Saint Nazaire Infos

Le tribunal a un nouveau président

Après huit mois de vacance, c’est Alain Kerhouas s’est assis dans le siège de président du Tribunal de grande instance lors de l’audience de rentrée. Avec le procureur, ils ont fait le point sur l’année 2011.

Le tribunal de grande instance (TGI) de Saint-Nazaire, c’est 23 magistrats et 43 fonctionnaires pour un budget de fonctionnement en baisse avec 199 822,62 € (223 429 € en 2010). Après la hausse générale du nombre d’affaires en 2010, le nombre de nouvelles affaires en civil a baissé partout :
- 15,38 % pour les contentieux généraux,
- 11,66 % pour les référés généraux
- 3,80 % pour les contentieux familiaux.
Seule exception, les référés familiaux qui augmentent de 2,11 %. Ce que Florence Lecoq, procureur de la République, souligne quand elle prend la parole, c’est le seuil critique des effectifs du greffe qui a perdu 20 % de ses fonctionnaires. Heureusement la venue de plusieurs magistrats déplacés de la Cour d’appel de Rennes a permis de pallier un peu ce manque. Elle insiste sur « les difficultés ressenties de la chaine pénale et notamment du bureau d’ordre qui, malgré l’opiniâtreté de ses fonctionnaires, n’est plus à même de résorber le stock des procédures en attente d’enregistrement ». Ce qui signifie que les chiffres évoqués plus hauts ne sont pas définitifs puisque toutes les procédures n’ont pas été comptabilisées. Ce qui est certain par contre, c’est que le nombre de procès verbaux reçus au parquet a diminué corollaire de la baisse de 9 % de la délinquance générale et de l’augmentation de 40 % des faits élucidés.

De nouvelles têtes

Le bâtonnier de Saint-Nazaire a changé : il ne s’agit plus de Me Lambert, mais de Me Robard-Hervouet. Deux nouveaux parquetiers sont arrivés courant 2012 : Fanny Jung et Sylvie Morin. Encore une preuve du non respect de la parité puisque sur six parquetiers, cinq sont des femmes. Pour une fois que c’est dans ce sens, qui s’en plaint ? Enfin, un nouveau président vient prendre la tête du TGI : Alain Kerhouas remplace Alain Le Dressay, parti en retraite en mai 2011. Il a été magistrat à La Rochelle, Nantes, Rennes et Niort avant d’arriver à Saint-Nazaire il y a seulement quelques jours. Alain Kerhouas donne le ton lors de l’audience solennelle de rentrée, « il m’apparaît donc nécessaire et j’y veillerai, que soient respectés tous les acteurs du procès : justiciables, juges, procureurs, avocats, … » Il a aussi rendu hommage à ses collègues qui ont permis au TGI de continuer à fonctionner sans président pendant pas moins huit mois, période qu’il qualifie avec humour de « Belgique judiciaire ». L’évocation de l’affaire Laëtitia a été l’occasion de mettre en avant la charge énorme du juge d’application des peines du TGI qui gère 1519 dossiers au lieu des 800 recommandés…
 

Auteur : AP | 20/01/2012 | 1 commentaire
Article précédent : « Éric Besson fait du tourisme industriel »
Article suivant : « Second Café actif, pour l'emploi des seniors »

Vos commentaires

#1 - Le 27 septembre 2012 à 11h07 par Lang, PlanÈte Terre
Ce n'est pas pour autant que la "justice est rendue".....
Mes ancêtres la rendaient avec équité sous un grand chêne!
soit dit en passant Monsieur Alain Kerhouas est un véritable monsieur qui respire fort bon la "bretonnitude"...

Dont Acte le forgeron alsacien!

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter