Saint Nazaire Infos

L’ANPU met Saint-Nazaire sous thérapie

Vendredi 30 septembre, les habitants de Saint-Nazaire ont pu assister à une curieuse manifestation : la psychanalyse de la ville. De 16 h 00 à 18 h 30 chaises longues et psys se sont installés au Ruban Bleu pour récolter les témoignages des habitants.

En blouse blanche, Laurent Petit, responsable de Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine (ANPU), et son équipe de bénévoles du Fanal ont passé deux heures vendredi 30 septembre à sonder les Nazairiens pour cerner l’identité de la ville. Non sans une étude poussée, le public a pu répondre à des questions psychanalytiques telles que « si Saint-Nazaire était un fruit ? Si Saint-Nazaire était une chanson ? Si la ville avait une mère et un père ? ». Une façon curieuse d’appréhender un public qui s’est porté bien volontaire pour parler de sa ville.
En toile de fond de ce projet, un spectacle qui se joue de l’architecture et de l’urbanisme pour mettre en exergue les « maux » de la société, les thèmes des ZFU (Zone Franche Urbaine), des logements sociaux, des résidences pavillonnaires sont abordés avec humour. Une psychanalyse urbaine qui comme le souligne Laurent Petit « peut être considérée comme une sorte de science poétique d’un nouveau genre : elle consiste à coucher les villes sur le divan, détecter les névroses urbaines et proposer des solutions thérapeutiques adéquates ». Image de la psychanalyse, qui dure généralement un temps déterminé potentiellement long, la thérapie de l’ANPU passe par différentes étapes d’analyses :
- la morpho-cartographie, à l’aide de cartes met en évidence l’étude des territoires et des formes liées à l’inconscient. Elle vous permet par exemple de visualiser les « ZOD » (Zone d’Occupation Bucolique).
- la krypto-linguistique, elle consiste à analyser les messages codés dans le nom même des territoires. On suppose que l’ANPU finira par nous faire un jeu de mot avec « Naz » d’ici la présentation de ses résultats.
- le SNC, pour Shéma Névro-Constructeur qui s’inspire des théories lacaniennes et décrypte les névroses du territoire par la sémantique. On y retrouvera notamment le « PNSU » (Plan Névrotique de Stratégie Urbaine).
Inspirée de Jacques Lacan, l’ANPU travaille son projet culturel sur le « tripode du RSI », le Réel, le Symbolique et l’Imaginaire. Trois fonctions qu’utilisaient les psychanalystes en étayant leurs réflexions sur l’observation de la nature humaine, de l’être parlant et non du langage en lui-même. On comprend mieux pourquoi l’ANPU a réussi a faire parler les Nazairiens.
Le Fanal qui a sollicité Laurent Petit pour cet exercice de style ne s’est pas trompé. Il ne reste plus qu’à attendre le 23 mars 2012 à l’Agora pour voir l’étude de la ville de Saint-Nazaire.
Site ANPUde l’ : http://www.anpu.fr

Laurent Petit
Laurent Petit
Auteur : Stéphanie Dupin | 04/10/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Octobre rose: mobilisation contre le cancer du sein »
Article suivant : « Mobilisez-vous pour la fête du sourire »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Publicité
Audiences annuelles réseau media-webSalon du chocolat
 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter