Saint Nazaire Infos

Mettez les pieds dans le Paf !

L'association Les Pieds dans le Paf et le Centre de culture populaire proposent une initiation à la création audiovisuelle. Après une formation en accéléré ce week-end, une journée sera consacrée au tournage et montage fin mars. Il reste trois places.
Sur le tournage de
Sur le tournage de "JT Punk", l'année dernière.

Pour la septième année consécutive, l'association nazairienne Les pieds dans le Paf (paysage audiovisuel français) et le Centre de culture populaire proposent à quelques Nazairiens de prendre la caméra pour réaliser un court-métrage. Douze participants ont déjà confirmé leur présence. Parmi eux, des jeunes "recrutés" par le biais des maisons de quartier, des amateurs de cinéma et des personnes intéressées par une carrière dans l'audiovisuel. Un seul critère : être majeur. "Il y a des gens qui ont déjà pris la caméra, d'autres jamais, note Julien Paugam, animateur et coordinateur des Pieds dans le Paf à Saint-Nazaire. Il ne s'agit pas de former des professionnels mais plutôt des amateurs éclairés."

L'initiation des cinéastes en herbe commencera ce week-end par un week-end de formation. Au programme, découverte du cadrage, de la prise de son ou encore de la rédaction d'un scénario. La réalisatrice professionnelle Aude Léa Rapin formera les participants aux rudiments de la création audiovisuelle. "Comme le temps est court, on forme à l'essentiel de la technique mais on essaiera de se concentrer sur la théorie."

Un DVD et une soirée

Après deux jours riches en découvertes, cinq idées de sujet seront retenues. Les participants auront alors une quinzaine de jours pour digérer leur formation en accéléré et réfléchir à la réalisation de leur projet. Aude Léa Rapin - réalisatrice de Nino's place, sur les disparus de Srebrenica, et Les Routes perdues, documentaire sur les gens du voyage diffusé fin mars à la maison de quartier de Méan Penhoët - reviendra du 26 au 31 mars. Elle consacrera alors une journée à chaque groupe pour le tournage et le montage.

Les participants seront également accompagnés par "des anciens", précise Julien Paugam, qui freineront leurs ardeurs. L'année dernière, ils ont notamment planché sur une parodie de journal télévisé, un hommage à Jacques Tati et un film d'horreur.

Un DVD regroupant les créations nazairiennes et nantaises sera édité. Le 20 avril, elles seront diffusées au café Le Burdigala, avenue de Penhoët, à 20h30.


Tarif : 10€ (adhésion à l'association Les pieds dans le Paf). Renseignements et inscriptions au 02 40 53 50 04 (Centre de culture populaire), au 09 51 44 44 87 (Pieds dans le Paf) et à j.paugam@piedsdanslepaf.org

Auteur : CC | 08/03/2011 | 9 commentaires
Article précédent : « "Être une femme libérée aujourd'hui, qu'est ce que c'est ?" »
Article suivant : « Musique des Andes ce dimanche à L’Immaculée »

Vos commentaires

#1 - Le 13 avril 2013 à 22h08 par Métrich, St-nazaire
J'ai voulu faire une série amateur dans l'association: les pieds dans le Paf, j'ai écrit des épisodes protégés au SACD,on devait tourner 4 épisodes pour l'association, tout ce que je demandais , c'est qu'en échange, ce soit diffusé gratuitement sur internet, pour que je passe les scénarios, à la réunion , ils m'ont dit pas de problémes, mais une fois le tournage fini, je téléphone à Yves Priou le monteur vidéo, nous avons une conversation sympathique, pris dans la conversation, je lui demande : Et on mettra ça sur internet, là il me répond : Tu n'es pas producteur, l'association n'est pas à ton service, tout ce que l'on fait est pour l'association . ça veut dire , avant : oui, pas de probléme, on tournera les épisodes pour l'association et en échange, on les mettra sur internet . Aprés, une fois le tournage fini : tout est dans l'intéret de l'association, nous ne tiendrons pas notre promesse, nous ne les diffuserons pas sur internet tu as passé tes scénarios pour rien. Alors normal, je me suis enervé au téléphone,ne pouvant pas me déplacer à cause d'une fracture de la cheville. Aprés Yves Priou, ma dit : Bon, bah, on les mettra sur internet, mais je marquerais, scénario : Nicolas Métrich et Boutequade TV . Alors que c'est moi qui a tout écrit,dans sa téte ce que j'ai écrit, ça appartenait à l'association,normal, ça ma mis en rage, il voulait voler ce que j'ai écrit, et Julien Paugam, ma dit que c'est moi qui était en tord , pas Yves Prioux, tord de m'énérver, mais ne voulant pas reconaitre les tords de Yves Priou. Ensuite il y a eu une réunion,je pouvais me déplacer en béquilles, et là Ok, pour les mettre sur internet, mais là Sandrine Floch dit, si c'est vendu , l'argent est pour l'association, moi dans ma téte, je croyais que c'était une association à but non lucratif, c'était pas pour les vendre mais pour etre diffusé sur internet gratuitement. J'avais passé 4 scénarios gratuitement et ils parlent de les vendre. Bizarre pour une association , à but non lucratif
#2 - Le 14 avril 2013 à 22h20 par UMPHilare
C'est le socialisme : ce qui est à toi est à moi!
#3 - Le 15 avril 2013 à 09h42 par christine HELARD, Saint-nazaire
Ce sont les mêmes gens (responsable de cette asso) que l'on retrouve dans une association politique qui prône la "démocratie participative". CQFD
#4 - Le 15 avril 2013 à 18h32 par Métrich, St-nazaire
ça remonte au moins à 1 ou 2 ans cette histoire, mais comme il y a un article sur l'association et que l'on peut laisser un commentaire, j'en profite pour dire ce que je pense et comment ils ont agis envers moi .
#5 - Le 15 avril 2013 à 18h55 par Métrich, St-nazaire
J'ai oublié, de dire qu'ils parlaient de les vendre, ça fait longtemps, comme je ne me suis pas laissé faire , ils ne peuvent pas les vendre, car ils m'ont laissé les Rushs, mais comme je viens de voir cet article,le 13 avril 2013,et que l'on peut laissé un commentaire, j'en ai profité pour vider mon sac, dire ce que je pense, et comment ils ont agis envers moi . ça me soulage et enléve une partie de ma haine envers cette association qui a éssayé de m'embrouiller .
#6 - Le 16 avril 2013 à 00h31 par Métrich, St-nazaire
J'ai oublié de dire que j'ai cité le nom de Sandrine Floch , qui a dit que si c'est vendu, l'argent est pour l'association,( alors que c'est moi qui a tout écrit, voulant que ce soit diffusé gratuitement sur internet et pour l'association qui en auront fait ce qui veulent, sans faire d'argent, vu que c'est soi disant une association à but non lucratif ), mais je n'ai aucune haine et rien contre Sandrine Floch qui est une bénévole de l'association et qui n'a fait que répéter tout haut ce que l'association comptait faire tout bas ( les salariés de l'association ) .
#7 - Le 28 juillet 2013 à 12h11 par Denis Rougé, Saint Nazaire
Je viens de découvrir les commentaires publiés suite à cet article. Ils nécessitent une réponse.
Ce qu'écrit Nicolas sur le différent (ancien) que nous avons eu avec lui... lui appartient. Cela n'a aucune réalité avec les pratiques de l'association. En 7 ans, près de 200 personnes ont participé aux activités de création audiovisuelle de l'association. Elles pourraient en témoigner.
Sur les projets de courts-métrages, chacun amène ses idées, des bénévoles se mobilisent avec le soutien des professionnels. Les projets sont donc collectifs et appartiennent donc à l'ensemble des participants. Incompréhension ou non respect délibéré de notre démarche de la part de Nicolas? À chacun de se faire sa propre opinion.
En tout cas, l'association n'a jamais tiré aucun profit financier de ces activités audiovisuelles.
Il est par contre intolérable que des personnes, bénévoles ou salariés, soient nommément mis en cause dans ce différent. Que Nicolas s'en prenne à l'association, c'est une chose. Qu'il s'en prenne à des personnes surtout lorsqu'elles se sont impliquées de leur activité pour que ces courts-métrages voient le jour, en est une autre.
Quant aux commentaires de UMPhilare et de Christine Hélard, ils sont totalement hors sujet. Le premier prête à sourire car l'actualité nous démontre tous les jours que l'appropriation de biens collectifs à des fins personnelles est une pratique répandue dans son organisation (j'espère qu'il a bien donné son obole au UMPthon).
Le second fait un amalgame entre les engagements politiques de membres (ou de leurs proches) et ceux d'une association. Les pieds dans le Paf est une association indépendante, liée aucune autre organisation, qui fonctionne démocratiquement avec des militants d'horizons divers. Christine et tous ceux qui le souhaitent peuvent nous rendre visite à notre local (ou sur le stand bar/restauration qui nous auront aux Escales) pour s'en rendre compte.
Denis Rougé
Président des Pieds dans le Paf
#8 - Le 03 novembre 2013 à 01h28 par Métrich, St-nazaire
Tous ceux qui le veulent peut rendre visite à l'association pour débattre sans ma présence , pourquoi ne pas organisé un débat public en ma présence ? Ceux qu'ils ont à dire et ce que j'ai à dire .
#9 - Le 28 février 2014 à 15h31 par Métrich, St-nazaire
J'ai le DVD de la semaine sans télés 2011 ( couts métrages de l'association ) dérriére le DVD , c'est écrit : ce projet a été réalisé avec le soutien financier de la ville de St-Nazaire , la ville de Nantes , la loire atlantique et la région des pays de loire . Hors , pendant la méme période sur leur site internet c'était écrit nous n'avons aucun financement public , et en tant qu'association d'intérêt générale , vous pouvez faire un don ( c'était écrit ça à l'époque sur leur site, j'en ai la preuve, j'avais imprimé l'article ou il disaient qu'ils n'avaient aucun financement public ) c'est quoi le soutien financier , de St-Nazaire , Nantes et la région ? Ce n'est pas du financement public ? Car ils disaient sur leur site , qu'il n'avaient aucun financement public , en demandant des dons . A vous de faire votre opinion .

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Publicité
Audiences annuelles réseau media-web
 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter