Saint Nazaire Infos

Mobilisation en demi-teinte pour un 1er mai pluvieux

Avec quelque 450 personnes au rassemblement du 1er mai, on est bien loin des 20 000 personnes en moyenne qui se mobilisaient lors des manifestations de septembre et octobre pour la réforme des retraites. Les revendications sont toujours d'actualité et c'est ce qu'ont voulu montrer les cinq organisations syndicales (FSU, UNSA, CGT, Solidaires et CFDT) présentes en ce premier dimanche de mai. D'autres comme FO, CGC, CFE, ou CFTC ont préféré faire bande à part, à l'heure où l'unité devrait être de mise. La CGT a mis en garde les travailleurs contre la tentative de récupération du FN.

À Saint-Nazaire, c'est dans un climat social apaisé que s'est déroulé le traditionnel rassemblement du 1er mai. En ce dimanche, ils étaient un peu plus de 450 personnes à braver le temps pluvieux pour redire haut et fort leur mécontentement face à la politique gouvernementale et à la baisse de leur pouvoir d'achat. On était bien loin des mouvements sociaux qui ont animé les mois de septembre et octobre avec une mobilisation très importante sur l'agglomération nazairienne. Pourtant, si le mouvement social semble actuellement en perte de vitesse, les revendications sont toujours d'actualité et les diverses interventions ont montré que la détermination est toujours aussi intacte. Le pouvoir d'achat, l'emploi, la retraite, la solidarité avec les peuples arabes sont autant de sujets qui restent comme des préoccupations majeures dans les esprits des uns et des autres.
 
2011 l'année des patrons
 
Au cours des diverses prises de parole, un certain nombre de revendications communes se sont exprimées. La CFDT par l'intermédiaire de Philippe Chalet a redit : "son attachement aux droits des migrants et la nécessaire prise en compte des situations de leurs pays, qu'ils soient Lybiens, Tunisiens ou de tout autre pays. L'attitude de l'État Français à leur encontre est inacceptable. De plus la CFDT rappelle que l'ensemble des salariés doit disposer des mêmes droits dans les entreprises, quelle que soit leur origine". L'UNSA par la voix d'Agostinho Guerra a dénoncé l'irresponsabilité criminelle des patrons braqueurs : "Après nos PTT, SNCF, GDF, EDF, autoroutes, pétrole, chaînes télévisées, banques, services municipaux de l'eau, mines et j'en passe, la grande braderie des services publics continue, cette fois avec les retraites, la santé, la dépendance en ligne de mire. C'est notre héritage qui est mis à mal, issu des idéaux du Conseil national de la Résistance. Les pouvoirs sont soumis à la dictature européenne, à la botte néolibérale et financière. Ils brouillent les cartes, ils manipulent, ils trichent, ils volent… Ces patrons braqueurs n'en ont jamais assez". La CGT s'est montrée comme à son habitude la plus virulente. Fabrice David le leader local a débuté son allocution avec cette allusion en forme de clin d'oeil : "Avec un 1er mai un dimanche, cette année 2011 est décidément vraiment l'année des patrons. Cette fête du travail pour laquelle, nous sommes réunis aujourd'hui est donc une fête bien morose pour beaucoup d'entre nous. Morose pour des millions de personnes qui sont aujourd'hui privées de travail. Morose pour les précaires, pour les retraités, pour les salariés et morose pour notre démocratie et le socle social de notre république impulsé par le Conseil national de la Résistance".
 
Attention au FN
 
Le leader CGTiste n'a pas manqué de mettre en garde les ouvriers qui auraient tendance à se laisser attirer par le phare obscur d'idéologies faussement proches du peuple. Allusion faite au FN qui a un an des présidentielles utilise toutes les manoeuvres possibles pour récupérer le vote des ouvriers. C'est en tout cas ce qui ressort des récents sondages d'opinion qui montrent que 36% des ouvriers choisiraient le vote FN pour la prochaine présidentielle. Et d'ajouter : " Les valeurs de la CGT ne sont pas compatibles avec celles du front national. La CGT se battra toujours contre l'obscurantisme, la haine et le racisme. la stigmatisation de populations, le sur-protectionnisme économique et l'hyper-sécurité ne régleront en rien la condition de l'ouvrier, bien au contraire. Contrairement aux partis politiques, la CGT n'a pas vocation à gouverner un pays, mais a bien vocation à s'engager fortement dans le débat politique, notamment en contrant tous les partis qui s'attaquent aux intérêts des salariés et à notre démocratie, et c'est clairement le cas du front national". Les interventions terminées, le cortège a défilé dans les rues de Saint-Nazaire remontant l'avenue du Général de Gaulle, l'avenue de la république et la rue de la Paix avant de se disloquer sur la Place de l'Amérique Latine.

Auteur : YE | 01/05/2011 | 2 commentaires
Article précédent : « Saint-Nazaire Mobilisation contre le racisme, samedi 28 mai à 16 heures »
Article suivant : « La « nouvelle vie » de Philippe Grosvalet »

Vos commentaires

#1 - Le 03 mai 2011 à 12h30 par Agostinho GUERRA, Saint-nazaire
bonjour,
je demande à dementir et apporter la bonne information en ce qui concerne la prise de parole du 1er mai 2011: Agostinho Guerra est porte parole de l'Union Syndicale Solidaires et non de l'UNSA comme il a été ecrit.

cordialement,
Agostinho Guerra
#2 - Le 03 mai 2011 à 18h25 par GUILLARD France, Saint-nazaire Ouest
C'est bien connu, les journalistes n'écoutent que d'une oreille.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter