Saint Nazaire Infos

La Solidaire du Chocolat : faire rimer voile avec solidarité

Demain débuteront les festivités de la deuxième édition de La Solidaire du Chocolat. 11 monocoques de 40 pieds vont prendre le large à partir du 11 mars pour arriver sur les terres mexicaines. Au cœur de cette initiative sportive, la volonté de créer des projets solidaires.

En 2009, La Solidaire du Chocolat rencontrait son premier succès en France comme Outre-Atlantique. Comme la solidarité des amoureux de la mer n’est plus à faire, en 2012, La Solidaire du Chocolat remet le couvert pour une nouvelle aventure sur l’océan atlantique. Une nouvelle fois, la transat est unique pour les class40 et accueille de nombreux skippers : 22 au total prêts à parcourir 9 260 km. Le monde de la voile, souvent perçu comme inaccessible ou comme loisir pour petits bourgeois, montre comment il agit pour réduire les inégalités. Loin des dorures des clubs de yacht, La Solidaire du Chocolat fait rimer voile avec solidarité.
Pour 2012, 16 projets sont soutenus à hauteur de 500 000 euros. On regrettera cependant que sur les 16 projets seulement cinq sont d’envergure internationale et un seul à destination du Mexique. Peut-être aurait-il été intéressant de voir quelles associations au Mexique œuvrent dans la solidarité internationale et le développement durable ? Notamment des associations comme Bioplaneta ou EcoSolar par exemple. Une question d’autant plus légitime puisque la région Pays de la Loire et la province du Yucatán ont depuis 2009 un accord de coopération décentralisée. N’auraient-elles pas pu créer un échange entre cette transat solidaire et le Centre de recherches économiques et politiques d’action communautaire du Mexique (CIEPAC) ?

Un événement pour aborder les problématiques liées au cacao

En moyenne, les producteurs de cacao, quand ils ne sont pas dans une dynamique d’échange équitable, perçoivent 5 % des revenus. Les Nations Unies s'inquiètent depuis longtemps de cette répartition inégale. « Le bas niveau de revenus des producteurs constitue le principal enjeu relatif à l'économie du cacao. (..) Les prix doivent être suffisamment rémunérateurs pour les producteurs, et la production plus efficace, afin de leur garantir un revenu décent » (conférence des Nations Unies sur le cacao, 2010). Pourtant certains projets solidaires comme le cacao équitable existent déjà et ont toujours du mal à trouver leur place face aux grandes entreprises. Les multinationales engagent de la main-d’œuvre bon marché et les cultivateurs, pour répondre aux besoins du marché toujours plus pressant, doivent utiliser des pesticides et des fertilisants pour une meilleure récolte. Ces produits chimiques s’insèrent dans le sol, empoisonnent l’air et l’eau potable ce qui rend la terre au fil du temps incultivable. La main-d’œuvre locale, dont de nombreux enfants, travaille chaque jour sans protection pour survivre, au détriment de leur santé.

La route du chocolat à la voile

Sur la route du chocolat, cette transat exceptionnelle permet aussi de remettre sous le feu des projecteurs ces contextes économiques difficiles qui perdurent dans les échanges Nord/Sud depuis quelques décennies. La Solidaire du Chocolat donne la possibilité aux acteurs de cet événement nautique (citoyens, associations, sportifs, entrepreneurs, politiques), de se mobiliser pour faire gagner les valeurs solidaires et responsables chères aux marins. Ainsi, à l’occasion de cet événement, des entreprises deviennent mécènes pour des associations investies dans le développement durable et l’entraide. Les skippers quant à eux mettent à profit leur talent maritime pour porter les couleurs des associations et entreprises partenaires de l’événement.
Par exemple, l’association Pompiers de l’Urgence Internationale qui œuvre pour porter secours et assistance aux pays victimes de catastrophes naturelles ou humanitaires est soutenue par le groupe Picoty. Les deux skippers, Jacques Fournier et Jean-Christophe Caso concourent afin de permettre de lever des fonds pour créer un centre d’appel téléphonique d’urgence (112) dans la ville de Majunga, à Madagascar.

Un festival pour lancer les festivités

La musique qui adoucit les mœurs semble également motiver les troupes. La Solidaire du Chocolat pour cette édition 2012 a également réussi à organiser un festival musical à Nantes du 1er au 3 mars 2012 pour lancer les festivités. Elles continueront également à Saint-Nazaire. Ainsi, l’association Man & Nature créée afin de soutenir des ONG du sud pour l'implication de communautés locales dans la gestion durable de l'environnement et la conservation de la Nature, est soutenue par le trompettiste Alex Tassel. Pour l’événement il a composé et enregistré un disque avec l'orchestre Symphonique de Mexico : The first élément : the sea. Il sera distribué par Naïve en France et dans le reste du monde au profit de Man & Nature. À Saint-Nazaire, le projet symphonique porté par le Belem sera joué trois jours par l’orchestre des élèves du conservatoire.

Pour plus de renseignement : http://www.lasolidaireduchocolat.com

 

Auteur : SD | 29/02/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Frank Lang à la barre de la Transquadra »
Article suivant : « Vague de Skimboard à la Courance »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter