Saint Nazaire Infos

Les avocats nazairiens en grève et révoltés, en cause la réforme de l’aide juridictionnelle

C’est le sujet récurent de l’aide juridictionnelle qui provoque inquiétude et colère des avocats. Ces derniers n’assurent plus les gardes à vue et les audiences jusqu’à mercredi. Ils iront manifester demain à Rennes devant le parlement de Bretagne.
image d'archives
image d'archives

Les avocats nazairiens ont rejoint le mouvement national de protestation contre la réforme juridictionnelle que veut faire passer le Ministère de la justice.

L’aide juridictionnelle permet aux plus démunis d’être assisté par un avocat les honoraires étant pris en charge par l’état. De nombreux cabinets d’avocats nazairiens envisagent d’arrêter l’aide juridictionnelle. « Sur une audience de correctionnelle qui nous prend au minimum 4 heures de travail on perçoit moins de 200 € soit – de 1/5ème de ce que l’on devrait facturer » souligne le cabinet Lambert.

Les avocats dénoncent une revalorisation de l’aide juridictionnelle de 23,52 euros en 2007 à 24,20 euros aujourd’hui qui ne rattrape pas le coût de la vie et qui est dévalorisée par l’augmentation de la TVA.

L’avocat de Tony Meilhon va recevoir 3000 euros pour 15 jours d’audience, les visites en prison, la préparation du dossier. Il paye ses frais d’hébergement à Rennes, et pendant qu’il est à Rennes il ne gère pas les dossiers de ses autres clients. « Au final ça me coute de défendre Tony Meilhon qui a droit comme tout le monde à un défenseur. » Et quand on fait observer à Fathi Benbrahim que ce procès est hautement médiatisé et le fait connaître il rétorque « c’est vrai que certain client peuvent m’appeler car ils m’ont vu dans ce dossier, mais il y a aussi ceux qui ne viennent pas car ils me reprochent d’avoir défendu Tony Meilhon c’est à double tranchant. »

Les avocats de Loire-Atlantique envisagent une grève du zèle qui pourrait bloquer le système judiciaire. De son côté la garde des Sceaux a  renoncé à demander une participation financière aux avocats et promis de revoir leur rémunération: cela se fera via un "amendement présenté lors de l'examen du budget au Sénat" à la mi-novembre, a-t-on répété lundi place Vendôme.

Auteur : JR | 27/10/2015 | 2 commentaires
Article précédent : « Carenne : La CFTC dénonce l'opacité du budget du personnel. »
Article suivant : « Mouvement social : perturbations sur le réseau Lila pour le lundi 12 octobre »

Vos commentaires

#1 - Le 29 octobre 2015 à 17h02 par Paul et Mick, Saint-nazaire
D'autres que les avocats et pilotes de lignes, me feraient pleurer ...
Eternel affrontement entre intérêt général et intérêt particulier.
J'y ajoute les "pontes" de la médecine, adeptes des dépassements d'honoraires.
Tous disent se battre pour l'amélioration du bien de tous ... pourvu qu'ils n'abandonnent rien de leurs bien-être catégoriels financiers.
#2 - Le 31 octobre 2015 à 10h54 par blabla
Faut pas comparer les avocats et les pilotes de ligne. Nombre d'avocats émargent en dessous du SMIC...
Et nombre d'entre eux se satisfont de l'AJ qui leur permet de vivoter.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter