Saint Nazaire Infos

Gauthier Bouchet, le jeune élu qui monte au Front

À 26 ans, le benjamin du nouveau conseil municipal nazairien entend mettre à profit ces six années de mandat pour parfaire son apprentissage politique. Touche-à-tout, le jeune homme possède un parcours déjà jalonné de nombreux investissements et passions.

Il n’est pas forcément aisé d’être le fils de. Encore moins d’être celui de Christian Bouchet, récente tête de liste aux municipales du Front national/Rassemblement bleu Marine (FN/RBM) à Nantes. Mais pour Gauthier, « être le fils de Christian Bouchet, ce n’est pas déshonorant ». Au contraire même, car « il représente une constance en politique. Ses idées sont restées linéaires depuis 45 ans». En partie, et grâce à cela, son père est « un modèle »*. Mais les comparaisons du type, « c’est la copie en moins bien » sont tenaces. Qu’importe. Le jeune homme de 26 ans possède déjà un patronyme reconnu dans les milieux politiques, ne lui reste plus qu’à se faire un prénom.
Si la figure paternelle tient une place prépondérante dans le parcours du Nantais de naissance (la quasi-totalité de ses origines proviennent de l’Ouest de la France), il n’en reste pas moins que Gauthier Bouchet a su se forger une opinion politique, indépendamment de son père. Nationaliste et patriotique. « J’ai adhéré au Front national en 2007 », soit six mois plus tôt que Christian Bouchet. C’était encore « au temps de Jean-Marie Le Pen, ce qui n’est pas commun pour les jeunes, plutôt intéressés par l’image de Marine ». Son engagement ira crescendo par la suite. « À partir des Européennes et des Régionales (2009 et 2010), j’ai commencé à être militant et candidat ».
Au même moment, « j’ai eu des fonctions officielles plus nationales au Front national jeunesse (FNJ), à l’invitation de David Rachline, ce qui prend une notoriété rétrospective, puisqu’il est maire de Fréjus (depuis le 30 mars dernier). Je me suis occupé de tout ce qui était communication, Internet, réseaux sociaux, à une époque où le FN n’était pas du tout présent dans ces domaines (il est le créateur de pages Facebook et Twitter du parti et de hautes personnalités du FN), tout en occupant des fonctions départementales au FNJ 44 (2010-2012) ».

Multiples passions

Des engagements politiques certes chronophages, mais qui n’empêchent pas Gauthier Bouchet d’obtenir son baccalauréat (série littéraire), et de poursuivre jusqu’au Master de recherche en Histoire contemporaine, bouclé en octobre dernier à l’Université de Nantes. Actuellement, bien qu’entre parenthèses, le doctorat est visé. Dans ce cursus, le jeune homme a abordé deux gros sujets : « les élections législatives de 1871 dans le département de la Loire-Inférieure » et « les élections législatives d 1876 et 1877 dans le département de la Loire-Inférieure (ancien nom de la Loire-Atlantique jusqu’en 1957) » pour lesquels il obtient la mention "bien".
Il a alors à peine 25 ans, et possède déjà une bonne culture politique, ce que confirmera Florian Philippot lors d’une interview donnée à RMC/BFM TV en août 2013. À l’origine de la question (taquine) posée par le journaliste, il était fait référence à la passion de Gauthier Bouchet pour les Pokémon. Par ailleurs mal renseigné, l’intervieweur était persuadé que le jeune homme était tête de liste à Saint-Nazaire pour les élections municipales. Comme si passion et engagement politique n’étaient pas compatibles… « Je pense que cela a nui à Jean-Claude (Blanchard, la réelle tête de liste), mais moi, cela ne m’a pas desservi. Le reste était positif ». Et les Pokémon dans tout cela ? « C’est une ancienne passion, depuis six bonnes années. On ne peut pas me faire la remarque ou le reproche de choses qui ne sont plus contemporaines ». Affaire assumée mais classée. Organisateur de tournois de ce jeu de cartes à l’époque, sa gestion a par ailleurs été louée par plusieurs joueurs/collectionneurs.
Si les Pokémon lui sont passés, Gauthier Bouchet reste en revanche passionné depuis qu’il est tout jeune par la paléontologie. « Collectionneur de fossiles «… », il est le créateur de Paleontopedia (paleontopedia.org), encyclopédie paléontologique collaborative en ligne », comme l’indique sa page « Metapedia », sorte de page Wikipédia à connotation ambiguë, voir ci-dessous). Les passions sont donc déjà multiples à l’entrée dans la vie adulte.

Transmission du savoir

Pour revenir à la politique, Gauthier Bouchet assure que c’est une « routine agréable mais que d’un autre côté, en vivre, ce n’est pas ma philosophie. Il faut que j’aie un métier, enseignant, enseignant chercheur, je ne sais pas bien encore ». Mais il est certain que la transmission du savoir guidera la suite de sa carrière professionnelle. À cela, le jeune homme ajoute que ses études « ont toujours nourri ma réflexion politique (histoire électorale, sociologie électorale, le Boulangisme, le Bonapartisme).»
Le benjamin du conseil municipal de Saint-Nazaire a-t-il des modèles en politique ? « J’ai un Panthéon assez large ». Mais, au sujet des contemporains, « on ne peut pas dire cela. Intéressants oui, des modèles non ». À l’exception de Marine Le Pen, peut-être. « Elle a une forme de pragmatisme qui est pour ce point-là un modèle ». En tout cas, Gauthier Bouchet fut le 26e adhérent au RBM, ce qui le place parmi les fondateurs de ce mouvement.
Et les figures politiques plus anciennes ? « De Gaulle, Gambetta qui a connu un destin tragique, alors qu’il poursuivait un effort de guerre, et qui possédait une grande éloquence. Et Jaurès : il était plus désintéressé. Mais je crois en l’incarnation personnelle ». Éclectique donc. À propos de ces personnages et de leurs actions, il est possible de retrouver le point de vue de Gauthier Bouchet sur un forum, « patriotisme social », créé il y a peu. Doté d’une bonne plume, le jeune homme a collaboré à diverses publications, dès ses 17 ans, lui permettant d’obtenir quelques revenus.

Domicilié à Saint-Nazaire

Aujourd’hui, de quoi vit le nouvel élu ? Domicilié depuis un an à Saint-Nazaire chez ses grands-parents (ce qui par ailleurs fait taire les ragots qui le domicilient ailleurs, puisque « c’est la cohérence même de l’action politique »), Gauthier Bouchet s’épargne de verser un loyer, et vit plutôt de manière économe. « Je ne suis pas un fêtard », sourit-il. « Et j’attends de pouvoir commencer mes premiers remplacements en tant qu’enseignant », poursuit le jeune homme, qui vient d’apprendre qu’une indemnité d’élu lui serait versée (204,26€ net).
Néo-Nazairien depuis 2011 en politique (cela lui a été reproché pendant la dernière campagne de ne pas être un Nazairien de souche, un comble), la figure montante du FN a rencontré Jean-Claude Blanchard à ce moment-là, sur les marchés (tractage, militantisme). Plus le temps passe, et plus les rapports des deux hommes s’améliorent. Totalement en accord, ainsi qu’avec Stéphanie Sutter, numéro deux de la liste, sur les thèmes développés pendant la campagne, « franche », les frontistes ont pu parler de « crise, de l’industrie, du chômage. Nous n’avons pas une vision minimaliste de Saint-Nazaire », ville qui dégage un côté fascinant pour Gauthier Bouchet. « C’est une ville qui a été bombardée, et qui s’est relevée. Il y a un fort patrimoine » au cœur de la cité portuaire. Au-delà des thèmes développés par le FN pendant la campagne, c’est « la proximité de lutte avec les militants, la chaleur humaine » qui ont le plus ravi le jeune loup en politique. La question de l’identité bretonne nazairienne a également été évoquée. Le FN n’était pas attendu là-dessus, plutôt jacobin sur ces questions-là. Mais nous avons de très bons militants sur la question. Au FN, j’ai le sentiment de trouver du bon sens », précise-t-il à plusieurs reprises.

Entrée du benjamin au conseil municipal

Forts de leurs 13,53% au second tour, à quel accueil s’attendaient les nouveaux élus frontistes au conseil municipal ? « L’entrée a été respectueuse, précise le benjamin de cette nouvelle assemblée. Ce qui nous a le plus surpris, c’est l’absence de contre-manif des « antifascistes ». Dans son collimateur, Nathalie Bruneau par exemple, membre de l’extrême gauche nazairienne, qui, clin d’œil de l’histoire, occupait avec son groupe les locaux en sous-sol de l’Hôtel de Ville, récemment investis par le FN.
Est-ce un honneur pour Gauthier Bouchet d’être donc le benjamin, à 26 ans ? « Cela ne me fait ni chaud ni froid. Je considère cela avec beaucoup de gravité. Et ce qui nous a le plus surpris, c’est que je sois le benjamin et non quelqu’un du PS, censé être très représentatif de la société, et très « jeuniste ».

Respect du pluralisme des partis, défense des services publics

Compte-t-il avoir suffisamment de poids pour peser pendant ce municipe ? Affirmatif « car nous allons intervenir oralement, ce qu’a priori ne fera pas trop le groupe de droite. Nous avons un poids politique qui est tout à fait nouveau ».
L’image véhiculée par les idées frontistes, qualifiées d’intolérantes par la majorité de l’opinion est fausse concernant le jeune élu, son rapport aux autres formations politiques par exemple : « j’ai un respect de toutes les listes : elles sont toutes utiles. Celle de Lutte ouvrière par exemple est tout à fait méritante. J’ai beaucoup de respect pour tous les engagements politiques. Je préfère clairement quelqu’un qui est engagé à l’inverse de mes idées que quelqu’un qui ne vote pas, car cette personne donne de fait une demi-voix au PS, et l’autre à l’UMP. Toute abstention conforte le pouvoir en place. C’est tellement plus facile de ne pas se prononcer… »
Concernant la commission des services publics qu’il vient d’intégrer, Gauthier Bouchet s’en réjouit : « j’ai toujours eu un intérêt » pour la chose. « La défense et le maintien de ses services, cela me tient à cœur, car c’est un symbole de l’égalité républicaine ». Un côté « de gauche » ? « C’est républicain avant tout. Cela devrait irriguer la pensée de gauche et de droite ».
Gauthier Bouchet estime un jour possible l’accession du FN au pouvoir. « Marine Le Pen a l’avantage d’avoir les bonnes idées et d’avoir la masse critique : quand on pèse 20%, on peut commencer à faire basculer les choses ». Mais il reste conscient que « le plus difficile serait d’obtenir une majorité législative ». Il échafaude un scénario : « si Sarkozy revient, et qu’Hollande est tellement démonétisé et qu’il ne passe pas, ce sera droite contre « Marine Le Pen », (et non contre l’extrême droite, car pour cela, il faut déjà être de droite. Or, je ne me sens pas de droite. Le FN est l’un des rares partis à avoir transcendé la droite et la gauche. Et nous sommes souvent à l’inverse de l’UMP ».
Faudrait-il changer la dénomination du Front national, afin de poursuivre la dédiabolisation engagée par la fille du fondateur Jean-Marie ? « Peut-être, mais personnellement je n’y suis pas favorable. Je ne sais pas s’il faut dire hélas mais il y a un côté marque commerciale dans le nom des partis. Le FN, ça parle quand même. Nous sommes l’un des seuls partis à avoir « National » dans l’appellation. Le « Front », cela fait un peu défensif, négatif, et prouve que nous avons toutes les formations contre nous. D’une manière un peu étrange, dès qu’il s’agit du FN, l’union sacrée peut se former ; c’est une sorte de dogme qui prouve bien notre singularité et notre importance dans le visage politique ».

Marianne, une seconde maman

Ce féru de culture, pour qui « les lectures, ce sont les études ; Politique et Histoire, ce n’est pas très distinct », qui s’informe énormément sur internet, et affectionne le photo reportage a connu un drame personnel, familial, très jeune.
Fils unique, sa mère décède des suites d’un cancer lorsqu’il a 7 ans. L’âge de raison, où l’on ne peut se résoudre à s’en faire une  pour une tragédie de ce genre. Mais « On est obligé de vivre avec. On n’a pas le choix. Cela guide une vie, un rapport aux gens ». Comme évoqué un peu plus haut, au-delà de son père, c’est son grand-père qui s’en occupe. L’absence de figure maternelle a pu peser dans la construction du jeune Gauthier. Cependant, « je me demande si Marianne n’est pas une seconde maman. Je suis très attaché à sa figure allégorique. C’est très positif comme image : liberté, femme indépendante, combattante, qui guide le peuple, comme dans le tableau de Delacroix. Elle a une élégance sobre, sans vulgarité. C’est une incarnation de la femme française, et du Français ». Digne et patriote à la fois. « Marianne est plus représentative que des joueurs de foot, que le présentateur de télévision Cyril Hanouna. Les Français ce sont soit Marianne, soit des dockers, des artisans, ou Jean-Claude Blanchard par exemple. Des gens en qui je me reconnais ».
Malgré les injures, les railleries, une agression plus spectaculaire que douloureuse dans les rues de Nantes en mai dernier, lors d’une célébration de Jeanne d’Arc, Gauthier Bouchet, homme pudique, se dit heureux. « Je ne pourrais pas être aussi épanoui si je faisais de la politique à Neuilly-sur-Seine par exemple. Faire de la politique, c’est gérer la cité. Or, à Saint-Nazaire la cité est en difficulté sur le plan, démocratique, le plan de l’emploi, de la sécurité ».
Comment envisage-t-il l’avenir ? « J’ai envie de m’investir pour le FN et pour la cité, ce qui n’est pas la même chose, bien que complémentaire. Je n’ai pas de plan de carrière. Nous venons de commencer un mandat de six ans ». À 26 ans, Gauthier Bouchet, taiseux en apparence, ambitieux mais mesuré, incarne cette nouvelle et jeune génération qui monte au Front.

Liens :  http://www.media-web.fr/rencontre-avec-christian-bouchet-candidat-front-national-a-l-election-municipale-de-nantes-117-118-1199.html
** http://fr.metapedia.org/wiki/Gauthier_Bouchet
*** http://patriotismesocial.fr/

Auteur : JR | 18/04/2014 | 8 commentaires
Article précédent : « Gilles Lebreton présente la liste RBM pour les Européennes »
Article suivant : « Laurianne Deniaud, première adjointe, a déjà tout d’une grande »

Vos commentaires

#1 - Le 19 avril 2014 à 09h50 par VAILLANT, Saint-nazaire
En politique et surtout à Saint-Nazaire, nos politicards et autres apparatchiks-cumulards se sont accaparés le "POUVOIR" depuis maintenant TROP LONGTEMPS sans laisser à leurs propres compatriotes (avec un M et non un N) :-( le + petit espace de DEMOCRATIE – y compris et surtout - PARTICIPATIVE - Alors – Foncez et rentrez leur dedans – Vous êtes jeune et n’avez que 6 ans pour faire vos preuves !!!

Dommage que je sois à J-235 de la RETRAITE !!!!

Petite rectification (d’importance quand même) : Le groupe de droite n'est pas de DROITE puisqu'il n'y a même pas et plus un seul représentant de l'UMP :-) et pour sa liste de « rassemblement » [au sens humoristique du terme] - Lemerrer du MODEM :-( n’avait qu’un seul et unique objectif pendant toute sa campagne : « chasser » et « casser » de l’UMP :-) pour tenter de récupérer ainsi les voix du CENTRE GAUCHE (les déçus du socialo-communisme et autres pastèques) !
Objectif :-( qu’il continuera de poursuivre pendant les 6 ans à venir !

Un futur RETRAITE !!!
#2 - Le 19 avril 2014 à 11h51 par Umpascontent
A lire les propos de ce monsieur tel que rapporté par Média-web, on ne ressent pas du tout le coté antisysteme que développe souvent le FN. Le fait de se proclamer autant de gauches que de droite qui ressort de ces propos rappelle furieusement notre ancien mouvement gaulliste; Cela pourrait attirer certains de nos électeurs d'où l'importance d'exprimer clairement nos points de vue mais nous ne pouvons compter sur lemerrer pour cela! Qui pour exprimer une voie de droite au conseil de Saint-Nazaire maintenant ?
#3 - Le 19 avril 2014 à 21h43 par YAJ, St Nazaire
"où Jean-Claude Blanchard " Je ne comprends pas bien cette phrase. N'y a-t-il pas un problème d'orthographe ?
À part cela la "pub" frontiste avec les 3 sites internet cités est vraiment de trop
#4 - Le 20 avril 2014 à 12h06 par Scandalisée
Je trouve le portrait très favorable et complaisant. Les 2 derniers liens pointent directement vers des sites d'extrême droite, ça me choque ! Je pensais lire un article d'information et non de propagande qui permet de "normaliser" un tel parti !
#5 - Le 23 avril 2014 à 23h11 par YAJ, St Nazaire
Bien d'accord avec Scandalisée.
J'avais employé le mot "pub", un "doux" euphémisme.
Je suis méfiante avec ce genre de personnes
#6 - Le 26 avril 2014 à 10h54 par JP
Papa à Nantes, le fiston à St Nazaire...c'est pas bientôt fini cette baronnie ?!
Et que dire du virage idéologique économique du FN ? Incompréhensible ou simple calcul électoral ? Tout passe du moment que l'on ne parle que du Grand Remplacement.
#7 - Le 06 octobre 2015 à 19h20 par Jean-Claude
Le sujet humain est égocentrique, dans le sens où il s'autoaffirme en se mettant au centre de son monde. Mais, dans son "je", il inclut un "toi" et un "nous", et il est capable d'inclure son "je" dans un "toi" et un "nous"...
#8 - Le 06 octobre 2015 à 19h22 par Albain
La famille est la plus pourrie des cellules sociales. Et des sociétés. La plus égocentrique. La plus despotique !

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter