Saint Nazaire Infos

Grosse affluence à la première assemblée citoyenne du Front de gauche

Jeudi soir, la salle de réunion n°7 d’Agora s’est révélée notoirement trop exigüe pour recevoir les militants du Parti communiste, du Parti de gauche et de la Gauche solidaire majoritairement présents. Victimes du succès, mais ravis de l’intérêt du public pour la politique, Yvon Renevot (Parti communiste) et Augustin Grosdoy (Parti de gauche) étaient en charge d'animer les débats. Chauds, très chauds...jusqu’au bout de la nuit.

Plus près de cent que de dix. Selon les estimations, l’affluence massive des candidats aux débats pour cette première assemblée citoyenne à Saint-Nazaire a surpris. Elle a même un moment inquiété les organisateurs sur le plan de la sécurité. « Nous étions vraiment à la limite de la jauge » une expression navale fort à propos dans la ville portuaire.
Si l’on en croit le succès de la vente du livre programme (2 €), le Front de gauche a le vent en poupe. « Notre petit livre rouge, qui appelle à la révolution citoyenne, est un succès de librairie ». Dans ce petit fascicule, (style celui des indignés en plus fourni), sont développés le partage des richesses, le combat contre l’insécurité sociale, la reprise du pouvoir aux banques et aux marchés financiers, la planification écologique et la convocation d’une assemblée constituante pour la VIe République.

La mise en bouche

Dans son exposé préliminaire, Augustin Grosdoy du Parti de gauche a défini les grands axes de la discussion. « Il est nécessaire d’élargir le rassemblement. Un autre monde est possible en mettant en œuvre d’autres solutions. Il n’y a pas de fatalité. Il faut travailler sur les neuf points de notre programme. Notre texte n’est pas fermé. On veut nous faire croire qu’il n’y pas d’autres voies que la finance. On en a assez d’entendre le discours raciste et xénophobe du gouvernement. Il faut reprendre le pouvoir et fonder la VIe République ».

Le communiste Yvon Renevot était tout autant combatif. « Nos assemblées citoyennes sont une première. Partout en France, il faut ouvrir des espaces de débats. Pour les présidentielles, il ne faut pas se faire voler ces débats populaires. Nous parlons des vrais problèmes pour nous sortir de la crise. Il ne faut pas rester spectateurs ».
Et de continuer. « Il faut battre Sarkozy et faire de la politique autrement avec l’humain d’abord. Ces réunions permettent un partage collectif sur la connaissance du programme qui a besoin d’être enrichi en favorisant la prise de parole. Cette réunion en appellera d’autres. C’est un bon lancement ».

Jean-Luc Mélenchon n’est pas le Père Noël

Il en a la couleur avec son petit livre rouge, mais pas encore la barbe blanche. De plus, il n’est vraiment décidé à faire des cadeaux à ses adversaires, (voir ci-dessous).
Le moment des débats était venu. Mais au préalable, à l’aide d’une cloison amovible, les participants ont été divisés en deux groupes afin de clarifier les débats. « Dresser un mur entre les citoyens n’est pas vraiment l’objectif du Front de gauche ». Cela fit beaucoup rire.
Traditionnellement, par timidité, il faut attendre un moment avant que quelqu’un se décide à poser la 1re question. Parfois on est tenté de passer directement à la seconde Agora, jeudi soir, ce ne fut pas le cas.
Boum, patatras ! Immédiatement, les intervenants entrent dans le vif du sujet. La bienséance nous empêche de tout traduire car, et cela est bien normal, dans ce genre de réunion, les invectives ou propos limite injurieux foisonnent.
Après avoir constaté l’absence inquiétante de jeunes à cette soirée, les militants purent exprimer leurs constats sur la crise, leurs chapelets de solutions mais aussi leurs reproches violents comme « il faut qu’il dégage » en parlant du Président de la République. Mais le Parti socialiste et François Hollande ne furent pas épargnés. Tout comme les écologistes. Chacun a eu sa part.
Extraits d’interventions parmi d’autres : « Nous ne sommes pas des Pères Noël. Il faut bien expliquer notre programme et surtout le chiffrer. Sinon nous ne sommes pas crédibles » ; « Le programme du PS est plus près de Bayrou voire même de Sarkozy » ; « Il faut que le Front de gauche atteigne un taux à deux chiffres aux présidentielles et pas forcément autour de la dizaine. Il faut une gauche de combat » ; « Il faut donner de l’utopie et aller prendre l’argent où il est » ; « Investissons les maisons de quartier pour que nos réunions soient plus populaires ». « Il faut casser les thèmes de la ''Petite blonde à la télé'' (Marine Le Pen) » ; « Nous devons nous montrer dans la rue. Il n’y a pas d’élection sans lutte » ; « Quelle honte d’être engagés aux côtés des socialistes et d’EELV ». Manifestement le Front de gauche n’est pas disposé à trinquer avec les Verts.
A une heure plus avancée dans la nuit, les argumentaires commençaient à revenir en boucle. Des syndicalistes (FSU-CGT) commençaient à se « prendre le chou ». D’autres s’en prenaient aux médias. Il était temps  de de regagner nos pénates dans la nuit noire.

Voir aussi http://www.media-web.fr/francois-hollande-ne-sera-pas-le-nouveau-jospin-de-la-gauche-plurielle-82-83-487.html

Auteur : JLM | 01/12/2011 | 2 commentaires
Article précédent : « Plus d’habitants dans les conseils de quartiers »
Article suivant : « Emmanuel James succède à Charles Hervy au Conseil Municipal »

Vos commentaires

#1 - Le 03 décembre 2011 à 20h16 par PlogOff, Mondeville
Bonjour et félicitation pour ce grand succès citoyen.

Juste un petit mot pour vous dire, qu'à la planification écologique, il manque cruellement la sortie du nucléaire dans le cadre démocratique du quinquennat car nous avons qu'un seul monde possible et peu de temps à perdre si l'on souhaite lui garantir un avenir souhaitable, vivable et durable.
Il ne faut pas changer LE système mais changer DE système.

Un autre système est nécessaire ! Stop nucléaire !

Merci pour votre attention. Amitiés netoyennes.
#2 - Le 05 décembre 2011 à 16h04 par valduv
Une catastrophe nucléaire en France compromettrait toute mise en place d'alternatives valable pour la protection de l'ecosysteme humain (expression chère à M.Melenchon), car elle rendrait les territoires invivables et impropres à toutes cultures relocalisées.

Votre programme doit être plus précis sur ce point afin d'eviter le pire si M. Melenchon est élu, ce que nous sommes de plus en plus nombreux à souhaiter.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter