Saint Nazaire Infos

La CGT 44 annonce une mobilisation générale le vendredi 14 décembre 2018

Le syndicat demande une juste répartition des richesses et un avenir digne pour tous.

La préoccupation grandissante d’une majorité de la population est simplement de savoir comment boucler les fins de mois.

L’écart se creuse de plus en plus entre la majorité de la population et les plus riches pour lesquels le gouvernement a des égards sans limites : suppression de l’ISF, baisse des cotisations sociales et crédits d’impôts (40 milliards de CICE pérennisés en baisse de cotisations sociales en plein mouvement des gilets jaunes !!). La baisse des financements publics, combinée aux privatisations des services publics, accroît la fracture sociale et les inégalités entre les territoires, en laissant de plus en plus de citoyens sans services publics de proximité.

Ce contexte politique qui « tire » toujours sur les plus précaires et les plus fragilisés au profit des plus riches amène une colère grandissante. L’absence de réponses concrètes et immédiates du gouvernement et du patronat, leur refus d’ouvrir de véritables négociations, génèrent une légitime colère dans la population.

La CGT partage cette colère

07/12/2018 | 3 commentaires

Vos commentaires

#1 - Le 07 décembre 2018 à 17h58 par #Donner moi l'envie , Saint Nazaire
Sur un air de Joe Dassin

La #CGT se baladait sur l'avenue le cœur ouvert à l'inconnu

Elle avait envie de dire bonjour à n'importe qui

N'importe qui et ce fut toi le #GiletJaune je t'ai dit n'importe quoi

Il suffisait de te parler, pour t'apprivoiser

Aux Champs-Elysées, aux Champs-Elysées
Au soleil, sous la pluie, à midi ou à minuit

Il y a tout ce que vous voulez aux Champs-Elysées
------
La récupération €n Marche
#2 - Le 07 décembre 2018 à 18h58 par Moyon, Saint-nazaire
Tous les mécontentements actuels,très justifiés, sont les conséquences des faillites successives des gestions de la gauche historique virant à la social-démocratie dont les échecs ont fait le lit du libéralisme.

Ce dernier quant à lui a laissé le "tout financier" prendre les leviers de commandes.

Mais à ces faillites politiques j'ajouterai celle du syndicalisme dont l'archaïsme, les postures, repoussent les adhésions potentielles.
Ce manque de puissance quantitative et d'unité est un régal pour le grand patronat privé, type CAC 40.

Il est invraisemblable de constater que depuis tout ce temps la CGT en particulier, n'ait pas su(voulu ?)quitter son dogmatisme pour structurer un vrai mouvement syndical.
La lecture du texte CGT ici reprenant les revendications d'une population qui ne se reconnait pas dans ce syndicalisme, illustre bien une concordance hélas virtuelle.
Si la situation des laissés pour compte n'était pas aussi grave on pourrait en rire.
#3 - Le 08 décembre 2018 à 08h26 par chloé, Saint-nazaire
Il y a les journées d'action sautes-moutons qui déconsidèrent le syndicalisme mais il y a aussi l'unité syndicale CGT-FO-CFDT aux Chantiers pour défendre les salaires, le préavis de grève CGT et FO des routiers qui a fait reculer le Gouvernement etc. Laurent Berger qui garde les moutons de Macron. Le syndicalisme actuel, c'est compliqué mais ni tout noir, ni tout blanc.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter