Saint Nazaire Infos

Joël Batteux offre ses vœux aux Nazairiens

Après un état des lieux des réalisations et des projets, le maire a fait part de ses craintes et questionnements pour l’avenir de la ville. Avant de clore la soirée, trois Nazairiens et cinq apprentis ont été médaillés.

L’année est à peine entamée qu’elle est déjà bien planifiée. Lors de la cérémonie des vœux du maire, ce dernier a mis en avant les nombreuses réalisations de l’année 2011 : la charte ville handicap, la charte de la ville associative, la rénovation de la médiathèque, l’école Chateaubriand à Saint-Marc et la rénovation du belvédère plage Jacques Tati. Des investissements importants pour quelque 47 millions d’euros. Joël Batteux en a profité pour souligner que les finances de la ville sont saines avec un endettement raisonnable et une bonne solvabilité. « Pour autant je crains fort que des décisions gouvernementales récentes nous amènent rapidement face à une situation financière qui nous obligera à réduire la voilure dans les prochaines années. Je ne parle pas ici des difficultés à emprunter auprès des banques, des dotations de l’Etat en baisse et de la suppression de la taxe professionnelle versée aux intercommunalités que je dénonce régulièrement. Non, je parle de l’instauration d’un nouveau fonds dit de péréquation des recettes fiscales intercommunales et communales créé en 2010 et applicable dès la loi de finances 2012 », explique-t-il.

Consolidation et développement de l’industrie

Le maire a aussi lancé une réflexion, devenue nécessaire face à la crise économique, sociale et morale. Les élus doivent continuer à penser à l’attractivité et de rayonnement économique de la ville et de l’agglomération, ainsi qu’à la qualité des services à rendre à la population pour assurer la mixité sociale. Mais Joël Batteux le dit et le répète, « pour l’agglomération nazairienne la grande affaire demeure la consolidation et le développement de notre industrie. C’est absolument essentiel car rien n’est jamais acquis. L’échelon européen est sans doute le seul pertinent pour bâtir des champions capables d’affronter la concurrence internationale à partir de filières cohérentes. L’échelon local, en particulier régional, est le plus adapté pour soutenir, au plus près des réalités du terrain, les tissus industriels diversifiés locaux ». Enfin, il a conclu son discours en annonçant les grandes réalisations prévues pour 2012 : la livraison du théâtre, de la cité sanitaire, d’HélYce, l’achèvement quasi-total de la rénovation des quartiers ouest, la mise en service de la station d’épuration des Ecossiennes, … Un programme chargé que la mairie entend bien mener jusqu’au bout.
 

Les trois médaillés

Pierre Thomas
Ingénieur, il entre à l’IUT de Saint-Nazaire en 1972 pour y donner des cours de mathématiques. Après son doctorat, il devient maître conférence puis professeur des universités et en 1997 chef de département Génie Civil. En 1998, il a joué un rôle important dans la création à Saint-Nazaire d’un IUP génie civil et de la première licence professionnelle en maintenance et réhabilitation des bâtiments en 2000. En 2004, il est nommé Directeur Adjoint de l’Institut de Recherche en Génie Civil et Mécanique, puis en 2005 Conseiller du Président d’Université pour le Pôle Universitaire de Saint-Nazaire, regroupant les sites de Gavy et Heinlex. Il a contribué à la signature entre la CARENE, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Saint-Nazaire et l’Université d’un Pacte de Progrès Concerté pour la période 2005-2008 : ce contrat a permis, entre autres, le développement de l’enseignement supérieur et de la recherche à Saint-Nazaire. En 2006, il prend la responsabilité du projet génie civil et gestion durable de la ville qui est intégré dans le Contrat de Projet Etat-Région 2007-2013, associant également la CARENE, le Conseil Général et l’Union Européenne dans le financement de la construction, sur le site de l’I.U.T, d’un bâtiment de recherche en génie civil environnemental et matériaux innovants dont l’achèvement est prévu en 2012.

Walter Buffoni

Il arrive à Saint-Nazaire l’année de sa naissance, en 1925, dans les bras de ses parents italiens qui fuient leur pays. Il grandit à Penhoët au milieu d’une vingtaine d’autres familles d’immigrés italiens. En 1936, il n’hésitera pas à faire l’école buissonnière pour rejoindre son père aux Chantiers et jouer de l’accordéon pour soutenir le moral des ouvriers en grève. « Cette époque m’a énormément marqué », dit-il « c’est là, je crois, que sont nées mes convictions politiques et syndicales ». En 1939, il passe le concours d’entrée en apprentissage comme chaudronnier aux Chantiers, mais après la guerre et suite à une maladie, il reprend le travail comme dessinateur au bureau d’études. Dès 1945, il milite comme « collecteur » pour la C.G.T et sera militant tout au long de sa vie. En 1953 il est élu délégué du personnel, en 1954 au Comité d’Etablissement du chantier de construction navale. Lorsque Alsthom rachète les Chantiers il devient secrétaire du Comité Central d’Entreprise et le restera jusqu’à sa retraite en juin 1980. Il fonde aussi le premier syndicat de locataires à Saint-Nazaire qui deviendra la Confédération Nationale du Logement. Retraité, il est secrétaire des retraités de la métallurgie et crée en 2000 l’association Fancitalia, dont l’objectif originel est la mise en place d’un pacte d’amitié entre Saint-Nazaire et La Spezia.

David Raison
Né à Saint-Nazaire en 1972, il a 7 ans quand ses parents l’emmènent 3 ans aux Antilles : l’école, c’est alors le CNED, et même s’il dit qu’il s’ennuyait sans copains, c’est là qu’il a appris la mer. Après une Terminale scientifique au Lycée Aristide Briand, il part à Nantes faire une « prépa » puis Centrale option hydrodynamique. Dans le même temps il se forme à la régate avec l’APCC. Il travaille 2 ans sur Paris puis revient à Saint-Nazaire en 1999 aux Chantiers. Aujourd’hui, ingénieur naval consultant, il navigue et dessine lui-même ses bateaux. Son palmarès est impressionnant puisqu’il totalise 13 ans de course au large en solitaire et 19 ans de régate. En 2011, David s’est investi totalement sur son projet de prototype avec lequel, sur 6 courses, il a obtenu 2 places de premier dont celle de vainqueur de la Transat 6.50 sur TeamWork Evolution, et 2 places de 2e. Nominé marin de l’année 2011, David a reçu le prix de l’innovation technologique décerné par la
Fédération des Industries nautiques pour son « proto » au nez tout rond et à la quille révolutionnaire.

Les apprentis médaillés

Jérémy Le Baron
A été primé au concours départemental des Meilleurs apprentis bouchers de France dont il a remporté le 1er prix.

Adrien Jahan
A obtenu la médaille d’argent aux évaluations régionales du concours « Meilleurs Apprentis de France 2011 », spécialité Maintenance des Equipements Industriels.

Tony Morantin
Apprenti en 2e année de CAP Peinture en Carosserie a été primé au concours départemental des « Meilleurs Apprentis de France 2011 », spécialité Peinture en Carosserie Automobile, à l’issue duquel il a remporté la médaille d’argent, puis au concours régional à l’issue duquel il a également remporté la médaille d’argent.

Anaïs Raynal

A obtenu la médaille d’argent aux évaluations régionales du concours « Meilleurs apprentis de France 2011 » dans le métier Vente-Action Marchande.

Simon Chollet

A obtenu la médaille d’or aux évaluations régionales du concours « Meilleur apprenti de France 2011 » dans le métier de Barman. Absent ce soir car il a trouvé du travail, sa récompense lui a été adressée par courrier.
 

Auteur : AP | 05/01/2012 | 3 commentaires
Article précédent : « Des ateliers pour ''bien vivre après 65 ans'' »
Article suivant : « Un cirque au sol »

Vos commentaires

#1 - Le 01 janvier 2012 à 09h56 par rotko
meilleurs voeux aussi à saint-nazaire- infos qui remplit bien son rôle d'infos et d'échanges.
#2 - Le 07 janvier 2012 à 00h08 par allaire, St Nazaire
sur les médaillés , donc 3 hommes ? pas de femmes à st nazaire capables d'être médaillées ?
#3 - Le 20 janvier 2012 à 15h04 par Georges
NON? non ET RENON? SI la situation de la ville est catastrophique et que Monsieur le maire est inquiet, c'est parce qu’il nous a mis sur la paille pour payer ses caprices. On ne construit pas, un hôpital, une téhâtre, une ligne de bus comme le bus hélice, rénover les bibliothèques de la ville et j'en passe, sans que ça se voit dans le budget. Or actuellement tout ça c'est dans nos impôts prochains. Donc oui, il y a de quoi être inquiet. Mais arrêtons les mensonges, c'est à cause d'une municipalité irresponsable qui nous a mis dedans et pour longtemps. Et Mr BATTEUX ne rejetez pas la faute sur les autre comme d’habitude, vous gérez la ville depuis plus de 30 ans. C'est vous le seul responsable et personne d'autre.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter