Saint Nazaire Infos

Les forces de gauche mobilisées contre le pacte budgétaire européen

Le Front de gauche lance un appel contre le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l'Union économique et monétaire au nom barbare de TSCG. Il demande un référendum qui permettra un examen par le peuple.
Augustin Grosdoy, Yvon Renevot
Augustin Grosdoy, Yvon Renevot

Yvon Renevot et Augustin Grosdoy du Front de gauche appellent à la mobilisation contre le pacte budgétaire européen. « François Hollande s’était engagé à renégocier un texte élaboré par Sarkozy, ce qu’il n’a pas fait. » Pour le Front de gauche le gouvernement essaye de faire passer un texte dans l’urgence au parlement début octobre.

Un sondage sorti dans l’Humanité montre que 72 % des Français demandent un référendum sur ce traité. Pour Yvon Renevot « les Français ont montré en 2005 qu’ils étaient aptes à comprendre le texte d’un traité même si ça semble parfois compliqué ».

Que dit ce traité ?

Le 30 janvier 2012, 25 chefs d'État et de gouvernement se sont mis d'accord sur un « Traité pour la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l'Union économique et monétaire ». Le Royaume-Uni donc, ainsi que la République tchèque, se sont mis à l'écart. Le traité prévoit l'institution d'une règle d'or budgétaire nationale et des possibilités de sanctions venant de la Cour européenne de justice.

Par cette règle d'or budgétaire les pays s'engagent plus précisément à avoir des budgets en équilibre ou en excédent. Le déficit structurel ne devra pas dépasser 0,5 % du PIB. Pour les pays ayant une dette inférieure à 60 % du PIB, un déficit structurel atteignant 1 % du PIB pourra être accordé. La règle d'or devra être incorporée de préférence dans la constitution de chaque pays, sans caractère obligatoire. La Cour de justice sera habilitée à prendre des sanctions pouvant atteindre 0,1 % du PIB en cas d'infraction à la règle d'or. Notons que l'Allemagne souhaitait donner le pouvoir à la Cour de sanctionner les dérapages de déficit et de dette mais cela n'a pas encore été retenu. À cet égard, la limite autorisée de déficit public reste à 3 % du PIB. Les sanctions deviendront quasi automatiques pour les pays dépassant cette limite.
 

Les hypothèses

Sur une base de 1 % de prévision de croissance la France pourrait avoir un déficit budgétaire de 4,5 % (source Pierre Moscovici) et dans ce cas ne pourrait échapper aux sanctions de la Cour de Justice européenne.

En février 2012 Pierre Moscovici avait  estimé que ce pacte «n’apportait pas de réponse à la crise». «Il reste marqué par une obsession de la discipline budgétaire qui aggravera l’austérité et la récession. Il fait l’impasse sur les impératifs de la croissance, de la solidarité, de la lutte contre les risques financiers, mais aussi du contrôle démocratique des décisions européennes» a-t-il ajouté. «Comme François Hollande l'a déjà dit, s'il est élu président de la République, il demandera la renégociation de ce traité pour le compléter et pour le rééquilibrer» avait indiqué Pierre Moscovici.

D’après l’économiste Philippe Murer « la solution que l’on demande aux députés de voter est donc une catastrophe pour la démocratie et pour l’économie. Elle permettrait à la Commission européenne de dicter au parlementaire l’élaboration du budget de la France, menaçant de détricoter tout le modèle social humaniste que les courageux hommes du Conseil national de la Résistance avaient voté à l’unanimité en 1944, toutes tendances politiques confondues. »

Des voix s’élèvent contre ce texte

Pour le Front de gauche ce sont les marchés financiers qui sont responsables de la crise. « Ce traité est un abandon de souveraineté, et en refusant de consulter le peuple français c’est un déni de démocratie » martèle Augustin Grosdoy « En ratifiant ce traité le gouvernement se met les menottes aux mains, les députés et Sénateurs PS n’ont pas reçu mandat de ratifier ce projet précise le Front de gauche.

Le Front de gauche appelle à manifester contre ce texte le 30 septembre à Paris. Un débat public citoyen aura lieu le 25-09 à Agora à 20 h 30.
 

Auteur : JBR | 18/09/2012 | 5 commentaires
Article précédent : « Jean-Louis Garnier commente les propos de David Samzun »
Article suivant : « Saint-Nazaire notre avenir veut rassembler avec l’animateur Philippe Freche »

Vos commentaires

#1 - Le 19 septembre 2012 à 08h29 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
au delà du débat, j'aimerais savoir pourquoi il y a régulièrement et autant d'articles sur le front de gauche (représentant seulement un peu plus de 15% des français votants) sur les actions syndicales, et sur les plans sociaux ?

jamais un article sur l'ump,
jamais un article sur le front national si ce n'est pour dire qu'on en veut pas à Saint Nazaire (c'est con, ils vont à la Baule),
jamais un article sur les entreprises qui vont bien ou qui embauchent (Acmat est un bon sujet actuellement,
jamais un article sur ce qui est bien et positif

est-ce que la rédaction de MEDIA WEB peut s'exprimer ?

quant à l'article, bien il n'y a que ceux qui sont sensibilisés qui peuvent s'exprimer
moi je pense qu'il n'y a rien à dire

REDACTION
Ce n'est pas la volonté de MW. On en parlait hier, s' il y a une forme de déséquilibre c'est surtout (à part Garnier qui est un grand communicant) une absence totale de communication de la part des partis UMP, Modem, NC, FN. On les voit pendant les campagnes électorales et après ils n'ont plus rien à dire. Par exemple on a vu des candidats aux élections législatives. Avez vous remarqué une ligne, un avis de ces candidats dans toute la presse depuis les élections ?
Pour les entreprises vous ne pouvez pas affirmer cela. C'est notre souhait permanent de mettre en valeur les entreprises.
#2 - Le 19 septembre 2012 à 16h33 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
merci à la rédaction d'avoir répondu

faites rever vos lecteurs
montrez leurs du positif

je crois que nous avons besoin de cela actuellement
et ca nous éviterait de réagir à du négatif par du négatif
#3 - Le 20 septembre 2012 à 21h30 par bib
quelqu'un pour m'expliquer comment on va rembourser la dette si on continue à faire des déficits, que les caisses sont vides, et que si on veut augmenter les impôts des "riches", ceux-ci contiuneront de quitter la France ?

La dette de la France n'a jamais été virtuelle. Ce n'est pas parce que bon nombre n'en ont pris conscience que depuis 4 ans qu'il ne faut la voir comme une variable d'ajustement.
La dette de la France, c'est 28 000 euros par habitant, qu'il paye de l'impôt sur le revenu ou non.
Mais je radote...
#4 - Le 21 septembre 2012 à 07h58 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
non non bib, vous avez raison

mais on s'en fout, les sauveurs de la France sont la et bien la

assis au chaud dans leur fauteuil présidentiel
#5 - Le 16 octobre 2012 à 10h11 par GUILLARD France, Saint-nazaire Ouest
Mrs RENEVOT et GRODOY, sans remettre en cause votre dédir de voter contre le traité de l'europe, j'ai consulté les listes des votants, abstentions,absents ou non inscrits.

Je n'ai pas vu vos nom dans ces listes.

Vous n'êtes pas des élus, mais quand même des représentants d'un parti dont vous défendez les causes?

ça n'est pas une critique, mais juste pour savoir.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter