Saint Nazaire Infos

Le SNR se sépare de son entraîneur Fabrice Gaudet

Depuis quelque temps, les résultats du SNR ont suscité bien des commentaires sur les capacités du club à réagir. La défaite in extremis face à Hagetmau a plongé le Sporting dans une situation délicate. Après la crise financière d'il y a trois ans, voilà le SNR précipité dans une crise sportive. Dimanche soir, le président Denis Liébault et son entraîneur Fabrice Gaudet ont pris la décision de se séparer. Cela va-t-il suffire pour éviter le pire ?
Denis Liébaut Président
Denis Liébaut Président

Avec un bilan de trois victoires et six défaites en neuf rencontres, le bilan de mi-saison du SNR est bien loin des objectifs fixés par Denis Liébault. À l'image des fidèles supporters, ce dernier qui a pris les rênes du club en juin 2011 n'a pas du tout apprécié les derniers résultats. Dimanche soir à l'issue d'un nouveau revers à domicile, le président s'est entretenu avec son entraîneur : « Avec Fabrice, et en toute transparence, nous avons fait le point sur le match et sur le bilan de mi-saison. Il m'a informé qu'il n'avait plus de solution à proposer. D'un commun accord, dans l'intérêt général du club et du sien, nous avons décidé de nous séparer ».
En fait, selon certaines sources, il semble bien que les messages entre l'entraîneur et les joueurs ne passaient plus. La saison dernière, Fabrice Gaudet avait en charge de gérer un effectif plus réduit. Ce qui n'a pas été le cas en ce début de saison. L'effectif bien que n'étant pas pléthorique, mais plus conséquent a obligé l'entraîneur à faire des choix. Comme en pareil cas, certains joueurs n'ont guère apprécié de passer plus de temps sur le banc de touche que sur le terrain et cela a provoqué quelques tensions en interne. Après trois années passées à la tête du SNR, le discours de Fabrice Gaudet n'était plus dans l'air du temps, comme nous l'a confirmé Denis Liébault : « Le discours de Fabrice était usé, il était au bout du rouleau. C'est un cycle qui se termine, comme on en retrouve souvent dans le sport ».

Le fameux choc psychologique suffira-t-il ?

Pour pallier le retrait de Fabrice Gaudet, le SNR a fait appel au comité régional pour solliciter son aide. Ce même comité a décidé d'apporter son aide en déléguant Thierry Gatineau (ancien entraîneur du SNR) qui apportera son soutien technique à Laurent Leflamand et Bertrand Guilloux qui auront en charge l'équipe. Cela suffira-t-il pour sauver les meubles ? Bien difficile de répondre à cette question. Une chose est sûre, les joueurs de l'équipe devront mettre leur ego de côté et regarder en priorité l'intérêt du club, au détriment de leur avenir personnel. Parallèlement, la mission du trio (Leflamand, Guilloux, Gâtineau) ne sera pas simple. En effet, le SNR aborde une poule retour qui s'annonce difficile avec cinq déplacements et quatre réceptions. Le SNR devra notamment se rendre à Vannes, à Hagetmau ; et à Saint-Jean-de-Luz dès ce week-end. Autant dire, qu'il s'agit d'un programme particulièrement indigeste qui nécessite une totale solidarité entre toutes les composantes du club. Quoi qu'il en soit, Denis Liébault n'envisage en aucun cas la relégation. Bien au contraire ! « Nous avons décidé de faire table rase du passé et je reste très optimiste. La qualification pour les play-off est toujours d'actualité ». L'optimisme de Denis Liébault et l'arrivée de Thierry Gâtineau suffiront-ils à créer l'électrochoc réclamé par bon nombre de supporters du SNR ? En cette période de voeux, c'est tout le mal que l'on peut souhaiter à ce club cher aux Nazairiens.

Auteur : YE | 10/01/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Rugby : Saint-Nazaire Morlaàs dimanche au Pré-Hembert »
Article suivant : « Rugby : Hagetmau s’impose à la dernière minute 16 à 12 »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter