Saint Nazaire Infos

Du grand H à la cité sanitaire

C’était les derniers vœux sur le site du Moulin de Pé pour le personnel hospitalier de Saint-Nazaire qui s’apprête à investir la cité sanitaire, ils ont été marqués par le boycott de la CGT.

« Une trajectoire de retour à l’équilibre »

Joël Batteux est Président de droit du conseil d'administration du centre hospitalier de Saint-Nazaire, il a rappelé : « Que le travail que les uns et des autres ont fourni pour préparer notre atterrissage dans la cité sanitaire sera récompensé dans les mois qui viennent ».

« Nous allons redorer le blason du service public de santé dans la région et au plan national » a conclu le maire de Saint-Nazaire.

De son coté, le directeur de l’établissement, Patrick Colombel, a insisté sur le passage à la cité sanitaire, mais aussi sur deux autres projets, le MPR (Médecine physique et de réadaptation) avec les œuvres de Pen Bron et la restructuration du service aux personnes âgées avec le regroupement des petites unités.

Le directeur est revenu sans complexe sur la situation financière en fin d’année dernière avec un solde négatif de 4,6 millions d’euros sur un budget de 160 millions d’euros. Une situation qui a valu la mise en place d’un contrat de retour à l'équilibre financier (CREF) (dénoncé par les syndicats, voir communiqué).

« Nous sommes parvenus à le conclure grâce une trajectoire de retour à l’équilibre visant à le retrouver en 2013 ». L’hôpital a reçu une aide conséquente de l’ARS de 3 millions d’euros dont 2,2 millions pour la cité sanitaire. La prévision 2011 reste, néanmoins, négative à hauteur de 2,8 millions d’euros.

Patrick Colombel admet que l’établissement n’a pas augmenté ses activités, donc ses recettes. Mise en cause, entre autres, la baisse des naissances, moins 150 accouchements par rapport à 2010 !

Mais les dépenses ont été tenues dans l’ensemble : « Nous avons réussi un programme très ambitieux de maîtrise des dépenses du personnel ». Même s’il avoue que cet effort a été difficile, « Avec moins de remplacements dans les services ». Il ne faut pas chercher plus loin les débrayages et manifestations induites.
 

« Cela a été durement ressenti »

Difficile dans cette ambiance un peu angoissante de rester serein. Les trois syndicats, CGT, FO et CDFD ont, en 2011, mobilisé à de nombreuses reprises le personnel hospitalier contre le plan social envisagé par la direction pour faire entendre leurs doléances.

Ils ont dénoncé à de nombreuses occasions les choix faits dans le cadre des futurs transferts vers la cité sanitaire ; comme les hospitalisations complètes, le rapatriement de certaines activités de Pen Bron et les hospitalisations jusque-là dispatchées entre Heinlex et les Océanides à Pornichet.

Le long mouvement social du début d’année dernière des urgentistes est analysé dans ces termes par Patrick Colombel : « Le mouvement n’a pas eu d’impact sur le service. Mais il a eu des répercussions dans les services » ; donc financières. Mais, tout semble aller mieux pour le directeur : « Des groupes de travail se sont mis en place et maintenant, ce service est dans une dynamique positive ».

On notera aussi l’échec de la construction d’un centre de rééducation fonctionnel qui est réorienté sur le site d’Heinlex, 90 lits et 40 places. Ce centre ne sera pas géré par l’hôpital ; mais par les œuvres de Pen Bron. « Cela a été, et le mot est faible, difficile à accepter pour les équipes qui avaient travaillé sur ce projet ».

La prise en charge des personnes très dépendantes n’est plus viable et doit s’arrêter avec les petites unités qui seront regroupées sur Heinlex en partenariat avec la Silène. « Un projet qui vise à combiner de l’habitat social avec de l’hébergement de personnes âgées ». Mais, cela fait parti des inquiétudes de Patrick Colombel qui n’a pas la confirmation que ce projet soit validé à ce jour.

Déménager, à quel prix ?

La grande affaire est bien sûr le déménagement à la cité sanitaire, la rentrée dans cette structure est qualifiée « De l’année de l’espoir » en priant pour que les délais soient tenus.

C’est en plein été 2012 que doit se faire ce déménagement en espérant prendre possession du bâtiment dès mars prochain. Bien évidemment, tous les services ne vont pas émigrer d’un seul coup.
« Il ne faut pas cacher que cela va être un changement radical. Lorsqu’on a travaillé 20 ans dans le même service, on va se retrouver dans une autre configuration, avec une organisation différente du travail. Je sais et je comprends que cela suscite des inquiétudes », expose Patrick Colombel.

Il prend l’exemple des repas du soir servis actuellement vers 17h30/18h aux patients. À la cité, l’on sera un plus respectueux des rythmes biologiques avec un repas servi plus tard. « Cette décision oblige à repenser la fin du service des équipes d’après-midi. Ce sont des sujets qui entraînent parfois des cristallisations sur des changements d’habitude ».

Ces changements passeront par des formations et informations auprès du personnel qui connaîtra dans les jours prochains ses affectations et sa nouvelle manière de travailler. « C’est un engagement fort que l’on doit tenir ».
Il s’est voulu rassurant pour terminer avec une blague Carambar : « Il y aura toujours un bloc opératoire en fonctionnement durant cette transition ».

Du côté des syndicats

FO est maintenant majoritaire à l’hôpital, mais Sud a disparu depuis les dernières élections.
Le manque de moyens et de personnel avait conduit à une grève des urgences, mais aussi en gériatrie et en médecine polyvalente plus récemment. D’une façon générale, les syndicalistes demandent l’abandon du non-remplacement des personnels, des mesures de substitution pour le personnel qui est en repos et une révision des effectifs pour la cité sanitaire.

Le communiqué de La CGT sur le boycott des voeux

« Les derniers mois ont été marqués par une absence de dialogue social avec les organisations syndicales et un mépris des avis des instances. L'année 2011 a également été marquée par la mise en place du contrat de retour à l'équilibre financier (CREF) provoquant une dégradation des conditions de travail des personnels, par l'annonce de la disparition de la rééducation fonctionnelle dans le service public... Pour la CGT, l'année 2012 ne s'annonce pas plus réjouissante avec de nouvelles dégradations des conditions de travail des personnels à l'ouverture de la cité Sanitaire ».


 

Auteur : JRC | 19/01/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Second Café actif, pour l'emploi des seniors »
Article suivant : « Conflit de la collecte des déchets : la CARENE communique »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter