Saint Nazaire Infos

La fermeture du pont fait peur

Avant le beau temps, la tempête. Les commerçants autour de la gare, certains déjà impactés par les travaux qui s’y déroulent, appréhendent la fermeture du pont de la Matte pendant trois mois.

Première constatation, peu d’impact négatif

Restaurants et hôtels s’en sortent pas trop mal, certains comme l’hôtel du Berry ou le Manège ne sentent même pas de différence entre avant et après. « Nous avons la chance d’avoir des clients fidèles qui continuent de venir. Notre clientèle est surtout constituée de gens qui travaillent dans le coin. Par contre, nous avons perdu en partie des patrons de Montoir-de-Bretagne et Trignac qui ne peuvent plus se garer », explique Patrick Mangin, propriétaire de la Fleur de Thym. Le Bistrot de la gare s’en sort, mais grâce à la trésorerie accumulée en prévision. « J’ai perdu 15 à 20 % de clientèle en un an », souligne son propriétaire Frédéric Corbin. La baisse touche aussi PSN Habitat dont les clients disent qu’il faut vraiment en avoir envie pour venir y aller…  Ce qui embête surtout la direction de l’hôtel Korali (et ses clients), c’est le bruit ; « un hôtel c’est fait pour dormir ». Et c’est sûr qu’en semaine, la grasse matinée n’est pas simplifiée par les travaux…

Deuxième constatation, stationner est un problème

« Les gens profitaient du parking, ils venaient un peu en avance pour manger avant de prendre le train », ajoute Frédéric Corbin. Ce n’était déjà pas toujours évident, même avec le parking de la rue du Commandant Gaté et les places disséminées un peu partout dans la rue. Maintenant que le parking est détruit (à terme il ne restera plus qu’une vingtaine de places), c’est la croix et la bannière pour trouver une place. Même celles payantes sont quasiment toujours occupées. Ce ne sont d’ailleurs pas tant les travaux qui mettent du plomb dans l’aile des commerçants, mais le manque de place. Des solutions sont trouvées : les places payantes de la rue Willy Brandt ou d’autres dans les rues alentour, comme la rue de la Matte. Pour la direction du Korali, « le parking était très important et beaucoup utilisé par notre clientèle. Ça va être une belle place, mais elle va être faite pour les vélos et les piétons. Or quand les gens viennent de Marseille, ce n’est ni à pieds, ni à vélo ».
 

Troisième constatation, la fermeture du pont effraye

Les travaux du pont ne sont pas encore commencés qu’ils donnent des sueurs froides aux commerçants autour de la gare. « Deux mois et demi mois , ça va être très long », soupire Patrick Mangin. Quasiment isolés du monde, tous les commerçants risquent de le sentir passer, mais à quel point ? C’est difficile à quantifier à l’avance. « Nous allons être coupés du monde, c’est très inquiétant surtout que ce sera au début de la saison touristique », rappelle la direction du Korali. Et pourtant tous ne désespèrent pas. Un état d’esprit bien résumé par Tatiana Derouet, la direction du Berry, dont l’établissement n’a été que peu impacté, « nous n’allons pas pleurer avant d’avoir mal ! »

Du côté des transports
Les travaux n’ont pas impacté les usagers de la gare puisque « ceux qui font des trajets de leur domicile à leur travail le font toujours… Par contre en mai avec les jours de fermeture de la gare, là notre activité sera impactée », explique Alain Chaumont, directeur général à la SNCF. D’ailleurs, en écho aux travaux de la rue, la gare va aussi évoluer à l’intérieur : l’espace vente et l’accueil vont être revus et un accès pour les personnes à mobilité réduite (PMR) va être mis en place.
Les agences de location de voitures du secteur n’ont pas forcément une grosse baisse de chiffre d’affaires, mais les clients se plaignent beaucoup de ne pas pouvoir accéder facilement aux agences. « La fermeture du pont va être plus embêtante surtout les week-ends où il n’y aura pas de train : les gens vont s’arrêter à Nantes et y louer une voiture », précise Fabien Quille, agent de comptoir chez Avis.
Les chauffeurs de taxis ne voient pas une grosse baisse de fréquentation. Par contre, ce qu’ils vivent au quotidien c’est la multiplication par trois des temps d’intervention à cause des travaux. Les plus forts ralentissements se faisant rue de la République, rue d’Anjou ou encore au rond-point de Cran Neuf, tout spécialement vers 17 heures. « On galère, mais c’est juste une période difficile. On s’adapte, on en a vu d’autres !», s’exclament-ils. Ils sont tout de même d’accord pour dire qu’avec la fermeture du pont, « ca va être plus difficile ».
 

Auteur : AP | 27/02/2012 | 6 commentaires
Article précédent : « L’ASSPRO invite Pole Emploi à son café actif senior »
Article suivant : « Le Divina a rejoint la forme Joubert »

Vos commentaires

#1 - Le 27 février 2012 à 22h56 par Mathias , Versailles
Certes, ça risque de faire mal, surtout dans un temps long ponctué par des crises à répétitions...
Mais bon, nous le savions depuis 2008, alors ne nous estimons pas "trompé sur la marchandise" !!!

Espérons simplement que tout ces travaux permettront d'ouvrir une nouvelle page et qu'ils permettront d'améliorer pérennement l'image de la ville...
Rappelons tout de même que le pont de la Matte constitue la principale entrée de la ville, tant par le train via la gare que par la route via le boulevard de l'Atlantique (ex RN 471).

Il y a donc fort à parier que ces travaux ne seront pas vain !

Cela étant, il est clair que sans la création de places de parking supplémentaires (d'ailleurs je trouve qu'il manque des parkings souterrains et aériens : ceci explique cela...) et surtout par la mise en place de parkings relais aux entrées de ville : que ce soit vers Océanis pour ceux qui viennent de Pornichet et plus largement de la baie, vers l'Immaculée pour ceux qui viennent de St André et plus largement de la presqu'île et enfin en amont de la zone commerciale de Trignac pour ceux qui viennent des communes de Brière et plus largement du Sud-Loire, car ce n'est qu'à cette condition que la ligne "épine dorsale" hélYce jouerait pleinement son rôle de pondérateur des flux pendulaires dans la ville-centre, tant au profit des "banlieusards" que des nazairiens...
#2 - Le 28 février 2012 à 23h34 par Mathias , Versailles
D'ailleurs, sommes-nous en retard ?

En effet, à l'heure ou notre voisine nantaise (modèle en terme de mobilité) compte déjà 3 lignes de Tramways, 1 ligne de Busway et prochainement 10 lignes de Chronobus : nous on pond... "hélYce" !!!

Nantes comptera donc pas moins de 14 lignes à haut niveau de service, et nous une seule (qui ne marchera sans doute pas d'ailleurs : malgré la dénomination du terme de ligne "épine dorsale" qui reste insuffisant...).
#3 - Le 29 février 2012 à 10h45 par Victoire, Saint-nazaire
J'espère que suite à la réalisation de ce pont nous ayons une entrée de ville agréable et fleurie, ce qui changera de la morosité que nous avons pu subir pendant plusieurs années.
#4 - Le 29 février 2012 à 12h16 par Elsevier, Saint Nazaire
Il va y avoir une pollution importante!
#5 - Le 29 février 2012 à 13h23 par zack moullec, St-nazaire
Jean-Pierre> NON il n'y aura pas d'entrée de ville agréable et fleurie! Il y avait des arbres, ils ont été abattus.

Et la politique de l'équipe en place n'est pas dans les "fleurs".

Sachez que sur l'ensemble de la ville, les espaces "fleuris" cumulés couvrent environ 2500m2, soit... le tiers d'un hypermarché comme géant! Visualisez un peu ce que ça donne à l'échelle de la ville. C'est ridicule, insignifiant.

Et là où il pourrait y avoir des fleurs, des arbres, il n'y a que du minéral gris et froid! Regardez devant Agora ces trottoirs gris, place de la gare (nouvelle version), centre république. C'est gris partout! Pas de fleurs.

Et le peu qu'il y avait ont disparues: rond point de sautron, plaisance, hotel de ville, bas de la rue Léon Blum, même devant la gare dans les années 80.

Si vous voulez une ville agréable, arborée, avec des fleurs, des bancs, qui donne envie de vous balader, il faut changer d'équipe dans 2 ans!
#6 - Le 01 mars 2012 à 10h43 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
cool

si il n'y a pas d'entrée fleurie ou verdoyante de Saint Nazaire, ca fera comme la route de Vannes à Nantes. enfin, avant que ce soit refait bien sur.

mais qui sont les crétins qui ont décidé ca encore ? des actionnaires Lafarge ? des nostalgiques d'architecture soviétique ? des allergiques au pollen ?
non seulement ca serait bien plus accueillant/sympathique/agréable pour les gens mais en plus la pelouse coûte bien moins cher au mètre carré que le béton ou le bitume. en plus ca permettrait de donner du boulot aux agents de la ville (cf le front de mer).

pour zac moullec, "Si vous voulez une ville agréable, arborée, avec des fleurs, des bancs, qui donne envie de vous balader, il faut changer d'équipe dans 2 ans!". ou alors déménager.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter