Saint Nazaire Infos

La distraction et des mallettes magiques pour lutter contre la douleur

À la cité sanitaire des équipes de pédiatrie se forment à la distraction, un moyen d'éloigner l'attention du jeune patient des soins qu'on lui impose.

La douleur ou la peur de la douleur à venir est une vilaine sorcière présente dans les services de pédiatrie. D'où l'idée de  la chasser, avec l'imagination, en racontant d'autres histoires. Distraire le jeune patient avec un conte, un jeu - afin que la panique ne monte pas, après c'est trop tard - est le principe actif de la distraction. Elle suppose une équipe de deux intervenants : l'un qui distrait, tandis que l'autre soigne.

Il ne s'agit pas d'hypnose comme dans le cas de l'hypnoanalgésie, mais d'une série de méthodes que chaque soignant va adapter à sa propre personnalité, en choisissant des supports différents en fonction de l'intérêt de l'enfant à soigner. Dans cette approche les parents qui le souhaitent peuvent être présents. Ils peuvent indiquer les interêts de leur enfant afin de choisir l'objet ou le sujet le plus approprié : un robot ? Une poupée, un nounours… pour conter une histoire de princesse, d'aventures intergalactiques… L'attention est captée, le jeune regarde l'objet, son imagination est mise en marche, elle voyage, loin de l'aiguille qui perfuse ou du pansement à refaire. « Il faut détourner l'attention ».  explique Malika.
« On a bien moins à les maintenir » confient Élodie et Vanessa infirmière et puéricultrice.
Elles sont « ravies et convaincues » par la formation qu'elles ont reçue, commencent à l'appliquer et en notent les bénéfices pour tous : d'abord pour le jeune patient, pour les parents qui stressent moins et « sont valorisés », et aussi pour elles : « on est là pour soigner », pas pour faire les méchantes qui font mal. Elles ont hâte que leurs collègues partagent ces pratiques. Une autre formation est programmée pour douze personnes, les soins s'effectuant en binôme.

L'aide de la Grande Récré

Le magasin de jouets de Saint-Nazaire a proposé un crédit de 300 € pour l'hôpital. Les infirmières ont donc pu aller y choisir les objets supports et ainsi constituer deux mallettes magiques : une pour les soins ambulatoires et l'autre pour les urgences pédiatriques.
Philippe Lebot directeur de La Grande Récré est heureux de l'utilisation de ce don, et « prêt à reconduire l'opération, c'est concret ». Une aide bienvenue pour l'équipe des fées de la planète Pédiatrie.





 



 

24/02/2015 | 0 commentaire
Article précédent : « STX : ce ne sera pas Daewoo »
Article suivant : « STX : Daewoo visite les chantiers »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter