Saint Nazaire Infos

Les Nazairiens ne veulent pas du commerce des armes

Des membres locaux d’Amnesty International ont fait signer aux Nazairiens une pétition « pas d’armes pour des atrocités » samedi Esplanade des droits de l’Homme.

La petite dizaine de militants (sur la vingtaine que compte Saint-Nazaire) a été satisfaite du nombre de signatures. « En moyenne, nous en obtenons une centaine en une heure. Mais là, ça a l’air de bien marcher », explique Françoise Guéroult d’Amnesty International. Le beau temps a joué sur la fréquentation du centre-ville de ce samedi après-midi et la sensibilisation des Nazairiens à l’actualité internationale a fait le reste.
Il faut dire que le thème interpelle : le commerce des armes signifie la guerre, la mort, les déplacements de populations, … Bref, la violation des droits de l’homme. « Ça marche bien, surtout quand on explique aux gens le pourquoi du comment. Parler de commerce des armes, ça fait réagir », souligne Christiane Le Dreff.
Pour l’occasion, Amnesty International s’est alliée avec CCFD-Terre Solidaire et Oxfam France. Ce genre d’alliance se développe de plus en plus avec l’ouverture d’Amnesty International au monde. Que ce soit au niveau international ou local. « Nous travaillons de plus en plus avec d’autres organismes comme des associations. L’union fait la force comme on dit. Mais nous gardons toujours notre neutralité politique », ajoute Françoise Guéroult.

Le traité

Il a pour but de réguler le commerce des armes conventionnelles. La France fait partie des pays leaders et des états clefs sur le Traité sur le commerce des armes classiques (TCA) aux côtés des Etats Unis, de la Russie, de la Chine, du Royaume-Uni et de l‘Allemagne. Ces pays représentent à eux seuls plus de 80 % des exportations mondiales d’armements. En juillet 2012, tous les gouvernements vont négocier le texte du TCA aux Nations Unies. Amnesty International considère qu’il est crucial que le traité comporte :
Des règles strictes qui protègent les droits humains et empêchent que des armes soient envoyées à ceux qui sont susceptibles de les utiliser pour violer gravement ces droits ;
Une liste de contrôle incluant tous les types d’armes et de munitions ;
Des règles claires à appliquer et un système de surveillance pour faire en sorte qu’elles soient respectées.
C’est pourquoi, avec CCFD-Terre Solidaire et Oxfam France, l’organisme a lancé une campagne de 100 jours dans le monde entier pour réunir le plus de signatures possibles.
Pétition ici :www.amnesty.fr/AI-en-action/Violences/Armes-et-conflits-armes/Actions/Plus-d-armes-pour-des-atrocites-agissez-maintenant-4959

Auteur : AP | 05/05/2012 | 1 commentaire
Article précédent : « La Croix Rouge recherche deux volontaires en service civique »
Article suivant : « Un minibus, symbole de solidarité entre France et Tunisie »

Vos commentaires

#1 - Le 06 mai 2012 à 08h20 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
oui, c'est bien
mais ca n'empechera pas les délinquants d'utiliser les battes de baseball, des couteaux, ou d'agresser les gens pour faire leurs petites affaires

si cela avait une action contre l'utilisation des armes et de la violence, j'aurais mieux compris
mais pourquoi pas, c'est déjà un bon début

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Publicité
Audiences annuelles réseau media-web
 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter