Saint Nazaire Infos

La Région interpelle le gouvernement et l'Europe pour le maintien de l'autoroute de la mer Saint-Nazaire-Gijón

L'autoroute de la mer Saint-Nazaire-Gijón pourrait être interrompue faute de subventions, la Région souhaite qu'elle continue son activité.

« Si rien n’est fait dans les tout prochains jours, l’exploitation de la liaison entre le Port de Nantes–Saint-Nazaire et celui de Gijon en Espagne, sera fermée le 18 septembre s’inquiète Christophe Clergeau, 1er Vice- président de la Région des Pays de la Loire en s’adressant par courrier à Jean-Claude Juncker, Président de la Commission européenne, au représentant permanent de la France auprès de l’Union européenne, à Manuel Valls, premier ministre, Emmanuel Macron, ministre de l’économie, Ségolène Royal, ministre de l’écologie et du développement durable et Alain Vidalies, secrétaire d’Etat aux transports.
Si l’autoroute de la mer Saint-Nazaire/Gijon lancée en septembre 2010 rencontre aujourd’hui un véritable succès (taux de remplissage moyen de 75% en 2013, près de 18 000 camions, 38500 véhicules dont 25 000 Renault neufs et 50 000 passagers transportés), le chiffre d’affaires ne parvient pas encore à couvrir la totalité des charges, dans un contexte macroéconomique difficile.
« Ce projet a bénéficié d’aides publiques des deux Etats français et espagnol (15 M€ chacun) et de l’Union européenne dans le cadre du programme Marco Polo (4 M€) utilisables et utilisés dans les 4 premières années de la convention de sept ans signée avec l’exploitant » précise Christophe Clergeau. « La suppression de la liaison entrainerait concrètement la suppression de 20 emplois et une perte de recette annuelle de 1 M€ pour le Grand Port maritime de Nantes-Saint-Nazaire. Au-delà, et alors qu’une seconde autoroute de la mer entre Saint-Nazaire et Vigo va ouvrir, elle irait à l’encontre des engagements de l’Union européenne et du gouvernement, résolument partagés par la Région des Pays de la Loire, en faveur de la transition énergétique ».
« Le partenariat européen créé autour de ce projet, son caractère innovant, son exemplarité écologique, le soutien unanime dont il fait l’objet, plaident pour que tous les recours soient pris pour obtenir une dérogation et que le soutien public puisse être poursuivi dès cet automne » a conclu Christophe Clergeau, en rappelant la volonté de la Région « d’appuyer toute initiative prise en ce sens ».
Communiqué de la Région

Voir aussi : http://www.saintnazaire-infos.fr/les-autoroutes-de-la-mer-menacees-de-disparaitre-25-52-2835.html


 

04/09/2014 | 1 commentaire
Article précédent : « SNCM : la compagnie maritime devra rembourser plus de 200 millions d'aides »
Article suivant : « Mistral : Le Front national dénonce une décision très grave du Président de la République »

Vos commentaires

#1 - Le 04 septembre 2014 à 22h20 par bib
La France est tellement bien gérée qu'elle passe son temps en commission européenne en demandes de dérogation x y et z.

Mais comme Pierre MOSCOVICI sera probablement le futur commissaire européen à l'économie, je ne doute pas qu'il saura user de son entregent pour sauver cette ligne. Ce fin stratège l'a déjà démontré avec la "muraille de Chine" (cf affaire Cahuzac).

Et si d'aventure, cela n'aboutissait pas, ce serait parce qu'"il n'y a plus de sou, ma bonne dame".

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter