Saint Nazaire Infos

Dynamiser les visites d’Escal’Atlantique

L’équipement Nazairien Escal’Atlantique, fermé depuis début octobre est déjà en travaux. En attendant de pouvoir le découvrir (normalement à l’été 2013), un petit point sur le projet.

« Nous sommes à peine remis de l’aventure du théâtre que nous embarquons pour une autre aventure », commence Éric Provost, maire-adjoint. L’équipement d’Escal’Atlantique a fermé ses portes début octobre pour de longs moins de travaux. Rénover l’équipement, ouvert au début des années 2000, était un objectif dès le début du mandat : plus d’1,2 million de visiteurs se sont promenés entre ses murs et il était temps d’anticiper sur les désirs du public. Et l’élu ajoute, « Saint-Nazaire doit être identifié comme la capitale des paquebots ».
Les objectifs généraux du projet sont :
- conjuguer les ambitions culturelles et touristes ;
- valoriser la collection d’objets de paquebots (environ 4 000 pièces) ;
- renouveler l’attractivité de l’équipement ;
- élargir les publics et,
- s’adapter à l’évolution des publics et de leurs attentes.
Pour Emmanuel Mary, directeur de Saint-Nazaire tourisme et patrimoine, « Escal’Atlantique a deux particularités : c’est un projet sur le temps et l’histoire de la ville ; et qui est invisible de l’extérieur. Il a la modestie de se cacher dans un équipement de la Seconde guerre mondiale ».
 

200 objets exposés

Le nouveau projet s’appuie sur la scénographie déjà existante. « Nous voulons donner de la profondeur, de la véracité et du dynamisme aux visites », explique le scénographe Philippe Comte. Le récit va être recomposé avec la mise en scène de l’histoire des paquebots. Sur les 4 000 pièces de la collection, environ 200 vont être exposées sur le circuit. Le concept d’immersion dans la vie à bord des paquebots est gardé et retravaillé : « nous voulons que les visiteurs soient moins des spectateurs que des participants », précise Emmanuel Mary. Et pour cela, le parcours va être enrichi grâce au multimédia, ce qui va permettre aux visiteurs d’approfondir un point ou un autre. L’un des objectifs étant que les Nazairiens aient toujours autant de plaisir à venir et revenir à Escal’Atlantique pour y découvrir de nouvelles choses.
La collection a été commencée en 1992, mélangeant des pièces achetées lors de ventes publiques et à des collectionneurs privés, avec des dons. Deux gros apports ont eu lieu au cours des années 2000 : la « dation Vian », collection de René-Louis Vian sur le Normandie en 2005, ainsi que l’achat de pièces lors du démantèlement du France en Inde en 2008. Une soixantaine de pièces en mauvais ont été restaurées depuis 2008 pour un budget d’environ 250 000 €.
Le premier public d’Escal’Atlantique est la famille. Mais l’équipement souhaite aussi plaire aux adultes, seuls ou en groupe. Les travaux vont aussi permettre de mettre les 3 500 m2 aux normes personnes à mobilité réduite (PMR). Les animations vont être quadrilingues (français, allemand, anglais et espagnol) et adaptées aux malentendants. Le projet va coûter environ 1,5 M €, dont 1,4 M € payé par la ville et le reste par les partenaires d’Escal’Atlantique.
 

Auteur : AP | 07/11/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « XVe édition de la semaine de la solidarité internationale »
Article suivant : « Témoignage d’un pupille de l’État »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter