Saint Nazaire Infos

Emploi : Une bonne dose d’ASSPRO

Créer du lien social, du réseau, du parrainage, parler et se rencontrer, apprendre et trouver de nouvelles pistes ; c’est le mode opératoire de l’association l’Asspro qui vient de tenir son second café actif senior à Saint-Nazaire.

Survivre avant même de vivre

Retrouver un emploi : C’est tout le problème des « vieux jeunes » demandeurs d’emplois boudés par les entreprises. C’est comme une mauvaise surprise dans une vie de routine, dans le confort social et financier. Tout peut basculer très vite. Puis, chaque réponse négative à des offres, replonge dans le questionnement avec son lot de prétextes, difficiles à admettre : manque de créativité, de participation à des projets, ou trop d’expériences pourtant précieuses aux entreprises.
Alors, le quinqua au chômage se trouve fort dépourvu lorsqu'arrive la facture. Il brade son acquis pour tenter de signer un CDD dans une branche non qualifiante, loin de son parcours initial. Il faut retrouver du travail à tout prix, question de survie. En effet, après avoir épuisé son plan épargne retraite destiné à plus tard, dans la soirée de sa vie ; il faut bien manger et payer ses traites.

Exemple de Solange, jeune quinqua : est en instance de divorce, elle a dû déménager et a encore un enfant à charge. Ancienne bibliothécaire, elle ne retrouve pas d’activité dans sa branche professionnelle. Elle a frappé à de nombreuses portes pensant trouver dans le social ou la vente ; sans succès.

Un profil parmi d’autres que l’on retrouve aux cafés actifs seniors de l’Asspro. Cette association basée à Nantes ouvre des perspectives face au chômage. Voir  http://www.saintnazaire-infos.fr/un-asspro-contre-le-chomage-23-48-1188.html.
L’une des questions souvent posées lors de ces rencontres concernant l’embauche des seniors est : « Comment contourner le mur de l’âge devant un DRH » ? Car, au-delà de l’envie de retravailler, il y a celle de survivre avant même la notion de vivre.

« Nous sommes une petite pierre à l’édifice »

Le co/fondateur de l’Asspro, Jean–Yves L’Aton parle de solitude « : C’est l'ennemie du chercheur d'emploi, il ne faut pas reste seul ». Cela a été d’ailleurs l’un des deux thèmes abordés lors de ce café actif, avec l’association « Un parrain, un emploi, elle repose encore une fois sur du réseau.
Jean Yves L’Anton insiste sur ce côté humain et de « seul au Monde » des seniors devenus inactifs : « Il faut libérer la parole, il y a beaucoup d’amertume, des angoisses et force est de constater que Pôle Emploi ne peut pas accompagner ces personnes, il n’en n’ont pas les moyens ».
« L’agitateur » avait convié à ce rendez-vous du café actif senior,  Willy Vasse, responsable nazairien de la DIRECCTE*.
Jean-Yves L’Anton : « j’ai demandé à Monsieur Vasse d’assister à notre café, puisque nous rentrons dans une dynamique de réseau qui est très importante pour nous. Nous travaillons déjà avec des associations (Comme un Parrain-un emploi ou l’Ouvre-boîtes). Nous voulons aussi l’accompagnement du service public de l’emploi. En effet nous pensons que nous avons à nous enrichir mutuellement. Nous n’imaginons pas avancer sans eux, comme d’ailleurs avec Pôle Emploi ».

L’Asspro interpelle les pouvoirs publics

Willy Vasse marche sur des œufs : « Il s’agit d’une prise de contact, les prises de position de l’Asspro interpellent dans ce sentiment d’isolement, il faut que nous prenions en compte les préoccupations de ses adhérents, cela percute un peu ».
À la question, quelles suites donner ? : « L’État a un rôle au niveau de l’animation de l’emploi, mais finalement, sur le terrain, nous avons peu de moyens directs. C’est un peu la subtilité entre l’affichage des politiques et de l’État et la réalité de ses leviers d’intervention ».
Pourtant sur le territoire existe le service public de l’emploi local (SPEL). « Xavier Bertrand a (re) confié au sous préfet le soin d’élargir notre réseau SPEL avec Pôle emploi ou avec les missions locales pour l’emploi et des collectivités comme la CARENE qui s’était doté d’une compétence emploi, notamment sur l’insertion. »
Et donnant de l’eau au moulin du co/fondateur de l’Asspro, Willy Vasse poursuit : « L’ouverture du ministre était d’ouvrir davantage sur le coté civil ; nous avons fait une première tentative en 2011 vers les entreprises et leurs branches professionnelles ».
« Nous sommes aujourd’hui à l’écoute d’une initiative comme la vôtre qui peut nous aider à mieux comprendre la problématique des demandeurs d’emplois seniors et ensuite à trouver les bonnes actions pertinentes ».
En attendant les actes de cet engagement non formel : l’Asspro qui semble un peu débordée positivement par son initiative est toujours à la recherche de financements. L’association est en train de tisser un maillage qui fait boule de neige. Déjà d’autres cafés actifs sont dans les cartons dans plusieurs départements ligériens, il faut que la logistique puisse suivre.

*DIRECCTE : Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi.


 

Auteur : JRC | 25/01/2012 | 1 commentaire
Article précédent : « Enfance et famille : une institution nazairienne »
Article suivant : « L’APIE : un tremplin pour (re) travailler »

Vos commentaires

#1 - Le 26 janvier 2012 à 11h31 par REFRACTAIRE a encore frappé !!!
bonne initiative
être au chomage, c'est souvent être seul et incompris des autres
être au chomage, c'est affronter l'immobilisme de Pole Emploi qui n'a jamais été dans le coup (et ce depuis des décénies)
être au chomage, c'est aussi (et c'est nouveau) lutter contre les pratiques de recrutements qui écartent le côté humain (merci internet)

ce n'est donc pas une bonne initiative, mais une très bonne initiative

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter