Saint Nazaire Infos

Gros plan sur les arbres remarquables nazairiens

73 arbres remarquables sont répertoriés sur Saint-Nazaire. Petit tour dans les quartiers de Sautron et Villès-Martin à la rencontre de quelques spécimens.

Un nouvel inventaire des arbres remarquables de la ville de Saint-Nazaire va être établi. « Les arbres peuvent remarquables grâce à leur essence, leur variété, leur hauteur, leurs rareté, … », commence Jacques Clairgironnet, responsable des espaces verts. Les derniers arbres ont été classés dans de Plan d’occupation des sols (POS) de 1993 et ils n’étaient qu’une dizaine. 73 ont déjà été répertoriés de 24 espèces différentes (cerisier japonais, séquoia, palmier, …)
La tendance des propriétaires à utiliser facilement la tronçonneuse a poussé la Ville à prendre des mesures. Les espaces verts et les élus ont organisé un circuit dans les quartiers de Sautron et Villès-Martin (celui où il y a le plus d’arbres remarquables), pour mettre en avant certains de ces arbres remarquables. « C’est un secteur où les arbres remarquables ne sont pas connus de la population sur les espaces privés et publics », explique Bernard Garnier, maire-adjoint.
Pourquoi inscrire des arbres au patrimoine local ? Avant tout pour qu’ils ne puissent être arrachés. Les gens ont plusieurs raisons de faire classer leurs arbres, éviter que leurs voisins ne les obliger à faire arracher leur arbre en est une. Classer les arbres est un avertissement aux propriétaires.
Les arbres jugés remarquables sont évalués selon un barème très particulier. « Les amendes peuvent monter très vite », souligne Jacques Clairgironnet. Par exemple, quelqu’un qui a élagué six branches d’un arbre sur le domaine public a récemment payé plus de 800 € d’amende. Et ce n’était que de l’élagage. Il ne faut pas oublier qu’en cas de danger, les arbres pourront cependant être enlevés.

Quelques arbres remarquables

Ils sont foison dans les quartiers de Sautron et Villès-Martin.
Boulevard Albert-Ier, sur la promenade récemment refaite du bord de mer, se dresse un Orme Champêtre, l’un des derniers de son espèce sur Saint-Nazaire. Les autres ont été décimés par une maladie, la graphiose de l’orme.
Rue Benjamin Franklin, une glycine grimpe sur un imposant Cyprès de Lambert.
Rue Marcel Sembat, on peut voir un magnifique Magnolia à grandes fleurs, quelques maisons plus loin un Érable sycomore (qui se développe rarement dans nos régions) et un pin maritime.
Rue Vincennes, un Désespoir des singes, sans doute planté dans les années cinquante.
 

Auteur : AP | 10/05/2012 | 9 commentaires
Article précédent : « Conseil municipal : une nouvelle gare… dans quelques années »
Article suivant : « Comment voyez-vous la médiathèque dans 20 ans ? »

Vos commentaires

#1 - Le 11 mai 2012 à 00h51 par christian flavian, St-nazaire
Quel double langage cette municipalité!

Dans le même temps ils coupent de magnifiques arbres: Kerlédé, le plus beau platane de la place Blancho, de magnifiques peupliers boulevard Mauperthuis, etc, etc la liste est malheureusement très longue.
#2 - Le 11 mai 2012 à 07h35 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
excellent et bel article

la CARENE et l'OT vont-ils être assez intelligents pour faire une sorte de circuit touristique à travers la ville ? avec plan et tout et tout ? ca pourrait être sympa et originale
#3 - Le 11 mai 2012 à 14h57 par J-C, Saint-nazaire
Cette intention affichée de vouloir protéger les arbres remarquables est bien réconfortante!Dommage que plus de sanctions n'aient pas été infligées ces dernières années! Tellement d'arbres ont été abattus ("arrachés"!)ou sévèrement élagués...pas seulement dans les espaces privés. Les arbres ont aussi souvent fait les frais des opérations immobilières même quand ceux-ci étaient "protégés" (ex: les deux cèdres de Laborde, le chêne du chemin du Rocher du Lion). Le chêne centenaire de Kerlédé a bien souffert.Il n'est plus ce qu'il était encore en 2009 avant Balnéa.
Les ormes du Front de Mer ne sont pas tous morts de la graphiose.
Quant à l'Araucaria ("désespoir du singe")de la photo, il a été planté bien avant les années 1950. C'était déjà un "vieil" arbre en 1957 qui avait été épargné en 1957 lors de la construction de la cité de l'Ile d'Aix. D'autres arbres de cette essence existent à Saint-Nazaire.
L'arbre de Kerlédé abattu ce 2 mai par mesure de "sécurité" était déjà connu dans dans les années 1950 devant l'ancienne ferme.
#4 - Le 15 juin 2012 à 21h01 par J-C, Saint-nazaire
Cette excellente initiative pour protéger les arbres remarquables ne doit pas plaire à tous. L'imposant cyprès de Lambert de la rue Benjamin Franklin n'existe plus. La glycine ne pourra plus grimper sur lui non plus.Il vient d'être abattu. En fait, il y avait trois cyprès formant un bouquet d'arbres. Comme pour l'arbre de Kerlédé, ce massacre a eu lieu en période de nidification.
On continue à détruire le végétal qui agrémente notre environnement.
Honte au(x) donneur(s) d'ordre! Carton rouge.
#5 - Le 16 juin 2012 à 18h04 par J.R., Saint Nazaire
INFO ou INTOX ? Après plusieurs appels téléphoniques au service concerné depuis 2 mois (aucun appel de leurs part !!!!!!), je viens d'apprendre que cette initiative ne sera pas poursuivie !!!!!! De qui se moque-t-on ?
#6 - Le 19 juin 2012 à 00h01 par alain, St Nazaire
La prochaine opération médiatique de la mairie consistera a classer des monuments afin de les démolir !!
#7 - Le 20 juin 2012 à 08h23 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
y s'aiment pas la verdure à saint nazaire de toute facon

suffit de voir au nouveau théatre, rue de la république, la gare, etc.
suis sur qu'ils ont des actions chez Lafarge moi. j'vois pas d'autres explications
#8 - Le 11 septembre 2012 à 15h13 par Nazarienne, Saint-nazaire
Bonjour,

Connaissant très bien l'étude qui a permis d'inventorier les arbres remarquables de Saint-Nazaire, je me permets de répondre à vos interrogations.

Concernant l'étude sur les arbres remarquables : l'étude est toujours en cours, elle est aujourd'hui en intégration au plan local d'urbanisme.
Toutefois, la phase d'inventaire est terminée puisque la stagiaire en charge du projet n'a pas pu être recruté pour des motifs d'ordre financiers.

Je tiens à réagir quant à l'abattage du Cyprès de la rue Benjamin Franklin.
Le service espaces verts n'a pas été avisé de cet abattage puisque l'autorisation a été délivrée par M. Jean-Jacques Lumeau. M. Lumeau a eu en effet connaissance des intentions de préserver cet arbre puisqu'il fut présent lors de la conférence de Presse 15 jours auparavant. Cette conférence ayant pour objectif de renforcer la prise de position de la mairie concernant le durcissement sur l'abattage des arbres remarquables.

Que doit-on retenir de tout cela ?
Qu'il y a bien une volonté de la part du services EV et de l'urbanisme de protéger les arbres remarquables, mais cette volonté est loin d'être prépondérante chez tout les élus de la mairie.

Alors quelles solutions peut-on apporter à cela ? Changer les élus en place lors des prochaines élections municipales.
#9 - Le 12 septembre 2012 à 13h35 par GUILLARD France, Saint-nazaire Ouest
Il y a bien une solution:

Chaque fois qu'ils coupent un arbre que veulent concerver les habitants du coin

coupez l'herbe sous les pieds d'un élu !!

Si l'on pouvait revenir en arière, il n'y aurait plus grand monde pour l'urbanisme à la mairie !!

Qui à mieux à proposer avant 2014 ???

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter