Saint Nazaire Infos

En quête de l’identité de Saint-Nazaire

Le deuxième numéro de « Par les temps et par les rêves », la revue annuelle de l’association HCRN, emmène ses lecteurs à la recherche de l’identité nazairienne.

L’association Histoire et culture en région nazairienne (HCRN) continue son chemin (www.saintnazaire-infos.fr/le-debut-d-une-belle-histoire-29-55-802.html). Elle vient de sortir le deuxième numéro de sa revue Par les temps et par les rêves. Après un dossier sur l’histoire de Saint-Nazaire pré 1850, le groupe a cette fois principalement travaillé sur l’identité et la diversité de la région nazairienne.
Bien sûr, il n’y a pas que ça. En plus du dossier, une quinzaine d’articles (classés de manière chronologique), retracent des moments d’histoire du Croisic (un site du Paléolithique), du Pouliguen (la forteresse de Penchâteau), d’Herbignac (le fameux château de Ranrouët) jusqu’à Tintin en passant par les églises de la reconstruction à Saint-Nazaire.
Maurice Rouzeau, vice-président, a souhaité mettre l’accent sur un article qu’il a écrit. Il s’agit de la manière dont un soldat sans éducation a réussi à mettre de l’argent de côté pour à son retour s’installer à La Madeleine où il ouvre un restaurant puis d’autres magasins. « C’est lui qui lance le bourg. Il se marie avec une commerçante ayant, elle aussi, un pécule et a la bonne idée de donner une éducation à leurs sept enfants », s’enthousiasme l’historien.
 

Le dossier

C’est au cours de recherches et de discussions que les membres de l’association se sont rendu compte que les habitants de Saint-Nazaire n’ont pas du tout la même représentation de ce qu’est la région nazairienne. « Nous avons multiplié les enquêtes auprès des gens pour nous faire une idée. L’image est souvent différente entre ceux qui sont nés à Saint-Nazaire et ceux qui y sont arrivés plus tard », explique Marie Rouzeau, président d’HCRN. Ils ont remarqué que les nouveaux arrivants ont souvent une vision très étendue du territoire nazairien. Par exemple, des gens s’installant à Guérande ont plus tendance à se reconnaître comme Nazairiens et à y venir régulièrement, contrairement aux habitants là depuis longtemps qui restent fidèles à des petits centres.
D’autant que ce n’est qu’à partir de 1850 que la ville de Saint-Nazaire prend son essor et remplace Guérande en tant que ville importante. Elle obtient aussi la sous-préfecture en 1888, au détriment de Savenay. « La région Nazairienne est une superstructure qui s’est installée par-dessus les très vieux pays que sont la Brière, la Presqu’île Guérandaise ou encore le Pays de Retz », ajoute Marie Rouzeau. La parole est donnée à des hommes politiques de la Région : Christophe Priou, Yves Métaireau, Joël Batteux et Philippe Grosvalet, afin qu’ils donnent leur vision des choses. En conclusion, les membres de l’association se sont rendu compte que la région nazairienne allait de la Vilaine jusqu’à Machecoul au sud et Savenay à l’Est. La construction d’une « petite capitale locale ».


Plus d’informations sur HCRN ici : http://histoire-culture-region-nazairienne.over-blog.com/
Par les temps et par les rêves (120 pages), 15 €, tiré en 400 exemplaires. Disponible dans l’ensemble des maisons de la presse, à l’espace culturel de Saint-Nazaire et dans les petites librairies.
 

Auteur : AP | 26/03/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « 30 photographes exposent à l’hôpital »
Article suivant : « Le Centre de Culture Populaire »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter