Saint Nazaire Infos

Famille recluse : le groupe centriste interpelle la municipalité

Comme suite au drame de la famille recluse, le groupe centriste interroge le maire et le président de la Silène sur la politique sociale de la municipalité, dans un communiqué de presse.
Josette Emonides
Josette Emonides

« Tous les Nazairiens ne peuvent qu’être étonnés et indignés suite à la découverte de la famille recluse route des Frechets. Nul commentaire à faire sur ce drame social et humain, la police et la justice sont là pour faire la lumière sur cette « affaire » qui place à nouveau Saint-Nazaire sous les feux des projecteurs nationaux.

En revanche, nous sommes dans une ville où la municipalité ne cesse de brandir sa vision du social et a fait de sa politique sociale son étendard en permanence répété, retravaillé, étudié et valorisé par tous les moyens de communication possibles et inimaginables. Bref, leur mot d’ordre depuis toujours : « Le social, c’est nous ! »

Ce qui nous avait d’ailleurs conduit à leur répondre : « Vous n’avez pas le monopole du social » en conseil municipal et régulièrement via nos éditos dans le St Naz Mag. Car, de fait, nous avons pointé des dizaines de fois par an les manquements et les failles de cette politique.

Et en lisant les mots du maire prononcés lors de ces vœux, le problème est évident : « Et je voudrais dire que je suis consterné par la découverte ces dernières heures, d'une famille recluse alors qu'à leur porte, nos services étaient prêts à leur venir en aide ».
Si pour les élus au pouvoir dans notre ville, la politique sociale c’est « rester à la porte » en attendant que les infos remontent, c’est de ça dont les Nazairiens devraient être consternés !

Si les services sociaux ne vont pas chercher les gens en situation de difficulté chez eux, beaucoup de personne ne viendront jamais à eux. C’est une des raisons qui a provoqué l’étonnement des élus PS au début de la crise qui s’étonnaient de ne pas voir le nombre de demandeurs augmenter. Mais les « nouveaux pauvres » de la crise avaient encore trop d’orgueil pour « pointer » au CCAS. Est-ce une raison pour nier leur existence ???

Des questions précises se posent au maire/président du CCAS ainsi qu’au président de Silène, adjoint-candidat ultra-présent et volontariste d’ordinaire qui a étrangement disparu depuis l’annonce de cette découverte, mettant en avant les « opérationnels » :

- comment des enfants de moins de 16 ans déscolarisés, qui plus est présentant semble-t-il des retards de développement, ont ils pu échapper aux dispositifs qui existent dans ce cas de figure ?
- comment cette famille subvenait-elle à ses besoins ? Bénéficiait-elle d'aides du CCAS ?
- les logements de Silène ne sont-ils pas visités régulièrement, comme dans le privé, pour en assurer un entretien régulier minimum (plomberie, etc…)? Il semble que l’appartement en question était dans un état d’insalubrité.

De toute évidence, il existe des carences qui ont des répercussions graves sur la santé de cette famille. Tout doit être fait, à notre niveau et en dehors de l’aspect judiciaire de ce drame social, pour éviter ce type de situation, il en va de la responsabilité du maire et de ses services.

Alors que cette politique sociale est la base même de la politique défendue localement par la mairie et le conseil général, le groupe Centre démocrate ne peut s'empêcher de faire un parallèle avec la gestion sociale calamiteuse de la situation de la commerçante en grève de la faim jusqu’à la semaine dernière, situation non résolue à ce jour, le maire n'ayant toujours pas répondu à la demande du comité de soutien.»


Pour les élus du groupe centriste au conseil municipal de Saint-Nazaire
Josette Emonides, chargée du pôle social au sein du groupe et membre du conseil d’administration du CCAS
 

10/01/2013 | 7 commentaires
Article précédent : « Pour Label gauche il faut différer l'aménagement du front de mer »
Article suivant : « La minorité de gauche « est toujours présente au conseil municipal » »

Vos commentaires

#1 - Le 13 janvier 2013 à 09h49 par Pierre-Yves Vincent, Saint-nazaire
Presse Océan qui a révélé cette affaire écrivait encore hier que c'était le "black out" total à la mairie pour avoir des réactions à cette affaire déplorable !!

Ce couple, déjà condamné en 2008 à 6 mois fermes pour les mêmes motifs, vivait donc encore dans un logement social et avec des subsides de la mairie ??????

Je pense que les Nazairiens ont droit à des explications de la part de cette municipalité qui se targue d'avoir le monopole du coeur !!!!
#2 - Le 14 janvier 2013 à 08h31 par habitant, Saint-nazaire
Madame,

étant nazarien depuis 62 ans et ayant toujours donné mon vote au maire actuel ,je veux vous dire qu'en 2014 je ne voterais plus pour ces gens .Quand je vois la transformation de saint-nazaire et d'autres villes ,je me dis nous sommes en retard de 20 ans.
Je peux vous souhaiter bon courage car je vois sur le marché un maire-adjoint aussi méprisant et sur d'etre le prochain maire je me dis que ce monsieur a les bras longs !!!!!
Il faut du changement a la mairie
#3 - Le 14 janvier 2013 à 15h09 par Pierre-Yves Vincent, Sn
Mais où est donc passé Nelson sur ce sujet la ????
#4 - Le 14 janvier 2013 à 15h22 par Pierre-Yves Vincent, Sn
Bien dit "habitant" !!!

je confirme que ce fameux maire-adjoint prend les nazairiens pour des "moutons" ! Qu'il est d'un mépris total de sa possible opposition tellement il est certains que les habitants vont voter pour lui les yeux fermés avant même d'avoir fait campagne !!!

....le lièvre est si fier et si sur de lui qu'il finit par perdre contre la tortue ;-))
#5 - Le 15 janvier 2013 à 08h20 par .nelson
Je lis comme chaque citoyen la presse et espère que la justice est au travail sur cette affaire affligeante à biens des égards. Personne n'a le monopole du coeur (terme galvaudé). On m'a rapporté que l'auteure de cet article ; ancienne déléguée syndicale Cfdt avait été trésorière de la section Ps de Saint Nazaire pendant de nombreuses années. Qui peut le plus peut le moins !Mais je songe plutôt à l'avenir des ces pauvres mômes à qui deux débiles de parents hétéros ont fait subir l'enfer. En ces temps de luttes du mariage pour tous ce genre de fait divers apporte de l'eau au moulin de mes certitudes.
#6 - Le 15 janvier 2013 à 17h08 par EMONIDES Josette, Saint-nazaire
je ne discute JAMAIS avec un anonyme(bien que ses propos galvaudés depuis 2008 signent l'origine) qui n'a même pas le courage de donner son nom !...
#7 - Le 17 janvier 2013 à 21h36 par dd
Un tel évènement amène à se poser des questions, mais pourquoi toujours politiser ? Que peut un Maire, quel qu'il soit, face à un tel comportement ********MODERATEUR************

Quelle responsabilité pour un maire sur une famille qui rentre dans le cadre du suivi par le CG (vous allez me dire qu'il est PS aussi...) ?

Quels moyens à déployer pour aller taper à chaque porte de HLM, et de quel droit forcer à ouvrir ?

Comment imposer une action sociale, qui doit être coopérative et non répressive ?

Vu votre signature, je suis étonné de tant d'approximations permettant de mieux donner une tournure politique à ce drame.

Ce qui m'étonne, c'est plutôt l'individualisme actuel, qui amène à ne plus s'occuper de ses voisins.

Ce qui m'étonne, c'est qu'une condamnation puisse être évitée simplement en n'ouvrant pas la porte, mais en l'absence de connaissances sur ce thème, je ne critiquerai pas cette décision de 2008. Pour la boutade politique, n'étais-ce pas la droite au pouvoir en 2008, avec sa belle ministre de la justice ?

Bon courage pour les travailleurs sociaux qui vont devoir accompagner les victimes de ce drame, qui aujourd'hui n'ont plus de repères.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter