Saint Nazaire Infos

Farniente: un festival hors des sentiers battus

Deux jours avant la rentrée des classes, encore un petit air de vacances avec le festival Farniente samedi plage de Monsieur Hulot à Saint-Marc-sur-mer. Un festival poétiquement sous-titré cette année « Musiques libres et sentimentales ».

Farniente invite à poser ses valises, relâcher la pression et aiguiser sa curiosité.
Contre vents et marées, l’association « Le sens du poil », continue à faire vivre ce festival atypique, à l’histoire assez rocambolesque. C’est la 5e édition, la 3e à Saint-Nazaire. Les 2 premières se sont déroulées à Pornichet. La pointe de Congrigoux devait en être le théâtre, mais à cause des caprices de Dame Nature, les musiciens avaient été obligés de se replier à Quai des arts.
Puis en en 2009, la mairie de Pornichet n’a plus voulu de Farniente, devenu indésirable pour des raisons encore obscures. Exil au Vip à Saint-Nazaire. Et depuis l’an dernier, une nouvelle terre d’élection, la plage de Monsieur Hulot. Un lieu fidèle au concept de musiques en liberté qui résonnent dans cette « salle de concert naturelle à l’acoustique particulière, de très bonnes ondes » se réjouit Hélène Le Saux, la présidente de l’association. « L’année dernière ça a été la première édition où on a pu faire ce qu’on voulait » continue-t-elle.
Le credo du festival c’est de proposer une sensibilité différente, une programmation « à l’intuition » qui fait la part belle aux artistes voyageurs, habitués des chemins de traverses, riches de leurs diverses influences. « Nous souhaitons offrir une autre vision, une autre perspective, pour un public qui ne va pas toujours dans une salle de concert » ajoute Hélène Le Saux. Tout se déroule dans un espace ouvert, sans barrière, ni passage par une caisse. Ce n’est pourtant pas gratuit, mais les organisateurs n’ont pas fixé de prix. Chacun est libre de donner ce qu’il veut. « On fait confiance aux gens, et puis ce système ça leur permet d’être curieux et surpris ».
 

Une sieste musicale et des rencontres

Farniente 2010
Farniente 2010

Farniente mise aussi sur son originalité. Sur ce plan-là, il se distingue notamment en invitant le public à piquer un somme lors d’une sieste musicale. Trois sets de 45 minutes vont se succéder de 16 à 18h30. Pas obligatoire de dormir, évidemment, mais vous pourrez vous allonger sur les transats ou sur le sable et laisser votre esprit divaguer au son du violoncelle de Joëlle Léandre. Elle sillonne le monde avec son instrument depuis 38 ans. Vous pourrez aussi vous laisser entraîner par la batterie du plus Nantais des Australiens, Will Guthrie, batteur phare de la scène expérimentale, ou encore vous laisser surprendre par l’homme-orchestre Mein Sohn William.
Une pause, puis de 20h30 à minuit, des concerts sous le signe de la rencontre. Faustine Seilman et Healthy Boy chanteront en duo, accompagnés du piano de Faustine. Will Guthrie, toujours à la batterie, donnera la cadence au banjo d’Elwood pour un voyage dans les Appalaches, montagnes de l’est américain. Le concert le plus attendu est celui des Kingfishers, création originale spécialement imaginée pour le festival. Un trio composé de la chanteuse d’origine Rwandaise, Dorothée Munyaneza et sa voix de sirène, du guitariste Jean-François Pauvros, complice de Farniente depuis les débuts, et en guise de 3e larron, Alain Mahé, l’électron libre et bidouilleur-électro de la soirée.

Auteur : GG | 29/08/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Le Festival Farniente à Saint-Marc, un concept précieux et unique »
Article suivant : « Quartiers de Musique : un bel effort des Martins-Pêcheurs encore difficile à fédérer »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter