Saint Nazaire Infos

La CARENE au chevet de Bonne Anse

Conférence de presse de crise ce mercredi matin à la mairie de Saint-Nazaire après l’effondrement du belvédère de la plage de Bonne Anse. Un événement qui a pris de court la CARENE ; elle comptait dévoiler début 2012 d’importants travaux d’aménagement dans ce secteur

Trois élus (Bernard Garnier, adjoint à l’environnement et vice-président de la CARENE, Jean-Jacques Lumeau, adjoint à la voirie et Françoise Lestien, adjointe pour le quartier Front de mer/Gavy/Oceanis) sont montés au front pour répondre aux attaques de l’association Natur’action les accusant de négligence. (cf notre article d’hier)
En guise de préambule, Bernard Garnier évoque «un dossier rendu sensible par le grand attachement des Nazairiens à leur chemin côtier.» Mais c’est pour mieux battre en brèche les accusations de Natur’action. En effet, la CARENE devait annoncer début 2012 une série d’importants travaux sur plusieurs secteurs du chemin côtier nazairien, dont le secteur de Bonne Anse, «une priorité», à partir du mois de mars. Le budget total des travaux était évalué à 4 M € pour les zones de Chemoulin, Trébézy, la Courance, Saint-Eugène et Bonne anse, dont 600 000 € pour Bonne Anse et 350 000 € rien que pour la sécurisation du belvédère.
L’effondrement du mur de soutènement du belvédère a ''précipité'' le plan de communication. Bernard Garnier explique : « Je comprends très bien l’impatience et l’émotion des promeneurs, mais avant de commencer les travaux, cela demande beaucoup de temps à cause des études et des recherches de financement. J’aurais bien sûr préféré que les travaux commencent avant mais ce n’était pas possible. Nous avons fait le maximum de ce que nous pouvions faire compte tenu de toutes les contraintes techniques et financières. »

Quel avenir pour le Belvédère ?

Des études géotechniques ont été menées en 2011 sur la constitution des fondations de l’édifice datant de 1850 et la capacité de la falaise à recevoir des ouvrages d’ancrage. Il était prévu de démolir la partie du mur de soutènement qui était en mauvais état, par où l’eau s’infiltrait et creusait la falaise par un phénomène de siphon, et de mettre la place une paroi clouée et bétonnée, puis de l’habiller avec les pierres préalablement enlevées. Évidemment l’effondrement du belvédère remet en cause ce scénario : « Je serais malhonnête si je vous disais aujourd’hui que nous allons reconstruire à l’identique le belvédère » poursuit l’élu. « Il faut désormais que nous retravaillions avec le maître d’œuvre, que nous fassions de nouvelles études techniques, il faut aussi évaluer les coûts, et une fois que ces études seront menées, nous pourrons dire ce que nous allons faire. Mais il est certain que désormais le projet devra être remanié. »
Les services de la direction du patrimoine et de la gestion du domaine de la CARENE ont réalisé les premiers travaux d’urgence pour interdire le passage des piétons en partie haute et basse du belvédère. La partie du mur encore debout risque elle aussi de s’écrouler à tout moment. Les passants sont appelés à respecter la délimitation.
Un sentier côtier au sommet de la crête.
L’autre dossier important du secteur de Bonne Anse c’est la continuité du chemin côtier. Un chemin interdit au public depuis juillet 2009 à cause justement de la dangerosité su site. L’idée d’un système de passerelles évoqué il y a plusieurs années a été abandonnée, car il était très coûteux et n’aurait pas constitué une solution pérenne. Il a donc été décidé d’aménager un sentier au sommet de la falaise. La CARENE a dû négocier tout au long de l’année 2011 avec les propriétaires de trois terrains pour qu’ils cèdent une bande de 5 à 10 mètres de large par rapport au trait de côte. L’effondrement du belvédère ne remet nullement en cause le début des travaux d’aménagement du chemin prévus pour débuter en mars 2012.
«Tant que nous pourrons assurer la continuité et la sécurisation du chemin côtier dans des coûts raisonnables, nous le ferons » assène Bernard Garnier. « La côte est un milieu qui bouge continuellement et à un moment il faut aussi se poser la question, surtout en ce moment, du nombre d’€ que nous devons mettre sur la table. »
Depuis 2001, la CARENE a dépensé 4,5 M € pour le chemin côtier, dont 3 M€  pour Pornichet. «Si on avait su plus tôt les velléités du maire de Pornichet de quitter la CARENE, il n’est pas certain que le calendrier aurait été le même.» conclut avec une certaine malice (ou perfidie) l’adjoint à l’environnement.

Auteur : gg | 14/12/2011 | 2 commentaires
Article précédent : « Le SNVBA veut se relancer face à Martigues »
Article suivant : « Ci-gît le mur du belvédère de la plage de Bonne Anse »

Vos commentaires

#1 - Le 14 décembre 2011 à 21h50 par Moustic, Saint Nazaire
C'est clair que La Carène malgré ce qu'elle dit a une très lourde responsabilité de négligence dans cette affaire. Plusieurs signaux d'alerte avaient été tirés depuis 2009-2010
http://www.saintnazaire-infos.fr/sentier-cotier-pour-quelle-raison-la-carene-ne-veut-elle-pas-communiquer-sur-le-sujet-23-49-142.html
Monsieur Garnier quand on fait une bourde on reconnait on ne se défausse pas.
#2 - Le 14 décembre 2011 à 22h36 par zack moullec, conseiller municipal d'opposition DVG, St-nazaire
Monsieur Garnier a beau se justifier, Natur-Action a alerté la ville, la Carène et la sous-préfecture depuis 5 ans. En février 2008 (article de presse sur le site de N-A), l'association alertait encore sur ce belvédère. Rappelant avoir écrit à 4 reprises à la mairie en 3 ans...

Quand on fait une erreur on la reconnait et on l'ASSUME!

Si des travaux avaient été faits il y a 5-6 ans il aurait suffit de combler le trou de moins d'un demi metre cube et de colmater la breche de quelques dizaines de cm dans la paroi pour éviter les infiltrations.

"ILS" ont laissé faire, puis le trou s'est inexorablement agrandit, et l'eau infiltrée de l'extérieur.

Ce qui aurait couté 2 hommes une journée de travail et 1000 euro de matériaux, coutera au final aux nazairiens plus de 200 000 euro!

Cet effondrement, nous l'avions prévu. Et nous avions alerté en temps plus qu'utile les gestionnaires de cet espace public en demandant que ces gens prennent leurs responsabilités afin d'éviter tout accident! Heureusement l'éffondrement a eu lieu au petit matin et non pas par une journée de beau temps pendant les vacances de noël avec des gamins en dessous!

Les articles de presse et les courriers adressés aux une et aux autres sont à disposition de monsieur Garnier!!! Inutile de vous défausser à travers une conférence de presse pour tenter de minimiser les faits.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter