Saint Nazaire Infos

HélYce : les commerçants souffrent

Les commerçants sont nombreux à sentir le poids des travaux d’HélYce, principalement dans le centre-ville. Dans certaines rues, tous les commerçants ont demandé un dossier d’indemnisation.

Patrice Cornet, propriétaire du Café Sary, avenue de la République, a subi une baisse de 35 à 40 % de son chiffre d'affaires. Une situation qui lui semble due aux travaux « les bus ne passent plus, les gens n’arrivent plus à se garer, donc ils ne viennent plus ». À quelques pas dans la même rue, se trouve Envie Gourmande, un commerce dont le chiffre d’affaires était encore en hausse en 2012 voit une aussi vraie différence. Son propriétaire, Dominique Praud, a déposé un dossier et espère que « les experts tiendront compte de l’augmentation des frais fixes et ne donneront pas des indemnités ridicules ». Dans l’émission de Télé Nantes, Transbordeur, Cyril Allanic, président des commerçants, a fait un constat dramatique des travaux : « nous avons eu des redressements judiciaires, nous avons eu des dépôts de bilan aussi, liés complètement à HélYce, d’autres liés à la conjoncture plus HélYce ».

Alentours de la rue d’Anjou, même constat

Au Bon accueil, la propriétaire, Christiane Dauce, évoque la difficulté de retrouver une clientèle après une année difficile. Pendant quasiment un an, la rue d’Anjou a été en travaux ce qui leur a fait perdre beaucoup de clients. Et pourtant, elle souligne avoir pu compter sur une « clientèle de fidèles qui nous a donné de nombreux témoignages de sympathie ». Denis Lamoureux, propriétaire de Territoire d’hommes rue de la Paix, a du mal à chiffrer la perte due aux travaux ; il regrette aussi de ne pas pouvoir déposer de dossier car il n’est pas dans la zone des travaux. Ayant un second magasin à Guérande, il a le sentiment que toute une clientèle de la Presqu’Île a déserté Saint-Nazaire en faveur des centres commerciaux en périphérie et des magasins de la Presqu’Île. Les bureaux du centre ont aussi perdu de la clientèle en faveur de ceux de la périphérie. « Un client perdu ne revient pas », assène Olivier Guesdon, buraliste. Lui non plus n’est pas dans la zone des travaux et n’estime pas pouvoir déposer de dossier même s’il a perdu une cinquantaine de clients par jour depuis le début des travaux. Devant son commerce, la rue va être recreusée pour la troisième fois : « ça a été mal fait : ils ont recouvert la bouche d’égout. Ils vont devoir tout recommencer ».

Une image plutôt positive

Malgré tout, l’ensemble des commerçants a une vision positive des travaux. Patrice Cornet, pourtant fortement impacté, part du principe que les choses vont aller mieux : « Il fallait refaire la ville, ça va redynamiser le centre-ville. Les gens commencent déjà à revenir : je vois moins d’appartements à louer dans la rue ». Un avis partagé par Christiane Dauce qui trouve que « le quartier y a gagné, on sait que les villes ont besoin de travaux. C’est normal, mais je regrette le manque d’anticipation de la mairie… ». A contrario, Denis Lamoureux estime qu’il est « curieux de faire de tels travaux en centre-ville, il y avait d’autres sujets prioritaires ». Et de s’interroger sur la pertinence d’HélYce : qui va l’utiliser ? Où sont les parkings en périphérie ou à la gare ? Pourquoi ne pas aller jusqu’à Pornichet ou dans la Presqu’Île ?

Auteur : AP | 13/02/2012 | 3 commentaires
Article précédent : « Une manif qui a de la gueule »
Article suivant : « Des conseillers peuvent accompagner les licenciés   »

Vos commentaires

#1 - Le 14 février 2012 à 09h39 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
depuis plusieurs messages postés ici, je dis qu'il y a problème avec ce projet Helyce. je ne remets pas en cause l'intéret du projet qui, je pense, peut (éventuellement) apporter un plus. ce n'est donc pas le fond du problème mais plutôt sa forme qui est à déplorer.

plusieurs points :
- TOUT EN MEME TEMPS - qui est le crétin qui a décidé de tout faire en même temps ? il était sans doute plus judicieux de faire les travaux par tranches et d'y consacrer tant de semaines dans à rue et non plus tant de mois dans cette meme rue.
- DOSSIERS D'INDEMNISATION - je n'ai pas tous les détails mais il semble que les commerçants ne se sont pas vus proposer un dossier d'indemnisation automatiquement. je connais certaines villes où c'est prévu et budgété dans le programme, c'est donc proposé automatiquement aux commerçants : une question de respect envers quoi. y aurait il un manque de respect envers les commercants à saint nazaire ?
- FAUSSES DECLARATIONS - autant dire les choses comme elles sont et les commercants (certains) peuvent en prendre aussi pour leur grade. les indemnisations se sont sur les bilans, donc le déclarer. tant pis pour les commercants qui jouent avec le black.
- "LES GENS COMMENCENT A REVENIR" - je vois ca marqué dans l'article, c'est bien. quid des commercants qui ont mis la clé sous la porte, ou qui sont en redressement voir en liquidation ?
- "LA RUE VA ETRE CREUSEE POUR LA TROISIEME FOIS" - pas de capitaine sur le bateau ? personne ne mene la barque ? on paie les gens à rien faire ou quoi ? ou sont les fameux gens intelligents (archi, maitre d'oeuvre, chefs de chantier)? a moins qu'on creuse une première fois pour passer l'eau, une seconde pour passer le gaz et une troisième pour l'électricité

à travers ma réaction, j'expose mon avis (assez acide je le reconnais) mais surtout dénonce des vérités que tout le monde doit connaitre
#2 - Le 14 février 2012 à 09h43 par zmoullec, Saint-nazaire
Oui, pourquoi ne pas aller jusqu'à Pornichet monsieur Batteux???
Mise à part votre querelle politico-personnelle avec le maire de Pornichet, c'est là bas qu'il y avait besoin de faire aller HélYce (ce qui était prévu du temps de l'ancien maire, PS).
Les nazairiens qui travaillent à Pornichet, les pornichétains qui travaillent à St-Nazaire, les touristes, les jeunes...
Ben non on préfère un bus de 150 places vers Trignac toutes les 20 minutes! Bus qui sera VIDE 2 fois sur 3 d'autant qu'il n'y aura que 2 arrêts sur Trignac centre!
#3 - Le 14 février 2012 à 16h46 par alex delwest, St-nazaire Les Palmiers
Le coup de la 3eme tranchée ne sera malheureusement pas un cas isolé.
Les voies sont étroites en ville. Les bus auront du mal à se croiser.

Deux cas concrets que je viens de remarquer ce week-end: lorsqu'un bus venant de la gare sera arrêté au feu de la rue Jean Jaurès / Anjou, un bus venant en sens inverse ne passera pas!

Idem lorsqu'un bus sera au feu de la rue d'Anjou vers De Gaulle, un bus venant de De Gaulle ne passera pas!
C'est beaucoup trop serré, d'autant que là on joue avec des bus articulés de 18m, pas avec 2 bus standards.

C'est tout bête mais il faudrait y penser en faisant les travaux... pas en septembre prochain.

Les quais de bus font... 18m, soit la longueur exacte des véhicules! Ils auront intéret à viser juste pour ne pas avoir une porte qui dépasse dans le vide sans quai (les portes avant et arrière des Mercedes étant situées aux extrémités).
La aussi, ne pouvait-on pas prévoir des quais de 20/22 mètres?

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter