipales
- Création de maisons de quartier à St-Marc et centre-ville
- Equipement informatique des écoles. Remplacer les vieux ordinateurs par un équipement moderne
- Favoriser les projets architecturaux locaux sans aller chercher des élites fort couteuses
- Gratuité des heures péri-éducation
- Gel des impots locaux. Les sources d’économies possibles sont nombreuses
- Remise en place du ramassage des déchets verts et des encombrants électro-ménager supprimés depuis janvier
- Mise en place d’un conseil municipal des jeunes
- Extension du rôle des ASVP à la gestion des parkings, après leur reprise en régie municipale, et à la surveillance vidéo
- Entretenir l’existant! Mobilier urbain, arcades du centre république, etc... au lieu d’attendre leur délabrement
- Aménagement de l’entrée de ville par le bd de Bougainville
- Réaménager la place François Blancho et en faire un nœud central des lignes Stran, afin d’amener les gens au cœur de la ville
- Favoriser l’usage du bus par un tarif attractif (0,20€ à 0,50€) et compléter le réseau par 2 boucles de mini-bus gratuites en centre-ville, desservant toutes les écoles, administrations, commerces...
- Remettre à plat les attributions de subventions
- Installer des distributeurs de tickets à tous les arrêts HélYce afin de dégager les conducteurs de la vente pour éviter les retards
- Pôle de recherche sur les bio-énergies, énergies marines, bio-technologies
- Mise en place du ramassage (et donc du tri sélectif) dans les administrations
- Remplacer les priorités à droite, dangereuses, par des stop ou cédez le passage
- Adapter les horaires des postes de secours des plages aux circonstances météo
- Favoriser les énergies renouvelables sur le port et la zone de Brais
- Plantations d’arbres sur les parkings
- Baisse drastique des frais de dossiers du camping de l’Eve ou reprise en concession municipale
- Abandon du financement du projet d’aéroport par La Carène. Près de 3 millions plus utiles pour les projets locaux
- Création de pistes cyclables et amélioration de celles créées
- Pas de chasse aux sorcières parmi les salariés de la ville. L’équipe et les orientations changent, pas les fonctionnaires
- Mise en place d’équipes ambulantes de l’office du tourisme en été
- Baisse de 10% des indemnités des élus de la majorité, augmentation de 50% de celles des élus d’opposition
- Vente des véhicules municipaux d’occasion à bas prix en priorité aux étudiants et familles modestes
- Limitation à 2 mandats en responsabilité, que nous appliquerons à nous-même. La politique n’est pas un métier ni une rente à vie !
- Remodelage de la rue de la Ville-Halluard
- Maintien du festival «les escales», mais il faut revoir son financement. La ville ne peut donner plus de 700 000€ de subventions annuelles
- Remise en place de la circulation rue d’Anjou dans un sens au niveau de la rue de la paix
- Changement de l’identité visuelle de la ville, trop identifiée à l’équipe présente depuis 30 ans. Lancement d’un concours.
- Renouvellement urbain: élaboration d’un plan des rues destinées à «monter» en hauteur
- Petit-Maroc: aménagement urbain et touristique entre l’usine élévatoire, et le vieux môle. Destruction des hangars et blockhaus
- Trouver un espace en ville pour les cirques et fêtes foraines
- Remplacement des pelouses synthétiques en entrée de ville par de vrais aménagements paysagers
- Titularisation des fonctionnaires de mairie en situation précaire
- Distributions d’arbres gratuits pour inciter les nazairiens à planter dans leurs jardins
- Aménagement du camp de la Torpille à St-Marc. Préserver son aspect naturel et l’ouvrir à des activités de loisirs ou festivals
- Réels travaux d’intéret public (nettoyage des tags, entretien du mobilier urbain…) pour les délinquants jugés, avec les horaires du monde du travail
- Favoriser l’installation des personnes âgées avec les actifs par la création de collectifs mixtes plutôt que le tout-Ehpad
- Sauvegarde de la halle nord (parc des expos)
- Inventaire archéologique systématique avant  tout projet urbain
- Amélioration de la station des Ecossiernes en matière de traitement des résidus médicamenteux
- Conseil municipal: il sera un véritable lieu de débats et non une simple chambre d’enregistrement qui valide 100% des délibérations de la majorité
- Assurance globale pour les associations à Agora au lieu que chacune souscrive la sienne, grevant le budget des petites associations
- Aider à la réhabilitation des immeubles de la reconstruction en centre-ville
- Confirmation du projet de centre aquatique mais maintien de la piscine de la Bouletterie dont la fermeture est prévue en 2017
- Restaurer les statues, patrimoine de la ville, qui pourrissent sous un hangar au Petit Maroc
- Poursuite de l’aménagement du front de mer, en préservant au maximum les platanes
- Ouverture des commerces 2 dimanches avant Noël
- Mise en place d’énergies renouvelables sur les bâtiments publics
- Remise en place de stationnements rue jean Jaurès: «no parking, no business»
- Arrêt du projet d’urbanisation des Frémaudières (Océanis)

La liste Saint-Nazaire revitalisée n’est pas complète mais Zack Moullec ne doute pas être au complet courant janvier. L’équipe espère réaliser un score de 20 à 25% au premier tour. « Il faudra mobiliser les abstentionnistes (47% en 2008) et leur expliquer que l’ère Batteux se termine, que les compteurs sont remis à zéro et que le changement est enfin possible après 31 ans de la même équipe. » conclut Zack Moulleck.

Pratique : Le site : www.sn2014.fr
Email : saintnazaire2014@free.fr



 

Auteur : JBR | 21/11/2013 | 29 commentaires
Article précédent : « La liste de David Samzun annonce ses 31 premiers colistiers, restent 18 places »
Article suivant : « Municipales : Le Front national sera bien présent »

Municipales : Le Front national sera bien présent

La liste Rassemblement Bleu Marine est complète à trois colistiers près. Cette liste veut être une liste de rassemblement de toutes les bonnes volontés.
Jean-Claude Blanchard
Jean-Claude Blanchard

Jean-Claude Blanchard sera vraissemblablement désigné pour conduire la liste du Rassemblement Bleu Marine « composée d'anciens du MoDem, des membres de l'UMP dégoutés par les intrigues et les magouilles, des membres du Mouvement républicain et citoyen de Jean-Pierre Chevènement, et de Debout la République mais aussi des Nazairiens non encartés » souligne Jean-Claude Blanchard.
 Le programme commence à se préciser suite à un questionnaire adressé aux Nazairiens et dont les retours n'ont jamais été aussi nombreux précisent les candidats.

Parmi les grandes lignes du programme on notera :

- création d'une police municipale affectée en principal à la sécurisation des commerces et à l'espace public ;
- installation de caméras de surveillance « pour aider la police dans son travail » ;
- fermeture immédiate de squatts d'immeubles « savez-vous que cet été des tentes (15) se sont installées au nouvel embarcadaire pendant un mois et demi » ;
- assurer la transparence totale des critères d'attribution des logements sociaux ;
- contribuer à la lutte contre le dumping social aux chantiers ;
- favoriser l'attractivité économique de la commune en créant une ouverture sur le port par la suppression d' une partie de la base sous marine,  après une consultation des Nazairiens ;
- aucune augmentation de la fiscalité pendant toute la durée du mandat ;
- organisation de référendums locaux sur les sujets importants ;
- cesser le financement d'une culture élitiste bobo,comme le Grand café, et ouvrir la culture au plus grand nombre.
- aménager la salle du conseil municipal pour permettre au public de venir plus nombreux.
- rénovation de la Soucoupe ;

Jean-Claude Blanchard n'a pu s'empêcher de remarquer « la permanence PS fleurit là où le commerce floral se fane ». Le Rassemblement Bleu Marine espère un score à deux chiffres aux prochaines municipales, ce qui lui permettrait d'avoir des élus dans la prochaine assemblée. Les résultats des élections partielles et les sondages peuvent lui permettre d 'espérer.

Question d actualité, que pensez-vous de l'attitude des militants du  FN qui ont conspué le Président de la république le 11 novembre?
- Marine Le Pen n'a jamais demandé que l'on conspue le Président.  Wallerand de Saint-Just * se rend tous les ans à l' Arc de Triomphe, cette année on l'a expulsé. J'en profite pour m'indigner sur la couverture du journal Minute c'est d'une bêtise sans nom.

Réunion publique du Front national à Saint-Marc le 18 décembre, à  18 h 00 avec la présence de Nicolas Bay, responsable national.

*conseiller régional de Picardie, et tête de liste du FN pour les municipales à Paris, Wallerand de Saint-Just, a été interpellé avec d'autres militants du Front National qui ont perturbé la commémoration
 

Auteur : JBR | 16/11/2013 | 13 commentaires
Article précédent : « La liste Saint-Nazaire revitalisée a déjà 85 propositions chiffrées »
Article suivant : « Municipales : Les Verts bradent Notre-Dame-des-Landes »

Municipales : Les Verts bradent Notre-Dame-des-Landes

EELV a décidé de faire liste commune avec le PS dès le premier tour. Entre conviction et tactique.

Pas facile pour les Verts, devaient-ils constituer liste autonome pour clamer haut et fort leurs convictions, choisir de se compter aussi, au risque de prendre plus qu'un bouillon ? S'allier à gauche avec Nicolas Terrassier, quitte à rejoindre le PS ensuite ? Ou sauter à pieds joints dans les draps roses du PS, en lui signant un chèque en blanc ? Les Verts ont choisi le chemin de la sécurité, celui qu'on connaît, avant même de négocier avec David Samzun,  ils ont annoncé rejoindre le PS.
 

Petits chevaux

Pascale Hameau animatrice du groupe EELV déclare « Notre campagne sera locale, sur un projet local ».
Les chevaux de bataille ? Les déchets, la circulation à vélo, la production agricole locale et les circuits courts. C'est agir local, en effet, très local, mais où sont les grandes idées ? L'opposition affichée à l'aéroport par exemple ? Et est-il si loin cet aéroport ? N'est-pas aussi un sujet "local" ?

Notre-Dame-des-Landes

« On ne signera rien sur les questions liées au projet d'aéroport » annoncent les Verts comme pour se donner  bonne conscience...
« Tout ce qu'on revendique est tenable » confie Pascale Hameau. En effet, il suffit de rapprocher la cible pour être sûr de la toucher diront les purs, tellement les objectifs leur sembleront d'une ambition bien limitée, au ras des pâquerettes.
Alors qu'à Nantes une liste se forme contre l'aéroport, les Verts de Saint-Nazaire attendent « cinq élus verts, c'est le moins qu'on puisse espérer ». Tout est dit : « espérer » et « le moins ».
Le débat sur Notre-Dame-des-Landes est le moment où jamais, pour faire voler plus haut et plus loin les idées des écologistes. Les Verts de Saint-Nazaire resteront cloués au sol. Ils n'auront plus la légitimité de la parole. Ils auront beau dire « on n'est pas d'accord », on leur répondra « vous étiez bien d'accord,  pour vous faire élire, pourtant avec ceux qui y sont favorables ».

Les idées

Pour cinq élus au conseil, pour faire face à une liste de droite qu'ils pensent unie, les Verts ont bradé leurs convictions. Officiellement, ils ont choisi de jouer leurs petits chevaux sur le plateau du PS.
Une fois de plus les Verts  n'auront qu'à rosir de leurs positions s'ils n'obtiennent pas « le moins qu'on puisse  espérer ».
Stratégie ? Peut-être. Tactique tout au plus. Ou trahison des idées socles. Un peu plus de la moitié des militants a voté pour cette option, au second tour, (55 % contre 45 % pour une trentaine de votants), « les personnes qui soutenaient la liste autonome nous suivent » annoncent les Verts.
À voir dans les prochaines semaines.

Auteur : LY | 15/11/2013 | 14 commentaires
Article précédent : « Municipales : Le Front national sera bien présent »
Article suivant : « Historique : La droite unie à Saint-Nazaire »

Historique : La droite unie à Saint-Nazaire

À l’exception d’une improbable candidature Martine Dardillac aux prochaines élections municipales, il est certain que la droite nazairienne vient de montrer une image forte de rassemblement autour de la candidature de Ludovic Le Merrer.
Ludovic Le Merrer
Ludovic Le Merrer

Ludovic Le Merrer a 38 ans il est marié et père de quatre enfants. Fils de militaire, il a eu la chance de faire « 25 déménagements » au travers la France, l’Afrique et la Polynésie. Après des études de droit et de gestion il exerce des responsabilités dans le secteur associatif public et privé. Après une carrière au Ministère de la défense il s’intéresse à la santé. Il devient successivement inspecteur des affaires sanitaires et sociales, directeur d’un établissement hospitalier à Cergy-Pontoise. Il est aujourd’hui le Directeur de deux maisons de retraite médicalisées associatives à Saint-Nazaire. Il est aussi juriste auprès de l’association de consommateurs UFC – Que choisir et membre de l’association Un parrain un emploi.

Alors que dans de nombreuses villes en France et plus près d’ici à Nantes la droite continue de se diviser et d’être une machine à perdre, Saint-Nazaire montre l’exemple en réussissant l’union du Modem, de l’UDI, et de l’UMP. Chacun a su mettre son ego dans sa poche avec son mouchoir par-dessus, et finalement cette équipe autour de Ludovic Le Merrer pourrait ressembler à une machine à gagner. Le candidat a par ailleurs répondu « qu’il ne parlait pas avec le Front national mais respectait les électeurs de ce dernier » . Ludovic Le Merrer souhaite rassembler au-delà des clivages politiques droite-gauche.
 

Pour le candidat il y a un malaise grandissant à Saint-Nazaire :
Il considère que  les clivages idéologiques freinent tout projet de développement. La population stagne, les commerces ferment les uns après les autres, les entreprises ont du mal à s’installer. Elles ne sont ni soutenues ni entendues. Des décisions sont prises sans concertation comme l’application de la réforme des rythmes scolaires. Les impôts locaux augmentent chaque année, l’insécurité n’est pas prise en compte, et les projets « tape à l’œil » des élus en place se multiplient dans un seul but électoraliste lâche le candidat à l’encontre des socialistes. Le candidat s’en prend à David Samzun « comment peut-il avoir des projets alors qu’il est élu avec Joël Batteux depuis 30 ans ! »

Une liste de socioprofessionnels « compétents et représentatifs »

Un mandat d'élu c'est un CDD

Ludovic Le Merrer présentera sa liste de fin janvier début février, ce qui fait dire à certains de ses amis que c’est bien tard, quand il faut tenir compte du temps de campagne. Elle sera composée d’actifs, de retraités, de fonctionnaires, salariés, commerçants et artisans mais aussi d’ouvriers, employés cadres, demandeurs d’emplois, de chefs d’entreprise et d’étudiants. Il fixera à chacun des objectifs de résultats. « Pour moi il n’y a pas de différence entre le 1er et le dernier de la liste » souligne le candidat.

Au travers le cercle de réflexion Désirs de ville, l’équipe a pu nourrir un programme dont le candidat commence à donner quelques éléments. Ce programme est défini comme reposant sur sept  piliers.
« Une mission d’élu c’est un CDD » et le candidat souligne avoir signé la charte Anticor  Contre la corruption, pour l'éthique en politique.
Le candidat aimerait que Saint-Nazaire retrouve l’image flatteuse de « la petite Californie bretonne » une appellation du passé en référence  à sa situation et à son développement exceptionnel. Le candidat veut affirmer la triple identité de la ville, industrielle, portuaire et balnéaire. « En 30 ans les élus au pouvoir n’ont pas su créer le port de plaisance tant désiré et bien je le ferai » affirme le candidat. Il s’engage par ailleurs à une baisse des impôts locaux en repensant la dépense publique « 1 euro dépensé - 1 euro utile. » Pour lutter contre l’insécurité il n’est pas contre l’utilisation des caméras de surveillance, mais se dit plus réfléchi sur la mise en place d’une police municipale. « Il faut mettre tous les acteurs autour de la table, il ne sert à rien de mettre en place une police municipale si c’est pour avoir une diminution des effectifs de la police nationale. » Explique le candidat.

On sent chez Ludovic Le Merrer qu’il vient de la société civile et qu’il n’est pas encore rompu au débat politique, mais par les temps qui courent, les Français rejetant la politique politicienne, n’est ce pas un avantage ?

 

L'équipe de Ludovic Le Merrer
L'équipe de Ludovic Le Merrer
Auteur : JBR | 07/11/2013 | 26 commentaires
Article précédent : « Municipales : Les Verts bradent Notre-Dame-des-Landes »
Article suivant : « Le comité de soutien de David Samzun est en marche. »

Le comité de soutien de David Samzun est en marche.

David SAMZUN a présenté son comité de soutien : « Un élément fort de la démocratie locale et de proximité au service des Nazairiens ».

David SAMZUN, animateur de la liste « Saint-Nazaire, fraternelle et inventive » a présenté ce matin, les 13 personnalités* qui vont animer son comité de soutien. Fort déjà de plusieurs centaines de signataires, il rassemble, bien au-delà des partis politiques, des nazairiennes et des nazairiens dont le dénominateur commun est l’implication dans la vie locale.
David SAMZUN attend de son comité de soutien qu’il joue un rôle actif pendant la campagne électorale en relayant bien entendu ses propositions et engagements mais aussi qu’il devienne un outil supplémentaire pour être en prise directe avec les attentes et les préoccupations qu’expriment nos concitoyens.
13 personnalités, parmi les premiers adhérents du comité de soutien, vont en assurer l’animation et apporter leurs expériences et leurs regards sur l’avenir de la ville et de son agglomération. Ils viennent notamment du monde associatif, de l’entreprise, de l’éducation ou d’organisations humanitaires.

Les animateurs du comité de soutien

Bertrand Choubrac – dirigeant d’entreprise
Philippe Leroux – praticien hospitalier
Alain David - Chef d’entreprise travaux publics retraité
Jean-René Briand – fonctionnaire de police retraité
Louis Cruaud - formateur - retraité
Sylvie Camus – directrice association d’insertion
Alain Geffray – responsable associatif
Frédéric Petit – conseiller principal d’éducation
Alain Le Pape – responsable associatif
Jean Luc Mahé - psychologue et psychanalyste
Régine Flandin – responsable associative
Joël Moulère – responsable associatif
Badre Belhaja – responsable associatif

30/10/2013 | 14 commentaires
Article précédent : « Historique : La droite unie à Saint-Nazaire »
Article suivant : « Ludovic Le Merrer sera le candidat du MoDem »

Ludovic Le Merrer sera le candidat du MoDem

Les militants MoDem de Saint-Nazaire font savoir dans un communiqué qu'ils « se sont prononcés en grande majorité en faveur du projet de rassemblement proposé par Ludovic Le Merrer ».

« Ludovic Le Merrer a présenté la synthèse des huit mois de réflexions collégiales dans le cadre de ''Désirs de ville'', et l’organisation de ses équipes de campagne. En le désignant comme leur candidat, Le MoDem y voit un projet ambitieux, innovant et de rassemblement, dans le respect de chacune des composantes de sa liste et de la ligne désignée par les instances nationales en septembre dernier lors de l’université de rentrée de Guidel .
La section MoDem investit Ludovic Le Merrer à la candidature aux prochaines élections municipales  et participera, avec ses valeurs humanistes, sociales-démocrates et écologistes, à une campagne électorale aux perspectives, sans précédent, de victoire. »

 

25/10/2013 | 6 commentaires
Article précédent : « Le comité de soutien de David Samzun est en marche. »
Article suivant : « Label gauche existe toujours malgré le départ des piliers Thierry Brulavoine et Éric Edom »

Label gauche existe toujours malgré le départ des piliers Thierry Brulavoine et Éric Edom

Éric Edom et Thierry Brulavoine vont voler de leurs propres ailes, mis en minorité au sein de l’association Label gauche, sur la méthode.

À l’origine de la tension, la désignation de la tête de liste. La majorité des membres de l’association n’a pas apprécié le forcing de la désignation de la tête de liste avant le 22 octobre. « Il fallait que la tête de liste soit désignée avant la réunion du PCF pour leur couper l’herbe sous le pied », l'association souhaitant privilégier le programme et non les questions de personnes. « Nous sommes dans une logique de concertation et pas de délégation ». Pour Patrick Rougé la tête de liste, Éric  Edom était contestée, même s’il a porté les valeurs de Label gauche au conseil Municipal.

Pour l’association Label gauche : « on n’est plus dans la logique de construire une liste aux prochaines municipales ».  « On va continuer à construire le socle comme en 2008, la méthode nous a choqués, même si quelquefois on peut paraître un peu naïfs car on n’a pas été formés en politique. Ça montre la difficulté de faire de la politique autrement » et puis « qui sait comme en 2008, on se décidera peut-être au dernier moment » lâche Pierre Jegout du Parti de gauche.
 

Éric Edom et Thierry Brulavoine réagissent

« Nous avons compris que l'ex-association ferait tout son possible pour ne devenir qu'un think tank* et empêcher toute autre forme d'implication politique.
Depuis la création de Label Gauche dont nous sommes deux des quatre fondateurs (avec Liliane Vaillant et Philippe Creneguy), nous n'avons eu de cesse de  militer pour une ouverture, le dialogue, la recherche du travail commun, l’élargissement de la réflexion, nous avons respecté, pendant et hors notre mandat, nos engagements et les règles communes.

Il est illusoire de croire que dans un cocon on a raison contre tous, c'est cela la fracture de l'ex association Label gauche.

Pour ce qui nous concerne nous allons œuvrer à mettre en accord notre vision du bien vivre ensemble à Saint-Nazaire avec nos actes dans le cadre du débat d'idées pour un programme».

* laboratoire d'idées ndlr

Le Parti de gauche écrit à Label gauche

« Nous avons toujours considéré Label gauche comme étant un partenaire auquel nous voulions ouvrir les portes d'un Front de gauche élargi.

Cela étant dit, nous avons continué la discussion avec nos camarades communistes pour les municipales. N'ayant pas reçu de réponse claire sur ce Front de gauche élargi, ceux-ci bloquant sur la participation de LG et sur la ligne « sans le PS » au premier comme au second tour, nous avons rompu les négociations.

Dès le printemps dernier, nous nous sommes engagés avec LG pour la réflexion programmatique et la création d'une liste municipale LG/PG ouvertes aux citoyens qu'ils soient syndicalistes, associatifs ou politiques (encartés ou non) sur la base de ce programme partagé, discuté et enrichi par les Nazairiens.

Nous avions convenu, dans un premier temps, d'une conférence de presse annonçant notre départ en campagne en juin, ce qui nous a paru un peu tôt, la reportant début septembre pour une meilleure lisibilité les vacances passées. Nous étions exactement dans le tempo.

Les manœuvres municipales s'accélérant avec la création de la liste initiée par Nicolas Terrassier, à laquelle nous avons publiquement, par un communiqué de presse, refusé dès le mois de juillet le d' apporter le moindre soutien. Il nous apparaissait alors que nous pouvions être le jouet de manœuvres d'entrisme de la part d'organisations capables de réclamer la tête de liste. C'est pourquoi, lors de notre réunion de comité de fin septembre, nous avons validé de faire demande à Label Gauche de désigner au plus tôt sa tête de liste, en l'occurrence Thierry ou Eric.

Pourquoi ces deux-là ? Sur six élus Label Gauche en 2008, quatre ont déserté pour des raisons diverses sur lesquelles il serait intéressant de revenir. Restent Éric et Thierry que nous considérons légitimes à l'être au regard de leur travail au conseil municipal, du respect des engagements pris à la création de LB et de la notoriété acquise.

Maintenant, au nom du Parti de Gauche, je m'interroge gravement sur la remise en cause des engagements communs et sur le refus de désignation de la tête de liste. Cela va faire l'objet d'une discussion avec mes camarades. Cependant, nous sommes un parti politique avec une stratégie et des points programmatiques validés lors de la convention qui s'est tenue le week-end dernier à Clermont-Ferrand et que de notre côté nous avons travaillé sur un programme municipal avec des propositions à faire à nos partenaires et à la population pour débat. Nous sommes donc prêts pour partir en campagne avec ou sans Label Gauche.

Je trouve ces méthodes plus que dommageables surtout venant d'un partenaire, que nous pensions probe, ayant pris des engagements de longue date et avec lequel nous partageons l'essentiel des idées».
Lionel Debraye



Auteur : jbr | 25/10/2013 | 1 commentaire
Article précédent : « Ludovic Le Merrer sera le candidat du MoDem »
Article suivant : « La Gauche nazairienne ou l’impossible alliance »

La Gauche nazairienne ou l’impossible alliance

À l’initiative du Parti communiste les forces de gauche se sont réunies afin de débattre sur une possible union aux élections municipales. Force est de constater qu’à l’issue des débats les divergences sont nombreuses sur les dossiers importants. On ne voit pas aujourd’hui comment cette union pourrait se réaliser sans compromission.
Yvon Renevot PCF a animé le débat devant 70 personnes
Yvon Renevot PCF a animé le débat devant 70 personnes

Ils étaient tous à la salle de l’Immaculée sauf le PRG qui n’était pas invité. 70 personnes représentant le Parti socialiste, le Parti de gauche, le NPA, Nicolas Terrassier, Europe écologie les verts, Label gauche, Alternative citoyenne pour Saint-Nazaire. Même si le début de la réunion a vu Label gauche laver son linge sale, on est très vite passé au débat qui est resté très général au début de la réunion.

Le Parti socialiste a tenu à « rappeler la question du rassemblement dans un contexte de crise, le rassemblement ça ne se décrète pas ça se construit ».Et de rappeler que le projet de David Samzun a été construit « par 700 personnes ».

Pour Nicolas Terrassier « j’ai souhaité porter publiquement mes réflexions, la gauche pour moi c’est l’espoir. Je souhaite que l’on puisse de façon transparente répondre aux attentes du peuple de gauche. »

EELV reconnaît volontiers que le choix « n’est pas simple », « nous avons un projet et un bilan, les militants souhaitent que l’on participe à l’exécutif. À Saint-Nazaire il faut un contrat clair débattu publiquement».

Le Parti de gauche a, lui, pris ses distances vis-à-vis du PS depuis l’élection de François Hollande. « On ne peut pas travailler avec le PS, nous allons présenter une liste citoyenne ». Au moins ça a le mérite d’être clair.

Pour l'ancien ou le nouveau Label gauche, « il faut combattre les politiques néo-libérales».

Le Parti communiste souhaite un débat sérieux sur les projets, « on a un adversaire commun le renoncement et la résignation ». Pour le Parti communiste, il doit y avoir débat sur les chantiers navals, le partenariat public-privé à l’hôpital et les rythmes scolaires. Concernant le scrutin « les conditions ne sont pas réunies pour un désistement en faveur du PS vu la politique menée par François Hollande».

Le débat a essentiellement porté sur les transports gratuits, la gratuité de l’eau ou la démocratie participative. La majorité des intervenants reprochant au PS une fausse démocratie participative dans les réunions de quartier. Cette réunion a eu le mérite de confronter les points des différents courants de la gauche nazairienne.
Même si tout cela part de bonnes intentions, un rassemblement de la gauche nazairienne relève aujourd’hui de l’utopie.



 

Auteur : JBR | 25/10/2013 | 5 commentaires
Article précédent : « Label gauche existe toujours malgré le départ des piliers Thierry Brulavoine et Éric Edom »
Article suivant : « Éric Edom conduira la liste Alternative citoyenne pour Saint-Nazaire »

Éric Edom conduira la liste Alternative citoyenne pour Saint-Nazaire

Label gauche qui a changé d’enseigne est devenu " citoyenns (nes) nazairiens (nes) », s’est allié avec le Parti de Gauche pour présenter une liste de gauche « authentique » aux prochaines élections municipales.

« Éric Edom conduira cette liste, nous ouvrirons cette liste aux partis de gauche,  au Parti communiste ainsi qu’aux citoyens non encartés » précise le candidat.
Éric Edom ne ferme pas la porte à Nicolas Terrassier « mais il y a deux préalables pour participer à une alliance : Notre-Dame-des-Landes et la vasière de Méan. »

Alternative citoyenne pour Saint-Nazaire ne veut pas « cautionner la politique néolibérale menée par Joël Batteux et qui sera poursuivie par David Samzun. »

Lionel Debray du Parti de gauche estime que la politique menée par Hollande va laisser des traces et « invite les camarades à rejoindre la gauche authentique ».

à lire Label gauche et parti de gauche ensemble pour battre le PS


 

Auteur : JBR | 22/10/2013 | 2 commentaires
Article précédent : « La Gauche nazairienne ou l’impossible alliance »
Article suivant : « David Samzun quitte la présidence de Demain Saint-Nazaire »

David Samzun quitte la présidence de Demain Saint-Nazaire

David Samzun qui sera tête de liste du parti socialiste pour les élections municipales de 2014 a annoncé sa démission de la présidence de « Demain Saint-Nazaire », respectant l’engagement pris devant les 400 adhérents de l’association.

«Conformément à ses statuts, le conseil d’administration a élu en son sein, jeudi 10 octobre, une nouvelle présidente. Il s’agit de Claire Dupont, 31 ans, membre de l’association depuis son origine et animatrice d’une commission thématique.

Elle souhaite : ''que la mission de Demain Saint-Nazaire, à savoir, le large rassemblement des personnes soucieuses de l’avenir de Saint-Nazaire dans un cadre de concertation et de débat, s’inscrive durablement dans la vie de la cité''.

Dans cet objectif, l'association va mettre à profit les prochains mois pour organiser un cycle de conférences, réservées aux adhérents, sur des thématiques liées à la ville et aux politiques publiques locales. Elle va aussi travailler sur son projet d'animation et communiquera à ce sujet à la rentrée 2014. En effet, compte tenu des contraintes liées à la législation électorale, l'association doit se tenir à l'écart du débat public pendant le temps de la campagne des municipales.»
 
demainsaintnazaire@gmail.com
 

16/10/2013 | 3 commentaires
Article précédent : « Éric Edom conduira la liste Alternative citoyenne pour Saint-Nazaire »
Article suivant : « David Samzun est entré en campagne »

David Samzun est entré en campagne

Dans une lettre adressée aux Nazairiens et Nazairiennes le candidat officiel du Parti Socialiste explique qu’il sera un Maire de rassemblement d’unité et de respect mutuel. La campagne a démarré pour David Samzun alors que ses challengers ne sont pas officiellement désignés.
David Samzun à la fête de la rose à Préfailles
David Samzun à la fête de la rose à Préfailles

Le candidat souhaite que Saint-Nazaire devienne « une ville fraternelle et inventive » .Il travaille au rassemblement de toutes celles et ceux qui sont attachés aux valeurs laïques et républicaines.

Il reconnaît bien volontiers que l’on est « dans un contexte très difficile avec un Président qui doit faire face à une situation inédite. » et il croit que la Ville peut jouer un rôle « d’amortisseur social». Il dit vouloir « agir pour l’emploi, le sécurité des biens et des personnes et développer une politique de solidarité. » Il prend l’engagement que les impôts locaux n’augmenteront pas pour les six prochaines années. Quand il évoque les problèmes d’incivilité et de sécurité, il n’exclut pas le recours à une police municipale ou aux caméras de surveillance. « C’est un sujet qui doit être mis sur la table » souligne le candidat. Côté éducation il annonce que le temps éducatif sera gratuit « l’école doit être accessible à tous ».

Il rappelle qu’il appliquera le non cumul des mandats, que la liste sera renouvelée à 50 % et qu’il respectera « tout le monde sera à plein temps sur sa fonction locale». Il précise que s’il est élu maire il sera aussi le Président de La CARENE.

Sur le plan politique, il espère un rassemblement le plus large possible. Il a adressé une lettre à l’ensemble des forces de gauche début juillet. « J’ai eu des réponses courtoises de Label Gauche et du Front de Gauche qui ne souhaitent pas poursuivre les discussions ».  « Je ferai tout pour avoir un accord avec le Parti Communiste, les Verts et l’UDB ». Il considère que le dossier Notre-Dame-des-Landes ne doit pas « empêcher un accord municipal avec les Verts ». Et quand on évoque Nicolas Terrassier, « il s’est auto proclamé candidat ce n’est pas une force politique, je m’adresse aux partis politiques ». Il a rencontré Éric Provost à plusieurs reprises « il fera partie de la liste s’il le souhaite, il participe au programme». Quand à Joël Batteux « il participera à la campagne électorale je n’ai aucun doute sur le sujet. »

 

La permanence électorale ouvrira prochainement au 55 rue des Halles


 

Ses premiers engagements

Auteur : JBR | 10/10/2013 | 26 commentaires
Article précédent : « David Samzun quitte la présidence de Demain Saint-Nazaire »
Article suivant : « Le PCF nazairien souhaite le rassemblement des forces de gauche »

Le PCF nazairien souhaite le rassemblement des forces de gauche

Le Parti Communiste Français veut faire l’union des forces de gauche, mais pas à n’importe quel prix.
Le PCF nazairien dubitatif sur la question de l'union des forces de gauche
Le PCF nazairien dubitatif sur la question de l'union des forces de gauche

Pour le PCF, la priorité est l’élection d’une majorité de gauche dans un grand nombre de communes. Il reconnaît néanmoins que la situation de la gauche à Saint-Nazaire est compliquée. « Trois listes annoncées, il y en aura peut-être 4, 5,6, cette situation nous inquiète face à une droite rassemblée. » Le PCF va tenter un rassemblement des forces de gauche le 22 octobre prochain à 20 h 30 salle de l’immaculée afin de définir les grands axes de programme. « Nous voulons être utiles à ce rassemblement et à la construction de ce programme partagé. Il nous faut mettre autour de la table les axes prioritaires de convergence» souligne Yvon Revenot.

Pour le PCF nazairiens cinq éléments sont incontournables :

- les ressources financières de la Ville demain ;
- la situation de la cité sanitaire où il faut renégocier le partenariat public-privé avec Eiffiage car la cité sanitaire est en état de cessation des paiements ;
-la défense de l’emploi nazairien pour la construction d’Oasis 13 % des ouvriers sont français, contre 87 % de personnel exotique ;
- la gratuité des transports publics ;
- l'instauration d' une meilleure démocratie à Saint-Nazaire avec une ouverture plus large des conseils de quartier et l’utilisation du référendum d’initiative locale.
Le Parti communiste français nazairien ne souhaite pas annoncer une liste supplémentaire, mais « on ne veut pas entendre le chantage de Trignac (tenue par le PCF) et les socialistes qui menacent de faire une liste si on ne rentre pas dans le rang, c’est de la politique politicienne. » souligne Christian Saulnier
Le PCF nazairien espère que son initiative de réunir tous les candidats de gauche le 22 octobre prochain permettra de réaliser le rassemblement des forces de gauche. Le PCF nazairien reste très ennuyé, voire indécis entre son envie de rejoindre le groupe Label Gauche, Parti de Gauche, Front de gauche ou rester dans le rang en participant à une liste PS.

 

Auteur : JBR | 03/10/2013 | 5 commentaires
Article précédent : « David Samzun est entré en campagne »
Article suivant : « L'UDI met en cause les statistiques de police »

L'UDI met en cause les statistiques de police

L'UDI dénonce dans un communiqué « le silence » de la Municipalité et son « impuissance face à une insécurité grandissante », indiquant quelle détient « les solutions afin de dissuader les délinquants de passer aux actes ».

L'UDI accuse la Municipalité qui « s'abrite sur des statistiques de police toujours biaisées » et cite Churchill : « Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées ». Ajoutant, «  la Mairie tente de masquer son impuissance face à une insécurité grandissante », elle cite plusieurs cas : « des particuliers » mais aussi « un éducateur » ou « un médecin généraliste » ont été agressés. Elle souligne « incivilités, agressions et cambriolages, et commerçants exaspérés par des braquages successifs » .
Selon l'UDI « les ASVP flânent en ville » « pour verbaliser à tout va au lieu de contacter la population de Saint-Nazaire qu’elle n’a pas eu pour mission de protéger ».
Elle « affirme sa volonté de mettre en place des solutions, lors du prochain municipe, afin de dissuader les délinquants de passer aux actes et faire cesser cette spirale de l'insécurité ».

 

Auteur : source UDI | 23/09/2013 | 5 commentaires
Article précédent : « Le PCF nazairien souhaite le rassemblement des forces de gauche »
Article suivant : « Rugby : Le RC Trignac à la chasse au gros gibier »

Rugby : Le RC Trignac à la chasse au gros gibier

Il y a un an, presque jour pour jour, le RC Trignac avait entamé son championnat par une victoire face à Parthenay. Il en a fait de même dimanche dernier ce qui est de bon augure pour l’ouverture à Lesvières dimanche.

Il y a toutefois quelques nuances importantes. En septembre 2012, c’est à domicile que le RCT avait triomphé. Il y a un peu moins d’une semaine, c’est à l’extérieur, à Saint-Sébastien Basse Goulaine, qu’il a réussi cette performance sur un score très ample, 9-33. Il y a tout simplement trois ans que les Briérons n’avaient pas gagné un premier match chez leur adversaire. Autre fait marquant, il y a un an, c’était en fédérale 2. Dimanche dernier, le RCT redécouvrait la fédérale 3 puisqu’il a refusé la main tendue par la fédération qui lui proposait son maintien en F 2.
 

Bon pour la confiance

Les Trignacais ont donc frappé fort. Pour la confiance, c’est très bien même si tout ne fut pas parfait dans la banlieue nantaise. « Ce que les joueurs ont fait n’est pas mal du tout. C’est même très satisfaisant. Il y a eu de très bons trucs qui confirment tout le travail accompli depuis août », apprécie Yann Legrall. Le RCT a surtout réalisé une belle entame. « Durant les 30 premières minutes, nous avons bien dominé notre sujet en mettant en place ce que nous avions bossé. Après, il y eut un petit creux. On a coincé un peu. J’ai procédé alors à quelques changements car nous voulions le bonus ». Ce qui fut acquis.
Et, ce dimanche, à 15 h 00, ce sera, une semaine après celle de la chasse, l’ouverture au stade Lesvières avec la venue d’un gros gibier, Surgères. Il s’agit d’une vieille connaissance des Trignacais qui croisèrent souvent cette équipe sur leur chemin par le passé que ce soit en 3e division ou en fédérale 3. Surgères a écrasé les Sablais il y a une semaine. C’est avec Trignac un des grands favoris de la poule. Autant dire tout de suite qu’en cette fin de semaine qui s’annonce presque estivale, ce sera déjà un match au sommet.
 

Des guerriers

Bien entendu, le RC Trignac de Yann Legrall et Stéphane Dusch voudra l’emporter. « J’ai des gars volontaires, guerriers. Ce sont deux équipes en forme qui vont s’affronter. Mais nous sommes chez nous. Cet esprit maison que nous voulons retrouver, les joueurs auront envie de l’expliquer à l’adversaire », ajoute Yann Legrall qui aura préparé ce rendez-vous en insistant sur les quelques lacunes constatées à Saint-Sébastien-Basse Goulaine, les rucks et le replacement défensif.
Au niveau des effectifs, on ne change pas une équipe qui gagne. « Ce sera le même groupe mais peut-être sous une forme un peu différente », conclut Yann Legrall. Seul absent certain, Thierry Bertail, blessé.

Auteur : P.M. | 20/09/2013 | 0 commentaire
Article précédent : « L'UDI met en cause les statistiques de police »
Article suivant : « Terrassier : les fondations sont loin d'être solides »

Terrassier : les fondations sont loin d'être solides

Nicolas Terrassier qui a annoncé sa candidature de gauche aux municipales contre David Samzun tenait hier sa deuxième réunion publique. On y a beaucoup parlé de Joël Batteux et de politique politicienne mais peu encore de projets.

Sur 50 personnes qui s’étaient rendues à la réunion publique de Nicolas Terrassier, une trentaine de militants politiques du PCF, de l’UDB, d’EELV, du Front de gauche et de Label Gauche étaient surtout là pour entendre Nicolas Terrassier sur sa stratégie politique. Quelques proches de Joël Batteux composaient l’assemblée et seulement trois à cinq électeurs étrangers à tout ce buzz Nicolas Terrassier.
Pour le candidat, ces rencontres doivent « libérer les énergies. Dites nous ce que vous attendez des municipales ». Il développa ensuite les grands axes de son projet.

« Nous devons exploiter les ressources de la mer et du port, protéger les habitants. La précarité et la pauvreté se développent, la nature doit s’imposer dans la ville. Il faut mener des actions sur tous les quartiers mais aussi faire participer les citoyens en amont sur les projets d’urbanisme. »

Puis le débat commença essentiellement avec les partis politiques qui veulent savoir qui est derrière Nicolas Terrassier et plus précisément si cette opération est soutenue par le maire sortant.

Joël Batteux : le repère

Pour Pascal Rougé de Label Gauche : « Ce qui me gène c’est que vous allez très vite en besogne avec la constitution d’une liste aux municipales, nous sommes favorables au débat, une liste commune non. »

Nicolas terrassier répondit « qu’il était dans la construction d’un projet et non dans la politique ».

Christian Saulnier PCF « il faut tordre le cou à une idée : poursuivre la politique de Batteux, personne n’a dit ça, nous entendons participer à une construction qui s’opère en toute clarté je ne peux pas laisser dire que c’est Batteux qui tire les ficelles »

Nicolas Terrassier « Monsieur Batteux n’est pas derrière moi, je mets au défi les successeurs de faire aussi bien et même mieux, Batteux c’est le courage, la ténacité ; l’ambition, je suis en total désaccord avec lui sur l’ambition».

Autre intervenant : « vous avez déclaré que vous vous inscriviez dans l’héritage de Batteux, au cours de ses mandats successifs Joël Batteux a méprisé les Nazairiens ».

Nicolas Terrassier « je ne rentre pas dans le bilan de Joël Batteux, ça ne m’intéresse pas, je suis dans la propulsion d’une ambition. Les gens attendent de la perspective et de l’action ».

Un autre intervenant : « Batteux ou pas Batteux on s'en f... je fais partie des citoyens qui ne vont plus aux réunions à cause des stratégies politiques».

Damien Perotin UDB (union démocratique bretonne)
« Batteux, c’est le capitaine Dracula, on s’en f.., ce qui compte pour nous c’est le projet pour Saint-Nazaire avec les valeurs de gauche et bretonnes».

Yvon Renévot PCF : « Pour moi, quand on est de gauche, on ne peut pas esquiver la situation de crise, il faut renégocier le partenariat public-privé pour la cité sanitaire et interpeller le ministre de la santé. On ne peut pas non plus demander aux Nazairiens de financer 1,4 million d’euros pour la réforme des rythmes scolaires. »

Nicolas Terrassier « le principe de ce débat, c’est un espace de dialogue transparent et non sectaire ».

Nathalie Bruneau : «  Vous voulez une équipe municipale qui écoute le peuple de gauche, mais Monsieur Terrassier, vous avez déclaré dans un article être favorable au projet d’aéroport  Notre-Dame-des-Landes ? »

Nicolas Terrassier : « L’aéroport Notre-Dame-des-Landes, c’est un objet politique. Ma préoccupation est de protéger les Nazairiens. Aujourd’hui, on n’a pas de capacité à écouter dans les quartiers, l’aéroport ce n’est pas un sujet de campagne municipale, la priorité c’est le quotidien des habitants. »

La note de fin est venue d’un jeune qui souhaite voir Saint-Nazaire « plus glamour et plus sexy et avoir une vie nocturne. »

 

La question

On a beaucoup parlé de Joël Batteux à cette réunion, de nombreux militants pensent que le maire de Saint-Nazaire est derrière Nicolas Terrassier. Mais le maire de Saint-Nazaire en soutenant Nicolas Terrassier peut-il trahir sa famille politique qui a élu démocratiquement David Samzun. L’heure est peut-être venue qu’il tranche une bonne fois pour toutes cette question, pour la clarté de la future campagne électorale.
 

Auteur : JBR | 20/09/2013 | 16 commentaires
Article précédent : « Rugby : Le RC Trignac à la chasse au gros gibier »
Article suivant : « Municipales : Gauthier Bouchet affirme qu'il ne sera pas tête de liste du FN »

Municipales : Gauthier Bouchet affirme qu'il ne sera pas tête de liste du FN

Gauthier Bouchet jeune cadre du front national réagit par un communiqué à l'émission de BFMTV, il ne sera pas tête de liste du FN à Saint-Nazaire. Il en profite pour régler ses comptes avec la presse qui soulignait depuis quelques jours ses activités d'organisateur de tournois de Pokemon.
Gauthier Bouchet
Gauthier Bouchet

« Dans l'édition du jeudi 15 août 2013 de l'émission Bourdin Direct, sur la chaîne de télévision BFMTV, le présentateur Alain Marschall assure devant Florian Philippot, vice-président du Front national (FN) qu'aux prochaines "élections municipales à Saint-Nazaire, le Front national sera représenté par Gauthier Bouchet", laissant entendre que je conduirai la liste FN l'an prochain dans cette commune.
Cela est faux. Il s'agit d'une contre-vérité (ou d'un mensonge volontaire ?). La tête de liste du Front national-Rassemblement Bleu Marine aux élections municipales de 2014 à Saint-Nazaire est publiquement connue depuis décembre 2012, il s'agit de Jean-Claude Blanchard.
Si j'appuie et participe solidairement à la campagne de Jean-Claude Blanchard et du Front national de Saint-Nazaire depuis plusieurs mois, c'est en qualité exclusive de colistier, derrière lui et parmi le reste de son équipe de campagne.
Il est conséquemment malhonnête de prétendre un peu partout que je suis tête de liste. Ce manque de professionnalisme ne rend pas service aux métiers de la presse et au journalisme en général. De tels manques assumés de déontologie, par la dérision ou le recours systématique à l'anecdote aux dépens de l'information factuelle, ne peuvent que perturber si ce n'est décevoir les citoyens et contribuer à accentuer une mauvaise image du journalisme auprès du peuple français ».

Communiqué de Gauthier Bouchet
 

16/08/2013 | 7 commentaires
Article précédent : « Terrassier : les fondations sont loin d'être solides »
Article suivant : « Le Parti de gauche dit « non à la confusion » »

Le Parti de gauche dit « non à la confusion »

Nicolas Terrassier, directeur de l’ADDRN a invité les Verts, le Parti de gauche, le PC, le PS à un débat public le 4 juillet. Le Parti de gauche explique pourquoi il se rendra à la réunion et quelle est sa position pour les mois à venir.

"Le comité nazairien du Parti de Gauche n'est pas signataire de l'appel de Nicolas Terrassier. Néanmoins, nous assisterons à la réunion pour entendre les arguments développés et apporter notre contribution, sur la base de l'analyse que nous faisons du bilan des 30 ans de gestion du maire sortant et de la majorité qui l'a fidèlement soutenu durant ces années.

Le Parti de Gauche condamne les politiques d'austérité et de régression sociale misent en place par Hollande et son gouvernement sous la pression de la Commission Européenne et des forces libérales ou néo-libérales à l'œuvre en Europe. Avec le Front de Gauche nous combattons cette politique et ses mauvais coups (Mécanisme Européen de Stabilité, Traité sur la Stabilité, la Coopération et la Gouvernance, Accord National Interprofessionnel dicté par le MEDEF, poursuite de la politique Sarkozy sur les retraites...)

Cette opposition aux politiques d'austérité justifie notre stratégie d'autonomie conquérante pour les élections municipales. Cette autonomie doit se construire avec le Front de Gauche. Nous continuerons de travailler avec Label Gauche, avec tous les citoyens opposés à l'austérité, encartés ou non, à la construction d'un programme pour tous les Nazairiens et rompant avec la politique jusque-là suivie.

Le Parti de Gauche n'a nul désir de s'impliquer dans les querelles opposant quelques clans du municipe sortant. Il ne soutiendra pas le candidat issu du vote des militants du PS, pas davantage que la nébuleuse créée pour assurer la survie politique du maire sortant".
Communiqué du Parti de gauche

02/07/2013 | 5 commentaires
Article précédent : « Municipales : Gauthier Bouchet affirme qu'il ne sera pas tête de liste du FN »
Article suivant : « Le groupe socialiste trouve « surprenante » la sortie du conseil municipal »

Le groupe socialiste trouve « surprenante » la sortie du conseil municipal

C'est au tour du groupe socialiste de commenter l'incident du dernier conseil municipal dans un communiqué.

« Le conseil municipal est lieu de débat et d’expression des groupes politiques. Le départ de plusieurs groupes au dernier conseil municipal est à cet égard surprenant car aucune explication publique n’a été faite en séance. Le maire n’a jamais interdit l’expression d’aucun groupe. L’incompréhension et l’étonnement des élus socialistes et du maire lui-même témoigne que ce qui s’est passé n’avait pas été organisé ni mis en scène aux dépens de quiconque. C’est un concours de circonstances qui a conduit à ce malentendu que Joël Batteux a voulu lever aussitôt en toute bonne foi. La tournure donnée à cet incident est regrettable car la majorité municipale a su montrer pendant cinq ans sa cohésion et son engagement sur le sujet de la concertation dans la ville et en particulier sur le rôle essentiel des conseils de quartier. Il est indispensable que cela se poursuive jusqu’à la fin du mandat. Le groupe socialiste entend respecter ce code de conduite et la place des sensibilités de la majorité.
La mise en place des conseils de quartier est pour nous une avancée majeure de ce mandat. Nous continuerons à leur donner les moyens d’agir, de porter des réflexions, et d’être force de propositions. L’engagement des habitants est une des conditions de leur réussite et doit être renforcé. Nous voulons redire aux membres des conseils de quartier toute la confiance et l’importance que nous accordons à leur travail car il a participé à la transformation de la ville. Toutes les formes de concertation doivent être développées et valorisées car elles font leurs preuves tous les jours »
.
Christophe COTTA,
Président du Groupe Socialiste

02/07/2013 | 2 commentaires
Article précédent : « Le Parti de gauche dit « non à la confusion » »
Article suivant : « Label gauche commente l'incident du conseil municipal »

Label gauche commente l'incident du conseil municipal

Label gauche émet un communiqué après l'incident après le conseil municipal du 28 Juin.

« Label gauche dénonce une nouvelle fois, la désinvolture avec laquelle la majorité municipale en fin de mandat, persiste à disloquer la ville, ses habitants, et les activités économiques faute de remettre en débat une réflexion d'ensemble, cohérente et coordonnée. 
Prenant prétexte d’une délibération d'apparence anodine, elle révise le PLU et confirme son intention jamais discutée publiquement, d'opposer au centre-ville, un centre à l'ouest, baptisé avec emphase « porte maritime ».
Un tel projet, déjà  avancé subrepticement, qui pourrait peut-être s'étudier pour une ville en constante expansion, ce qui n’est pas le cas, mais s’avère hors de sens alors que depuis 35 ans la ville n'a jamais pu retrouver la barre des 70 000 Nazairiens.
 
Label Gauche voit dans cette entreprise, la manœuvre d'un adjoint à l'urbanisme dont on connait les ambitions politiques, et qui ne voit pas que les vrais problèmes de la ville sont d'ordre économique.
Lors de conseils précédents, il n'était question que de requalifier le centre République et ses alentours. Aujourd'hui, la centralité de l'avenir serait à l'ouest.
En attendant sans doute, qu'on nous parle demain, d'une nouvelle centralité autour d'une zone commerciale en train de se développer avec le soutien de certains élus, du côté de l'Immaculée.
Quelles dislocations ! »

30/06/2013 | 1 commentaire
Article précédent : « Le groupe socialiste trouve « surprenante » la sortie du conseil municipal »
Article suivant : « Parti Socialiste : David Samzun, Éric Provost quid après l’élection ? »

Parti Socialiste : David Samzun, Éric Provost quid après l’élection ?

Après la désignation de David Samzun pour conduire la liste PS à Saint-Nazaire, les semaines qui viennent seront-elles celles du rassemblement des forces de gauche ? C’est toute la question, Éric Provost se prononcera quand il aura préalablement débattu sur les programmes.
Chloé Le Bail, David Samzun
Chloé Le Bail, David Samzun

Est-ce que la fête des socialistes réunira dimanche salle jacques Brel tous les socialistes ? Rien n’est moins sûr. Pour Chloé Le Bail responsable de la section, « on doit travailler maintenant au rassemblement de toutes les forces de gauche ». Pour David Samzun, la liste qu’il présentera sera renouvelée à 50% et devra tenir compte de la volonté des militants socialistes de respecter la parité (c’est la loi) dans l’exécutif, le non-cumul des mandats ou le mandat unique « c’est notre conception de faire de la politique, on a choisi de ne pas attendre la loi » précise Chloé Le Bail.
À la question du devenir d’Éric Provost, David Samzun précise que « c’est de ma responsabilité de rassembler tout le monde, il n’y aura pas de place pour les sujets polémiques. » Et d’ajouter sur la question du FN « il nous faut être vigilants vis-à-vis de l’extrême droite et rassembler tous les humanistes. »
Sur la question d’une éventuelle liste Terrassier, David Samzun est sans détour « je ne connais Monsieur Terrassier que comme directeur de l’ADDRN et je peux considérer que les élus peuvent se nourrir des réflexions de l’ADDRN. La structure ADDRN est un outil majeur et mon souci sera de le conserver.

Les réactions et souhaits d’Éric Provost

Eric Provost
Eric Provost

Ça n’a pas été forcément facile de digérer cette défaite pour Éric Provost qui reconnaît aussi quelques erreurs de stratégie. Mais cette défaite n’est-elle pas aussi la défaite de Joël Batteux qui voulait en faire son successeur ? La réaction d’Éric Provost :

« Dès le début je savais que j’étais en retard, les positions des grands élus ne m’ont pas forcément aidé. » Quant à l’avenir il souhaite que l’on aborde prioritairement la question du débat. « Dès hier soir je souhaitais au plus vite que les militants rentrent dans la phase du débat citoyen, le premier objectif c’est le débat public avant de rentrer dans les discussions de liste. » Concernant sa présence sur la liste PS, il n’en fait pas une priorité mais n’a pas de position de fermeture. « Ce qui est important c’est le collectif et qu’il puisse se mettre en route. Au niveau de la campagne on a essayé de rester zen au niveau du débat. Je suis assez satisfait d’avoir été jusqu’au bout et d’avoir enrichi le débat, maintenant on doit aller à la rencontre de la population. »

Le PS a maintenant du travail s’il veut rassembler l’ensemble des forces de gauche, un militant Label Gauche disait en réaction à l’élection « la liste PS c’est une liste de droite la vraie gauche, c’est nous et on va l’emporter » Et sur la question du rassemblement avec les verts qui souhaitent présenter une liste ce ne sera pas aisé avec Notre-Dame-des-Landes.
 

29/06/2013 | 2 commentaires
Article précédent : « Label gauche commente l'incident du conseil municipal »
Article suivant : « David Samzun sera le candidat officiel du PS à Saint-Nazaire »

David Samzun sera le candidat officiel du PS à Saint-Nazaire

Les militants socialistes nazairiens ont désigné le candidat qui conduira la liste et incarnera les propositions des socialistes nazairiens, lors de l'élection municipale de mars 2014.
David Samzun félicité par Philippe Grosvalet
David Samzun félicité par Philippe Grosvalet

80,9% des militants socialistes ont participé à ce vote.
318 inscrits 257 votants

Eric PROVOST a recueilli 51 voix, soit 20% des suffrages exprimés.
David SAMZUN a recueilli 205 voix, soit  80% des suffrages exprimés

27/06/2013 | 11 commentaires
Article précédent : « Parti Socialiste : David Samzun, Éric Provost quid après l’élection ? »
Article suivant : « Saint-Nazaire : Martine Dardillac ne conduira pas de liste UDI avec le soutien de l’UMP »

Saint-Nazaire : Martine Dardillac ne conduira pas de liste UDI avec le soutien de l’UMP

Contrairement aux affirmations de Martine Dardillac au journal Ouest-France, elle ne devrait pas conduire de liste UDI aux prochaines élections municipales de Saint-Nazaire, sauf à mener une liste dissidente.
Martine Dardillac
Martine Dardillac

Martine Dardillac Alliance Centriste a annoncé mener une liste de l’UDI aux prochaines élections municipales. Elle affirme avoir l’investiture de l’UDI et le soutien de Gatien Meunier Secrétaire départemental de l’UMP.

Renseignements pris aux instances de l’UDI « aucune investiture n’a été accordée à Madame Dardillac ». Quant au secrétaire départemental de l’UMP Gatien Meunier, il nous a adressé le communiqué de presse ci-dessous.

Comme on le voit l’union de la droite à Saint-Nazaire n’est pas encore gagnée, mais semble néanmoins se dessiner avec les groupes de travail réunissant UMP, UDI et Modem.




 

Communiqué de Gatien Meunier, secréaire départemental de l'UMP

Reprenant l’article Ouest France du 27 juin – édition de Saint Nazaire – Martine DARDILLAC, UDI, affirme que le “leader départemental de l’UMP, Gatien MEUNIER, me soutient et ne demandera pas de places sur la liste”.

En réponse, Gatien MEUNIER, Secrétaire Départemental de l’UMP, precise qu’à ce jour il n’a toujours pas eu de contact avec Madame DARDILLAC. Elle n’est donc pas fondée à se prévaloir du soutien de l’UMP.

La Commission Nationale d’Investiture de l’UMP se réunira le 2 juillet à Paris et elle seule décidera s’agissant d’une ville de plus de 30 000 habitants. Pour autant, Gatien MEUNIER rappelle que les instances locales et départementales de l’UMP apportent leur soutien à une démarche d’union déjà initiée et à laquelle les uns et les autres sont invites à s’associer et c’est ce qui sera soutenu à la CNI du 2 juillet.


Auteur : JBR | 27/06/2013 | 40 commentaires
Article précédent : « David Samzun sera le candidat officiel du PS à Saint-Nazaire »
Article suivant : « Séminaire des sections PS de la CARENE à Pornichet »

Séminaire des sections PS de la CARENE à Pornichet

Le parti socialiste a organisé une réunion de travail pour expliquer aux militants que dans le cadre des prochaines élections municipales les propositions devaient aussi s’articuler autour de l'intercommunalité.

« Les électeurs sont concernés par la communauté d’agglomérations et un projet d’une commune doit s’appuyer sur un projet de territoire » explique Chloé Le Bail responsable de la section socialiste de Saint-Nazaire. Les travaux ont porté sur les grands services publics, l’habitat, la mutualisation des équipements, les services à améliorer comme la prolongation d’Hélyce à Pornichet. Voir la suite sur http://www.media-web.fr/les-sections-ps-des-villes-de-la-carene-en-seminaire-a-pornichet-78-77-1120.html

22/06/2013 | 2 commentaires
Article précédent : « Saint-Nazaire : Martine Dardillac ne conduira pas de liste UDI avec le soutien de l’UMP »
Article suivant : « Thierry Chartrain, nouveau président de la section MoDem de Saint-Nazaire »

Thierry Chartrain, nouveau président de la section MoDem de Saint-Nazaire

Le MoDem de Saint-Nazaire a élu son responsable de circonscription. Trois tendances s’affrontent au MoDem à l’approche des prochaines échéances électorales. Ceux qui sont proches de la gauche, ceux qui aimeraient faire cavalier seul ou avec les écologistes et enfin ceux qui préfèrent un rapprochement et une entente avec l’UDI et l’UMP.

Marc Fresneau secrétaire général du MoDem disait dernièrement  « On est les seuls à pouvoir parler avec les deux camps, on regardera ville par ville les programmes et après on arbitrera » Le MoDem dans cette logique peut soutenir Alain Juppé à Bordeaux, François Rebsamen à Dijon ou un écologiste à Nantes. Que fera le MoDem à Saint-Nazaire là est toute la question. En attendant il publie le communqué suivant.

«Vendredi 14 juin dernier, la section MoDem de la 8e circonscription de Loire Atlantique (Saint-Nazaire) a désigné son nouveau président.

Thierry CHARTRAIN, 52 ans, a été élu à 72% des voix, devant Ludwig ROSTUCHER, second postulant, qui a obtenu 28% des voix.
Thierry CHARTRAIN  remplace à ce poste Josette EMONIDES qui après deux ans de mandat, n'a pas souhaité se représenter.
C'est une responsabilité qu'il connait bien : en tant qu'adhérent de la première heure au MoDem,  il avait déjà pris les rênes de  la section  de 2010 à 2011, adoubé par Kévin IZORCE à l'époque où celui-ci chapeautait le groupe "Centre démocrate" du conseil municipal.

Après la nomination de Virginie BOUTET CAILLE comme vice-présidente départementale, et d'Emmanuel JAMES comme chef du groupe Centre démocrate (MoDem et Alliance centriste) au conseil municipal, il s'agit de la troisième élection au sein du Mouvement démocrate de Saint-Nazaire en deux mois.

à moins d'un an des prochaines élections de 2014 et suite à la démission de Kévin IZORCE, la section s'organise autour de ses adhérents pour mieux aborder ce rendez-vous avec les Nazairiens et soutenir l'action de ses élus au conseil municipal actuel. »




 

18/06/2013 | 3 commentaires
Article précédent : « Séminaire des sections PS de la CARENE à Pornichet »
Article suivant : « Saint-Nazaire revitalisée une nouvelle liste aux municipales »

Saint-Nazaire revitalisée une nouvelle liste aux municipales

Un groupe s'est constitué dans le but de présenter un programme et une liste aux prochaines élections municipales. Il est composé d’écologistes et de personnes de sensibilité centre-gauche.

Saint-Nazaire Revitalisée  explique au travers son porte-parole Zack Moullec « il n’y a plus rien à Saint-Nazaire, plus personne en ville, la ville est en sursis,  il faut revitaliser la ville dans tous les domaines. »

Le groupe est composé de Nazairiennes et Nazairiens de tous horizons qui veulent « redonner de la vitalité à la ville » en changeant d’équipe. « Ni Samzun qui est aux commandes depuis 12 ans, ni la liste concurrente des amis du maire ne changeront en bien la ville » explique Zack Moullec.

Saint-Nazaire revitalisée travaille sur un programme et déjà 40 propositions « concrètes » sont sur le site*. 100 propositions pour la ville seront à terme développées. « Contrairement aux autres on bosse sur des solutions concrètes et non sur des pistes de réflexions sans projet concret. » Pour les places sur la liste, « on verra après, on travaille le programme et ceux qui se retrouvent dans nos propositions pourront nous rejoindre. Saint-Nazaire revitalisée se refuse à tout sectarisme, « nos propositions doivent intéresser l’ensemble des Nazairiens. » souligne le groupe.

Pour Saint-Nazaire revitalisée « seule une liste de gens honnêtes, soucieux des Nazairiens, non encartés, de sensibilité de gauche, du centre, ou écologiste peut gagner la municipale à Saint-Nazaire et enfin permettre de grands changements pour les habitants et non pour faire plaisir aux copains. »

Quand on demande au porte-parole s'il n'aura pas de difficultés à trouver 49 colistiers, il réfute cet argument persuadé que ce sera assez simple.


La campagne des municipales s’est brusquement accélérée à Saint-Nazaire. De grandes questions demeurent sur les choix et attitudes des partis politiques, on sait déjà que nombreux sont ceux qui ne s'exprimeront qu'en septembre.


*http://saint-nazaire2014.hautetfort.com
 

Auteur : JBR | 14/06/2013 | 6 commentaires
Article précédent : « Thierry Chartrain, nouveau président de la section MoDem de Saint-Nazaire »
Article suivant : « La synthèse de Parlons-en avec Éric Provost »

La synthèse de Parlons-en avec Éric Provost

Comme annoncé hier voici le fruit des réflexions d’Éric Provost et de son association « Aimer Saint-Nazaire »

Éric Provost est entré en campagne pour l'investiture à la candidature à la mairie de Saint-Nazaire, voir : http://www.saintnazaire-infos.fr/eric-provost-est-entre-en-campagne-pour-l-investiture-83-84-2143.html

Il a répondu aux questions de la salle et présenté la synthèse du travail réalisé avec l'association "Aimer Saint-Nazaire": "Parlons-en".

Saint-Nazaire doit rester à gauche

• J’inscris mon action dans une pratique politique renouvelée, celle de la transparence, de l’égalité de traitement, de la qualité du service public tout en associant les acteurs concernés.
• Les Nazairiens qui me connaissent ont vérifié mes capacités et mes compétences pour assumer cette responsabilité. Ils me demandent d’être au rendez-vous de mars 2014 et j’entends ne pas les décevoir.
• J’ai une ambition pour Saint-Nazaire : celle d’une ville ouverte et non d’une ville bastion, d’une ville qui a la volonté et la force de renouveler ses pratiques et qui maintient le cap de la modernité.

Mes valeurs, celles des Nazairiens

• Mes valeurs sont celles des Nazairiens qui ont fait cette ville au fil du temps. Leur travail, leur ingéniosité et leur générosité ont construit l’identité de la ville.
• Ce n’est pas une ville sur le dos de laquelle on fait fortune. Elle est laborieuse dans le sens noble du terme : elle travaille.
• Elle est ingénieuse. À Saint-Nazaire, on a inventé des moteurs latéraux pour les paquebots, on conçoit aujourd’hui des éoliennes géantes.
• Elle est généreuse. Elle sait partager et échanger, à l’image des initiatives citoyennes qui se sont succédé : hier le mouvement coopératif, aujourd’hui des associations, des collectifs, des laboratoires d’idées qui innovent dans le champ culturel, social, environnemental.
• Elle sait se battre : souvent à terre, elle s’est toujours relevée.
• J’ai la conviction que ce sont ces valeurs qui portent l’avenir de Saint-Nazaire, des valeurs de gauche comme socle du projet, des politiques publiques respectueuses de ces valeurs :
- la solidarité pour garantir la justice et la cohésion sociale, le vivre ensemble, la juste répartition des richesses et des contributions de chacun ;
le respect et la défense de la laïcité, de la citoyenneté pour garantir à chacun ses droits fondamentaux.

Je veux être le maire des nouvelles énergies

• Un maire rassembleur et rassurant,
• un maire moderne et responsable, fidèle à ses convictions et à ses engagements,
• un maire à l’écoute et en position de concertation,
• un maire représentant et incarnant Saint-Nazaire, en mesure de développer son potentiel,
• un maire porteur de l’ambition collective de son équipe et de ses concitoyens,
• un maire garant du renouvellement des pratiques et des règles du jeu démocratique,
• un maire qui accompagne, facilite les initiatives, sur lequel on peut toujours compter, qui sache prendre en charge, prendre en compte les attentes de ses concitoyens.

Pour fabriquer ensemble le futur de Saint-Nazaire

Ma responsabilité sera d’inscrire le projet de Saint-Nazaire dans sa réalité économique, sociale et culturelle, de dire non à la tentation de la pause au prétexte des contraintes budgétaires, mais au contraire d’inventer le futur, d’entraîner plus haut et plus loin la ville et ses habitants pour fabriquer ensemble :
• une ville ouverte et attractive, sachant s’appuyer sur sa proximité avec Nantes et la Presqu’île guérandaise, tout en misant sur les atouts de son port, de ses plages et de la Brière ;
• une ville respectueuse de son identité et de ses valeurs : industrielle, portuaire, maritime, ouvrière, internationale, solidaire ;
• une ville qui revendique un passé riche d’innovation et de transformation sociales, et dont le futur s’inscrit dans la même ambition ;
• une ville exigeante pour les services publics qu’elle rend à sa population ;
• une ville centre qui attire et permet de développer des activités économiques et de l’emploi ;
• une ville animée avec et pour ses habitants, ses visiteurs ;
• une ville durable qui réponde au défi d’un développement équilibré, respectueuse de la richesse de ses espaces naturels et agricoles, mais capable d’assurer la pérennité et la croissance de son économie dont dépendent les politiques de solidarité ;
• une ville de la culture et de la connaissance accessibles à tous : de la découverte à l’excellence ;
• une ville sûre, rassurante, où il fait bon vivre quels que soient son âge et son statut social.

13/06/2013 | 6 commentaires
Article précédent : « Saint-Nazaire revitalisée une nouvelle liste aux municipales »
Article suivant : « Éric Provost est entré en campagne pour l'investiture »

Éric Provost est entré en campagne pour l'investiture

Après s'être fait relativement discret mais avoir travaillé pendant des mois avec son association « Aimer Saint-Nazaire » Éric Provost est entré en campagne au cours d’une réunion publique devant une salle comble.
Eric Provost
Eric Provost

L’info du jour a été la déclaration de Joël Batteux qui s’était invité : « Si un maire ne peut pas avoir de dauphin, un militant que je suis peut avoir une opinion sur les candidats. Éric a accumulé une somme d’expériences dans de nombreux domaines, c'est un garçon d’une grande culture générale, d’une grande hauteur de vue, d’une grande sérénité, ce qui le démarque de ma personnalité et si on veut le changement c’est dans ce sens-là qu’il faut aller, il a toutes les qualités qui conviennent pour faire un excellent maire. »

Citoyenneté, laïcité, solidarité

« Je suis bien sûr socialiste après avoir milité avec Jean-Pierre Chevènement au sein du mouvement citoyen. » souligne Éric Provost. Le Parti socialiste votera demain soir le socle de son projet municipal auquel le candidat a « activement contribué ».  Les piliers de la politique d’Éric Provost seront la citoyenneté, la laïcité, et la solidarité. « Je serai maire rassembleur, responsable et porteur d’une ambition collective. Le candidat propose de franchir une nouvelle étape de développement pour la ville d’en parler et d’en débattre.»
L’association « Aimer Saint-Nazaire » a réalisé un quiz pour définir les qualités d’un maire.
(à lire dans les réflexions du candidat.)

Le débat avec la salle

Pour un ancien commerçant le Ruban Bleu a été une erreur, que ferez-vous pour redynamiser le commerce local qui souffre beaucoup ?
« La question commerciale est essentielle. J’ai conscience des difficultés générées par les travaux. On sort d’une période de perturbations, on va communiquer large au-delà de Saint-Nazaire  pour dire que le centre-ville est prêt et qu’on peut y venir faire ses courses de manière très agréable. » Pour Ruban Bleu il fallait augmenter la surface commerciale en centre-ville c’est le seul moyen de se battre avec les zones commerciales en périphérie. »

Christian Saulnier (PCF) demanda ce que deviendra la dynamique créée par  le candidat s’il n’est pas choisi par les socialistes.
« Pour l’instant je suis engagé dans la bataille de tête de liste, quoiqu’il arrive le 27 juin, j’entends bien continuer à animer le débat engagé ici. »  «Par exemple il y a un grand débat sur l’estuaire, il faut créer un pacte sur l’estuaire. Cet estuaire se dégrade,  il faut se mettre autour de la table et voir comment il peut se développer en respectant l’environnement. »

Si vous êtes choisi par les socialistes êtes-vous prêt à travailler avec les autres forces de gauche. ?
« S’il y a une chose que je n’ai pas envie de changer, c’est ce rassemblement des principales forces de gauche, c’est ce qui fait la force depuis des années. Il faut commencer par se mettre autour de la table pour échanger sur le projet et non pour définir les postes entre les deux tours. Il faut commencer par une plate-forme commune.»

Que pensez-vous de la montée du Front national aux dernières élections locales ?
« Le Front national c’est effectivement une inquiétude, ce n’est pas la réponse pour nos concitoyens c’est une manière de questionner, c’est une manière de dire mais qu’est-ce que vous faites par rapport à une situation sociale d’emploi, et bien pour moi ce que l’on est en train de faire ce soir, c’est une des réponses par rapport au front national. »

Question de Label gauche :  quels outils comptez vous utiliser pour rendre la gestion du conseil municipal plus démocratique ?
« Tous les conseillers municipaux ont des droits d’expression, les choses sont régies par un règlement intérieur, à certains moments il y a eu des tensions, des prises de parole qui ont dépassé les temps, c’est la cuisine du conseil municipal mais encore une fois c’est le règlement intérieur. Par contre comme dans beaucoup d’autres villes il faut réfléchir à la retransmission de conseils municipaux sous forme télévisuelle ou enregistré et consultable par les citoyens. Je pense qu’il faut rendre public les débats et se mettre d’accord en début de mandat sur le règlement intérieur. »

Si vous êtes élu, comment envisagez vous le dialogue social avec les employés de la ville et de la CARENE, car actuellement il est inexistant ?
« Sur le dialogue social, je ne peux pas faire de commentaire ce soir. Nous devons renforcer la manière dont nous dialoguons avec les partenaires sociaux. Il faut aussi associer les partenaires sociaux quand nous avons des discussions avec les acteurs économiques. »

Êtes-vous favorable à Notre-Dame des Landes ?
« Eh bien oui, je suis pour l’aéroport. J’ai réfléchi en conscience sur cet outil et cette infrastructure, il y a différentes motivations, chacun utilise ses arguments, moi fondamentalement, si je suis pour l’aéroport c’est que je crois que si nous n’avons pas cet outil à une échelle de 30-40 ans nous n’aurons plus la même capacité de développement la même compétitivité vis-à-vis d’autres territoires. C’est de la vision à long terme. »

Les résultats de « parlons-en » avec Éric Provost, dans une prochaine édition.

Auteur : JBR | 12/06/2013 | 4 commentaires
Article précédent : « La synthèse de Parlons-en avec Éric Provost »
Article suivant : « Demain Saint-Nazaire informe sur ses travaux »

Demain Saint-Nazaire informe sur ses travaux

L’association Demain Saint-Nazaire créée en octobre 2011 avait pour objectif d’aller à la rencontre des Nazairiens et de définir l’avenir de la ville. Elle vient de réaliser un travail de synthèse.
Demain-Saint Nazaire
Demain-Saint Nazaire

Un  document de synthèse des travaux de l'association Demain Saint-Nazaire a été remis aux 400 adhérents « dont 75 % ne sont pas membres du PS » précise David Samzun. « Demain Saint-Nazaire n’avait pas pour vocation à écrire un programme »  ajoute le candidat à la candidature PS qui dit vouloir se nourrir du programme socialiste mais aussi de la synthèse de Demain Saint-Nazaire pour présenter son programme au bureau du PS et, s’il est désigné, à l’ensemble des Nazairiens.

L’association n’a pas chômé « et heureusement que l’on a choisi de partir tôt » explique David Samzun ajoutant qu'« il ne fallait pas tomber dans le populisme. Nous sommes à l’écoute, dans la transparence et la loyauté c’est le minimum que l’on doit à la population. » Enfin le candidat souligne qu’il faudra réfléchir aux relations à avoir avec Cap Atlantique « au delà des dogmes. » « On ne peut pas parler de politique touristique en passant notre temps à se tourner le dos. » conclut le candidat.

Le 27 juin prochain le candidat du parti socialiste sera désigné. Ce sera ou David Samzun ou Éric Provost. La candidature fantaisiste de Nicolas Terrassier viendra-t-elle perturber le jeu de la gauche après 30 ans de règne socialiste à Saint-Nazaire ?

La synthèse du travail des commissions

UNE VILLE

• Revendiquer une logique de projets ambitieux au service de toute la population.
• Valoriser le débat politique au sein du conseil municipal : expliquer les conflits d’intérêts (développement urbain/ environnement, pression fiscale / services publics, équipements structurants / souci de la proximité…), débattre et décider.
• Faire de Saint-Nazaire une ville qui témoigne de ses valeurs dans son action pour l’emploi, l’innovation, la solidarité, la laïcité.
• Se saisir de toutes les dimensions du développement durable : économique - social - environnemental.

• Valoriser l’image maritime de Saint-Nazaire, tant auprès des habitants que de l’extérieur.
• Collaborer avec les élus de la Presqu’île guérandaise sur une stratégie touristique, sur le développement d’une offre de transports rapides.
• Développer les activités nautiques en mer comme sur le Bois Joalland : grands événements, apprentissages…
• Poursuivre l’aménagement du front de mer et travailler la liaison avec le Bois Joalland.
• Promouvoir partout la variété des logements et la mixité sociale pour une meilleure qualité de vie au quotidien : environnement, solidarité, sécurité…
• Développer des politiques publiques émancipatrices : éducation artistique et sportive, politique jeunesse, mise en valeur des initiatives associatives

Plaisir de ville

• Poursuivre l’aménagement du front de mer, travailler à son animation.
• Développer les lieux d’animation au sein du Parc Paysager.
• Renforcer les équipements autour du Bois Joalland.

• Engager un programme de rénovation des équipements sportifs, dans une logique de sport pour tous, du sport loisir au haut niveau : accessibilité, disponibilité…
• Poursuivre la rénovation des équipements scolaires.

• Engager un programme de rénovation des équipements sportifs, dans une logique de sport pour tous, du sport loisir au haut niveau : accessibilité, disponibilité…
• Poursuivre la rénovation des équipements scolaires.

• Créer et animer un véritable centre-ville.
• « Colorier » la ville : façades, éclairage, fleurissement…
• Concevoir une ville pour tous les âges : habitat, déplacements, animations…
• Mettre en valeur les squares, espaces de proximité et de convivialité.
• Installer d’autres lieux d’animation sur le front de mer et dans le Parc paysager

Une ville de dialogue

• Dans le respect des valeurs laïques et républicaines, reconnaître la diversité des légitimités.
• Valoriser et responsabiliser les corps intermédiaires (associations, syndicats, organismes consulaires…) comme acteurs de la démocratie.
• S’inscrire dans les valeurs de l’éducation populaire : faire preuve de transparence et de pédagogie, reconnaître à chacun la capacité d’apprendre et de contribuer, donner des clés de compréhension et d’action sur le monde.

• Définir pourquoi, sur quoi, comment, quand et avec qui chaque concertation est menée.
• Intégrer la concertation dans la programmation des projets.
• Favoriser la prise de parole de celles et ceux qui ne sont pas coutumiers d’une participation à la vie publique.
• Favoriser l’émergence et la pérennité d’acteurs variés, responsables et autonomes.
• Oser partager la production du sens, des contenus et des stratégies.
• Expérimenter et innover : la démocratie est toujours une oeuvre en construction

• Systématiser la production de documents stratégiques et développer une logique d’évaluation des politiques publiques.
• Imaginer des articulations avec le Conseil de développement de la CARENE.
• Revoir l’organisation des conseils de quartiers : renforcer la place des habitants, envisager la publicité des séances, recentrer leurs domaines de compétences sur les projets de proximité.
• Envisager la mise en place de commissions extra-municipales thématiques, composées d’associations.
• Elaborer une charte de valeurs et de méthodologie précisant les engagements des élus et mettant en perspectives les outils existants et les évolutions envisagées

Aperit et nemo claudit

La devise de la ville c'est Aperit et nemo claudit (elleouvre et personne ne ferme)

• Soutenir la vie associative, qui étonne par sa diversité et sa vitalité.
• Donner plus de place aux initiatives des habitants quels que soient leur âge, leur quartier, leur projet.
• Travailler sur la variété des cultures et sur la présence artistique dans la ville pour porter d’autres regards sur le monde : oeuvres d’art, résidences d’artistes, rencontres éducatives…
• Donner plus de place aux initiatives des habitants quels que soient leur âge, leur quartier, leur projet.
• Travailler sur la variété des cultures et sur la présence artistique dans la ville pour porter d’autres regards sur le monde : oeuvres d’art, résidences d’artistes, rencontres éducatives…

• Passer du slogan « bâtie pour bâtir » à « ville à vivre » et partager un nouveau vocabulaire : plaisir, charme, convivialité.
• Imaginer un musée/ atelier, à la fois lieu d’ancrage de l’histoire de la ville et lieu d’information sur ses projets. Un endroit vivant et évolutif permettant de fédérer toutes les offres de mémoire et de se réinventer.
• Valoriser la variété des identités nazairiennes en s’appuyant sur les habitants soucieux de partager et de transmettre, pour savoir qui nous sommes et choisir où l’on va.
• Imaginer un livret d’accueil présentant les personnages illustres, les histoires collectives, la tradition mutualiste et coopérative...

Une ville surpenante

• Ville laborieuse / charme du front de mer et des plages.
• Une ville qui sait s’indigner / des entreprises de premier rang dans la compétition internationale.
• Ville industrielle / terre d’innovations technologiques.

• Faire d’Audacity le podium de tous les talents : économiques, culturels, sportifs.
• Développer les logiques d’appels à projets pour renforcer le dynamisme des acteurs associatifs.
• Encourager, valoriser et accompagner l’entrepreneuriat.
• Encourager la créativité et l’innovation dans les PME et les PMI.

• Soutenir les lieux de rencontres avec la création contemporaine :
Le Théâtre, le VIP, le Life, Le Grand Café, La Maison des écrivains étrangers et traducteurs...
• Accompagner les acteurs du sport loisir et ceux du haut niveau.

Une ville qui se bat

• Promouvoir notre ville au plan national et international dans les réseaux économiques,
commerciaux, culturels.
• Rechercher des coopérations actives avec les intercommunalités voisines au-delà des clivages politiques.
• Faire vivre l’aventure de la métropole Nantes Saint-Nazaire.

• Affirmer dans tout projet le préalable de l’égalité en droit des femmes et des hommes.
• Préserver une offre de services solidaire : logement, politiques jeunesse, éducative, sportive, culturelle…

• Mobiliser tous les moyens contre la désertification du centre-ville : requalification des logements, accompagnement de la vie commerciale, renforcement de la politique d’animation.
• Poursuivre la rénovation et identifier les espaces symboliques : les halles, la place de la mairie, la liaison avec le front de mer.

• Faire mieux connaître son caractère maritime et son site exceptionnel.
• Mieux identifier les attributs de la centralité vis-à-vis du bassin de vie : enjeux culturels, sportifs, commerciaux, touristiques.
• Accompagner le développement des entreprises navales et aéronautiques.
• Favoriser la diversification des filières et des emplois.
• Assurer une offre de formation variée et de qualité.

• Accompagner tout particulièrement la mise en place d’une filière industrielle liée aux énergies marines renouvelables

Auteur : JBR | 10/06/2013 | 13 commentaires
Article précédent : « Éric Provost est entré en campagne pour l'investiture »
Article suivant : « MoDem, UMP et UDI exigent « aucune décision engageant la Ville après 2014 » »

MoDem, UMP et UDI exigent « aucune décision engageant la Ville après 2014 »

Dans un communiqué commun MoDem, UMP et UDI s'insurgent contre les décisions de la municipalité sur des dossiers qui selon eux exigent plus de réflexion.

 «Pour la future piscine intercommunale au parc paysager comme dans le dossier du changement d'horaires de l'école primaire, nous assistons, éberlués, à une tentative de la municipalité sortante de préempter l'action de la prochaine, quelle qu'elle soit, en engageant dans l'urgence des solutions qui soulèvent des oppositions fondées ; "Ni modification, ni négociation" est la ligne directrice de cette équipe sourde aux remarques raisonnables  et argumentées des usagers ou du personnel! Dans ces deux  domaines, auxquels il faut ajouter le transfert de la salle Jacques Brel dans la base sous-marine, il est urgent de prendre le temps d'une réflexion supplémentaire et de laisser la nouvelle équipe élue l'an prochain prendre ses responsabilités au mieux des intérêts de notre ville et non pour satisfaire l'amour propre de gens qui ne seront plus là en tout état de cause! Plus aucune décision engageant la ville après 2014, c'est une question de respect du vote des citoyens !»

Communiqué de :Pierre Bastida, Josette Emonides, Jean-Louis Garnier,
 

06/06/2013 | 22 commentaires
Article précédent : « Demain Saint-Nazaire informe sur ses travaux »
Article suivant : « Municipales : L'association Label gauche renouvellera-t-elle son score de 2008 ? »

Municipales : L'association Label gauche renouvellera-t-elle son score de 2008 ?

Forte de ses 17,69 % au 2e tour des municipales en 2008 l’association citoyenne Label gauche prépare activement le prochain scrutin des municipales même si elle n’a plus d’élus au conseil municipal.

L’association va tout d’abord dresser un bilan avec les électeurs qui ont voté pour elle au cours d’une réunion publique à Agora le 6 juin prochain.
Bilan interne pour expliquer aux électeurs de 2008 ce qui s’est passé depuis, mais aussi bilan de la gestion municipale depuis 2008 et au-delà.

Label gauche sera à l’écoute de ses électeurs pour élaborer un programme et constituer une liste. « Notre préoccupation n’est pas de savoir qui sera tête de liste » explique Patrick Rougé le président.

Quand on demande au Président  s’il est prêt à accueillir ceux qui se sont désolidarisés de l’esprit Label gauche au cours du dernier mandat il répond par un non catégorique, « ils n’ont pas accepté le travail collectif comme prévu, on a été victime d’une trahison. »

En 2014 Label gauche veut jouer à nouveau les trouble-fête face aux candidatures PS. « Ce sont des technocrates » souligne l’association. Label gauche estime qu’il sera plus facile de constituer une liste en 2014 par rapport à 2008.
L'association  a pour objectif d’être présent au deuxième tour « sauf si la menace de la droite était réelle on pourrait revoir notre position » lâche Patrick Rougé.

Quel sera le poids de Label gauche dans cette nouvelle élection ? Ce sera fonction de l’attitude des  dissidents, du Parti de gauche, des Verts, du NPA et du PC avec qui l’association indique avoir noué des contacts.

 

Auteur : JBR | 29/05/2013 | 11 commentaires
Article précédent : « MoDem, UMP et UDI exigent « aucune décision engageant la Ville après 2014 » »
Article suivant : « Municipales 2014, agitation en arrière-cuisine »

Municipales 2014, agitation en arrière-cuisine

À neuf mois des prochaines élections municipales les différents partis politiques aimeraient bien présenter un visage uni. Seulement les ambitions personnelles, les tractations entre les différents courants au sein d’une famille politique, ou les vraies fausses rumeurs vont encore ternir l’image de la classe politique qui ferait mieux de traiter des vrais problèmes.
Ludovic Le Merrer sera-t-il tête de liste de la droite ?
Ludovic Le Merrer sera-t-il tête de liste de la droite ?

Entre les socialistes déchirés sur la succession de Joël Batteux, la pseudo-candidature de Nicolas Terrassier directeur de l’ADDRN dont les socialistes auraient refusé la présence sur la liste des régionales, David Samzun qui « n’a qu’une maison celle du parti socialiste, » et Éric Provost souvent considéré comme le poulain de Joël Batteux,  la gauche nazairienne peut paraître aussi divisée que la droite l’était lors des précédents scrutins.

À l’extrême gauche et chez les écologistes les avis sont tellement divergents qu’il ne serait pas étonnant de voir plusieurs listes partir en ordre dispersé.

Hormis le Front national qui espère toujours pouvoir présenter une liste, mais qui avoue humblement que la tâche sera très difficile, il semblait ces derniers temps que la droite nazairienne travaillait sur un projet d’union assez large du Modem, de l’UMP, et de l’UDI.


Depuis le mois de décembre la possibilité d’une candidature Ludovic Le Merrer pour suppléer Kevin Izorce était dans les esprits. La révélation par Ouest France d'une tête de liste de centre droit en la personne de Ludovic Le Merrer a jeté le trouble ce matin à droite. Ce qui a fait réagir Jean-Louis Garnier et Pierre Bastida. « La commission d'investiture de notre mouvement qui doit se réunir dans la première quinzaine de juin, n'a pas encore été saisie de ce qui reste un travail commun entre des personnalités en vue de constituer une liste ouverte de la gauche à la droite pour présenter une alternative crédible aux continuateurs de Batteux ! »

Comme on le voit à droite rien n’est acté, et les prochains mois avant le scrutin vont réserver de nombreuses surprises. Espérons qu’une fois cette période d’agitation passée les électeurs pourront enfin juger des programmes.

 

Auteur : JBR | 24/05/2013 | 0 commentaire
Article précédent : « Municipales : L'association Label gauche renouvellera-t-elle son score de 2008 ? »
Article suivant : « Municipales 2014 : les socialistes désigneront leur candidat le 27 juin »

Municipales 2014 : les socialistes désigneront leur candidat le 27 juin

Dans un communiqué, la section PS de Saint-Nazaire se félicite de l'accord donné ce jour par le Bureau national du parti socialiste. Les socialistes nazairiens pourront élire leur chef de file le 27 juin 2013.

 « Cette décision légitime toute la démarche que nous avons engagée depuis la fin 2012 :
D'abord le vote le 14 mars des militants sur une déclaration de principes politiques importants validant des engagements précis sur la définition de nos priorités, de nos valeurs, mais aussi sur le renouvellement (au moins 50 %), le mandat unique (un élu, un mandat) et la recherche de l'union de la gauche.
Cette démarche, qui se poursuit en ce moment par un travail collectif pour préparer notre projet d'orientations, sera validée aussi par un vote des adhérents le 13 juin.
Nous pourrons ensuite, sur un socle solide de principes et d'orientations politiques, dès le 27 juin, désigner le ou la personne qui sera chargée d'incarner ce projet et d'animer notre équipe pour lancer la campagne des municipales de 2014.
C'est donc avec la conscience d'une grande responsabilité devant la gauche et devant les habitants de notre ville que nous entamerons cette période intense de travail collectif.
Les socialistes seront au rendez-vous pour écouter, débattre et proposer un projet ambitieux pour les Nazairiennes et les Nazairiens ! »

Source : communiqué de la section PS de Saint-Nazaire

17/04/2013 | 7 commentaires
Article précédent : « Municipales 2014, agitation en arrière-cuisine »
Article suivant : « Kevin Izorce se retire de la vie politique` »

Kevin Izorce se retire de la vie politique`

Dans un courrier adressé au maire de Saint-Nazaire Kevin Izorce annonce sa démission du conseil municipal.
Kevin Izorce
Kevin Izorce

Kevin Izorce, président du groupe MoDem au conseil municipal de Saint-Nazaire, a annoncé sa démission. Il dit vouloir se consacrer entièrement à son activité professionnelle. On rappellera que Kevin Izorce a créé une société Serenity Cruises SAS une nouvelle compagnie maritime dédiée à la fête, aux mariages, séminaires, congrès et autres événements pour des croisières à la journée.

Le développement et la gestion d’une entreprise ne laissent plus beaucoup de temps à l’élu pour la politique. Si quelques-uns à droite, ou à gauche, avaient espéré un accord avec celui qui avait fait 28 % aux dernières élections municipales, Kevin Izorce toujours soucieux de ne pas se laisser dicter son attitude a choisi d’oublier la politique pour quelque temps.

Kevin Izorce écrit à Joël Batteux « même si nous avons pu avoir des différents sur la vision et la méthode, j’ai essayé d’agir concrètement pour notre ville en évitant au maximum les débats idéologiques ou politiciens stériles. Pour reprendre vos mots ''il y a les diseux et les faiseux''. Je vous prie de croire que j’ai essayé de faire partie de la deuxième catégorie. »

 

Auteur : JBR | 13/04/2013 | 12 commentaires
Article précédent : « Municipales 2014 : les socialistes désigneront leur candidat le 27 juin »

Municipales : La liste du FN s’appellera Saint-Nazaire Bleu Marine

Le Front National se sent pousser des ailes Bleu Marine et annonce une liste baptisée Saint-Nazaire Bleu Marine aux prochaines élections municipales.

Christian Bouchet porte parole du Front National et responsable des élections, annonce des listes à La Baule, Nantes et Saint-Nazaire ainsi que des participations à d’autres listes dans le département. Jean-Claude Blanchard animera la liste Saint-Nazaire Bleu Marine dont la tête de liste sera validée par les instances nationales et « où tout est ouvert. »

En aucun cas le Front National ne fera alliance avec Philippe Freche, il veut jouer cavalier seul au travers une liste ouverte à des UMP « dégoûtés par les intrigues et les magouilles » , des Modem, mais surtout à des Nazairiens non encartés « qui ont envie de changement ». Ils affirment avoir des adhésions nouvelles à Saint-Nazaire de syndicalistes de gauche, de militants Modem, UMP et de Debout la République. « On se voit assez comme le futur Hénin-Beaumont de l’ouest » clame Christian Boucher.

Comme on le voit la surenchère des listes ouvertes a commencé à Saint-Nazaire. Certaines resteront au port faute de réunir 49 candidats. Le rassemblement Bleu marine se veut très optimiste sur sa capacité de présenter une liste.

Pour le rassemblement Bleu Marine Saint-Nazaire est « une ville en crise sociale, économique et politique. Une ville où il existe un électorat en déshérence. » Un programme sera réalisé avec les Nazairiens. 

Saint-Nazaire Bleu Marine veut rassembler « le peuple honnête ». Une personnalité exclue de la CGT va organiser « la rébellion des ouvriers contre les syndicats. »

Enfin sur la mathématique électorale Saint-Nazaire Bleu Marine fonde ses espoirs sur l’effondrement du Modem « qui est passé de 18,68 % en 2008 à 8,76 % et 2,60 % aux élections de 2012. « Les divisions récurrentes de la droite UMP et leur perte de 6 points en une législature. » Ils visent au moins 10 % ce qui leur permettrait d’avoir des élus au conseil municipal de Saint-Nazaire à condition de commencer par trouver 49 candidats.
 

Auteur : JBR | 05/10/2012 | 58 commentaires
Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter