Saint Nazaire Infos

Elles ont raison, elles méritent respect et soutien

Selon des élues, des faits graves se sont produits à la mairie de Saint-Nazaire. Un adjoint, ce serait mal comporté avec une élue voilà plus d’un an. Plusieurs élues lancent un appel pour que cessent ce genre de comportement sexisme envers les femmes. L’appel a pour but de sensibiliser les femmes victimes pour qu’elles s’expriment haut et fort et que cesse l’omerta.
« Ils ne nous feront pas taire. »
29/05/2019 | 6 commentaires
Article précédent : « Le Maire de Saint-Nazaire s’explique sur le bazar dans sa majorité »
Article suivant : « Saint-Nazaire va mettre en place le droit d’interpellation citoyenne »

Vos commentaires

#1 - Le 29 mai 2019 à 22h54 par Volondat
Soutien
Mais pourquoi si tard, pourquoi si bas.
Baffez-les tout de suite !
Criez leur nom !
Interpellez-les en conseil devant la presse.
Il faut "que la honte change de camp".
Quand ils devront s'expliquer devant leur mère, leur soeur, leur femme ou leur fille, ils feront moins les fiers.
Répétez haut ce qu'ils vous ont dit. Que leur famille, leur copains de boulot reconnaissent leurs mots. Qu'il n'y ait aucun doute. Facile d'être ignoble dans le secret d'un bureau ou d un ascenseur.
Dites leur nom, que jamais ils ne soient sur une liste,
sinon sur celle des "pauv mecs".
#2 - Le 30 mai 2019 à 10h44 par homerespectueux, Saint-nazaire
Nous aurions un Baupin à Saint-Nazaire ? Quand même pas un DSK ? Trève de plaisanterie les femmes ont raison de dénoncer ce type de comportement machiste ou sexiste, c'est inadmissible. Et cela arrive trop souvent dans les milieux politiques. Les femmes ne sont pas des objets. Il y a trop d'hommes peu respectueux envers les femmes.
Je ne sais pas de qui elles parlent, mais il faut accorder à ce monsieur la présomption d'innocence. SNI a eu raison de ne pas jeter de nom en pâture.
Par contre le maire devrait prendre une mesure de suspension provisoire.
#3 - Le 30 mai 2019 à 17h21 par Jean-Michel DOYON, Saint-nazaire
Soutien à Lauriane et à la victime initiale.

Dommage que celle-ci ne s'exprime pas (même si ce n'est pas facile), afin de faire taire les éventuelles personnes qui diront "mais qui prouve que le témoignage, relaté par d'autres est réel? Elles dénoncent des faits qu'elles n'ont pas vu".

Car évidemment, des gens qui pensent cela, on va en trouver à la pelle!
#4 - Le 31 mai 2019 à 09h37 par Volondat
Pas d'accord !
Si nous n'avions pas su pour DSK, nous l'aurions eu comme président.
Etc..
Dans ces affaires où les accusateurs sont quelquefois menteurs, ils se prennent un retour de bâton...public :). Pensons que c'est très difficile d'oser parler. Pire encore est la rumeur.
Cela n'enlève en rien la présomption d'innocence et le droit à la défense.
Mais ça peut aider la justice à trouver des témoignages pour et contre..
Enfin, je ne suis pas avocat.
Si les enfants avaient parlé et qu on les avait entendus le clergé n'en serait pas là.
#5 - Le 03 juin 2019 à 17h48 par sainte radegonde, Moulinsart
un an déjà ??? c est du réchauffé politicien ?
#6 - Le 06 juin 2019 à 09h24 par Boris
Par contre l'introduction :
"Un adjoint, ce serait mal comporté avec une élue [...] que cessent ce genre de comportement sexisme envers les femmes".
Mouais les mots sont quand même mal choisis, faibles, puisqu'on parle de relation non-consentie.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web Régie par : Agence de presse et marketing Images & Idées - images-et-idees@mail.ch CH 1847 Rennaz
www.media-web.fr  |   Nous contacter