Saint Nazaire Infos

Lutte du MRAP, une logique d’accueil contre une logique de rejet

Voilà 63 ans que le Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié des Peuples (MRAP) lutte contre le racisme et promeut l’égalité des droits entre tous les êtres humains. À Saint-Nazaire, l’association est devenue une référence.

À l’heure où le nombre d’expulsions bat son record** sous un gouvernement mené par « le tout sécuritaire », le Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié des Peuples ne chôme pas. Voilà bien une association qui a de l'avenir ! Samedi 3 mars, la branche nazairienne se réunissait pour faire le point sur les activités 2011 et les actions à venir.

L’éducation contre le racisme, une arme qui ne vieillit pas

Si au niveau national, une semaine de l’éducation contre le racisme est organisée autour du 21 mars, en réalité, les sections des villes travaillent dessus toute au long de l’année, avec les maisons de quartier, les OMJ (Office Municipal de la Jeunesse), les CIJ (Centre d’Information Jeunesse), la LDH (Ligue des Droits de l’Homme)... En 2011, en réponse au discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy, l’association nazairienne avait choisi de mettre en lumière « Les peuples voyageurs ». Parmi les nombreuses actions :
- l’accueil du film de Tony Gatlif « Liberté » inscrit la communauté tzigane dans le contexte turbulent de la Seconde Guerre Mondiale.
- des interventions dans des collèges et écoles continuent à mesure que l’association vieillit. -
- un concert par le groupe « Buffet Froid » a été organisé au cirque Micheletty.
- une conférence-débat de très grande qualité de Bernard Pluchon, doctorant en sociologie à l’Université de Nantes spécialisé sur la question des gens du voyage fut également donnée. L’année 2011 s’est conclue par une soirée festive où sont intervenus des guitaristes professionnels et des amateurs, tous amoureux de la musique tsigane et autres mélodies que les peuples voyageurs savent si bien nous faire partager. La particularité de cette soirée, et ce qui en a fait son succès, c’est que les musiciens professionnels ont occupé la scène avec les gens du voyage installés sur les quartiers de Méan-Penhouët. Augustin Grosdoy et Françoise Mahé, tous les deux co-présidents de l’association, soulignent « Nos actions ont regroupé à peu près 1000 personnes. La dernière soirée a été un moment fort car les gens du voyage sont des personnes qu’on ne rencontre pas souvent, nous espérons  les retrouver ailleurs. L’éducation et la prévention, c’est ce qui nous semble important pour empêcher les actes racistes ».
La lutte contre le racisme au quotidien est l’activité de fond du MRAP. Pour ce faire, l’association noue des relations avec de nombreux partenaires dont le SNOS Football nazairien pour à la fois faire de la prévention dans les évènements comme le meeting national du SNOS et de la présence sur les déplacements extérieurs pour éviter des dérapages racistes de la part de certains supporters par exemple. Au-delà du sport et de la semaine de l’éducation, des partenariats sont mis en place tout au long de l’année avec la Ligue des Droits de l’Homme, le Mouvement de la Paix, le comité Solidarité Palestine, le comité Solidarité Algérie… pour intervenir sur des manifestations et prendre la parole sur les questions d’immigration.

Le MRAP est une référence nazairienne

Saint-Nazaire, l’association est aujourd’hui bien identifiée. Une reconnaissance liée à l’engagement qu’elle témoigne envers les victimes du racisme. Augustin Grosdoy souligne « Les gens nous appellent quand ils ont des soucis, qu’ils s’estiment victimes d’actes ou d’injures racistes. On discute ainsi avec les gens, car la première partie du travail est de les écouter. Après, nous essayons de voir si il y a les éléments pour constituer un dossier afin d’ester en justice ». En 2011, l’association aura porté cinq dossiers devant les tribunaux. Elle gère en moyenne une demi-douzaine de dossiers par an. Le co-président ajoutera « Surtout ce qui est frappant dans les dossiers, c’est que les propos sont de plus en plus violents. Il y a une libéralisation de la parole raciste, ce qui n’est pas surprenant quand on entend les propos qui viennent du plus haut sommet de l’État. Cela a des conséquences et cela rebondit au niveau local ».
Sur l’article du Figaro paru ces dernières semaines, sans compter l’équipe de TF1 venue filmer à Saint-Nazaire, dont la majorité des représentants locaux s’inquiètent de l’image qui va en découler, le MRAP réaffirme sa position d’indignation. Françoise Mahé explique « Ce qui a été scandaleux, ce sont tous les clichés qui sont sortis, c’est lamentable ! Il y a eu l’aspect général du texte avec la lettre globale que toutes les associations ont signé mais il faut savoir que  le MRAP et la LDH ont fait une action spécifique, moins reprise dans les médias, qui a fait l’objet d’un communiqué. Nous citions bien précisément les idées de racisme larvé qui existaient dans cet article ». Et Augustin Grosdoy ajoute « Par ailleurs, c’est cette fraction extrémiste de la police qui a le haut du pavé dans cet article, qui donne en plus une image négative de la police, alors que tous les policiers ne sont pas comme ça et ne sont pas des fachos obsédés par le chiffre ! ». On ne peut que comprendre le désarroi des policiers municipaux impactés par l’image faussée qu’a pu rendre ce journaliste.

« Un même site, un même statut », action en partenariat avec un seul syndicat !

L’action en milieu professionnel s’avère délicate car elle est double et compliquée. Des travailleurs sollicitent l’association mais certains cas relèvent plutôt des prud’hommes ou de l’action syndicale, « très souvent défendus par la CGT » comme le relève les deux co-présidents. le MRAP n’intervient que dans le cas où il y a injures racistes. Par ailleurs, ils ont fait un travail préventif avec la CGT sur l’élaboration d’un texte commun « Un même site, un même statut ». Une opération menée lors des échauffements nazairiens relatifs à la sous-traitance et l’arrivée de travailleurs immigrés qui a été signée par pas mal de parties prenantes. Pourtant, ils soulignent « Cela fait longtemps que le MRAP a des contacts avec la CGT mais les autres syndicats ont assez peu répondu à nos sollicitations sur ce terrain-là ».


2012, on ne transige pas avec nos valeurs et nos idées
Pour 2012, les actions sont diverses. Ce qui est important pour l’association, c’est la continuité des actions et des partenariats entrepris notamment à d’autres domaines sportifs. Concernant la semaine de l’éducation contre le racisme, le thème de 2012 sera « Gens d’ici venus d’ailleurs ». Un lien indirect avec l’exposition qui a eu lieu dans la métropole nantaise « Nantais venus d’ailleurs ». Ainsi, des jeunes vont interroger des étrangers arrivés à Saint-Nazaire afin que les personnes racontent un peu leur histoire. La maison de quartier de la Bouletterie fera un montage vidéo et des conférences-débats seront organisées pendant l’année. Françoise Mahé explique « On s’est dit qu’en cette période électorale, les immigrés allaient encore être stigmatisés. Donc il nous apparaissait important de faire ça sur Saint-Nazaire ». Les débats qu’organise l’association accueillent régulièrement 100 à 150 personnes. Un succès lié à l’activité constante de l’association auprès de la société civile sur la ville portuaire.
La cause de l’immigration, c’est la revendication de la fermeture des Centres de Rétention Administrative (CRA) que l’association entend bien maintenir même après le 6 mai 2012. C’est également la revendication des valeurs qu’elle ne partage pas avec la droite populaire. Augustin insiste « Nous maintenons notre demande de régularisation de tous les sans-papiers. Et là, nous avons un désaccord avec le parti socialiste et le président  qui prônent des régularisations au cas par cas. Il faudra revenir sur les lois sur l’immigration, sur les rafales de lois Sarkozy faites depuis 10 ans pour avoir une nouvelle réglementation. Il faut réfléchir à comment on accueille les étrangers et non pas comment on les rejette ! Nous devons retourner complètement la logique dans laquelle on est aujourd’hui ». Et d’ajouter « Il faut réfléchir à la manière d’aborder la question musulmane pour savoir comment faire pour que cesse le racisme envers les musulmans ». Le MRAP défend le droit de vote de tous les étrangers à toutes les élections. Une vision ouverte au monde pour parler de « citoyenneté de résidence » plus que de « citoyenneté d’état » ou de nationalité.
À la question  « N’est-ce pas anti-démocratique de refuser la venue de Marine Le Pen ? », l’association rappelle qu’elle n’a pas pris position sur la question du « faut-il qu’elle vienne ou pas ». « Notre volonté a été de faire le front le plus large pour la combattre, qu’elle vienne ou ne vienne pas ». Une volonté affichée de combattre dans la confrontation d’idées et d’arguments. « Ceci dit nous sommes ravis qu’elle ne vienne pas. Si l’action que nous avons engagée y est pour quelque chose sur le fait qu’elle ne vienne pas nous sommes très contents ». La journée d’action prévue le 14 avril 2012 est maintenue pour aborder des questions de fond. Françoise Mahé rappelle à ce titre « Nous ne sommes pas de ceux qui disent qu’il ne faut pas s’agiter autour de ces questions-là de peur de faire de la publicité à Marine Le Pen. Il faut prendre ces questions de front, en face, sinon les thèses racistes vont continuer à prospérer à l’occasion de divers événements. En plus il n’y a pas qu’elle, il y a ce qui est à côté, aborder ces questions c’est aussi aborder le discours dangereux de la droite populaire ».

* Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié des Peuples
** 32 912 personnes en 2011, contre 28 026 en 2010
renseignement : http://www.mrap.fr/
http://mrap-saintnazaire.org/

 

Auteur : SD | 04/03/2012 | 8 commentaires
Article précédent : « Le Centre de Culture Populaire »
Article suivant : « La solitude n’est pas une maladie  »

Vos commentaires

#1 - Le 05 mars 2012 à 00h13 par YAJ, St Nazaire
ouf ! la parole est libérée et écoutée.
#2 - Le 05 mars 2012 à 11h28 par shogun, St Nazaire
Bravo pour votre action contre le racisme ,on ne peut que partager. Mais une question , est on considéré comme raciste si l'on demande simplement que nos chômeurs Nazairiens soient prioritaires dans les emplois dans la cité ? Est t'on raciste si l'on retourne le slogan d'un certain syndicat " Vivre et travailler au pays" ?
#3 - Le 06 mars 2012 à 09h20 par Nérine, Saint-nazaire
Je signale à Shogun que ce sont les entreprises qui organisent la concurrence entre les travailleurs étrangers et français pour pouvoir diminuer les salaires. Ce que nous demandons avec d'autres, c'est que tous aient la même égalité de traitement, avec un contrat de travail conforme aux normes françaises.
Même site, même statut ! C'est le système d'exploitation et de régression des droits qu'il faut combattre.
#4 - Le 06 mars 2012 à 13h07 par Gilles
Extrême gauche et patronat, même combat au détriment du peuple français;
La préférence nationale est la seule solution!
#5 - Le 08 mars 2012 à 08h10 par shogun, St Nazaire
En réponse à Nérine ) nous sommes tout à fait d'accord sur le fait que les grandes entreprises et le MEDEF organisent la concurrence entre les travailleurs français et étrangers pour pouvoir diminuer les salaires . La question est : A t'on le droit de dénoncer ses faits sans être traité de raciste ? A t'on le droit de dire aux étrangers tentés par notre beau pays : on vous ment , ce pays a un taux de chômage important , nous manquons de logements sociaux ,rien n'est prêt pour vous accueillir! Nous devons en premier organiser la priorité citoyenne sur l'emploi , le logement , les prestations sociales pour nos concitoyens .Ensuite nous pourrons nous montrer généreux et, accueillir dignement une main d'oeuvre étrangère .
#6 - Le 09 mars 2012 à 10h02 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
très courtois ces échanges
mais à la lecture, ca m'amène à une réflexion

la définition du racisme par le Larousse indique que c'est une "Idéologie fondée sur la croyance qu'il existe une hiérarchie entre les groupes humains, les « races »".

je trouve que l'on stigmatise un peu trop facilement le racisme en l'associant l'idée que les "français n'aiment pas les étrangers". pour une bonne part, le MRAP (entre autres) se focalise sur cette lutte (légitime, je ne dis pas le contraire) mais trop facilement sélective à mon sens.
en transposant la définition sur des exemples concrets, on peut voir que le racisme revet différentes formes qu'il ne faut pas oublier non plus :
- le racisme politique en faisant tout pour qu'une Lepen ne vienne pas faire son meeting à Saint Nazaire
- le racisme social en faisant une différence dans les augmentations de salaires entre les salariés de chez Man
- le racisme ethnique entre les populations étrangères en France
- le racisme des étrangers en France envers les français (oui oui ca existe)
- le racisme "générationnel" où les anciens n'aiment pas les jeunes ; vis et versa
- le racisme médiatique lorsque un journaliste sort une phrase d'un contexte pour faire dire le contraire à la personne interviewée
- le racisme médiatique encore lorsqu'on crie au scandale quand un policier tape un étranger alors qu'on ne dit rien quand c'est le contraire
- le racisme budgétaire lorsque l'on critique allègrement un gouvernement alors que l'on bénéfice généreusement de ses subventions
- etc etc

à travers ma réflexion, je pense dire tout haut ce que pensent tout bas la majorité des gens.
le MRAP oui, je suis d'accord. mais alors qu'on augmente ses subventions, ses structures pour pouvoir lutter contre toutes les formes de racisme.

REFACTAIRE a encore frappé
#7 - Le 10 mars 2012 à 22h48 par Gilles
le problème de l’immigration n’est pas le problème des migrants du travail, de la pauvreté ou de la faim, il est plus largement le problème des trafiquants de main d’œuvre et d’acteurs économiques qui savent bien qu’une immigration de masse signe la fin des systèmes de solidarité nationale tels qu’ils ont été construits pour des populations homogènes, dans des mœurs et dans des lois partagées.
#8 - Le 06 avril 2012 à 16h46 par shogun, St Nazaire
MRAP : plainte posthume grotesque contre Georges Marchais..
Le MRAP se ridiculise , porter plainte contre G.marchais pour son article de l'humanité sur les risques de l'immigration , il faudrait aussi porter plainte contre Marx qui disait " l'immigration est l'armée de réserve du capital"

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter