Saint Nazaire Infos

Licenciement illégal à ISP

La CFDT lance l’alerte sur le cas d’une salariée d’Integral Security Province (ISP) licenciée pour avoir été en arrêt maladie pendant 6 mois.
Anthony Lebaud, Johan Jardin, Jocelyne et Jean-François Chapeau.
Anthony Lebaud, Johan Jardin, Jocelyne et Jean-François Chapeau.

Jocelyne est agent de sécurité chez Integral Security Province (ISP), un sous-traitant de STX, depuis 12 ans. 12 ans de bons et loyaux services sans jamais avoir ne serait-ce qu’un avertissement. En juillet dernier, elle s’est fait une entorse du genou. Une blessure qui lui a valu 6 mois d’arrêt de travail. Comme convenu, elle a repris son travail le 16 janvier dernier. La surprise est venue début février : « on m’a donné une convocation de la main à la main ». Une méthode surprenante pour une convocation à un entretien de licenciement. La cause de ce licenciement ? Son arrêt de travail qui aurait « désorganisé le travail », explique Anthony Lebaud de la CFDT.
Interpellé, Jean-François Chapeau de la CFDT, rappelle à ISP qu’à partir du moment où l’employé à repris le travail, il ne peut pas être licencié pour arrêt de travail de longue durée. « La direction a refusé de revenir sur sa décision », précise Jean-François Chapeau. Après un contact houleux, ISP refuse de communiquer avec la CFDT qui a donc décidé d’en appeler à STX. Ces derniers n’ont pas réussi à faire bouger les choses. Un comble pour Jean-François Chapeau à qui le donneur d’ordre a demandé de faire remonter les noms d’entreprises agissant mal. « Nous leur montrons la preuve qu’une société de rang 1 fait n’importe quoi et STX ne fait rien », regrette-t-il.

Tracts, pétition et Prud’hommes

Et ce n’est pas la première fois que la société est dans le collimateur de la CFDT. En 2012, un plan social a entraîné le licenciement de 40 à 50 salariés sans qu’aucune cellule de reclassement ne soit mise en place. Depuis, pour ISP, management rime avec avertissements et convocations. La raison pour laquelle « personne n’ose rien dire à ISP », estime Anthony Lebaud. D’ailleurs le dossier d’un autre salarié d’ISP se retrouve aussi sur le bureau de Jean-François Chapeau…
Jocelyne travaille toujours, fidèle au poste jusqu’à la fin de son préavis début avril. La CFDT espère que la direction de ISP va changer d’avis et décider de la garder. Pour Jean-François Chapeau, la salariée est « un kleenex qu’on prend et qu’on jette, même si c’est illégal ». Car c’est décidé : si elle est bien licenciée, l’affaire ira devant les Prud’hommes et Jean-François Chapeau est sûr de gagner. Des tracts ont déjà été distribués le 13 mars aux Chantiers et une pétition pourrait être mise en place d’ici peu.
 

Auteur : AP | 14/03/2012 | 9 commentaires
Article précédent : « Vers un blocage total de la situation chez RSF à Trignac »
Article suivant : « Nouveau mouvement de grève à l’hôpital »

Vos commentaires

#1 - Le 15 mars 2012 à 17h17 par Heulot, Nantes
ok
#2 - Le 16 mars 2012 à 14h32 par IGH 1, Paris
Ca ne m'étonne pas, aprés avoir travailler 05 ans chez eux, j'ai été viré comme un malprope au début de l'année, tous ça parce que j'ai dit tout haut ce que mes collégues pensait tout bas
#3 - Le 17 mars 2012 à 18h25 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
il y a sans doute un problème en interne chez ISP avec un manque de respect de la direction envers ses salariés. si on en juge l'article et le commentaire de IGH 1.

mais j'attire l'attention sur plusieurs choses :
- dès lors qu'un fournisseur, prestataire, sous-traitant fait correctement son boulot je ne vois pas en quoi STX doit mettre le nez dans les affaires internes à ISP. c'est un peu comme si FO demandait à la CGT de mettre le nez dans les affaires de la CFDT.
- Jean-François Chapeau est sûr de gagner en allant aux prud'hommes ? doit y avoir erreur de casting la. qui est le principal intéressé dans l'affaire ?, c'est Madame Jocelyne, c'est elle la plaignante et c'est elle qui doit gagner.
- distribution de tracts aux chantiers. dejà c'est à espérer que ces tracts ont été distribués à l'extérieur des chantiers et j'ai du mal à comprendre l'idée là. le but c'est quoi ?

je pense qu'il y a une instrumentalisation de cette affaire par la CFDT afin de faire parler d'elle. que la CFDT accompagne madame Jocelyne dans ses démarches, ca me semble normal ; qu'elle soit mise sous le feu de la rampe à un moment où c'est pas spécialement simple pour elle, je trouve ca limite. limite également de la part de la CFDT qui s'approprie le sujet et qui se positionne en "sauveur du monde".

quoi qu'il en soit, madame Jocelyne n'a pas a hésiter et le conseil des prud'hommes est surement la meilleure manière de faire valoir ses droits. ca sera peut etre long mais je n'y vois qu'une issue positive pour elle. bon courage à elle en tout cas.

REFRACTAIRE a encore frappé !!!
#4 - Le 19 mars 2012 à 13h01 par IGH 1, Paris
Les élections professionnelles auront lieux au mois d'avril 2012, ceci expliquant peut étre cela.
#5 - Le 20 mars 2012 à 12h07 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
je comprends mieux maintenant, merci IGH 1

n'empêche que maintenant les emmerdes, c'est la pauvre madame Jocelyne qui risque de les porter à bouts de bras.
parce que ca ressemble fort à une déclaration de guerre cet article.

la CFDT s'en fout, elle est intouchable.
#6 - Le 22 mars 2012 à 13h33 par IGH 1, Paris
Exactement,comme d'habitude ces le pot de fer contre le pot de terre
#7 - Le 22 mars 2012 à 15h29 par Didier, Nancy
"j'attire l'attention sur plusieurs choses :
- dès lors qu'un fournisseur, prestataire, sous-traitant fait correctement son boulot je ne vois pas en quoi STX doit mettre le nez dans les affaires internes à ISP. c'est un peu comme si FO demandait à la CGT de mettre le nez dans les affaires de la CFDT."

C'est simple REFRACTAIRE: le code du travail prévoit que si un prestataire est défaillant du point de vue social envers ses salariés, le donneur d'ordre est co-responsable. Il peut même être condamné à verser les salaires (et les charges) si le prestataire ne le fait pas.
#8 - Le 26 mars 2012 à 10h01 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
excellent commentaire de Didier de Nancy qu'il faut remercier pour apporter cette précision.
c'est un détail juridique que je ne connaissais pas.

mais le donneur d'ordre c'est STX, pas les syndicats ni les salariés.
imaginons que ce soit la CFDT qui soit condamné à verser les "salaires (et les charges) si le prestataire ne le fait pas". vu que c'est la CFDT qui fait les vagues. bon c'est un reve mais ce serait follement drole.
#9 - Le 08 décembre 2012 à 11h03 par Pat Ibulaire
la CFDT est intervenue sur ce dossier car elle est majoritaire chez ISP.
Exposer publiquement le cas de cette salariée avait pour but de mettre la pression sur ISP.
Effectivement si un sous-traitant de rang 1 est défaillant, c'est STX qui intervient, par exemple dans le versement des salaires. Et c'est déjà arrivé, par exemple avec des sous-traitants italiens

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter