Saint Nazaire Infos

Eolien en mer sur le Banc de Guérande : les opposants très remontés

DLM le collectif de défense de la mer a perdu les recours pour empêcher le développement du parc éolien du banc de Guérande. Ces derniers accusent le Conseil d’État d’avoir validé un mensonge d’État.

LE CONSEIL D’ÉTAT VALIDE UN MENSONGE D’ÉTAT

Le Conseil d’Etat a estimé dans sa décision du 7 juin dernier :

« 5. Sans qu’il soit besoin d’examiner l’autre moyen du pourvoi des associations, il y a lieu, eu égard à la motivation de l’arrêt attaqué, de l’annuler dans sa totalité. »

Dans ce sens il a donné satisfaction aux associations, dont on a reconnu l’intérêt à agir, et aussi que le Tribunal Administratif et la CAA de Nantes, la société EMF, le Ministre et nombre d’élus locaux, suivis par certains media, se sont trompés en stigmatisant nos associations. Le Maire de St Nazaire D. Samzun (« des zadistes en costard ») et le Président du Conseil Départemental P. Grosvalet (« ces « occupants » de résidences secondaires ») doivent cesser leurs propos méprisants et méprisables, et il serait même élégant qu’ils reconnaissent leurs erreurs et présentent leurs excuses.

« 6. Il y a lieu, dans les circonstances de l’espèce, de régler l’affaire au fond en application des dispositions de l’article L. 821-2 du code de justice administrative. »

Là, il a donné satisfaction aux industriels et leurs soutiens politiques qui réclamaient ce traitement particulier, sans que ce soit dû à un second pourvoi, ni qu’on comprenne où est la justification d’une bonne administration de la justice (voir note en bas de page) ? Encore une procédure d’exception !

Que s’est-il passé entre l’audience du 13 février et celle du 20 mai ?

Dans la grande majorité des cas, le Conseil d’Etat suit l’avis du Rapporteur Public, et là il semblerait que ce soit le Rapporteur Public qui a suivi l’avis attendu du Conseil d’Etat…

Comment peut-on conclure le 13 février : «nous concluons à l’annulation des arrêts de la cour administrative d’appel de Nantes, au renvoi des deux affaires à cette cour, à ce que l’Etat verse 3000 euros, d’une part, (…), et d’autre part, aux associations Prosimar et GRSB prises ensemble, et enfin au rejet des conclusions présentées dans chaque affaire par les sociétés bénéficiaires des décisions attaquées au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative. »,

En d’autres termes, on donne raison aux associations et tort aux sociétés.

et 3 mois après, le 20 mai : « Vous règlerez l’affaire au fond…………….nous concluons à l’annulation de l’arrêt du 25 juillet 2017 de la cour administrative d'appel de Nantes ; au rejet de la requête présentée par les associations GRSB et Prosimar devant cette cour et du surplus des conclusions de leur pourvoi ; et au rejet des conclusions présentées par la société Eolien Maritime France et la société du Parc du banc de Guérande au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.»

En d’autres termes, on valide une procédure administrative et juridique discutable, et de plus, on prive les associations du bénéfice d’une participation de l’Etat aux frais de justice engagés…

(Article L821-2 du code de justice administrative :

S'il prononce l'annulation d'une décision d'une juridiction administrative statuant en dernier ressort, le Conseil d'Etat peut soit renvoyer l'affaire devant la même juridiction statuant, sauf impossibilité tenant à la nature de la juridiction, dans une autre formation, soit renvoyer l'affaire devant une autre juridiction de même nature, soit régler l'affaire au fond si l'intérêt d'une bonne administration de la justice le justifie.

Lorsque l'affaire fait l'objet d'un second pourvoi en cassation, le Conseil d'Etat statue définitivement sur cette affaire.)

Dans toute la discussion sur les projets, plans et programmes, nous notons cet argument développé par Mme le Rapporteur Public devant le Conseil d’État ::

« Toutefois l’objectif de protection de l’environnement …n’est pas, ou pas seulement, celui de protection de l’environnement local.... La protection de l’environnement … inclut aussi les effets positifs, au niveau global, qui sont attendus du choix d’énergie retenu en termes de lutte contre le réchauffement climatique et contre l’effet de serre et de protection des intérêts des générations futures en termes de gestion des déchets. La construction et l’exploitation d’installations de production d’énergie d’origine éolienne portent nécessairement une atteinte à l’environnement local. La question est celle de l’acceptabilité de cette atteinte locale et de sa mise en regard avec les retombées positives, y compris environnementales, attendues du projet.»

On sait aujourd’hui que l’éolien ne contribue en rien en France à la lutte contre le réchauffement climatique, bien au contraire (un mensonge aussi gros que « les éoliennes, on ne les verra pas »); qu’on ne sait pas éliminer les déchets (béton, fibres de verre et carbone, terres rares, aluminium, etc…), et que les objectifs de programmation de production par des énergies renouvelables intermittentes relèvent plus de l’idéologie que de l’expertise. La communication du gouvernement sur l’éolien marin n’est que déclarations trompeuses…

Les récentes déclarations en la matière du ministre de Rugy à St Nazaire, ou du Premier Ministre E. Philippe à l’Assemblée Nationale sont stupéfiantes d’ignorance, d’inexactitudes ou d’absence de logique rationnelle ! Le mensonge d’État sert un affairisme au bénéfice d’intérêts particuliers, au détriment d’une véritable politique écologique dans l’intérêt général et celui des générations futures.

LE PROJET D’ÉOLIENNES SUR LE BANC DE GUERANDE EST ENCORE LOIN DE LA REALITÉ

- Au moment où le projet de Dunkerque est annoncé par de Rugy à moins de 50€/MWh, comment maintenir un projet à plus de 150€/MWh ?

- Est-ce que les 41 banques sollicitées pour financer le projet vont s’engager alors que Bruxelles ne s’est pas encore prononcé sur les Aides d’État ?

- Les problèmes techniques posés sont loin d’être résolus (cf notre précédent communiqué du 18 mai), et notamment l’ensouillage-enrochement de 120 km de câbles inter-éoliennes…

- Quelles garanties apporte la Société du Parc du Banc de Guérande au capital ridicule de 100€, et endettée de plusieurs dizaines de millions d’€ ?

- Comment justifier aujourd’hui un facteur de charge annoncé de 41,5 % dans une région où les vents sont bien plus faibles qu’en mer Baltique ou mer d’Ecosse qui réalisent 35% ?

Nos associations locales, reconnues responsables de notre environnement, continueront leur action au niveau national et Européen, avec les autres sites et les pêcheurs.

Pour en savoir plus : www.dlm-eoliennesenmer.net

defensedelamer@gmail.com

20/06/2019 | 6 commentaires
Article suivant : « FACE ô Femmes : pour construire un projet professionnel et revenir vers l’emploi »

Vos commentaires

#1 - Le 20 juin 2019 à 18h14 par Christian COLLAS, Saint Prouant
En 1983, venant de la région parisienne j'ai choisi de vivre en Presqu'île guérandaise... mais si ce parc éolien devait se faire ce patrimoine maritime deviendrait une Zone industrielle... Fini les balades au coucher du soleil sur le chemin des douaniers entre les odeurs de la côte et de la mer avec le ciel étoilé sur l'horizon... Le parc éolien apportera une forêt d'éoliennes et la nuit une guirlande de feux rouges clignotants modifiant la faune nocturne, en surface mais aussi sur les fonds marins... Les chantiers vont pouvoir commencer pour planter les 80 éoliennes et enfouir les kilomètres de câbles 225 000 volts depuis les éoliennes en mer vers la plage du Fort de l'Eve pour aller se raccorder à Prinquiau... mon rêve est cassé et je ne serai pas le seul à oublier cette côte offerte aux Promoteurs éoliens... NON AUX EOLIENNES EN MER
#2 - Le 20 juin 2019 à 19h44 par bittiger, Le Saint
Toujours dans le mensonge d'état.A qui profite ce crime.Comme d'habitude le politique ne pense jamais aux conséquences de leurs actes.Sous leurs bonnes paroles ,la faune et la flore vont encore subir et par ricochet l'humain.La vie est plus belle sans ces broyeuses .
#3 - Le 21 juin 2019 à 08h26 par Lemere
Á quand une association locale pour défendre l'intérêt de ce parc éolien ? J'y adhère tout de suite et souhaite que dans les statuts figure le droit d'attaquer en justice ces anti éoliens .
Sui prêt à mettre 500 eur pour cela afin qu'enfin nous entamions quelque chose pour les générations futures.
Et que font tous les adhérents de Prosimar qui sont pour le projet et qui laissent leur président agir de la sorte?
#4 - Le 21 juin 2019 à 09h05 par regard, Saint-nazaire
La très sérieuse association environnementale du Croisic DECOS a donné un avis favorable à l'implantation du parc éolien au large de la côte sauvage.
#5 - Le 05 juillet 2019 à 15h32 par nom, Pornichet
lemere, au lieu d'écrire des inepties,renseignez vous sur l'utilité d'un tel projet vis à vis de son impact sur l'environnement : 480 Mw installé pour 100 Mw à 200 Mw maximum produit et encore c'est une estimation haute, cette installation va occuper une surface de 80 km2 !
#6 - Le 07 juillet 2019 à 21h04 par nom, Pornichet
En plus : pas de vent, pas de courant !

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter