Saint Nazaire Infos

Le CCAS ne lâchera pas l’affaire

Nouvelle manifestation d’une trentaine d’employés du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS). Ils continuent de demander le maintien d’un poste de secrétariat.

Vendredi matin, les agents du Centre Communal d'Action Sociale (CCAS) ont de nouveau manifesté jusqu’à la mairie. Le nœud du problème est un point de la nouvelle organisation du CCAS (qui devrait être mise en place en septembre prochain) : la suppression d’un poste de secrétariat. Jointe au téléphone, Jeannine Hottelard, vice-présidente du CCAS, a expliqué qu’aucun poste n’était supprimé. « L’accueil et toute l’organisation vont être revus.  Je le répète, aucun poste ne va être supprimé, tous les agents vont être redéployés en interne ». Une position que comprennent les syndicats et les employés. Ce qu’ils veulent faire comprendre, c’est que dans les deux services impactés par ce poste en moins, « il y aura une secrétaire en moins mais la charge de travail elle ne va pas baisser. C’est très arbitraire car il n’y a jamais eu de travail, ni de discussion sur le sujet », souligne Sophie Salliot de la CGT.

Un prochain CTP

L’argumentaire de la mairie se base aussi sur la baisse des demandes faites au CCAS depuis 2006 : elles sont passées de 1 100 à 690 « alors que les effectifs n’ont pas diminué au contraire », précise Jeannine Hottelard. La mairie confirme aussi vouloir vérifier régulièrement la fréquentation pour reconsidérer le nombre de postes si besoin est. Dans leur lettre ouverte aux élus, les syndicats contestent ces justifications, « car elles s’appuient sur une situation de sous-charge actuelle des secrétariats qui est surévaluée, alors que ne sont pas correctement prises en compte les charges supplémentaires transférées à ces postes ». Le choix de manifester à la mairie ce matin n’était pas anodin : les personnels ont soutenu leurs délégués syndicaux qui devaient siéger au comité technique paritaire (CTP) du CCAS. Leur refus d’y participer entraîne la tenue d’un autre CTP dans les semaines à venir. Entre-temps, ils espèrent bien la reprise des échanges pour régler la situation.
 

Auteur : AP | 23/03/2012 | 1 commentaire
Article précédent : « Silène édifie avec constance de nouveaux logements à Kerlédé »

Vos commentaires

#1 - Le 25 mars 2012 à 16h32 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
on se fout de qui la ?

on ne parle pas de licenciement mais de restructuration dans les services
personne ne perd son emploi
et "ils mettent le bordel" pour ca ?

c'est indécent vis à vis des gens qui rament à chercher du boulot et des entreprises qui, elles, sont obligés de licencier.

il y a vraiment des privilégiés !

c'est la HONTE POUR EUX

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter