Saint Nazaire Infos

Mistral : Sapin dément l’information du Canard

Le coût du remboursement fait débat depuis la sortie du Canard Enchainé qui affirmait la semaine dernière que la facture serait de 2 milliards d’euros.
Michel Sapin
Michel Sapin

Michel Sapin le Ministre des finances a affirmé que le « Canard Enchainé pouvait dire des choses inexactes » en précisant que les chiffres « étaient bien inférieurs à 1 milliard »

Le texte de l’accord sera adopté au conseil des ministres fin août puis présenté aux parlementaires à la rentrée de septembre. Michel Sapin a encore affirmé " Tous les chiffres seront donnés, ils seront totalement transparents."

1 ou 2 milliards quelle polémique inutile, l’important c’est la balance comptable, après la revente.

Auteur : JR | 16/08/2015 | 7 commentaires
Article précédent : « Le St. Denis est le plus vieux café de la ville depuis 1882 »
Article suivant : « Mistral : Hollande s’en sort bien »

Vos commentaires

#1 - Le 16 août 2015 à 11h38 par Jean-louis Garnier
C'est à dire qu'il ne considère pas le remboursement comme une dépense car il est certain de les revendre.
#2 - Le 16 août 2015 à 12h51 par bib
En attendant, c'est la phrase de Monsieur l'inverseur de la courbe du chômage qui est bien inutile, puisqu'il ne dit rien de nouveau.

Le seul fait nouveau depuis les chiffres annoncés par le Canard Enchainé et Charlie Hebdo, c'est la Coface qui a annoncé à un de ses actionnaires qu'elle n'était en aucun cas concernée par une indemnisation puisque l'annulation de la vente était la volonté de l'Etat et non une défaillance du client (propos repris sur le forum dédié à la Coface sur Boursorama).
J'attends donc que les spécialistes qui avaient affirmé que la Coface pouvait couvrir l'indemnisation fassent amende honorable.

Ce volet de la vente des Mistrals/BPC, avant d'être une soit-disante polémique, est importante : il en va de la crédibilité de l'Etat et de la gestion de l'argent des contribuables.

Rappelons que François Hollande avait affirmé sur la mise en place d'une mesure : "ça ne coûte rien, c'est l'Etat qui paye" (phrase qu'il n'a pas jugé nécessaire de corriger).
#3 - Le 16 août 2015 à 15h16 par Jean Claude Blanchard, Saint-nazaire
L'avenir nous donnera raison,ou pas ?

Je prends dès aujourd'hui le pari que Sapin comme pour le chômage et les #Mistral nous trompe.
moins de 1 milliard de remboursement pour leS #mistral

RDV en septembre
#4 - Le 16 août 2015 à 17h52 par Vassili
Monsieur Sapin n'a pas tort.

Si l'on ne compte que les sommes versés et déjà remboursées à la la Russie on est à 896 millions d'euros.

Le problème c'est que la Russie demande aussi le remboursement des frais engagés par elle :l’aménagement du port de Vladivostok pour l’accueil des navires ; l’adaptation de trente-deux hélicoptères KA-52k ; et la formation de quatre cents marins russes pendant un an et demi.
On serait en ce sens dans les 1.2 milliards demandés par la Russie.

Voilà sans doute qui posera déjà problème au moment de la présentation du texte aux parlementaires en septembre.

Resteront ensuite le remboursement à la DCNS, puis toutes les sommes nécessaires à l'entretien des BPC (5M par mois), à leur réarmement selon des normes OTAN,puis aux réaménagements spécifiques que pourraient demander de nouveau acheteurs comme la Pologne ou le Canada par exemple...que ne voudront certes pas verser les sociétés françaises concernées qui argumenteront à partir de l'idée de la marge escomptée avec les russes et que négocieront les acheteurs potentiels.

La Pologne serait par exemple en position de force pour demander des "ristournes" puisqu'elle pourrait mettre dans la balance un contrat de 5.8 milliards d'euros que Thales pourrait remporter pour son système anti-aérien SAMP/T avec l'argument politique en plus d'un déploiement d'un BPC en Baltique auquel les américains seraient très favorables (défense des pays baltes, menace sur Kaliningrad) ...

Et si le Canada déployait le second dans l'Arctique, les BPC destinés à la Russie serviront finalement contre elle...

Aux frais de la France...

N'était-ce pas le but du jeu depuis le début ?
#5 - Le 16 août 2015 à 20h27 par Pageaud Gérard, Saint-nazaire
"1 ou 2 milliards quelle polémique inutile, l’important c’est la balance comptable, après la revente"

C'est pas faux, mais au moment de la nouvelle négociation quel sera le prix de revient des MISTRAL ? Car aujourd'hui, chaque jour compte, la facture s'allonge (entretien, sécurité, le port, dérussification, ...). Avec les mois passants, ils seront forcément vendus moins cher qu'ils nous coûtent. De toute façon, un delta financier dont on se serait bien passé.
#6 - Le 17 août 2015 à 07h55 par Vassili
Petites précisions sur mon post précédent.

"Si l'on ne compte que les sommes versés et déjà remboursées à la la Russie on est à 896 millions d'euros."

il faut lire

"Si l'on ne compte que les sommes déjà versés par la Russie et à lui rembourser, on est à 896 millions d'euros."

De même pour le contrat anti-missiles polonais, c'est l'américain Raython et ses Patriots qui semble avoir gagné.

« Le gouvernement a pris la décision de trancher la question de l’achat de missiles par voie de négociations directes avec le gouvernement américain »a déclarer le 21 avril dernier M. Komorowski le président polonais.

Exit donc le système de Thales !

Mais en lançant tout de suite , lors de la même conférence de presse, un second appât :

« Le gouvernement a pris la décision politique de retenir pour tests l’appareil de la société Airbus ».

On remarquera la tournure de phrase : "retenir pour tests"...

Là, il s'agit d'un contrat potentiel de 2 à 3 milliards d'euros sur les hélicoptères Caracal.

De fait, avec les USA, la Pologne était en Europe le pays qui s'était le plus opposé à la vente des Mistral à la Russie menaçant sans cesse de refuser tout contrat pour la modernisation de son armée aux Français.

En réalité, il s'avère que les contrats vont toujours en définitive aux américains.

Ironie de l'Histoire, DNC avait sous-traité au chantier Stocznia Remontowa de Gdansk la fabrication de certains blocs (3% du prix total de fabrication quand même) des premiers BPC français.

La France donne donc du travail et de l'argent aux polonais tout en se faisant sans cesse avoir par eux sur d'hypothétiques contrats qui vont systématiquement aux américains !

Faut-il en rire ou en pleurer ?
#7 - Le 18 août 2015 à 14h33 par nadège dimitrjewzew, Gistel
Petit oubli de la part de Monsieur Sapin, il était question 4 Mistral.

Monsieur JR, vous les prenez en compte ces pertes là?...

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter