Saint Nazaire Infos

J-7 pour les urgences

Le 5 septembre, les urgences et la réanimation déménagent à la cité Georges Charpak. Les jours du site du Moulin du Pé sont désormais comptés. Gros plan sur des services réorganisés.

De 50 000 à 53 000 personnes passent aux urgences de Saint-Nazaire par an ; seulement 25 à 30 % sont hospitalisés après. Ce « succès » est dû au manque de lisibilité de l’offre de soins sur le bassin Nazairien et à l’attitude des usagers qui viennent de plus en plus facilement aux urgences, sachant qu’il y a un plateau technique derrière. Et comme chaque patient est soigné suivant la gravité de son cas, l’attente peut être de plusieurs heures avant la prise en charge.
Moment attendu où redouté, le déménagement du service des urgences de l’ancien au nouvel hôpital aura lieu le 5 septembre à partir de 5 h 00 du matin. La signalétique autour des nouveaux locaux est déjà en place, pompiers, ambulanciers ou encore gendarmes sont prévenus du changement. Des banderoles aux deux hôpitaux indiquent aux usagers la date et l’heure du changement. Au cas où « un double dispositif va être en place au Moulin du Pé et à la cité Georges Charpak, pour les urgences et la réanimation le 5 septembre. Les deux services au Moulin du Pé fermeront leurs portes définitivement à 19 h 00», précise le Dr Freddy Thibaut, chef du pôle chirurgie, anesthésie, réanimation, urgences. Il ne restera plus que la maternité, le bloc d’obstétrique et la dialyse dans l’ancien hôpital.
 

Une nouvelle organisation

Les nouvelles urgences sont beaucoup plus spacieuses que les anciennes et la prise en charge a été améliorée.
Une infirmière va gérer l’accueil, une infirmière qui catégorise les patients avec une grille de codage suivant le degré d’urgence des symptômes des patients. Les patients sont répartis dans deux catégories : paramédicale et médicale. « Les enfants doivent aussi venir aux urgences et non directement aux urgences pédiatriques car ils sont hiérarchisés aussi. Suivant leurs symptômes, soit ce sont les pédiatres qui viennent, soit ils vont dans leur service », explique le Dr Freddy Thibaut.
Les boxes ont fait place à de véritables salles d’examens permettant plus de confidentialité. « Nous voulons améliorer l’accueil des patients et mieux accompagner leur entourage », ajoute Morgane Vandenbulcke, cadre de santé aux urgences.
Une salle s’attente et une salle d’examen vont être dédiées à recevoir des gens en situation de précarité suivant des créneaux précis, surtout le matin. « La même salle pourra être réutilisée quand les urgences seront saturées et la nuit, pour servir de salle d’attente pour la pédiatrie traumatologique », précise Morgane Vandenbulcke.

Il va donc y avoir 19 boxes de 18 m2 :
- sept pour la traumatologie ;
- un pour la petite chirurgie ;
- un pour le déchocage (pour les patients dans le coma par exemple) ;
- un pour les plâtres ;
- neuf pour la médecine.
Il faut ajouter une nouveauté, trois boxes pour les urgences psychiatriques et dix lits-portes dans des chambres.
En réanimation, une petite unité de dix lits va être créée pour la surveillance continue des patients instables, afin d’être à proximité si leur état d’aggrave.
Pour le personnel, il y a actuellement 12 équivalents temps plein pour les médecins (il en faudrait 18), huit internes qui leur sont affectés, 45 équivalents temps plein pour les infirmières et 29 aides-soignantes. Sans compter les effectifs de psychiatrie.


Pratique :
Pour accéder aux urgences,  prendre l’entrée sud, par le rond-point de la Bouletterie. À la barrière, appuyer sur un bouton d'appel et indiquer au PC sécurité venir pour les urgences.
Au bout de la voie, se trouvent les urgences et leur parking attitré, d’une quarantaine de places.
 

Auteur : AP | 29/08/2012 | 6 commentaires
Article précédent : « Un petit air marin à la maternité »
Article suivant : « Réouverture de l’ École de Cirque de l’Estuaire »

Vos commentaires

#1 - Le 30 août 2012 à 15h44 par Mathias, Versailles
(P.S : On dit soit "Cité Sanitaire" de façon commune et pour faire cours, soit "Cité Sanitaire de St Nazaire" de façon usuel, ou bien encore "Cité Sanitaire Georges Charpak" dans sa formule longue, mais on ne dit pas "Cité Georges Charpak").
#2 - Le 31 août 2012 à 00h03 par zevusa
Mathias, s'il vous plait, ne faites pas "cours" ou alors expliquez-nous votre leçon.
Ne va-t-on pas "à Necker" ou à "Saint-Vincent-de-Paul".
Cette cité sanitaire,on l'appellera bien comme on voudra, et sûrement "hôpital" de façon "usuelle" et sans offense ni pour Charpak qui nous rendait intelligents ni pour les gens qui s'y dévouent.
Et si on l'appelait "Charpie" ou "Charpik"?
Mignon et médical ...
Si vous nous l'autorisez bien sûr :)
#3 - Le 31 août 2012 à 12h37 par franck berthelot, Saint-nazaire Les Palmiers
Je continuerai à dire "Hopital" car y'en a marre du politiquement correct!

Entre les "gens du voyaaaaaage" pour les gitans, nomades, les "personnes non voyantes" pour les aveugles, les "personnes à mobilité réduite" pour les handicapés, les "personnes de petite taille" pour les nains, et les "maisons d'arret" pour les prisons, ça me gave!

On peut y ajouter les "rippeurs" pour les éboueurs, les "techniciennes de surface" pour les femmes de ménage et la liste est longue.
#4 - Le 01 septembre 2012 à 00h13 par Alex, Pornichet
Je ne sais pas je pense qu'on dit cité sanitaire car c'est ce qui est indiqué sur les panneaux et dans les journaux.
#5 - Le 05 septembre 2012 à 18h11 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
on s'en fout du nom

le principal c'est que l'on ait des soins de qualité lorsqu'on est obligé d'y aller

non ?
#6 - Le 06 février 2015 à 17h04 par glotin, Pontchateau
bonjour c'est pas formidable la nouvelle??sante sanitaire ??manque d’humanité au urgences par certains services ??soyez pozitif ??tout se qu'il save dire ,sympas il yen a aussi ??mais pas le temps, et pas de places? pour les malades ????
bon il vont faire des économies sa c'est sur + emprunt toxiques ???

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter