Saint Nazaire Infos

En 2015 faites des bocaux !

Pas neuve mais toujours sympa l'idée des petits mots…

Les Post-it sur le frigo ne servent pas qu'à penser aux courses ou au rendez-vous chez le véto, ils permettent aussi de poser un bisou ou un mot gentil, entre la lessive à mettre à sécher, et le plombier à appeler.

Un Irlandais inventif et amoureux a décidé d'offrir à sa belle, un bocal de 365 petits mots pour 2015, avec mode d'emploi.Chaque message, écrit sur un papier de couleur codée appartient à un groupe : moments importants et souvenirs, citations, paroles de chansons, raisons pour lesquelles il l'aime. Media-Web propose d'autres collections, à vous d'inventer les vôtres.

Les bocaux d'avenir

Le jeune homme a prévu de garder sa copine toute l'année, optimiste, il a prévu 365 jours, mais les petits bocaux sont aussi possibles, selon les occasions :
- un voyage : huit jours et sept dodos de longue absence : un mot du matin pour que le jour à venir soit beau, et un mot du soir pour réussir à s'endormir, même loin, même seul.
- une révision d'examen : matin midi et soir, du courage, une histoire drôle, un   portrait d'examinateur ridicule pour en avoir moins peur, une impasse improbable dans une matière hors programme et loufoque.
- une hospitalisation :  la prescription est plus dense, plus présente, plus tendre, à piocher dans le bocal, sans modération, pour pansements de douceur ouatée, injections d'énergie, examens d'histoires drôles...

Les bocaux projets, se remplissent surtout en janvier : marcher plus, réviser les verbes irréguliers, lire le roman qu'on nous a offert à Noël, réparer le nounours, aller au Pouliguen par la plage, nettoyer les volets, terminer le canevas, inviter Gertrude, classer les relevés de banque, s'inscrire au cours de dessin, ne plus manger de foie gras, déboucher la gouttière. Ceux-là sont à explorer quand l'énergie est haute, et à refermer très vite !
 

Les bocaux de mémoire

Ils seront peut-être partagés, ou offerts, plus tard, tel un album, un journal en désordre, un pêle-mêle de photos dans l'escalier. Chaque membre de la famille peut y participer, mais attention à l'ouverture, ils peuvent être explosifs comme une conserve ratée.

- 2 janvier : trouvé une mouette gelée sur la route, enfin presque, une fois réchauffée, elle s'est envolée, deux heures de boulot pour nettoyer, 6 °C dans la cuisine et le plaisir de la voir partir par la fenêtre.
- 10 janvier, à la galette de l'association, Jacques a trouvé la fève et perdu son dentier. Ginette l'a ramassé, pas le dentier, Jacques; et lui la galette de Ginette. Semblent heureux, tant mieux.
- 16 mai : Marion a annoncé un bébé pour la fin de l'année : « Maman ? Moi aussi youpi !!! », j'ai appelé ma mère, lui ai dit que ma fille aussi... Elle n'a pas ri. Tant pis.
- 20 avril : le chien n'en peut plus. 18 ans. Demain sera triste.
- 30 mai. Un autre jeune chat, toujours pas gris, marre de la récup... ils n'ont jamais la couleur qu'il faut, ils s'installent pour 15 ans et nous les gardons, incapables de leur refuser la maison.
- 25 juin : j'avais lavé mes pots, acheté du sucre...les merles ont dépouillé le cerisier, il ne reste rien... mais que foutent les chats ?
- 30 juin. Me suis cassé une jambe, l'échelle a ripé. Je ne voulais pas recevoir la cousine Gertrude cet été. Du coup elle reste chez elle. M'a proposé de venir pour m'aider. J'ai honte.
- 19 aout : William a apporté une petite chienne : « pour le chat »...pour l'instant c'est plutôt pour la serpillère.
- 20 août : discussion des enfants : Comment les parents ont-ils réussi à nous éduquer correctement alors qu'ils passent tout à leurs bestioles ? Facile : ils deviennent vieux !
- 3 avril : oublié l'anniversaire de mariage hier – trop tard, elle n'a rien dit, elle doit être furieuse – j'attends.
- 2 avril : il a encore zappé. Tant pis. J'ai annulé le resto. Il doit penser que je suis furieuse. Même pas, j'ai failli aussi.
- 15 septembre enfin eu l'occasion d'écraser cet abruti de Raoul, me suis dégonflé, je regrette déjà.
- 29 mars : « participation ridicule aux élections », non ! la participation n'est jamais ridicule.
- 16 août ma fille et ma future petite fille sont là, ensemble, comme des poupées russes… étrange.

Les bocaux à thème

Les « pickles », plein de mots vinaigrés, ceux qu'on aurait bien voulu bien dire mais on n'a pas osé, ou dont on n'a pas eu l'idée, sur le coup. Ceux-là peuvent se trier : acides, amers, salés ou trop sucrés, ils perdront sans doute de leur saveur avec le temps mais ils sont à conseiller pour leur grande vertu thérapeutique.

Enfin terminons cette série avec les bocaux tentations, gourmands, calins, ceux dans lesquels on versera de l'alcool ou du parfum et qu'on flambera comme un dessert afin qu'il ne reste que des cendres et de la fumée sur les parois à secrets pour mieux y dissimuler nos prochaines confidences. Un jour peut-être une petite fille découvrira que la mamie qui faisait les tartes aux pommes était plus canaille que canelle et qu'elle faisait de drôles de conserves. À moins que ce ne soit le papy bricoleur qui la surprenne (prompt à aller tailler la haie de la voisine, ou remettre le courant dans sa maison qui disjonctait à chaque orage), ayant oublié quelques copeaux de papier au fond du bocal à rincer les pinceaux, il ne restera rien, juste l'odeur clandestine de l'essence de térébenthine.
Ces bocaux ne seront pas sur l'étagère à confitures, ils trouveront leur place dans la cave, au grenier, sous l'établi dans l'atelier, au fond de la resserre à bois, car ils ne craignent pas de se farder de poussière ou de sciure et de s'habiller de toiles d'araignées.

À chacun de trouver ses bocaux, petits ou gros, d'oser écrire ses secrets, tendres ou acides, de les partager… ou pas, pour passer une belle et bonne année 2015 !




 

Auteur : LY | 31/12/2014 | 0 commentaire
Article précédent : « Ramassage des sapins de Noël »
Article suivant : « Unis-Cité à Paris »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter