Saint Nazaire Infos

La CARENE investit 44m€ par an au cours du mandat

Mardi 2 février, le Conseil communautaire de la CARENE a voté son projet d'agglomération 2016-2022 ainsi que le débat d'orientation Budgétaire (DOB) 2016. Ces deux délibération ont récolté un large consensus parmi les élus. Le groupe Alliance du Centre et de la droite est monté au créneau pour fustiger une politique trop ambitieuse par la voix de Ludovic le Merrer.

Solidarité, services publics, coopération entre les communes, transition énergétique, aide à la création d'emplois par les entrepreneurs...Telles sont les orientations de ce projet d'agglomération 2016-2022 qui va investir 307 m€ au cours de cette mandature.

 

Les élus de Pornichet ont salué les décisions prises au sein de la CARENE et ont approuvé ce projet , c'est Edouard Deux qui a pris la parole prêtant allégeance : «  Sur l'ensemble de ces sujets, Monsieur le Président, vous pouvez compter sur la contribution pleine et entière de Pornichet pour aider à l'émergence d'une vision partagée ». Pour la période 2016-2022, l'objectif d'investissement représente 44 m€ par an pour un encours de dette à la fin du mandat prévu à 123,7 m€. En 2015, l'encours de dette était à 100 m€.

La capacité de remboursement sera alors étalée sur un peu plus de 4 ans Le groupe Alliance du Centre et de la droite est monté au créneau  dénonçant une politique trop ambitieuse par la voix de Ludovic le Merrer : « Nous aurions souhaité moins de projets pour tenir compte du cap financier contraint et un respect de vos engagements de ne pas alourdir la dette. Engagements que vous aviez pris ici même, en séance, et engagements déjà non tenus.Vos objectifs sont bien trop nombreux et non hiérarchisés. Nous craignons que vous n’ayez pas les moyens de vos ambitions. »

Le Merrer mouché mais pas corrigé

Même son de cloche pour le Débat d'orientation budgétaire 2016, Ludovic Le Merrer s'est montré inquiet : « Combien d’entreprises ont fermé boutique ? Le taux de chômage sur notre territoire ne varie pas et reste supérieur à la moyenne départementale et régionale. Comment expliquez-vous cela, alors que vous mettez en exergue le dynamisme des acteurs de notre territoire. Vous nous expliquez que la conjoncture est difficile, que les ressources diminuent et que les contraintes légales obèrent vos capacités. »

Le jeune -presque quadragénaire- élu d'opposition n'accepte pas la dette supplémentaire de 23 m€ et a suggéré la fusion avec d'autres intercommunalités pour accroître l'attractivité du territoire. Cette interrogation est restée sans réponse.

La majorité lui a ensuite rappelé que les taux d'emprunt restent favorables car très bas pour le moment pour la collectivité. Ces investissements à horizon 2023 ont été anticipés avec des baisses de dotations au niveau haut, et avec des subventions non modifiées. « On aura peut-être des bonnes surprises .» Marie-Anne Halgand a invoqué ensuite le bilan de Nicolas Sarkozy pour expliquer « cette situation dont nous avons héritée. Le CICE (NDLR : Le Crédit d'Impôt pour la Compétitivité des Entreprises) a donné 18 mds€ aux entreprises en 2014. Le développement économique pour la CAREN, c'est 7,4 m€ donnée par an pour les entreprises de Saint-Nazaire. La masse salariale augmente dans notre territoire. » Ce n'est pas aussi catastrophique que dans le tableau dressé par son opposant a suggéré en substance la vice-présidente en charge des finances.

Au mauvais souvenir de l'extrême-droite...

Pour clore le débat, David Samzun en a rajouté une couche à l'encontre du candidat malheureux aux municipales de 2014 : «Vous avez le besoin de cliver pour cliver. Vous êtes un commentateur de la vie publique mais vous ne proposez pas ».

Le président a rappelé que ce projet avait été validé par de nombreux élus de sensibilités politiques différentes.

Au cours de ce Conseil communautaire, le président socialiste David Samzun a prononcé à cinq reprises les fameux termes "d'extrême-droite" à l'intention du frontiste Gauthier Bouchet avec lequel une vive altération avait éclaté au cours du dernier Conseil municipal de Saint-Nazaire. Le principal intéressé n'a pas bronché. Ambiance...

Auteur : J-C L.B | 08/02/2016 | 2 commentaires
Article précédent : « Port maritime : David Samzun écrit à Emmanuel Macron »
Article suivant : « Lancement du comité de soutien à Alain Juppé « AJ pour la France » sur Saint-Nazaire »

Vos commentaires

#1 - Le 08 février 2016 à 18h29 par liloo
sieur le Merrer enrage de ne pas étre maire; et les pieds nicklés jaloux de la future députée;vive st naz et la gauche;
#2 - Le 20 février 2016 à 13h55 par Pierre GILBERT, Saint-nazaire
44m€ diantre.
Mais il y aurait encore mieux. Voici l'idée d'un projet qui circule...
------Un aéroport à Notre Dame De La Baule
Une chance pour notre région
A l’heure ou Nantes s’enlise dans la grande éponge ligérienne et le projet de Notre Dame des landes, déjà obsolète, peine à sortir de terre, saisissons notre chance !
Construisons l’aéroport de Notre Dame De La Baule.
Ce projet s’inscrit dans un plan d’envergure visant à redonner à la presqu’île et à sa capitale (La Baule) la place qui lui revient. Celle d’un poste avancé dans le grand concert mondial des échanges.
Le Projet Rationnel et Radical d’Organisation Urbaine Territoriale a pour vocation le recentrage de l’activité économique et culturelle du Grand Ouest sur une zone géographique plus favorable et ouverte au monde. Il n’est plus permis de tergiverser. Le monde avance à la vitesse d’un Airbus A 380 au galop. La construction d’un aéroport à La Baule est l’élément principal d’un ensemble considérable de réalisations d’infrastructures aéroportuaires, routières et ferroviaires qui fera de notre presqu’île le hub le plus à l’ouest de l’Europe. De ce point partiront en quantités industrielles le sel de Guérande, des flots de chouchen, des tonnes de Fondant Baulois, des coques, des palourdes, des huitres, des galettes au beurre, du morta de Brière et du chaume pour couvrir les toits de Pékin et de San Francisco. Nous inonderons le marché mondial de nos produits régionaux. Mais ce n’est pas tout.
Un aéroport rendra notre région plus attractive. La Baule sera directement accessible depuis les grandes capitales de la planète. A n’en pas douter, nous verrons des légions de touristes russes, américains, chinois, saoudiens débarquer à NDDLB (Notre Dame De La Baule), pour assister à la programmation culturelle d’Atlantia que le monde nous envie, au festival du cinéma et de la musique de film, aux Celtiques de Guérande, à la fête médiévale qui rayonnera jusqu’à Oulan Bator, ou pour admirer la météorite

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter