Saint Nazaire Infos

Les autoroutes de la mer menacées de disparaître

Malgré l'intérêt écologique des autoroutes de la mer, le danger de fermeture des lignes plane. La route reste très compétitive et même avec des objectifs atteints et un réel succès commercial réel, les résultats ne permettent pas l'équilibre sans subventions.
phpoto : ldlines.fr
phpoto : ldlines.fr

« Les autoroutes de la mer répondent aux deux priorités de notre politique des transports. D’une part, elles permettront de désengorger les axes routiers, en offrant la possibilité d’un important report modal. Et d’autre part, ce transfert réduira nos émissions de gaz à effet de serre. En cohérence avec la politique des transports soutenue par l’Union européenne, le choix des autoroutes de la mer s’inscrit dans les objectifs de la transition énergétique.
Les autoroutes de la mer se distinguent du cabotage ou des liaisons maritimes classiques par la recherche de la performance d’un bout à l’autre de la chaîne de transport. Il s’agit de proposer, entre deux ports, un service fréquent après montée en charge, régulier et cadencé (horaires fixes), à la fois rapide et fiable pour un prix attractif par rapport à son équivalent sur route. Ce service de transport est principalement dédié au transport international de fret au sein de l’Union Européenne et des pays voisins.
L’enjeu de la compétitivité repose sur la performance de l’ensemble des maillons de la chaîne : les navires (vitesse et capacité), mais aussi les ports qui doivent être parties prenantes du service pour faciliter les opérations de chargement et de déchargement, simplifier et accélérer les formalités portuaires et douanières, et mettre en place, une organisation adaptée au service : installations, terminaux et/ou équipements portuaires spécialement aménagés pour faciliter le passage des poids lourds. »
Voilà ce qu'affiche le gouvernement (site http://www.developpement-durable.gouv.fr/Les-Autoroutes-de-la-Mer.html)

Mais, faute de subventions européennes reconduites, la ligne Montoir-de-Bretagne-Gijón risque de disparaître. Avec une perte annuelle de six millions d'euros, même si les objectifs de fret sont atteints, l'exploitaion ne pourra se poursuivre.

Une décision politique

« Le report modal des camions de la route vers la mer, qui permet de désengorger les axes routiers et de diminuer la pollution, est avant tout une décision politique car le marché lui-même ne peut, économiquement, développer des autoroutes maritimes » a déclaré l'armateur LDA à Mer et Marine.
La décision devrait être prise fin août.

Le gouvernement pourrait-t-il soutenir cette activité ? L'Europe l'autoriserait-elle ?
Voici un autre dossier pour Ségolène Royal et Frédéric Cuvilliers.

 

19/08/2014 | 4 commentaires
Article précédent : « Les Mistral inquiètent l'Ukraine »
Article suivant : « Mistral : le vent de la dérive »

Vos commentaires

#1 - Le 19 août 2014 à 14h34 par breizh en colere, Saint Nazaire
Une activitee a conserver et promouvoir pour désengorger les routes du sud ouest et les échanges touristique....
En ce qui me concerne j'ai teste et vraiment très bien ,pour aller en suite au Portugal .
Et vivement la ligne pour VIGO peut être plus rentable avec la proximité du PORTUGAL.
MOI JE VOTE OUI A 100 POUR 100!
#2 - Le 19 août 2014 à 15h25 par Herbretaud
Espérons que les instances européennes choisiront le soutien à l'autoroute de la mer -
Dans le cas contraire on serait amené à penser qu'une fois encore le lobbying des sociétés d'autoroutes dirige les politiques de transport routier.
#3 - Le 21 août 2014 à 13h33 par Miglietta
La fin d'une belle aventure!
Nos enfants sont a 20 kms de Gijon, nous sommes a 50 kms de St-Nazaire ! C'était un vrai bonheur de faire la traversée !
Le bateau est confortable (encore plus si on prend la cabine)L'ambiance sympathique, le bar, le self, permettaient d'agrémenter le voyage ! Trop beau pour être vrai ! Encore une déception !
ET dire, que certains veulent lutter contre la pollution et l'encombrement sur les routes !!! On fait vraiment ce qu'il faut ?
Au fait, j'apprends que Vigo sera seulement pour le fret....
#4 - Le 29 août 2014 à 20h32 par Herbretaud
Entre récupérer les retours financiers que procureront les portiques d'ECOTAXE et TVA des péages d'autoroutes ou subventionner celle de la mer: d'après vous quelle décision prévaudra-t-elle ?

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter