Saint Nazaire Infos

Le Saint-Nazaire Handball dans la cour des grands

Après trois saisons de championnat Prénationale, le SNHB évoluera cette saison en Nationale 3. Le maintien de l’équipe fanion et la formation des jeunes seront les objectifs du club nazairien.

C’est historique. Jamais le Saint-Nazaire Handball n’avait atteint le Nationale. Vainqueur de son championnat la saison passée, le club ligérien s’est vu ouvrir les portes de la cinquième division. « Le fruit d’un travail de longue haleine depuis douze ans » résume le président Éric Geoffroy.

Des joueurs formés au club

En Nationale 3, le club nazairien fera figure de petit poucet. Pas de quoi entamer les ambitions des dirigeants. « L’objectif est de se maintenir le plus tôt possible, mais je pense que l’on a les moyens de viser une place une place confortable en milieu de tableau » avance le président. Pour mener à bien ce projet, le SNHB n’a recruté que deux joueurs : Thomas Legris, un pivot passé notamment par Aurillac (D2) et Thomas Belinger, un jeune Breton prometteur venu à Saint-Nazaire pour les études. Autour de ces deux éléments, l’entraîneur Mohamed Saïdi s’appuiera sur l’ossature de l’équipe de la saison passée. « Nous allons gagner du temps en conservant le même effectif » assure-t-il.
Comme la saison dernière, c’est dans son équipe de moins de 18 ans que l’entraîneur est allé piocher pour compléter son groupe. « L’équipe est composée à 80 % de joueurs formés au club » se réjouit Éric Geoffroy. Pas une surprise car les jeunes Nazairiens attaquent leur troisième saison dans l’élite de leur catégorie d’âge. « Cela fait deux années de suite qu’ils figurent parmi les 35 meilleures équipes de France. » Une fierté pour les dirigeants qui se heurtent toutefois tous les ans à la même difficulté. « On est un club formateur mais on a beaucoup de mal à garder nos jeunes. Le projet sportif les intéresse mais pour leurs études, c’est compliqué de rester à Saint-Nazaire. »
 

« Tout est basé sur la stratégie »

En Nationale 3, Saint-Nazaire retrouvera des vieux grognards de la division : Pouzauges, Bouguenais, Angers-Noyant ou Les-Ponts-de-Cé. « Pouzauges et Bouguenais qui descendent de N2 seront favoris à la remontée, analyse Mohamed Saïdi. Pour le reste, on attend de voir, on ne connait pas le niveau des autres formations. » Concentré sur son équipe, il se réjouit de voir ses joueurs répondre présent dès les matches de préparation, à l’image d’une victoire de onze buts vendredi face à Trignac sans quatre joueurs du sept majeur. « On se prépare bien. Il y a de l’envie, de la motivation, c’est intéressant. »
À deux semaines de la reprise du championnat et d’un déplacement à Pouzauges, l’ancien international tunisien qui attaque sa troisième saison à la tête de l’équipe nazairienne se montre « ambitieux et optimiste. » Car si le SNHB découvre la N3, il sait, lui, à quoi s’attendre. « C’est un championnat plus exigeant physiquement, tactiquement et techniquement que la Prénationale. Il faut être plus fort, plus rapide et ne pas laisser de place à l’instinct. En N3, tout est basé sur la stratégie. »
 

Une association reconnue d’intérêt général

Mais comme le signale le président Éric Geoffroy, le SNHB ce n’est pas qu’une équipe. « Nous comptons 330 licenciés, ce qui fait de nous le plus gros club des Pays de la Loire en terme d’effectif. » Cette saison, le club de la cité portuaire a engagé 19 équipes dont une équipe féminine qui tentera de remonter en Prénationale. Quant aux garçons, l’équipe réserve évoluera en Honneur Régionale, soit trois niveaux plus bas que l’équipe fanion. Eux aussi joueront le haut de tableau.

Sportivement, le club nazairien se porte donc à merveille. Mais au SNHB, le sport n’est pas une finalité. L’association est même reconnue d’intérêt général depuis janvier 2011. Cette reconnaissance, qui lui permet de recevoir des dons du grand public, est la récompense notamment de ses interventions  dans les quartiers de la ville. « La saison passée, nous sommes intervenus à 38 reprises auprès de 650 jeunes pour leur transmettre des valeurs sociales comme le respect des collègues, de l’adversaire ou de l’arbitre. » C’est ce travail auprès des jeunes des quartiers qui vaut au SNHB d’être le club amateur le plus soutenu financièrement par la ville. « La subvention est importante car on s’implique dans la vie de la cité, on ne s’occupe pas que du sportif » explique Éric Geoffroy, également fier de présenter le tournoi estival de sandball organisé par le club comme le deuxième plus grand de France.

Haut niveau, formation, social et sandball, le Saint-Nazaire Handball est présent sur tous les fronts, à la grande joie de son président qui n’omet pas de rappeler qu’en 2000, le club ne comptait que 130 licenciés. « Depuis, on a complètement restructuré le club. » Avec le succès que l’on connaît.

http://www.saintnazairehandball.fr/

Pratique :

Samedi à 20 h 30 au gymnase Pierre de Coubertin
Saint-Nazaire Handball – Saintes (Nationale 1), 1er tour de la Coupe de France. 
Entrée : 3 €. Gratuit pour les moins de 12 ans.
 

Auteur : GL | 05/09/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Stéphane Héloir : 10 000 km en baskets »
Article suivant : « Une course à pied pour découvrir le tracé d’héLYce »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter