Saint Nazaire Infos

Eolien offshore : les industriels en ordre de marche

Cinq parcs éoliens offshore devraient progressivement être mis en service à partir de 2015. Le mois prochain, l'appel d'offres sera lancé. Les industriels de la région s'organisent pour être prêts à intervenir sur les futurs marchés.

Le groupement d'entreprises Neopolia et STX France ont lancé hier une filière consacrée aux énergies marines renouvelables. D'ici 2020, la France vise 6 000 MW de puissance installée pour l'éolien offshore. Le mois prochain, un appel d'offres portant sur cinq sites français (3 000 MW au total) sera lancé. Parmi eux, celui de Guérande-Le Croisic, portant sur une surface de 78 km² et pour une puissance maximale de 750 MW. Les installations seront mises en service progressivement à partir de 2015.

A Saint-Nazaire et dans la région, pas question d'attendre sagement d'ici là. Les industriels ne veulent pas laisser filer l'opportunité de diversification qui leur est offerte avec ces nouveaux marchés. « Il faut montrer que nous sommes là, prêts », souligne Yves Becquet, directeur général de Néopolia. Le groupement d'entreprises a déjà quatre filières à son actif. Dans la région, des infrastructures et compétences pourront être mises au service de la petite dernière. Les industriels pourront notamment plancher sur les fondations métalliques, les navires de servitude, la logistique à terre et en mer ou encore les bases vies et sous-stations électriques.

Marchés français et européens en ligne de mire

Neopolia a signé hier une convention de partenariat avec STX France. Une cinquantaine de PME/PMI devraient se lancer ensemble dans l'aventure. Seules face à de gros consortiums, impossible pour elles de faire surface. Elles devraient commencer par viser deux sites proches de nos côtes : celui de Guérande-Le Croisic, « quasiment officialisé », et le projet d'implantation de 120 éoliennes au large des îles d'Yeu et de Noirmoutier pour lequel Neopolia attend toujours un « retournement de situation ».

« Devenir une région reconnue pour la fabrication et l'installation d'éoliennes offshore nous permettra ensuite de nous positionner sur d'autres marchés français et européens », projette Yves Becquet. Pendant la phase de construction, sur plusieurs années, pas moins de 2 000 emplois directs pourraient être créés et 200 pour la maintenance. D'ores et déjà, des marchés d'études et d'ingénierie industrielle sont lancés au niveau européen.

14/04/2011 | 8 commentaires
Article précédent : « « Journée du silence » au magasin Forum »

Vos commentaires

#1 - Le 15 avril 2011 à 11h11 par Collas, Jans
Vouloir transformer le Plateau de Guérande en une zone interdite pour y implanter 150 éoliennes avec toutes les pollutions engendrées pour enfouir les 150 bases de Béton-armé de 2000 à 5OOO tonnes pour chaque base... Des tonnes de sédiments mises en suspention avec les risques de détruire la faune et la flore, et ce cable qui va rejoindre, à Montoire, la Centrale à Gaz indispensable pour pallier au manque de vent... L'investissement n'est -il pas trop important pour un résultat aléatoire à la merci de ce vent gratuit. N'est-il pas sage d'attendre un peu pour voir l'avancée des autres énergies à l'étude: Houle, courants marins et marée, avant de massacrer ce paysage et cette côte sauvage du Croisic? Que vont penser les touristes? Que va devenir l'horizon nocturne avec ces 150 phares rouges et clignotants?
#2 - Le 15 avril 2011 à 14h10 par Eole, Saint Nazaire
à Collas
Vous ne pouvez pas affirmer ces contre-vérités sans savoir et sans connaître le dossier technique. Au Danemark il n'y a que des aspects positifs au niveau de la faune et de la flore.
A l'endroit ou elles seront implantées on ne verra rien de terre. Quand au clignotants idem. Non franchement attendez un peu avant d'affirmer. Enfin le développement économique maitrisé est prioritaire!
#3 - Le 15 avril 2011 à 17h01 par Helger
L'essentiel est déjà fait : la construction et la mise en marche de la centrale au gaz qui assurera 75% de la production effective!
#4 - Le 15 avril 2011 à 21h38 par Collas, Jans
à Eole
de mon jardin je vois les Parc éoliens de Soudan, Erbray, Lusanger, Derval et issé...avec les feux clignotants noctures rouges à 5Km, à 12Km, et 30Km... Vous ne pouvez pas dire que les éoliennes ne seront pas visibles de la Côte... Selon vous il faut laisser construire à 11Km cette Centrale électrique Côtière pour la critiquer, mais trop tard pour l'environnement, les touristes et les pêcheurs qui vont perdre 9OKm2 de Zone de Pêche.
#5 - Le 15 avril 2011 à 23h19 par Eole, Saint Nazaire
à collas
Vous comparez ce qui n'est pas comparable l'implantation sur le site du banc de Guérande est à proximité du Grand trou. C'est comme ci vous disiez voir le phare du pilier du remblai de La Baule. Impossible sauf avec des jumelles. On ne verra rien. Pour les pêcheurs ce sera une réserve formidable de reconstitution des espèces. (voir avis iffremer)
#6 - Le 16 avril 2011 à 20h21 par LHORTY Claude, La Baule
A Eole,
Je crains que vous n'ayez pas approfondi la question. Sur les 78 km² annoncés pour installer 750 MW il faut 125 machines de 6 MW (il est difficile d'aller jusqu'à 150 machines de 5 MW en conservant les espacements de sécurité. Ces machines avec des nacelles à 90 ou 100 m. de hauteur au dessus de l'eau, et des pales de 70 m. (dernière technologie du constructeur danois LM Wind power à la demande de THOMSON), vont plafonner à 170 m de hauteur (5,3 fois le phare de la Banche ...dont elles seraient d'ailleurs toute proches !
J'ai sur mon bureau des analyses d'experts de la flore et de la faune du Banc de Guérande - dont certains travaillent d'ailleurs avec IFREMER - qui montrent que les travaux (2 à 3 ans) puis l'exploitation , détruiront la flore, élimineront toutes les espèces nobles de la faune qui utilisent ce Banc rocheux pour frayer, se développer en nourisseries, ou transiter dans leurs migrations vers l'estuaire de la Loire indispensable à leur cycle de reproduction... Les pêcheurs seront peu gênés par l'interdiction de traverser la zone et d'y pêcher (comme au Danemark)... puisqu'il n'y aura plus que des moules et des étoiles de mer... La réserve de reconstitution des espèces est hélas ! un leurre entretenu par les promoteurs.
#7 - Le 17 avril 2011 à 21h19 par brd_8, Malville
Bonsoir,

Les parcs off-shore danois, je les ai vus pendant tout le temps où je travaillais en Suède (je faisais la route de temps en temps vers Copenhague). Franchement, il n'y avait rien de critique.
Ensuite, est-ce vous préférez avoir un réacteur ATMEA (ou EPR) ?

Ces projets sont les bienvenus, et ne modifieront pas l'écosystème comme peuvent le modifier les centrales à FOD (J'étais en 2000 sur les plages de Batz avec ma pelle pour ramasser la m... de l'Erika).

Voilà de beaux projets pour les ligériens. Ne laissons pas passer cette chance.

L'avenir est dans ces filières.
#8 - Le 22 avril 2011 à 22h59 par Vive l'éolien
La courbure de la terre ne vous permet pas de voir a plus de 5kms , quand vous êtes a 2m d'altitude.
A 10 m vous voyez jusqu'à 11kms
Mais votre acuité diminue avec la distance.
C'est ce qui nous permet de ne pas trop voir les détails des cargos et autres pétroliers au large de la baie, qui eux sont a moins de 5kms.
Quand aux éclats des lampes, quand vous êtes entoures d'eclairages , c'est comme vouloir voir des étoiles en plein Paris.
Mais si vous prenez des jumelles!....

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter