Saint Nazaire Infos

Documents rares au salon des minéraux

Pour la 37e édition du Salon de minéraux de Saint-Nazaire, l'Université de Nantes présentait une série de documents exceptionnels.
Du marbre de Saint-Nazaire
Du marbre de Saint-Nazaire

Au salon des minéraux ouvert à salle Jacques brel les amateurs collectionneurs trouvaient comme chaque année des marchands (une trentaine), des passionnés avec qui discuter, partager, compléter leurs vitrines.
Les minéraux ne sont pas seulement décoration dans le salon, ou serment sur le doigt. Ils sont histoire et géographie à la fois. Immobiles, ils nous font voyager, que nous soyons plus visuels ou tactiles bien que muets, ils nous parlent, nous invitent à les toucher. Ensuite, froids et durs piquants ou coupants ils paraissent plus agressifs quand leurs voisins sont plus tièdes et lisses. Chacun trouve « sa » pierre, brute ou taillée, exposée ou secrète dans sa géode. L'un préfère une opale douce, l'autre un quartz glacial, une albâtre dissimulatrice, un basalte sombre et rassurant, paternel, un silex gourmand de caramel, ou le délicat mica sur le viril granit. Des pierres provoquent des émotions s'associent à des goûts. Pourquoi la topaze inquiète-t-elle certains d'entre nous, imaginée amère, alors que le jaune les sécurise et les réchauffe, tandis qu'elle est la préférée d'autres qui l'associent à la franchise et à l'honnêteté ? Mystères, impressions personnelles, hors des codes « officiels » des vertus que l'on prête aux pierres. C'est peut-être pourquoi le salon des minéraux reçoit autant de visiteurs chaque année. Ce samedi les organisateurs les évaluaient environ déjà à près de 1500.
 

La grande darse : un bassin dans des marbres

Le plus de ce salon, c'est l'exposition « historique et locale » préparée par le laboratoire de planétologie et géodynamique de Nantes avec Jean-Pierre Laurent chercheur au CNRS et aussi directeur de recherche.
Il y a quarante ans était creusée la grande darse. L'excavation avait mis à nu des marbres, très rares ici, des roches calcaires de 600 millions d'années préservées des aventures géologiques ultérieures de la région.
Très vite les travaux ont recouvert cette zone qui  ensuite « n'était plus accessible» dit Jean-Pierre Laurent avec un brin de regret dans la voix.
Mais un étudiant avait eu la bonne idée de prélever quelques échantillons et de prendre des photos. Ces documents gardés à l'université ont été retrouvés, numérisés et réutilisés pour cette exposition, présentés en deux grands posters. Ils sont accompagnés de nombreux échantillons rares, sortis du laboratoire et du Muséum de Nantes pour l'occasion.

Cette exposition est à saluer. Sur un même lieu se réunissaient des intérêts très différents passion des pierres, intérêt de décoration, géologie. Les organisateurs ont montré que lorsque les chercheurs sortent de leurs laboratoires ils savent présenter leurs travaux et raconter des histoires surprenantes. Des marbres à Saint-Nazaire, qui l'eut cru ?
 

En creusant la grande darse à Penhoët en 1972 du marbre a été trouvé.
En creusant la grande darse à Penhoët en 1972 du marbre a été trouvé.
20/05/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Du soleil, des oiseaux et du hip hop à Saint-Nazaire »
Article suivant : « Le festival Grande Marée prendra l’air le samedi 2 juin »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter