Saint Nazaire Infos

Le Conseil municipal marathon dure 7 heures !

Violente passe d'armes ce vendredi 29 janvier à Saint-Nazaire au cours du Conseil municipal. L'opposition et le maire s'y écharpèrent avec une indescriptible frénésie. La séance fut suspendue au bout d'une heure, période pendant laquelle la première délibération de l'ordre du jour n'a même pas été abordée. Navrant.

Nervosité contenue dès les premiers instants ! Tout avait commencé par une déclaration de David Samzun, maire de ‎Saint-Nazaire qui en appelait à François Hollande la semaine dernière à propos du brûlant dossier Notre-Dame-des-Landes et son aéroport. "Il y a ces manifestations à répétitions, ces menaces de tout saccager… Il faut apaiser cette situation. Un tel flou devient un facteur de risque inacceptable" avait lancé l'édile dans la presse locale. Hasard ? Une manifestation silencieuse s'est déroulée ce vendredi 29 janvier pendant le début du Conseil municipal. Le calme avant la tempête.

Béatrice Priou rejoint l'arène nazairienne

Consécutivement à la démission de Violaine Lucas qui a laissé son poste d'adjointe au maire pour aller siéger dans l'opposition au Conseil régional, c'est Béatrice Priou du Parti Radical de gauche qui a été élue à sa place. La conseillère Céline Girard devient adjointe et Xavier Perrin se voit attribuer les délégations prévention de la délinquance, médiation et tranquillité publique.
 

L'étoile montante du PS prise pour cible

Les femmes politiques, un sujet qui fascine à droite? La grossesse de la benjamine du Parti Socialiste fut un sujet de préoccupation du groupe d'opposition municipale Désirs de Ville :

"Suite à l’article de Madame DENIAUD dans les journaux de ces derniers jours, sur les droits aux congés maternités des femmes élues, à qui nous souhaitons au passage une pleine réussite dans sa grossesse et beaucoup de bonheur. Sans vouloir faire de la polémique de « bas étages », les limites sont là, les électeurs nous élisent, ils ne nous recrutent pas, oui nous n’avons pas les mêmes droits que les salariés, même en terme de droits aux congés les plus précieux tels que les congés Maternités ou Parentaux, pour lesquels nous touchons la vie de famille, la limite de nos rôles et responsabilités, sont bien ici, « Elus – Pas salariés », la politique n‘est pas un métier, c’est un engagement, au mieux une vocation, nous ne devons pas en faire notre profession, même si les indemnités de certaines missions sont bien plus avantageuses que de nombreux salaires. Sans compter qu’en cas de cumul des mandats, il y a cumul des indemnités."



Laurianne Deniaud attend un enfant. Elle a été chef de Cabinet de François Lamy jusqu'en novembre 2013. C'est une pointure des cabinets socialistes. Comme la député socialiste de la 8ème circonscription, Marie-Odile Bouillé ne se représentera sans-doute pas; elle est toute désignée pour avoir l'investiture. Gauthier Bouchet, pour le groupe Saint-Nazaire Bleu Marine a fait référence à cette possibilité avec pas mal de culot :

"Au-delà de ces précisions apportées sur notre vision du nombre d’élus, permettez-nous, par nos votes, de ne pas participer à ce jeu de chaises musicales succédant à la démission de Madame Lucas. Peut-être verrons-nous d’ailleurs  notre première adjointe se prêter elle-même à ce jeu dans les prochains mois car l’on prétend que Madame Deniaud attend un heureux événement… une candidature à la députation de Loire-Atlantique."

La majorité a regretté que de tels propos puissent être proférés le jour même où l'Égalité homme-femme a été abordée en séance. La principale interressée a riposté par la suite, qualifiant ces propos de "sexistes".

Les réfugiés font polémique

Laurianne Deniaud a aussi fustigé les attaques du Front National proférées à l'égard de la maire de Nantes : Johanna Rolland.

"Aussi, comment croire qu’une gauche nazairienne si servile vis-à-vis de madame Rolland, si émerveillée devant chacune de ses initiatives, ne serait-elle pas tentée, d’ici un an, d’ici deux ans, de revoir sa promesse de campagne sur les impôts locaux ? Si Nantes l’a fait, Saint-Nazaire doit le faire ! C’est bien le seul credo, actuellement, du Parti socialiste nazairien. D’ailleurs, comme vous tous, le Front national observe avec curiosité grandir la petite Johanna. Deux ans après ses débuts, nous saisissons enfin ses premiers mots « Métropole ! », « Métropolisation ! ». Notre maire est sensible à ce discours, ces histoires racontées pour les petits enfants du PS, où le gigantisme contemporain de nos villes est adapté à l’économie mondiale, et l’assèchement économique et culturel de tout ce qui les entoure, le moyen d’un meilleur équilibre des territoires.


Le maire de Saint-Nazaire a par la suite taclé Gauthier Bouchet évoquant le "Bouchet de Nantes et le Bouchet de Saint-Nazaire". Une référence sarcastique au père du jeune frontiste, issu du nationalisme-révolutionnaire. David Samzun, a d'ailleurs, au cours de cette séance s'est lancé à plusieurs reprises dans des envolées lyriques dont lui seul à la secret pour démontrer que le Front National s'inscrit dans une mouvance d'extrême-droite. Dans un communiqué du groupe Rassemblement Bleu Marine, ils avaient choisi d'utiliser le mot "clandestin" plutôt que "réfugiés" pour qualifier les migrants.

David Samzun a coupé court au débat, interdisant à l'opposition de s'expliquer, chose faite dans ce communiqué de presse "Vous nous accuser d'insulter l'état en appelant les migrants des "clandestins". Où est l’insulte contre l’état en considérant que ces migrants étaient à leurs arrivées sur le territoire Européen des clandestins ? Avant le tri (ce n’est pas moi qui est inventé ce terme) dans les « Hotspot » par les fonctionnaires de l’ OFPRA (office Français pour les réfugiés ou apatrides) ces femmes et ces hommes étaient véritablement des clandestins, que le terme plaise ou pas. "

"D'autres réfugiés vont arriver à Saint-Nazaire"
a lancé l'édile après cette vive altercation sur les réfugiés rappelant que plusieurs associations sont habilitées à les prendre en charge. La séance a été suspendue après une heure de "débats" houleux. La première délibération de l'ordre du jour n'avait alors même pas été abordée.

Le DOB 2016, transformées en tribunes politiciennes

Depuis quelques mois, le maire socialiste de Saint-Nazaire affirme que les finances de la ville restent bonnes avec une capacité facilitée de recourir à l'emprûnt. Le recours au levier fiscal reste exclu pour la majorité.

Les élus de Saint-Nazaire Centre-Droit sont montés au créneau par la voix de William Duval : le citoyen engagé de l'opposition.

"Aujourd’hui je ne sais pas quel miracle économique c’est passé dans notre ville mais les investissements sont passés à 23 Millions d’Euros par an. En fait il n’y a aucun miracle économique M. le Maire, vous voulez juste appliquer votre programme électoral de 2014, et ce peu importe la situation financière dans laquelle Saint-Nazaire va se trouver. Vous auriez dus dire à ceux qui ont cru en vous, en votre programme, et qui vous ont apporté toutes leurs confiances en votant pour vous aux dernières élections municipales ; Vous auriez dus leur dire que l’endettement de leur ville allait passer de 42 millions d’euros à 70 millions, Vous auriez dus leur dire que vous alliez taper dans le bas de laine de la ville, qu’est l’épargne nette, des plus de 7 Millions d’euros que les Nazairiens ont économisé il n’en restera plus que 3 Millions à la fin de votre mandat."

Florence Beuvelet en a aussi remis une couche. Elle craint que les 20 millions d'euros investis pour le théâtre ne soient insuffisants tout comme les coûts de la future piscine.

"Vous nous proposez un budget de fonctionnement en augmentation alors même que tous les indicateurs liés aux recettes sont au rouge : baisse de la dotation globale de fonctionnement, augmentation de la contribution au fonds de péréquation inter communal notamment.
Pour mener à bien vos projets immobiliers estimés à 200 millions à échéance 2024, vous ambitionnez de passer de 42 millions de dette à 70 millions, soit près du double et de diminuer par deux l’épargne nette cible c’est-à-dire de diviser par deux le bas de laine de Saint Nazaire qui passera de 7 à 3 millions d’euros.
Vous proposez de passer de 3 à 6 années de désendettement au motif que les autres communes font moins bien que nous et qu’il n’y a pas de raison de faire aussi mal que les autres.
Est-ce une raison si les autres communes gèrent mal, de faire comme elles ?"

" Vous pourriez jouer Guignol au théâtre " lance l'adjoint au maire Martin Arnaut. Au final, les questions posées par les fort longs réquisitoires formulés par l'opposition sont souvent restés sans réponse. Les élus de la majorité, poussés dans leurs retranchements ont préféré riposter sur les "petites phrases polémiques" qui n'avaient pas toujours à voir avec le débat budgétaire.

 

A quand un débat appaisé au sein de la démocratie locale à Saint-Nazaire ?

Article mis à jour le 2 février 2016.

Auteur : J-C L.B | 29/01/2016 | 9 commentaires
Article précédent : « Saint-Nazaire de plus en plus interactive »
Article suivant : « Le Front National de Saint-Nazaire opposé à l’arrivée des réfugiés »

Vos commentaires

#1 - Le 02 février 2016 à 11h00 par Le Chevelu
La politique comme on l'aime....
#2 - Le 02 février 2016 à 15h28 par Républicain, Saint-nazaire
une nouvelle politique est mise en œuvre par la majorité socialiste à Saint-Nazaire
la chasse aux opposants.

Refus de laisser la parole aux opposants.
Chasse aux idées divergentes parmi le personnel de la commune.
Pression sur le personnel qui pense mal..
Tout cela nous ramène "aux heures les plus noires de notre histoire"

Nous sommes bien loin du vivre ensemble
#3 - Le 03 février 2016 à 10h15 par Pierre-Yves VINCENT, Sn
Bonjour,

Merci pour ce résumé du CM assez proche de la réalité et dans le quel nous voyons bien la prédominance des débats entre PS et FN.

Nous continuerons donc à nous battre contre la stratégie du PS qui est de faire croire en permanence qu'il n'existe que le PS et le FN à Saint-Nazaire comme ailleurs.

Dans ce conseil il n'y en a que pour eux ! Et, sous couvert de vouloir les combattre, nous savons tous (eux les premiers) que la montée du FN reste la seule chance du PS d'exister encore...

Vous soulignez, à juste titre, sur le DOB, que nous n'obtenons aucune réponse à nos questions et cela se passe ainsi systématiquement !!!

Pierre-Yves VINCENT
#4 - Le 03 février 2016 à 13h38 par A. Texier
#3
Cher P.Y Vincent
Mais vous êtes inaudible !!!

Que le PS soit heureux d'avoir un fn fort à st nazaire pour vous rendre invisible, je le concède, mais, mais que faites vous pour vous rendre audible ?

A part contester la construction de logement sociaux, contester la tarification des parkings.

Que faites vous politiquement contre l'idéologie de la majorité socialiste ?

Migrants, vous êtes pour avec la gauche.
Chômage, on ne vous entends pas .
Travailleurs détachés, on ne vous entends pas.
Mal logement, vous êtes contre les logements sociaux.
Ou est le militantisme de la droite à St nazaire ?

Sur les marchés, oui pendant les élections..
Dans les entreprises? Jamais
Dans les quartiers? Jamais

Vous trouvez que l'on parle trop du fn vous avez certainement raison,leurs élus et militants sont dans l'activisme,ils saisissent tout les combats contre les socialistes, trop peut être, mais vous ?

Si vous désirez vraiment une alternative de droite dans notre ville, il va vous falloir mouiller la chemise et devenir crédible.
#5 - Le 03 février 2016 à 17h02 par la rubarbe forte , St Naz
oui republicain,à tout à fait raison ,
pression , intimidation,ostracisme envers certains des 25à 35% d électeurs fn, qui sont nombreux aussi dans la fonction publique territoriale et les collectivités selon un rapport de la gazette, n 'en déplaise au pouvoir en place, ça s' appelle la DEMOCRATIE le pluralisme des opinions la liberté d expression .....
Non réponses systématiques et polémiques aux questions légitimes de l opposition, une facheuse habitude de J Batteux, qui dénigrait les questions des opposants, sauf celles d Etienne Garnier dont on attend toujours qu'une rue ou batiment porte son nom ,l alveole" 12" ( comme 12 millions?) par exemple?
A quand ce conseil municipal disponible en vidéo internet ? beaucoup de communes y ont droit , le progrès technique s'est arrêté au pays d'airbus , dans une ville de bientôt - sic 80 mille habitants ? ou est ce la démocratie qui patine ?
#6 - Le 03 février 2016 à 18h44 par Ouafouaf
Les débats Garnier JL versus Richard olivier avaient une autre tenue sur le DOB que ce que nous entendons aujourd'hui! Curieux renversement des positions : le tandem Samzun Arnoult fait la politique que souhaitait Garnier : Faire payer moins d’impôt en augmentant la part de l'emprunt. Car la moitié des investissements nazairiens sont financés dans l'année de leur paiement au lieu d'être réglés au fur et à mesure de leur utilisation disait-il
#7 - Le 03 février 2016 à 18h46 par umpashilaredutout
Mme Vandeuren a pris la parole pendant ce conseil et curieusement cela n'apparaît pas ; changement de ligne chez SNinfos ?
#8 - Le 04 février 2016 à 12h47 par petit poucet, St Naz
ouaf ouaf a raison, oui au bon ré equilibrage de l emprunt par rapport à la part des impots comme demandait en vain jl Garnier de l ump , mais ceci aurait donc permis une jolie baisse de la pression fiscale grace à la hausse des emprunts, pour payer enfin sur 30 ans les gros investissements et non cash , et bien non ! on ne baisse pas les impots (est ce un tabou ? ) on augmente l emprunt et les dépenses passeront de 18 à 23 ME/an sur 10 ans. Espérons que la crise économique ne s aggrave pas sinon, qui va rembourser tout ça ?
#9 - Le 06 février 2016 à 18h54 par juju
Mr Vincent
A Part jouer au golf chez les Baulois; et critiquer les constructions hlm; aucun charisme;IL ne doit pas fréquenter les povres;deux pour cent c est super;bateau de plaisance.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter