Saint Nazaire Infos

La CGT craint une « sclérose » du développement économique

Plusieurs représentants syndicaux se sont rendus mardi à la préfecture de Nantes pour alerter des risques, pour le développement économique, de la mise en place de plans de prévention des risques technologiques.

Plusieurs représentants syndicaux se sont rendus mardi à la préfecture de Nantes pour alerter des risques, pour le développement économique, de la mise en place de plans de prévention des risques technologiques.
La CGT rencontrait mardi le directeur du cabinet du préfet à Nantes pour dénoncer la mise en place des plans de prévention des risques technologiques (PPRT) à Donges et Montoir. Le syndicat craint que ces plans, destinés à protéger la population des accidents industriels, ainsi que de nouvelles normes en matière sismique, ne « sclérosent » le développement économique.
Dans une note remise à la préfecture, le syndicat estime que « tous les projets portuaires sont gelés » depuis l'annonce des PPRT de Donges et Montoir-de-Bretagne. Il évoque notamment un hangar logistique au terminal à marchandises diverses et à conteneurs, des hangars à vrac au terminal agroalimentaire, un silo céréalier pour Sonastock ainsi que des travaux à la raffinerie.
En plus d'un « empilement de nouvelles directives en matière de prévention des risques », la CGT dénonce des règles concernant les zones humides « qui s'intensifient » et juge « difficilement compréhensible » une évolution de la réglementation antisismique.

« On est en train de se tirer une balle dans le pied. »

 Une nouvelle rencontre

« On est en train de se tirer une balle dans le pied, estime Yves Tual, secrétaire général CGT des personnels du port autonome Nantes Saint-Nazaire. On installe des périmètres de sécurité autour des entreprises alors que les sites ne sont pas extensibles et que l'habitat se densifie et, bientôt, on ne pourra plus rien faire sur le port. Ou alors pour un coût nettement alourdi et il faudra presque construire des abris antiatomiques. »
Pour la CGT, « l'État, au travers de ces nouvelles mesures de prévention des risques, va encore alourdir le coût de production pour les entreprises ». Elle craint pour l'emploi. « Si on met des carcans aux entreprises et qu'elles ne peuvent plus rester compétitives, elles risquent de partir », précise Yves Tual. Le syndicaliste affirme que certaines zones pourraient être « revues ». D'ici quelques mois, une nouvelle rencontre avec le préfet, des élus ainsi que des dirigeants économiques devrait être organisée.

Auteur : CC | 05/01/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Nouveau contrat pour STX »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter