Saint Nazaire Infos

Le mouvement social s'essouffle, mais le rejet de la réforme s'intensifie

Au 7e jour de manifestation, le mouvement de mobilisation contre la réforme des retraites semble décliner sur l'ensemble du territoire. Mais à St Nazaire terre de combat, il continue de rassembler des milliers de personnes. Mardi, ils étaient encore plus de 13 000 à défiler dans les rues. Un chiffre en nette baisse, qui s'explique en partie par l'absence des étudiants en vacances, mais aussi par une certaine lassitude des salariés, qui ont perdu ce mois-ci beaucoup de journées.

Comme d'habitude, l'intersyndicale avait appelé au rassemblement sur la place de l'Amérique latine devant le ruban bleu, devenu malgré lui un lieu symbole de la lutte des classes.

Comme d'habitude, les organisations syndicales y sont allées de leurs discours respectifs, fustigeant de façon plus ou moins virulente, la politique du gouvernement Sarkozy et refusant dans sa globalité, la nouvelle réforme des retraites qui vient d'être adoptée par l'Assemblée Nationale. Alors que les syndicats s'étaient mis d'accord sur un temps de parole de 3' chacun, Didier Hude représentant de FSU s'est fait rappeler à l'ordre par la déléguée de l'UNSA pour être allé au-delà du temps imparti. Cette dernière a poussé un véritable coup de gueule "Il n'a pas respecté" les accords s'est-elle écriée. Cela n'a visiblement pas gêné Fabrice David de la CGT, qui s'est lancé dans un long, très long réquisitoire contre Sarkozy. Au passage, il n'a pas manqué d'égratigner Joël Batteux maire de Saint-Nazaire, après que celui-ci ait pris un arrêté de réquisition du personnel pour les ordures ménagères : "Monsieur Batteux, maire socialiste, président de la Carène, avec ses sbires Olivier Richard et Lydie Mahé, a décidé de casser la grève". Visiblement énervé, le représentant de la CGT en a remis une couche accusant Joël Batteux d'être un menteur : "M. Batteux qui n'hésite pas, comme son mentor Sarkozy à user du mensonge dans les médias pour décrédibiliser nos camarades et notre mouvement.".

Une dizaine d'interpellations

Comme d'habitude, le long cortège a défilé dans les rues de la ville, dans une bonne ambiance et sans qu'aucun incident ne soit à signaler.

Comme d'habitude, en fin de défilé, l'intersyndicale a appelé à la dislocation du rassemblement, appelant également à ne pas répondre aux provocations des forces de l'ordre. Malheureusement, et malgré les précautions prises par les syndicats, l'appel n'a pas été entendu.

Comme d'habitude, près de deux cents jeunes en quête d'affrontement se sont réunis au rond-point des 4 z'horloges afin d'en découdre avec les forces.

Comme d'habitude, ils ont jeté des canettes de bière, des cailloux, et parfois des boulons sur les forces pourtant particulièrement discrètes jusqu'à ce moment.

Comme d'habitude, ces derniers ont fait les sommations d'usage avant de lancer des gaz lacrymogènes afin de disperser la foule.

Comme d'habitude, il s'en est suivi une course-poursuite dans les rues de la ville, et comme d'habitude, quelques-unes se sont fait prendre par les forces de l'ordre. Un jeune a même été interpellé avenue de la libération alors qu'il tentait de se réfugier dans un immeuble.

Et comme d'habitude, une dizaine d'interpellations ont eu lieu avant que le calme ne revienne aux alentours de 19 h 30.

Auteur : Y.E. | 29/10/2010 | 10 commentaires
Article précédent : « 35OO manifestants à Saint-Nazaire et un nouveau rassemblement prévu fin novembre »
Article suivant : « Conseil communautaire de la Carène le projet de financement de l'aéroport Notre Dame des Landes adopté à la majorité (4 voix contre) »

Vos commentaires

#1 - Le 29 octobre 2010 à 13h54 par YAJ, Saint Nazaire
Je vois que celui ou celle qui a écrit l'article aime bien la chanson de Claude François.
Le nom de la responsable UNSA est Nathalie LEZIN : une info toujours pour compléter l'article. Pas de raison de faire de la pub seulement à la FSU et à la CGT. Il est vrai que l'UNSA préfère un discours unique maintenant pour éviter de dire ce que beaucoup n'aimerait pas entendre de sa part.
#2 - Le 30 octobre 2010 à 10h35 par Guyon, Saint-nazaire
Pendant des semaines, l'intersyndicale nationale (sauf FO et Solidaires), au lieu d'exiger le retrait du projet de loi n'a cessé de vouloir faire pression sur le Parlement et le Sénat pour avec les députés de gauche amender la loi. Résultat des courses: le projet de loi a été aggravé. En effet la loi votée propose entre autres choses un rendez-vous en 2013 pour la retraite à points, qui alignerait les retraites par le bas car calculées sur le salaire d'activité tout au long de la vie (Chérèque est pour). L'UNSA est effectivement pour une prise de parole unique pour éviter ente autres que les revendications : retraite à 60 ans et pas d'allongement de la durée de cotisations soient escamotées...On ne les a jamais entendu dire non plus que cette loi n'était ni amendable, ni négociable.
Rémy Guyon
#3 - Le 31 octobre 2010 à 17h41 par PG 44, Saint Nazaire
Comme d'habitude, l'a-justice nazairienne a envoyé trois personnes en taule
#4 - Le 31 octobre 2010 à 19h38 par Anthony, Saint Nazaire
Merci pour cet article qui déborde encore une fois d'originalité et d'impartialité. J'ajouterais même objectivité si j'en avais le courage !
Sans s'attarder sur un style d'écriture très pitoyable ( si c'est pour dire que tout était comme d'habitude autant faite un lien vers le précédent sujet ) j'évoquerais le magnifique : "près de deux cents jeunes en quête d'affrontement".
Quand on revendique " information libre et indépendante" j'estime que l'on pourrait au moins avoir l'honnêteté de décrire précisément les fait ( Qui plus est lorsque l'on était sur les lieux Mr enaud).
J'aimerais bien voir des photos de ces 200 jeunes émeutiers. ( Moi je les ai, toutes, de toutes les manifestations que je couvre depuis 3 semaines tony-pictures.fr) Personnellement je suis les manifestations et les fins de manifestation depuis le début du mouvement et j'ai toujours trouvé très exagérés les articles de presse concernant les émeutes si habituelles comme vous le dites si bien. Votre article est pour moi l'occasion de revenir sur ces "habitudes" journalistiques, prendre la jeunesse en exemple et leur faire porter toutes les responsabilités. Pauvre jeunesse si faible et instrumentalisée qui se retrouve avec les problèmes liés aux casseurs sur le dos. J'étais à la manifestation, j'étais aux émeutes, et ce ne sont pas les 30 jeunes dans le cortège de lycéens qui se sont rassemblés aux 4 horloges mais bien une centaine de belligérants inconnus de la manifestation et en grande partie majeur et bien majeur ! masque à gaz, cagoule, ce ne sont pas les mineurs qui haranguent les forces de l'ordre. ce sont par contre eux, qui, enivré par la liberté qu'occasionne ce genre d'évènements se font interpeller en fin d'échauffourées.
Alors merci Mr enaud, merci pour cette soit disant presse libre, indépendante. Merci pour cette presse partiale et inutile. C'est à vous que je m'adresse car j'espère au moins obtenir une réponse, ce que je n'aurais pas en adressant une lettre ouvert aux Grands de la presse écrite.

Anthony
#5 - Le 01 novembre 2010 à 00h34 par geronimo, Saint Nazaire
"Comme d'habitude, près de deux cents jeunes en quête d'affrontement se sont réunis au rond-point des 4 z'horloges afin d'en découdre avec les forces."

En effet, il y avait des jeunes mais Yvon , tu as vu tout comme moi que ce sont des jeunes beaucoup moins jeunes qui s'avançaient en premier vers les mobiles.

Ces jeunes et moins jeunes ont le courage de dire ce qu'ils pensaient : "sarkozy démission".

Ce n'est pas le cas de certains représentants syndicaux.

Les émeutiers ne sont pas ceux que l'on voit en fin de manif scander des slogans.
Ils sont beaucoup plus rusés et sont planqués à l'élysée.

OUI c'est bien l'individu qui mène la france au fond du gouffre aidé de ses acolites qui cré les émeutes.
Les vrais coupables sont au pouvoir !


"Comme d'habitude, ils ont jeté des canettes de bière, des cailloux, et parfois des boulons sur les forces pourtant particulièrement discrètes jusqu'à ce moment"

En effet,il y a eu environ une petite dizaine de canettes de jetées (sans blesser qui que ce soit)mais je n'ai vu aucun boulons ni cailloux.


Par contre, les forces de l'ordre ne se sont pas gènées pour lancer les fusées rouges signalant la dissolution de la manif sur les personnes présentes aux rond point des 4 horloges et à proximité.

Un manifestant prend 3 mois de prisons fermes avec mandat de dépot pour avoir lancé une fusée de détresse qui n'a blessé personne.

Les représentants de la force publique seront-ils poursuivis pour jets dangereux de ces engins tombés parmi la foule ?
#6 - Le 01 novembre 2010 à 00h45 par YAJ, Saint Nazaire
Il me semble que la FSU est pour une mise à plat de la réforme, pas l'amender en tout cas. mais je n'ai peut-être pas tout compris
#7 - Le 01 novembre 2010 à 13h34 par le renard masqué
Pour ma part , présent à toutes les manifestation d\'octobre ,je ferais bien remarquer que "comme d'habitude" la gendarmerie mobile a fait des sommations inaudibles ,à l\'exception de la dernière .
De plus les 200 jeunes devaient bien se cacher sous les grosses pierres car comme le dit Anthony je n'en ai pas vu plus de 30 , grand maximum une petite cinquantaine,les autres avaient passé la trentaine. Ce "comme d'habitude" est assez exaspérant pour quelqu'un qui se retrouve à chaque manifestation et se rend bien compte des différences. lors de cette dernière manifestation,le climat dans le cortège était assez calme , pour la précédente on sentait déjà qu'il y aurait beaucoup de casse.
#8 - Le 02 novembre 2010 à 17h30 par Anthony
Est ce qu'une réponse de la part de l'auteur est probable ou est ce que, "comme d'habitude" ( oh oui je titille ) , les choix/ prises de positions journalistiques ne seront pas assumées ?
#9 - Le 03 novembre 2010 à 11h46 par Alex, Saint Nazaire
Bonjour à tous, bonjour Yvon,
Nous nous croisons pas mal depuis trois semaines effectivement sur l'ensemble des actions qui ont lieu à Saint-Nazaire. Cette dernière manifestation ou fin de manifestation n'était effectivement pas comme d'habitude. Et je les ai toutes faîtes au coeur des lanceurs de pierres. Il y avait bien deux cent personnes sur le rond point et comme toujours par contre, les uniformes bleu ont chargé, oui. Mais, comme toujours, ils ont chargés sur le côté du rond point, pas sur le front, ce qui fait que les personnes interpellées à ce moment étaient celles qui se trouvaient en retrait.... pas celles qui lancaient... Le retrait s'est ensuite fait tranquillement jusqu'au rond point du globe ou là, les uniformes ont à nouveau chargés en attrapant un peu au hasard ceux qui détalaient. Jusqu'à en attraper un dans un immeuble privé ou ils l'ont étendus un peu bruyamment au sol dans l'entrée, nous empêchant de photographier. Mais, pour avoir suivi toutes les manifestations, toutes les courses poursuites, toutes les confrontations, tous les jets, je terminerai en disant que comme d'habitude.... les interpellations en nombre sont faîtes au hasard et que les vrais provocateurs, jeteurs, lanceurs, héros, ou que sais je... ne sont eux pas pris ! Faut du chiffre, voilà tout...
#10 - Le 05 novembre 2010 à 10h17 par rotko
Bonjour,
je fais suivre un billet de Yaz (merci, pardon pour l'emprunt, c'est pour la bonne cause). Le mien qui signalait la représentation de Donges(mercredi dernier) a disparu en route.

"L’association Trignacaise pour la Lecture et la Culture ( A.T.L.C) et la Municipalité de Trignac en soutien aux grévistes contre le projet de retraite et en partenariat avec le Théâtre Artisanal Transgénique.

Vous proposent une pièce de Bertrand Chauveau

Mise en scène Bernard Chanteux"
( Théâtre Artisanal Transgénique)

” THEO PART EN RETRAITE ”

Samedi 06 novembre 20h30
Salle des Fêtes de Trignac.

Participation libre.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter