Saint Nazaire Infos

Escales 2011 : les 20 ans ont été arrosés sans modération

Pour cette seconde et ultime journée des Escales, on a frôlé la catastrophe. A un moment donné, on est passé près de l’annulation pure et simple. Heureusement, la situation à l’image de la météo s’est éclaircie et tout est rentré dans l’ordre. Les dieux veillaient, merci à eux.

Escales 2011

Manu DibangoGilberto GilFanfaronéNigolah Seeva

On a coutume de dire que les records sont faits pour être battus ou défiés. Preuve en est, cette édition 2011 des Escales n’a pas fait exception à la règle. Et dire que tout a faillit basculer, faute de conditions climatiques propices. Mais il était dit, que les dieux veillaient sur ce 20e anniversaire et que rien ne pourrait contrarier une soirée ô combien riche d’émotions et de rencontres improbables. Aux alentours de 17h, Patrice Builting et Eric Provost n’en menaient pas large sur le déroulement de la soirée. Fort heureusement, vers 19h, le directeur et le président des Escales sont venus annoncer en salle de presse que tout était rentré dans l’ordre . « On l’a échappé belle. Certes nous sommes un peu déçus de l’annulation du premier concert. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il ne s’agit pas d’un caprice de star, mais la musique du monde repose sur l’instrumental et nul ne peut s’y opposer ». Le festival continue, l’ambiance demeure, et on ne peut que s’en réjouir. Et the show must go on !
La 20e édition, un record de fréquentation atteignant pas loin les 45 000 entrées mais aussi le premier en 10 ans à subir le mauvais temps. Des trombes d’eau sont tombées sur Saint-Nazaire. Anoraks, capuches et parapluies ont coloré le public qui contre vent et marrées a choisi de rester sur place ! A croire que ce festival déchaîne les passions bien au-delà des aléas d’une météo parfois plus capricieuse que les artistes. Seul le premier concert de Chucho Valdes et Archie Shepp a du être annulé au dernier moment. Décidément, il faut croire que le matériel de musicien ne s’accoutume pas au climat breton.

Ce qu’en pensent les artistes

Pour DJ Click, c’est la troisième fois qu’il participe aux Escales. « C’est un festival de world music sur le port avec un message de voyage très similaire à ce que je fais. Saint-Nazaire est une ville très accueillante qui évolue beaucoup, comme le festival ». Très heureux que les organisateurs aient pensé à lui pour cette 20e édition, il connait une bonne partie des artistes que ce soit personnellement ou musicalement, « c’est comme se retrouver en famille ».
Les Escales sont aussi un tremplin pour les artistes. Chaque année, les organisateurs dénichent des talents. Une véritable aubaine pour Christine Salem venue en 2001 et dont le premier album a été coproduit  avec l’association. « ça nous a permis d’avoir des ouvertures dans le monde de la musique et aussi pour certains festivals », explique la chanteuse. Pour la 20e édition, elle est carte blanche Sacem avec Axel Krygier. « C’est le fruit d’un travail musical, mais aussi un travail à faire. Des professionnels nous font confiance », ajoute-t-elle. Pour elle, l’une des force du festival est la programmation variée qui mélange têtes d’affiche et musiciens qui commencent. « Ils essaient de faire plaisir à tous les publics et ont réussi à devenir l’un des plus grands festival de France, connu même au niveau européen ».
Le Nantais Niqolah Seeva est encore au stade de se faire connaître. Déjà venu plusieurs fois en tant que spectateur, il a sauté sur l’occasion de venir chanter aux Escales cette année. « Il y a peu de scènes de musiques du monde dans l’Ouest. Participer au festival va m’ouvrir des portes, c’est  aussi une reconnaissance professionnelle qui va m’apporter une plus large visibilité au niveau du public », explique le musicien. D’autant que si c’est sa première scène à son nom, il a déjà participé à plusieurs festivals avec d’autres groupes.

Moment attendu par les festivaliers, la prestation de Manu Dibango a déchaîné les passions. Le sorcier camerounais a entraîné son public dans un incroyable safari. Chacun s’est laissé transporter au rythme des percussions. Un incroyable voyage au cœur de l’Afrique fait de danse et de mouvements pour le moins spontanés.
 

Auteur : SD-AP-YE | 07/08/2011 | 1 commentaire
Article précédent : « Quartiers de Musique : un bel effort des Martins-Pêcheurs encore difficile à fédérer »
Article suivant : « Les Prim'Escales : musiques berbères et kabyles à l'honneur dans les rues de Saint Nazaire »

Vos commentaires

#1 - Le 07 août 2011 à 18h10 par Gnesa, La Roche-bernard
Remerciements spéciaux à Faiz Ali Faiz/Titi Robin, à l'Orchestre National de Barbès, à Christine Salem, à Shantel & The Bucovina Club Orkestar pour leurs concerts chaleureux et excellents. Par contre, Femi Kuti & The Positive Force, mous,très mous, où était la Force ? Dans les étoiles ? Et qu'il abandonne le clavier, est meilleur au sax ! Ne vaut pas son père ! Shame on Archie Shepp & Chucho Valdès : est-ce que les musicos qui tapent un boeuf font une balance avant ! N'ont pas fait beaucoup d'effort, surtout que dès 18 h, la pluie commençait à diminuer...
Bref, les meilleurs concerts ne sont pas, pour moi, ceux des grosses têtes d'affiche. Ont l'air trop blasés, donnent l'impression de venir faire leur taf, et basta.
Merci à l'équipe des Escales d'offrir ces scènes de qualité à un prix très raisonnable.
Dommage, qu'en fin de soirée, il y ait tant de viande saoûle, n'étant même plus en état d'apprécier la musique et de danser.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter